Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 03:17

La lettre à Helga est un roman de Bergsveinn Birgisson paru aux éditions Zulma en août 2013 (131 pages, 16,50 €, ISBN 978-2-843046469). Svar við bréfi Helgu (2010) est traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson.

 

Bergsveinn Birgisson est né en 1971. Il a étudié la littérature médiévale scandinave.

 

« À Kolkustadir, le 29 août 1997

Chère Helga,

Certains meurent de causes extérieures. D'autres meurent parce que la mort depuis longtemps soudée à leurs veines travaille en eux, de l'intérieur. Tous meurent. Chacun à sa façon. » (page 9).

Voici comment commence la longue lettre que Bjarni Gíslason, un vieil homme, écrit à Helga, la femme qu'il a aimée.

Son épouse, Unnur, est morte.

Hallgrímur, le mari d'Helga, est mort.

Son neveu, Marteinn, est venu le chercher à la maison de retraite et il passe l'été chez lui « avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » (page 11).

Ainsi, Bjarni se sent libre d'écrire cette lettre.

 

Bjarni Gíslason était contrôleur des réserves de fourrage du canton de Hörgá et il avait une ferme à Kolkustadir. Dans cette lettre, il raconte sa vie, son travail, ses proches, les animaux, la dure vie islandaise. Il était paysan, pêcheur, habile de ses mains et membre de la Société de lecture (ça, ça m'a surprise, que les paysans ne soient pas illettrés et apprécient de lire, je pense que ce n'était pas le cas dans tous les pays !). Il délivre de belles réflexion sur l'amour, la vie et la solitude.

J'ai bien aimé deux passages drôles (l'oubli du cadavre et le bélier court sur pattes). Par contre, ai-je bien compris le passage avec l'agnelle (pages 114-115) ? Je crains que oui...

 

Pour ne pas en dire trop, quelques extraits tout simplement.

« Littérature et culture générale semblaient être pour elle [Unnur] qu'un luxe superflu qu'on devait avoir honte de s'offrir puisque le temps qu'on y passait était volé au travail. » (page 26).

« Je ne suis qu'un vieillard qui n'a plus rien à perdre. » (page 36).

« Aimons ce qui s'apaise et aimons la bonté humaine. » (page 46).

« Je me souviens que mon cœur disait que je t'aimais, lorsque je t'ai regardée et que j'ai vu à quel point tu étais grave et résolue quand tu as séché tes larmes en me parlant, alors que j'étais là debout, tel un pieu en bois d'épave battu par les vents. Je n'ai fait que t'aimer encore plus. » (page 76).

« C'est quand les gens tournent le dos à leur histoire qu'ils deviennent tout petits. » (page 85).

« Il s'agissait là d'hommes qui avaient eux-mêmes forgé le sens qu'ils donnaient à leur vie ; ils avaient l'intelligence dont la nature les avait dotés car aucune école ne leur avait inculqué comment penser. Ils pensaient tout seuls. » (page 101).

« L'amour ne se réduit pas au romantisme citadin où il s'agit de trouver la seule, la vraie qui comblera votre âme jusqu'à la faire déborder et dégouliner telle une pompe intarissable. L'amour est présent aussi dans cette vie que j'ai menée ici, à la campagne. Et quand je l'ai choisie pour la vivre sans regret, j'ai appris que l'homme doit s'en tenir à sa décision, la conforter et ne pas en démordre – c'est ainsi que l'amour s'exprime. » (page 105).

 

Une lecture dans les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013, Défi scandinave, En toutes lettres (ça tombe bien car je m'étais inscrite à ce challenge sans grande conviction lisant peu d'épistolaire), Petit Bac 2013 (catégorie Prénom), Premier roman, Tour du monde en 8 ans et Voisins voisines.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Violette 08/11/2013 10:58

j'ai très très envie de le lire celui-là !!

Coccinelle 08/11/2013 14:04

Lis-le, il te plaira sûrement, surtout si tu aimes l'Islande !

A_girl_from_earth 07/11/2013 22:08

Bon, comme je vais bientôt être dessus (comme tu le sais via FB ^_^), je repasserai pour lire ton avis.

Coccinelle 07/11/2013 23:26

Oui, tu as raison de ne pas être (trop) influencée avant de le lire et de te faire ta propre idée ! Bonne lecture.

Philisine Cave 07/11/2013 19:23

Tu as bien imaginé avec l'agnelle et je pense malheureusement que cette situation n'est pas impossible. J'ai aimé ce texte, vraiment beaucoup. C'est un de mes deux coups de cœur de cette rentrée littéraire. Bises

Coccinelle 07/11/2013 23:25

J'espère que tu en auras d'autres ! Je te conseille Les fuyants d'Arnaud Dudek et Sauf les fleurs de Nicolas Clément.

Soie 07/11/2013 10:42

En fait le narrateur doit être à peu près de la génération "certificat d'études" française. Je ne connais pas le système scolaire islandais, mais suivant les pays et les villages il peut y avoir de grosses différences. En France je ne dirais pas que cette génération est illettrée.
Je viens de finir une série de nouvelles coréennes, qui dépeint le milieu Coréen rural début XXème, des gens qui sont démunis de tous et se tuent au travail. On ne voit pas comment ils auraient le temps de lire et comment ils pourraient avoir un livre entre les mains alors qu'ils n'ont ni de quoi s'habiller ni de quoi manger.
Dès l'instant que les conditions de vie s'améliorent et deviennent décentes, ça change tout... donc il y a paysan et paysan... celui qui crève de faim (désolée pour l'expression triviale) et celui qui arrive à vivre correctement de son travail. Qu'il puisse apprécier de lire ne me surprend pas trop, même si ce n'était pas toujours le cas, tu as raison. Fréquenter un cercle littéraire parait assez exceptionnel, mais je me demande si les cercles littéraires étaient si nombreux que cela et pas un peu huppés :-) ? Se posent la question du choix des ouvrages à lire, et du fait que les différents milieux sociaux puissent/aient envie de se côtoyer. Fréquenter la bibliothèque, quand il y en avait une, était sans doute plus accessible (en France). Ce serait intéressant d'en savoir un peu plus sur l'histoire de l'Islande.
En tout cas je note le titre de ce livre qui me parait fort intéressant.
Je suis en train de lire "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates", c'est assez amusant (et instructif), les rapports à la lecture y sont parfois cocasses.
Et je ne sais pas si tu connais Le mec de la tombe d'à côté, l'histoire d'une rencontre entre une bibliothécaire et d'un agriculteur, en Suède, chacun raconte sa vision de la relation, ce livre m'avait bien plu aussi.
Bonne journée.

Coccinelle 07/11/2013 23:24

Merci Soie, tu en fais des livres voyageurs ?

Soie 07/11/2013 14:35

Le recueil s'intitule Une averse, je suis en train de finir de rédiger la note de lecture qui paraîtra la semaine prochaine. Je te l'enverrai avec plaisir si tu le souhaites, (même si tu ne souhaite pas le lire dans un futur immédiat, il n'y a pas de problème) dans ce cas communique moi ton adresse en privé. Si tu veux Les romans meurtriers qui semblait intéresser également, je te l'envoie aussi.
A bientôt Catherine.

Coccinelle 07/11/2013 12:55

Merci pour ton retour Soie. J'ai été surprise non seulement qu'il lise mais aussi qu'il fasse partie d'un cercle de lecture et c'était même lui qui choisissait les livres que le cercle achetait. Parce que justement, les paysans et pêcheurs en France et ailleurs ne savaient souvent pas lire et n'avaient pas le temps du tout de lire. Peut-être qu'en Islande, c'est différent mais je ne connais pas l'histoire de ce pays. En tout cas, à un moment, il dit qu'il a 9 ans et qu'il regarde les avions de la guerre passer dans le ciel (début années 40).
Quel est le titre de ce recueil de nouvelles coréennes ? Parce que ça m'intéresse ;-)
Quant au Mec de la tombe d'à côté, on m'en a parlé et je l'ai beaucoup vu sur les blogs alors je l'ai noté, même si je sais que je n'aurai jamais le temps de tout lire...
Bonne journée et à bientôt.

Alex-Mot-à-Mots 07/11/2013 09:13

J'hésite, je ne suis pas particulièrement fan de ce genre de romans.

Coccinelle 07/11/2013 12:49

Bah, tu ne risques pas grand chose, il est court et se lit vite, mais si tu n'aimes vraiment pas, laisse tomber ;-) Bonne journée.

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -