Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 08:10

in 13 récits chinois aux éditions Philippe Picquier en 1991

Né en 1894 dans le Suzhou, Ye Shengtao est d'abord connu sous le nom de Ye Shaojun. Cet autodidacte devient instituteur de village puis professeur d'université. En 1921, il est l'un des fondateurs de l'Association pour la Recherche Littéraire. Ses thèmes de prédilection sont l'enfance et l'enseignement, qu'il traite dans des nouvelles et un roman (Ni Huanzhi, 1930) où il narre la tragédie d'un instituteur révolutionnaire. Après 1949, il se consacre à la pédagogie, écrit des poèmes, des articles de journaux et meurt en février 1988.

Une vie, 1919, traduit de Yi sheng par Martine Vallette-Hémery.
C'est un des premiers récits de Ye Shengtao.
Une fille de paysans qui n'a reçu aucun enseignement est mariée à 15 ans. Dans sa belle-famille, elle est maltraitée et son enfant de 6 mois meurt. Frappée, humiliée, elle s'enfuit et travaille en ville mais, retrouvée, elle est harcelée aussi bien par son beau-père que par son père. À la mort de son époux, la méchante belle-famille la vend à une autre famille car elle leur est devenue inutile.
C'est tout le drame des filles chinoises, dont on se débarrasse rapidement car elles sont des bouches à nourrir. Elles doivent satisfaire leurs parents, puis leur mari, leur belle-famille et mettre au monde des enfants avant de harceler elles-aussi leurs futures belles-filles...

Le riz quotidien, 1921, traduit de Fan par Martine Vallette-Hémery.
Le riz est inondé, il est impossible de le cultiver, impossible qu'il murisse et les paysans ont peur de mourir de faim. Sans travail, les enfants se rendent à l'école et y découvrent l'inspecteur mais pas l'instituteur, Monsieur Wu. Ce dernier s'est rendu compte qu'il était volé sur son salaire : il ne reçoit en effet que 3 yuans au lieu de 10, il n'a donc pas non plus les moyens de nourrir sa femme et ses enfants.
Ou quand le peuple chinois se rend compte que les Lettrés (instituteurs) gagnent encore moins que les paysans considérés pourtant comme la population la plus pauvre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -