Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 10:27

Comme mes 4 autres livres pour le défi Littérature policière sur les 5 continents sont des romans parus chez 10/18, j'hésitais pour l'Asie entre ce roman coréen et d'autres parus chez 10/18. Et puis je me suis dit que je n'allais pas faire une thématique « éditeur unique » et je suis restée sur mon premier choix coréen.


La mort à demi-mots est un court roman de Kim Young-ha paru en 1996 en Corée et en 1998 chez Philippe Picquier puis réédité en 2002 chez Picquier Poche (n° 185, 139 pages, 6 €, ISBN 2-87730-606-2) et traduit du coréen par Choi Kyungran et Isabelle Boudon.

Il est amusant de constater que le titre coréen de ce livre « Naneun nareul pakwihal kwoulika ita » qui signifie « J'ai le droit de me détruire » est une citation de Françoise Sagan (lire l'avant-propos à ce sujet).


L'auteur

Kim Young-ha est né en 1968 en Corée du Sud mais il aurait passé une partie de son enfance dans la zone démilitarisée entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Après deux recueils de nouvelles, La mort à demi-mots est le premier roman de cet auteur qui reçoit en 1996 le prix du meilleur jeune écrivain de l'année, prix décerné par l'éditeur Munhakdongne basé dans la ville de Paju dans la province de Gyeonggi. Kim Young-ha est considéré comme un des chefs de file de la nouvelle génération d'auteurs coréens.


Mon résumé

Séoul, années 90, le narrateur est le tueur. Un tueur qui en fait ne tue pas : il rend service à des clients qu'il juge dignes de mourir ! Des personnes au bord de la mort (maladie, dépression) qu'il fait parler durant leurs rendez-vous et qu'il convainc de mourir, sous-entendu se suicider... C'est un esthète, un amoureux de peinture, de livres d'histoire et de guides touristiques (avec les honoraires versés par ses clients, il part en voyage). Il se souvient de sa première « cliente », c'était il y a deux ans, en hiver, elle s'appelait Seyoun.

Puis le lecteur fait connaissance des frères K et C : l'un est chauffeur de taxi, l'autre est cinéaste. Lorsque C est revenu de l'enterrement de leur mère, il a trouvé son frère K dans sa maison, sur son canapé avec une femme : elle s'appelait Judith puis elle aussi fut une victime du « tueur ».


Mon avis

Classé en roman policier, ce roman n'en est pas véritablement un dans le sens où n'y a pas d'enquête. En fait c'est le lecteur confronté aux personnages et à sa propre perception des choses qui « mène l'enquête » pour savoir qui est le tueur. Un des deux frères ? Quelqu'un d'autre ? Court mais intense, froid et cruel, ce petit livre met tellement le lecteur à l'épreuve que j'ai pensé à la cruauté de certains films coréens, comme Old boy de Park Chan-wook par exemple. De quoi vous donner des frissons et vous faire sentir coupable !

Je voulais aussi remercier l'ami qui m'a offert ce roman : B, merci (tu te reconnaîtras) !


 

Du même auteur chez Philippe Picquier

 

Fleur noire, ou l'histoire de plus de 1000 Coréens, au début du XXème siècle, fuyant leur pays occupé par les Japonais et vendus comme esclaves au Mexique pour récolter le sisal ou henequén. Roman de 394 pages traduit par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel, paru en janvier 2007 et dont la version poche (496 pages) est annoncée pour janvier 2009.

L'empire des lumières, racontant la vie de Kim Kieyong, un espion nord-coréen « qui a 24 heures pour prendre une décision et faire basculer sa vie, mais de quel côté ? » Roman de 384 pages traduit par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel, annoncé pour janvier 2009 : j'ai lu les deux premiers chapitres disponibles sur le site des éditions Philippe Picquier et ça commençait vraiment bien !

 

J'espère qu'après avoir lu ce post, vous aurez envie de lire un des romans de cet auteur et de découvrir la littérature coréenne !


Dans le cadre du défi Littérature policière sur les 5 continents, cet article est également publié sur le blog consacré au défi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soie 10/06/2013 18:36

C'est un livre assez saisissant, surtout quand c'est le tueur qui parle.
J'ai commandé d'autres romans, mais pas du même auteur. Je ne suis pas sûre par contre d'arriver à les lire tous pour le 20 juin. Je préfère prendre un peu mon temps, ce serait dommage de bâcler. Mais il y en aura sûrement un ou deux de lus d'ici là, sauf si décidément je ne comprends rien :-)
En tout cas je trouve que c'est toujours intéressant de découvrir un peu d'un pays d'après sa littérature, même si certains passages m'échappent.

Coccinelle 11/06/2013 00:01

Merci Soie de t'investir autant pour ce challenge ! Il ne dure que 3 mois et que tu t'es inscrite 3 semaines environ avant la fin alors je prends les articles qui viennent ! Comme je te le disais en commentaire de ton article, au sujet de ce livre, je l'ai lu il y a plus de 4 ans et alors que je relisais ma note de lecture et la tienne, je me demandais bien si ce n'était pas une allégorie de la dictature militaire ! Il faudrait voir avec un spécialiste de la Corée. Demain (mardi), je vais parler du thé coréen, ensuite je parlerai d'une fondue coréenne et puis j'aimerais avoir le temps de parler de musique coréenne. La culture coréenne est si riche et je voudrais visiter ce pays un jour !

virginie 26/03/2009 15:50

J'ai lu récemment "L'empire des lumières", qui m'a beaucoup plu ! J'avais déjà noté cette "mort à demi-mots" et n'oublierai certainement pas de le lire prochainement. 

Catherine 26/03/2009 20:07






J'aimerais lire L'empire des lumières mais je me tâte : attendre que la bibliothèque l'achète (même pas sûre) pour l'emprunter ou l'acheter (et de
toute façon ne pas avoir le temps de le lire tout de suite)...



A_girl_from_earth 26/02/2009 01:09

Ah c'est sûr qu'il doit y avoir une saveur particulière à le lire en coréen! Mais là je me débats déjà avec le japonais, et vu l'assiduité avec laquelle je m'y colle, ce n'est pas demain que j'arriverai à lire une page de manga...Au passage je me suis laissée convaincre par L'empire des lumières. Le sujet me parle là!

Catherine 26/02/2009 07:35






J'ai prévu de le lire aussi, on partagera nos avis !
Tu apprends le japonais ? Bon courage !



A_girl_from_earth 25/02/2009 22:05

Bon il faudra que je re-regarde alors! Parce que hormis le sujet ici, l'auteur a un style admirable, une culture très appréciable, c'est vraiment intéressant de le lire!

Catherine 25/02/2009 23:59






J'aimerais bien pouvoir le lire en coréen, pas toi ?



A_girl_from_earth 25/02/2009 15:49

Ca y est je l'ai lu et... pfiou, ça m'a complètement terrassée!"Intense, froid et cruel", "lecteur à l'épreuve", oui c'est exactement ça!Je suis vraiment ravie de cette découverte, je réalise que c'est vraiment mon premier roman coréen, mais je ne suis pas sûre de récidiver avec cet auteur par contre.

Catherine 25/02/2009 17:45






C'est dommage parce que les deux autres romans ont des sujets tout à fait différents !



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -