20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 17:54

Balades, randonnées, ciel bleu, soleil... vacances !

Vous pouvez cliquer sur les photos.

 

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans photographie
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 12:34

Je me suis inspirée de la recette présentée dans cette vidéo :

Mais je n'avais pas tous les ingrédients alors j'ai innové :

- j'ai remplacé les yaourts grecs par une grosse barquette de Saint-Moret !

- j'ai remplacé la ciboulette ciselée par de la ciboulette séchée,

- j'ai remplacé la menthe ciselée par du basilic ciselé.

 

Et c'était très bon, très frais ! Merci à F. pour les concombres de son jardin. Voici le résultat :

Tzatziki… à ma façon !

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans déguster entrée
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 13:21
Challenge A reading's week # 3 avec Aurélie

Les deux premières Reading's week d'août (1e et 2e) ont bien fonctionné et Aurélie a décidé d'en lancer une 3e cette semaine, du lundi 18 au dimanche 24 août.

 

Infos, logo (le même) et inscription chez Aurélie. Et le groupe Facebook.

 

L'objectif est toujours de lire 7 livres dans la semaine (romans, albums illustrés, bandes dessinées, mangas…) pour faire baisser sa Pàl et se faire plaisir.

 

Aurélie a laissé les contraintes facultatives (voir sur son blog, lien ci-dessus) et, comme j'en ai honoré plusieurs la semaine dernière, même en lisant moins de sept livres, je verrai ce que je peux faire cette semaine.

 

Mes lectures pour ce challenge

1. Les étranges talents de Flavia de Luce, d'Alan Bradley (roman canadien)

2. Emma B. libertine, de Gustave Flaubert et Lucie Clarence (roman français)

3. L'homme semence, de Violette Ailhaud (roman français)

4.

5.

6.

7.

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans challenges & défis
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 13:09

J'ai appris hier la mort de Pierre Vassiliu, un chanteur né le 23 octobre 1937 dans le Val de Marne. Je connaissais la chanson Qui c'est celui-là ? (j'étais enfant à sa sortie en 1972) mais je ne savais pas qu'il avait commencé à chanter au tout début des années 60 et qu'il avait joué dans des films !

R.I.P. Pierre.

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans musique chanson & pop
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 16:40

The Magician's Nephew est le premier tome de The Chronicles of Narnia, une série de C.S. Lewis. Il est paru en 1955 aux éditions Bodley Head.

 

C'est le 6e tome publié des Chroniques mais c'est en fait le 1er tome au niveau chronologique de l'histoire.

 

L'édition que j'ai lue est – comme la première édition – illustrée par Pauline Bayles ; Harper Collins Publishers dans la collection Harper Trophy en 1983, réédition 2002 (241 pages, ISBN 0-06-023498-0).

 

C.S. Lewis (Clive Staples Lewis) est né le 29 novembre 1898 à Belfast (Irlande). Essayiste et universitaire : littérature du Moyen-Âge, théologie et littérature du christianisme, critique littéraire. Professeur de littérature anglaise. Écrivain : Le monde de Narnia, La trilogie cosmique, entre autres. Ami de J.R.R. Tolkien. Il est mort à Oxford (Angleterre) le 22 novembre 1963.

 

Pauline (Diana) Baynes est née le 9 septembre 1922 à Hove dans le Sussex (Angleterre). Elle a grandi en Inde avant de revenir en Angleterre pour étudier. Elle a travaillé au Ministère de la Défense (maquettes, cartographie). Elle a illustré les livres de C.S. Lewis et de J.R.R. Tolkien. Elle et morte le 2 août 2008 à Dockenfield dans le Surrey (Angleterre).

 

Le monde de Narnia / The Chronicles of Narnia est une série jeunesse en 7 tomes qui sont parus entre 1950 et 1956 mais ils n'ont pas été écrits et publiés dans l'ordre chronologique de l'histoire. Voici un tableau pour tout comprendre :

Titres originaux

Parution

Titres français

Tome

The Lion, the Witch and the Wardrobe 1950 Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire magique 2
Prince Caspian : The Return to Narnia 1951 Le prince Caspian 4
The Voyage of the Dawn Treader 1952 L'odyssée du passeur d'aurore 5
The Silver Chair 1953 Le fauteuil d'argent 6
The Horse and His Boy 1954 Le cheval et son écuyer 3
The Magician's Nephew 1955 Le neveu du magicien 1
The Last Battle 1956 La dernière bataille 7

 

The Magician's Nephew (The Chronicles of Narnia, book 1), de C.S. Lewis

The Magician's Nephew se déroule à Londres durant l'été 1900.

« It is a very important story because it shows how all the comings and goings between our own world and the land of Narnia first began. » (page 1).

Polly Plummer et Digory Kirke (ils ont une dizaine d'années) sont voisins et deviennent amis. Digory, dont la mère est mourante et le père en Inde, vit chez son oncle Andrew Ketterley, un magicien. Les enfants explorent le grenier, surprennent Andrew dans ses recherches et vont se retrouver, grâce à des bagues magiques, dans le Wood between the worlds, le Bois-d'entre-les-mondes. Ils vont d'abord visiter Charn, un pays en ruines, sombre et silencieux où règne la Reine Jadis, en fait la Sorcière blanche. Puis ils vont dans un bois immense et obscur et font la connaissance du lion Aslan, fils de l'Empereur d'au-delà de la Mer et Roi de Narnia qu'il crée en chantant.

« It's not the sort of place where things happen. The trees go on growing, that's all. » (page 33).

« The Lion was pacing to and fro about that empty land and singing his new song. It was softer and more lilting than the song by which he had called up the stars and the sun ; a gentle, rippling music. And as he walked and sang the valley grew green with grass. » (page 123).

 

Il y a de la magie, Narnia est un monde enchanté. Comme dans Alice au pays des merveilles ou Peter Pan, les enfants s'enfuient du quotidien et du monde des adultes qu'ils ne comprennent pas avec la découverte d'un monde magique, d'un monde enchanté, de passages entre les différents mondes qu'ils peuvent emprunter, parfois en bravant le danger mais tout se termine bien.

Apparemment ce tome fut plus difficile à écrire car C.S. Lewis le commença en 1949 mais ne le termina qu'en 1955 après l'avoir abandonné plusieurs fois, et cinq autres tomes (qui étaient en fait les tomes 2 à 6) étaient déjà parus lorsqu'il fut terminé et publié ! Peut-être parce qu'il y a un peu de lui dans Digory (mère morte, père éloigné, etc.) ?

Le style de C.S. Lewis est simple, il y a un peu d'humour, il est – avec Tolkien – un des précurseurs de la Fantasy. J'ai lu ce tome facilement mais j'ai quand même cherché quelques mots. J'ai vraiment eu l'impression de lire un livre ancien, surtout à cause des pages jaunies et des illustrations qui font un peu vieillottes mais qui sont jolies (par exemple, voici Aslan page 127, vous pouvez cliquer dessus).

J'ai trouvé cette lecture agréable (j'ai fait abstraction des controverses concernant l'apologie du christianisme, la lutte du Bien contre le Mal, les arguments sur le sexisme, le racisme, le paganisme, l'occultisme…).

Peut-être lirais-je les autres tomes en anglais aussi…

 

En attendant, c'est une lecture pour les challenges A reading's week # 2, Animaux du monde (lion), Fant'classique, Jeunesse & young adults # 3, Le mélange des genres (Fantasy), Petit Bac 2014 (catégorie Sphère familiale avec le neveu), Un classique par mois et Vendredi VO.

Pour l'Irlande et auteur irlandais : Tour du monde en 8 ans, L'union européenne en 28 livres et Voisins voisines.

 

Partager cet article

14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 15:38
Vendredi VO avec Petite Belge

Petite Belge, du blog Autour des livres, a annoncé un nouveau rendez-vous mercredi sur FB : Vendredi VO pour lire en anglais.

 

Ce n'est pas vraiment un défi ou un challenge mais Petite Belge invite les lecteurs en VO à participer lorsqu'ils le souhaitent.

 

Infos, logo, inscription et dépôt des liens chez Petite Belge.

 

À vrai dire, je lis peu (très peu !) en anglais… J'ai l'impression que je n'ai pas le niveau et, au bout d'un moment, ça me fait mal à la tête (c'est que ça chauffe là-dedans !). Je sais que c'est une question de motivation et d'habitude alors je veux bien faire un effort de temps en temps pour des livres courts ou de la littérature jeunesse.

 

Vendredi VO du 16 août 2014

The Magician's Nephew (The Chronicles of Narnia, book 1), de C.S. Lewis (Irlande, 1955).

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans challenges & défis
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 22:19

Fragments de vérité est le premier tome de la série Typos de Pierdomenico Baccalario ; il est paru aux éditions Flammarion en mai 2014 (252 pages, 13 €, ISBN 978-2-0812-8662-7). T.Y.P.O.S. 0.1 Verità (2012) est traduit de l'italien par Faustina Fiore.

 

Je remercie Brigitte et les éditions Flammarion pour ce roman jeunesse italien !

 

Pierdomenico Baccalario est né le 1er mars 1974 à Acqui Terme dans le Piémont (Italie). Auteur jeunesse prolifique, après avoir été avocat et journaliste, il est connu en France pour la série Ulysse Moore (12 tomes) mais il existe d'autres séries comme Candy circle (10 tomes), Century (4 tomes), I gialli di vicolo Voltaire (7 tomes), Will Moogley Agenzia Fantasmi (7 tomes)...

 

Typos, c'est une équipe. Deux filles : Gipsy et Morph. Deux garçons : Dusker et Arlequin.

Seth Lear, le fondateur de Typos, est en orbite géostationnaire.

Sybil Grace, professeur et médecin, s'occupe des quatre jeunes qui étudient à l'université Pawn College.

Ils vivent à Maximum City, 30 millions d'habitants.

« Un enfer de gens, de corruption et de mensonges » (page 22).

Gipsy, c'est Rehyna Bakos.

Morph, c'est Lena Yang, une métamorphique.

Dusker, c'est David Tudor ; il vit dans un bidonville.

Arlequin, c'est Roger Stampede Lear, le fils de Seth Lear.

Apprentis journalistes, ils veulent découvrir et publier la vérité. Alors, ils sont pourchassés par une firme dirigée par Ronda Cubash.

« Les hommes du Laboratoire ne faisaient pas partie de la police. Ils travaillaient pour une gigantesque corporation nommée K-Lab, la plus grande agence internationale de falsification d'informations. » (page 40).

Ces hommes sont menés par Marmaduke Pennifer, surnommé Cartablanca, agent spécial de K-Lab, unique rescapé de sa famille.

En ce moment, grâce aux informations de Reginald Fincher, médecin d'une ONG, Typos enquête sur Makbake, le président dictateur de l'Ambillie, en Afrique, qui va être reçu par Henry James Hoss, le maire de Maximum City, lors d'un concert de charité.

« Une rébellion, une guerre civile, une famine, une population mourant de faim. » (page 70).

« Le Laboratoire est la plus grande multinationale de mensonges du monde. » (page 130).

 

Avec ce roman, premier tome d'une trilogie, l'auteur montre bien les rouages qui permettent à un dictateur de contrôler son pays, d'affamer ses citoyens et de récupérer l'argent de l'aide internationale.

On se croirait presque dans notre monde, à notre époque, mais la désinformation, la manipulation et la corruption ont été encore plus loin et l'action se situe dans un monde futur plus ou moins proche du nôtre.

On a donc là une dystopie. Et Typos et son journal sont un contre-pouvoir très important (le seul ?) même s'ils touchent pour l'instant peu de lecteurs.

En tout cas, Fragments de vérité met en garde ses (jeunes mais pas que) lecteurs contre la désinformation, la manipulation des images et des infos : tout ce qu'on nous dit et tout ce qu'on nous montre, ce n'est pas forcément vrai, il faut souvent aller chercher la véritable info soi-même, ainsi nous devrions tous être des Typos !

Le récit est dynamique, rythmé, soutenu et je ne me suis pas ennuyée, j'aurais même voulu en savoir plus surtout sur les personnages et ce monde futuriste, mais il va falloir que j'attende le tome 2, Poison noir, qui est annoncé pour octobre.

 

 

Une lecture agréable, entraînante et intelligente, que je mets dans les challenges Anticipation, Geek, Jeunesse & young adults # 3, Lire sous la contrainte (trilogie de l'été), Le mélange des genres (catégorie SF, fantasy, imaginaire).

Pour l'Italie, auteur italien :

Il viaggio, Tour du monde en 8 ans, L'Union européenne en 28 livres et Voisins voisines.

 

Partager cet article

12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 03:54

Le liseur du 6h27 est un roman de Jean-Paul Didierlaurent paru Au Diable Vauvert en mai 2014 (218 pages, 16 €, ISBN 978-2-84626-801-1).

 

Jean-Paul Didierlaurent est né le 2 mars 1962 dans les Vosges. Il a d'abord écrit des nouvelles et Le liseur du 6h27 est son premier roman.

 

Ce roman, je l'ai repéré en librairie et sur la blogosphère littéraire alors j'ai hâte de le lire et j'espère qu'il me plaira ! De plus, c'est le 7e et dernier livre que je lis dans le cadre de la Reading's week du 4 au 10 août.

 

Lorsque leur fils est né en 1976, les parents ne se sont pas rendus compte de la contrepèterie entre Guylain Vignolles et Vilain Guignol : « un mauvais jeu de mots qui avait retenti à ses oreilles dès ses premiers pas dans l'existence pour ne plus le quitter. » (pages 7-8). C'est le fardeau que porte Guylain, le personnage principal de ce roman et pour se faire oublier, il a appris à être transparent, insignifiant : « Se fondre dans le paysage jusqu'à se renier soi-même pour rester un ailleurs jamais visité. » (page 9).

Le matin, le célibataire de 32 ans prend le RER de 6h27 et lit pendant les vingt minutes du trajet des feuillets qu'il sort de sa serviette en cuir. Mais il lit à haute voix et, pour les passagers, c'est devenu un rituel de l'écouter : « il était le liseur […] Et à chaque fois, la magie opérait. » (page 13).

Depuis quinze ans, Guylain travaille dans une usine (la STERN, Société de traitement et de recyclage naturel) dans laquelle la Zerstor 500 broie les livres invendus. « La Chose était là, massive et menaçante, posée en plein centre de l'usine. […] Ne jamais la nommer, c'était là l'ultime rempart qu'il était parvenu à ériger entre elle et lui pour ne pas définitivement lui vendre son âme. » (page 19).

La machine monstrueuse détruit, anéantit… « La Chose était née pour broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter. […] (elle) génocide ! » (page 21).

Pour Guylain, opérateur en chef qui doit mettre la machine en route chaque matin, la Chose commet un crime et son travail lui paraît de plus en plus difficile à supporter.

 

À travers ce roman, l'auteur dénonce la sur-production et le pilonnage des livres. Un roman digne de La Bête humaine, d'Émile Zola : chaque soir, Guylain doit plonger dans les entrailles métalliques de la machine avec sa frontale et c'est à ce moment-là, hors des caméras de surveillance, qu'il en profite pour récupérer les « feuilles volages rabattues par le souffle contre la cloison ruisselante d'eau » (page 49).

Elle est très importante cette machine (je me demande bien si elle n'est pas l'actrice principale, du moins dans la première partie parce qu'après c'est Julie et c'est moins intéressant...), la machine donc, il y a des descriptions d'elle, de son fonctionnement et contre toute attente, c'est passionnant !

J'ai remarqué qu'il y a redondance de synonymes, comme plus haut pour la machine ou pour le patron : « Félix Kowalski ne parlait pas. Il aboyait, hurlait, beuglait, invectivait, rugissait mais il n'avait jamais su causer normalement. » (page 27). C'est un style, ça renforce l'humour mais ça peut sûrement énerver certains lecteurs.

Il y a une intéressante galerie de personnages, le patron, cité plus haut, Yvon Grimbert, qui sans sa guérite de gardien lit des alexandrins et du théâtre, Lucien Brunner, le jeune loup de vingt-cinq ans, qui prend plaisir à son travail de destruction, Giuseppe Carminetti, l'ancien opérateur en chef qui a perdu ses jambes dans la machine…

Guylain est pris dans une douloureuse routine y compris le week-end (son seul compagnon est Rouget de l'Isle, un poisson rouge) mais un matin, sur le quai de la gare, Monique et Josette Delacôte lui adressent la parole : « Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. » (page 86) et quelques jours plus tard, il trouve une clé USB oubliée dans le train.

Le passage aux Glycines, avec la lecture d'Huguette Lignon, institutrice à la retraite, est très drôle. « Guylain fila, non sans avoir promis de revenir le samedi suivant. Il ne s'était pas senti aussi vivant depuis longtemps. » (page 113).

Le liseur du 6h27 est réussi… dans sa première partie ! Avec la machine et les personnages qui ont du caractère. La deuxième partie avec les extraits du journal de Julie, dame-pipi de 28 ans à la recherche du grand amour, bof, bof… Heureusement, l'auteur a de l'humour et j'ai quand même lu jusqu'au bout parce que ce n'est pas désagréable non plus. Mais, du coup, ce n'est pas un coup de cœur pour moi... Pourtant, lisez-le et vous vous ferez votre propre opinion !

 

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (pour le poisson rouge très présent), Paris, Petit Bac 2014 (catégorie Moment/Temps) et Premier roman.

 

Partager cet article

11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 18:00

La Reading's week de la semaine dernière a si bien fonctionné qu'Aurélie a décidé d'en lancer une nouvelle cette semaine, du lundi 11 au dimanche 17 août.

 

Infos, logo (le même) et inscription chez Aurélie. Et le groupe Facebook.

 

L'objectif est le même : lire 7 livres dans la semaine (romans, albums illustrés, bandes dessinées, mangas…) pour faire baisser sa Pàl et se faire plaisir.

 

Mais Aurélie a rajouté des contraintes facultatives (voir sur son blog, lien ci-dessus) et je verrai si je peux en honorer une ou plusieurs.

 

 

Mes lectures pour ce challenge

1. L'épreuve – 1 : Le labyrinthe, de James Dashner (roman américain)

2. The Chronicles of Narnia – 1 : The Magician's Nephew, de C.S. Lewis (roman irlandais)

3. L'épreuve – 2 : La terre brûlée, de James Dashner (roman américain)

 

Et, cette semaine, je me suis arrêtée là... Difficile de lire autre chose après avoir quitté les héros de la série L'épreuve

Mais j'ai rempli des contraintes : lire au moins trois romans, commencer une saga, lire trois livres d'un même genre (jeunesse), découvrir un nouvel auteur (James Dashner), lire un livre en VO, ne pas acheter de livres pendant la durée du challenge, lire un livre présent dans sa PàL depuis plus d'un an (Narnia), lire uniquement des livres écrits par des hommes soit 8 contraintes honorées avec seulement 3 livres !

 

Aurélie lance une 3e Reading's week du 18 au 24 août et j'en serai pour la 3e semaine consécutive en espérant faire mieux que cette 2e semaine !

Challenge A reading's week # 2 avec Aurélie

Partager cet article

Publié par Coccinelle - dans challenges & défis
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 10:11

Ils étaient chouettes, tes poissons rouges est un recueil de nouvelles d'André Vers paru aux éditions Finitude en février 2014 (112 pages, 12,50 €, ISBN 978-2-36339-0314-8).

 

André Vers est né en 1924 à Paris, dans le quartier des Halles, d'une famille auvergnate. Il a commencé a travaillé, a connu le Paris occupé, s'est lié d'amitié avec des écrivains (Jacques Prévert, René Fallet, André Hardellet, Blaise Cendras) et des chanteurs (Georges Brassens, Guy Béart). Il est mort en 2002, laissant trois romans en 40 ans : Misère du matin (1953), Martel en tête (1967), Gentil n'a qu'un œil (1979) et un recueil de souvenirs : C'était quand hier ? (1990).

 

Ils étaient chouettes, tes poissons rouges

Martine et Robert se revoient par hasard cinq ans après leur séparation. « Tu parles d'une surprise ! Qu'est-ce que je suis heureuse de te revoir ! » (page 9). Elle parle, elle parle… « Il avait mal de l'entendre, mais le mal était bon. » (page 12).

Est-ce une maladie ou bien c'est la vie ?

Le décalage entre la réalité et ce qu'on imagine, alors, une maladie ou la vie ? Le narrateur se pose la question et le lecteur aussi par la même occasion ! « Je ne suis pas encore vacciné. » (page 16).

Le Gros, le Demi-Gros et le Détail

Gros, Demi-Gros et Détail sont inséparables, une bande de copains à eux trois. Jusqu'au jour où Berthe arrive de la campagne auvergnate pour travailler au bistrot où ils se retrouvent. « C'est fou le charme qu'elle a ! » (page 24).

Les piliers de bistrot

Pour découvrir la différence entre les Debouts et les Assis en mangeant un bon bout de fromage de tête ! « Quand le vin est tiré, ou servi, il faut le boire. » (page 30).

Mort pour la France

Antoine, l'époux de Marie, n'est plus qu'un nom sur le monument aux morts et il n'a jamais connu leur fils. « C'est de ma faute s'il est mort ! » (page 32) ; « Il m'aimait si fort, monsieur le curé, c'est pour ça qu'il est mort. » (page 33). Mais la vérité est autre... Cette nouvelle est disponible librement au format pdf sur le site de l'éditeur.

Conte en forme de croix

Allégorie de la croix pour l'origine de l'épouvantail. « Ils traînèrent l'arbre en forme de croix, aux feuilles déjà mortes, jusqu'au sommet de la colline. » (page 42).

Le vautour

Patrick Cooper, un Américain de Détroit, s'est engagé pour lutter contre l'Allemagne nazie. « Son brevet de pilote lui valut d'être versé dans l'aviation puis, après un entraînement intensif, d'être affecté à une escadrille de bombardiers. » (page 45). Comme sa mère est Française, après la guerre, il prend la décision de vivre en France.

Le respect

Dialogue entre un jeune homme et un ancien parachutiste devenu « chevalier d'industrie […] pour donner du travail à des chômeurs » (page 55) avec une chute percutante.

Des nains sur la pelouse

Le narrateur picole et appelle sa compagne La Grosse, lui promettant une mandale si elle fait des réflexions. Excédée, au bout de dix ans, Jane se tire. « J'ai cru qu'elle allait revenir au bout d'un jour ou deux, en chialant et demandant pardon. Ça fait deux mois qu'elle est partie, La Grosse. » (page 61).

Bas les masques

Tout savoir sur la fabrication des macaronis, spaghettis et coquillettes ! « Consommateurs, mes frères, on vous abuse. La publicité mensongère envahit insidieusement votre vie quotidienne. » (page 69).

La bonne dame et le commissaire

Une dame honorable qui nourrit les chats errants est arrêtée parce qu'elle a frappé un homme, une « graine de bandit » (page 74), « un monstre » (page 77), avec un tisonnier en fonte.

L'homme qui boit c'est comme une bête

Parce qu'il aime boire, Sosthène est depuis longtemps surnommé « Boit-sans-soif » : « Je n'attends pas de manquer. » (page 79) mais un jour... il eut soif !

Les voies du Seigneur sont impénétrables

Loulou-Gueule-en-or et Ti-Jo ont chacun des projets pour Fernande-Beaux-Roberts mais la trentenaire a d'autres projets. « J'ai décidé de m'orienter différemment. » (page 84).

Des trains qu'on voit passer...

Alexandre Painlevé, dit Pinpin, a depuis l'enfance une passion pour les trains mais ses parents l'ont placé chez un épicier. « Toutes les locomotives le rendaient fou de désir, il aurait voulu les avoir toutes à lui. » (page 88).

Le couple

Un cinquantenaire célibataire et une quadragénaire divorcée se rencontrent à la boulangerie et c'est le début d'une belle histoire mais « pourquoi ne s'étaient-ils pas connus dans les belles années de la jeunesse ? » (page 98).

Printemps

Tante Anna est une vieille fille peu avenante mais un jour, elle recueille Antoine. « Il était devenu grand et fort. Une bête superbe. » (page 103). Mais un jour, la cousine Mélanie emmène de sa Corrèze une jeune chatte caressante.

 

L'éditeur nous dit que « Dans ces nouvelles, André Vers ressuscite malicieusement un Paris révolu, le petit Paris des années 50-60, celui des Halles, des meublés et du rosbif du dimanche. »

Dans ces 16 nouvelles, André Vers nous parle de la vie, de l'amour, non sans un certain humour. Il y a des humains, des bistrots et des choses de la vie quotidienne ; il y a des oiseaux et des chats ; il y a des rencontres, des séparations et des retrouvailles ; il y a aussi la guerre, des morts et des survivants qui ne savent pas trop comment vivre.

Parfois dans les recueils comme celui-ci, les nouvelles sont inégales mais ici elles ont toutes leur place, elles forment un bel ensemble et je ne saurais dire qu'elle est ma préférée.

J'ai quand même (en plus des extraits ci-dessus car je voulais un extrait pour chaque nouvelle) repéré deux phrases qui m'ont plus attirée :

« Ils n'ont rien respecté. Les vivants, ça leur suffisait pas, ils ont bombardé les morts. » (page 51, in Le vautour). Le mieux est l'ennemi du bien...

« Les frictions des premiers jours étaient surtout dues au fait qu'Antoine miaulait parisien et Bruyère patois corrézien. » (page 104, in Printemps). La fin est terrible...

Avec ce recueil, j'ai découvert André Vers que je ne connaissais pas du tout et je me demande quand ces nouvelles ont été écrites : elles sont publiées posthumes, peut-être qu'elles ont été retrouvées récemment. Je pense lire un jour ses deux premiers romans : Misère du matin (1953) dont le décor est l'usine d'aviation dans laquelle il a travaillé adolescent et Martel en tête (1967) qui se déroule dans la Vallée du Cantal d'où est originaire sa famille.

Assurément un auteur à découvrir et à lire !

 

Une très chouette lecture pour les challenges A reading's week, Le mélange des genres (catégorie Recueil de nouvelles), Paris, Petit Bac 2014 (catégorie Couleur) et Rentrée littéraire d'hiver 2014. Deux nouvelles avec des chats donc : Animaux du monde et Totem.

 

Partager cet article

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
toute la culture sur ulike
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog