Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 07:27

Le premier qui pleure a perdu est un roman « presque autobiographique » de Sherman Alexie paru chez Albin Michel dans la collection Wiz en septembre 2008. Ce roman est traduit de l'américain (The absolutely true diary of a part-time Indian) par Valérie Le Plouhinec et illustré par Ellen Forney (281 pages, ISBN978-2-226-18017-9). Best-seller aux États-Unis, il a reçu le National Book Award 2007.

 

Sherman Alexie est auteur de romans et de recueils de nouvelles. Le premier qui pleure a perdu est son premier roman pour la jeunesse.

 

Le narrateur est Arnold Spirit Jr, surnommé Junior, un Indien de 14 ans qui vit dans la réserve Spokane créée en 1881. Il est né le 5 novembre 1992 avec « trop d'huile dans le crâne » (trop de liquide céphalo-rachidien) et a subi une opération à l'âge de six mois qui lui a laissé des séquelles. Il 42 dents au lieu de 32, un oeil presbyte et un oeil myope, des pieds gigantesques (à 10 ans, il chaussait du 46 !), un crâne énorme, il est très maigre, il est sujet aux migraines, aux convulsions, en plus il bégaie et zozote... La totale, quoi ! Dans la réserve, tous se moquent de lui, l'insultent et le frappent régulièrement. Mais Junior rêve de devenir dessinateur : « Que vous parliez et écriviez en anglais, en espagnol, en chinois ou en n'importe quelle langue, seul un certain nombre d'êtres humains vous comprendra. Mais si vous faites un dessin, tout le monde peut le comprendre. Si je dessine une fleur, tous les hommes, les femmes et les enfants du monde peuvent la regarder et dire : c'est une fleur. » (page 16).

 

Junior a deux amis. Oscar, un petit chien mais quand il est tombé malade, il a fallu que son père l'abatte : « Bien sûr, Oscar n'était qu'un corniaud errant adopté, mais c'était le seul être vivant sur lequel je puisse compter. [...] Franchement, Oscar était une meilleure personne que tous les êtres humains que j'avais jamais rencontrés » (page 21) et « un meilleur ami humain », Rowdy, né le même jour que lui, fan de bandes dessinées, mais qui est « le garçon le plus dur de la réserve », toujours en colère, toujours prêt à frapper...

 

À 14 ans, Junior entre au lycée et rencontre un professeur qui l'encourage à quitter la réserve, à ne pas abandonner comme les autres, à trouver l'espoir. Le soir même, Junior demande à ses parents de l'envoyer à Reardan où « il y a l'un des meilleurs petits lycées de l'État, avec une salle informatique, un immense labo de chimie, un club de théâtre et deux terrains de basket. [...] Les élèves de Reardan sont les plus intelligents et les plus athlétiques. Ce sont les meilleurs. » (page 63). Évidemment Rowdy est très en colère : non seulement il ne veut pas quitter la réserve pour aller dans ce lycée avec son ami mais en plus il le frappe.

 

Bien que la mascotte du lycée de Reardan soit un Indien, tous les élèves sont des Blancs et Junior est le seul Indien : « Tout était différent, c'était flippant, et je n'avais aucun moyen de rentrer chez moi. » (page 87). Personne n'est ami avec lui : « Les jeunes Blancs ne me parlaient pas. C'est à peine s'ils me regardaient. » (page 108) jusqu'au jour où il devient ami avec Gordy, avec qui il étudie, et surtout avec Penelope, belle et pleine de rêves, et puis aussi avec Roger, gentil et généreux. « Si on laisse les gens entrer un peu dans sa vie, ils peuvent se révéler bougrement surprenants » (page 163). Il va même faire partie de l'équipe de basket et devenir un joueur respecté. « Mon entraîneur et les autres joueurs voulaient que je sois bon. Ils avaient besoin que je le sois. C'est ce qu'ils attendaient de moi. Alors je suis devenu bon. Je voulais être à la hauteur de leurs attentes. Je suppose que tout est là. Le pouvoir des attentes. » (page 220).

 

Mais le malheur frappe plusieurs fois la famille Spirit et Junior devra être fort.

 

Un livre où on rit et où on pleure, un livre sur la vie et la mort, l'acceptation de soi et des autres, la tolérance, l'espoir et l'amour, l'amitié aussi. Un livre généreux, drôle et sensible.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tiphanya 14/08/2009 20:18

Oùlàlà, tu me demandes de faire une association de blog à partir de ton nom... trop compliqué. Plus sérieusement, j'ai peut-être visité ton blog lorsque je me suis inscrite au défi, mais j'avoue l'avoir oublié depuis. Mais comme je fréquente surtout les blogs de personnes ayant les mêmes gouts que moi, maintenant je risque de revenir souvent

Catherine 14/08/2009 20:21



Tant mieux (si tu reviens souvent ). Je visite aussi régulièrement ton blog.



Tiphanya 14/08/2009 19:57

Avant de lire Zulu, je ne connaissais pas ton blog, mais voici une deuxième lecture en commun !Je viens de finir ce roman et je suis "contente" de voir que toi aussi tu as été touchée et que tu n'as pas seulement ris des aventures de Junior. En tout cas je trouve que c'est un très bon roman.

Catherine 14/08/2009 20:11



Merci, Tiphanya, j'espère que tu trouveras d'autres notes de lecture intéressantes ici ! Comme tu participes au défi Littérature policière sur les 5 continents, je pensais que tu connaissais mon blog.
Bon weekend !



Soie 05/04/2009 22:31

Ainsi que je l'écrivais sur mon blog, j'ai découvert récemment près de chez moi une librairie où sont organisées des thématiques. Le thème précédent était la littérature américaine, et j'ai acheté deux romans de cet auteur : Indian blues et La vie aux trousses.Le thème actuel est la Corée, et c'est ainsi que j'ai trouvé le livre que tu as présenté pour le défi de littérature policière.

Catherine 05/04/2009 22:51






Une librairie qui fait des thématiques comme ça, quel bonheur ! J'espère que la  littérature de Corée va te plaire aussi !



Edelwe 29/03/2009 18:05

Encore un de noté!

Catherine 30/03/2009 00:10






Très beau roman (presque autobiographique), j'espère qu'il va te plaire.



Lorence 27/03/2009 19:54

Oui peut-etre mais c'est aussi la vie et les grands juniors fevraient pouvoir le lire?

Catherine 27/03/2009 21:32






Je dirais à partir de 12 ou 13 ans.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -