Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 00:19
Allez, le dernier livre que je chronique cette année est Au secours pardon de Frédéric Beigbeder, paru aux éditions Grasset en juin 2007. Ce roman qui est la suite de 99 F (paru en 2000, réédité sous le titre de 14,99 €, adapté au théâtre en 2002 et au cinéma en septembre 2007) compte 321 pages et coûte 19,90 € (ISBN 2-246-67801-4).

L'auteur
Dois-je présenter Frédéric Beigbeder ? Né en 1965 à Neuilly sur Seine, dans une famille originaire du Béarn (Le héros de 99 F et de Au secours pardon, Octave,
est Béarnais), il étudie à Sciences-Po (il obtient un DESS marketing - publicité) puis il travaille dans la publicité avant de se lancer dans la littérature où il excelle en tant qu'écrivain, critique littéraire pour des magazines et des émissions télévisées (Je le préférais dans Rive Droite / Rive Gauche, émission culturelle quotidienne présentée par Thierry Ardisson sur Paris Première que comme chroniqueur littéraire ou cinématographique sur Canal +) et éditeur chez Flammarion. Il est connu comme un fêtard et un jet-setteur aguerri !
Le site non-officiel de Frédéric Beigbeder, Le S.N.O.B.

Ses livres
1990 : Mémoire d'un jeune homme dérangé, Table Ronde
1994 : Vacances dans le coma, Grasset
1997 : L'amour dure trois ans, Grasset
1999 : Nouvelles sous ecstasy, Gallimard (nouvelles)
2000 : 99 francs (re-titré 14,99 €), Grasset
2001 : Dernier inventaire avant liquidation, Grasset (essai)
2002 : Rester normal, Dargaud (BD)
2003 : Windows on the world, Grasset (prix Interallié 2003)
2004 : Je crois - Moi non plus : dialogue entre un évêque et un mécréant, Calmann-Lévy (entretiens avec Monseigneur Jean-Michel Di Falco, évêque de Gap)
2004 : Rester normal à Saint-Tropez, Dargaud (BD)
2005 : L'égoïste romantique, Grasset
2007 : Au secours pardon, Grasset
2007 : 99 F : le manuel d'utilisation de la société d'hyperconsommation (avec Jan Kounen, réalisateur du film)

Mon résumé
Octave Parangon est sorti de prison (lire 99 F), il a 40 ans et vit depuis un an à Moscou où il cherche de belles femmes de moins de 24 ans pour la société L'Idéal. Évidemment, il fréquente les nouveaux riches de Moscou et peut photographier (et baiser !) toutes les plus belles filles Russes, Kazakhes, Ouzbekhes, etc. Mais L'Idéal rejette les filles présentées (trop jeune, trop vulgaire, trop grande, trop souriante, trop maigre, ...) et préférerait une Tchétchène, plus tendance. Octave refuse d'aller à Grozny, trop dangereux ! Sur les conseils d'un pope moscovite qu'il avait connu à Paris et auprès duquel il va se confesser (plus par amitié que par foi), il contacte une adolescente de 14 ans, Lena Doytcheva. Elle est belle et capricieuse, il va tomber amoureux d'elle. Elle sera son paradis et son enfer ! Je n'en dis pas plus pour vous laisser découvrir le déroulement du roman et la fin.

Mon avis
Je me rappelle avoir lu 99 F avec plaisir à sa parution. Je voulais donc lire la suite et je n'ai pas été déçue. Cependant mes goûts ont évolué en 7 ans et j'ai souri en pensant à l'entête du chapitre consacré à Frédéric Beigbeder dans La littérature sans estomac de Pierre Jourde : « C'est Toto qui écrit un roman » ! Je pense que Beigbeder est conscient de ne pas écrire ce que les puristes appellent de la Grande Littérature. Mais il est cultivé, il aime lire et écrire (pas si mal que ça), il a beaucoup d'humour alors on lui pardonne d'être souvent potache, fanfaron et peut-être même prétentieux. Dans Au secours pardon, il cite Théophile Gautier, James Joyce, mais aussi des auteurs russes comme Mikhaïl Boulgakov, Fedor Dostoïevski, Vladimir Nabokov, Anton Tchekhov, Ivan Tourgueniev, puisque le roman se déroule à Moscou (et à Saint-Pétersbourg). Il n'oublie pas non plus les nombreux mots en anglais mais aussi en russe alors préparez vos dictionnaires ! Au secours pardon est un roman sur la Russie, sur la beauté et sur le fait de vendre le corps humain.

Mes passages préférés
C'est tellement compliqué d'être libre. La liberté est un fardeau qui s'apprivoise, comme la mort. En Russie, vous le savez mieux que partout. (page 36)
Les Russes sont obligés d'être immenses comme les steppes d'Asie centrale ou la toundra sibérienne : humbles mais lyriques, fauchés mais orgueilleux. [...] Ils disent des choses profondes dans des cuisines où fermente le kvas et sèchent les champignons. Ils n'ont pas un radis mais leurs tables de bois sont couvertes de pommes de terre à l'huile, de gâteaux au pavot, de poissons sucrés, de cornichons parfumés, de carafons de vodka avec des oiseaux gravés dessus, de confitures et de thé bouillant dans des samovars de cuivre. Vous ne les connaissez que depuis quelques minutes et déjà ils vous parlent  de la vanité de l'amour, de la mort du bonheur, de la folie du monde. [...] (pages 57 et 58). Cette citation n'est pas complète, elle continue dans le roman sur quelques phrases (je ne veux pas recopier un extrait trop long) mais je trouve ce paragraphe très beau et représentatif de l'âme russe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -