Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 23:29

CoupCoeur2009.pngLes veilleurs est un roman de Vincent Message paru le 20 août 2009 au Seuil (635 pages, 22 €, ISBN 978-2-02-099707-2) et qui a déjà reçu le Prix Laurent Bonnelli (décerné par le magazine Lire et les librairies de Virgin). Plus d'informations sur l'auteur sur son site officiel.

 

Je remercie Suzanne de Chez les Filles et les éditions du Seuil de m'avoir fait parvenir ce roman que je vais lire dans le cadre du challenge 1 % de la rentrée littéraire 2009. Premier roman de ce parisien né en 1983, pavé de plus de 600 pages : il a intérêt à être bien ! Bon, j'ai lu moins de 20 pages et je suis déjà conquise, accro, ne me dérangez surtout pas, je lis !

 

« À en croire la très bonne parole, il faut que je sois fou. Ils ont réfléchi toute la nuit derrière des portes closes, et maintenant que la fatigue a fini par les mettre d'accord, ils peuvent le dire sans aucun risque de se tromper : c'est ça. L'un deux monte au créneau pour défendre cette position. Le pauvre est mal barré. Pour rien au monde je n'échangerais nos places. » (page 11, premières phrases du roman). Le narrateur, celui qui pense ça, est sur le banc des accusés, il s'appelle Oscar Waldo Andreas Nexus (30 ans) et il a tué avec un pistolet trois personnes qu'il ne connaissait pas, dans une rue de Regson, un matin de février, puis il s'est endormi sur leurs cadavres et n'a déclaré qu'une chose : qu'il avait sauvé le monde. En cinq mois, l'affaire est traitée. Le verdict : perpétuité, l'enfermement : à la clinique Bentlam où il sera observé par le docteur Joachim Traumfreund (55 ans).

L'officier de police judiciaire Paulus Rilviero (47 ans) est mandaté par le gouverneur Samuel Drake pour découvrir qui est réellement Nexus et pourquoi il a agi ainsi. Car parmi les victimes, Richard Tallis (la cinquantaine, père de deux enfants) et Zhao Yuan (jeune expert-comptable qui allait se marier), il y avait Ania Walevska (la trentaine, brillante sociologue d'origine polonaise, qui était la maîtresse cachée du gouverneur).

C'est un récit surprenant que découvre le lecteur ! D'un côté les pensées de Nexus : « Cet homme n'avait pas de vie – ou bien une vie tout intérieure. » (page 63), de l'autre l'enquête de Rilviero et de Tramfreund car Nexus ne semble pas avoir existé avant son arrivée à Regson et son travail de veilleur de nuit : on ne se rappelle pas qui l'a embauché ou alors cette personne a quitté l'entreprise, sa concierge ne se rappelle pas l'avoir vu emménager et il était tout simplement apparu, son appartement est des plus impersonnel, personne ne le connaît ou ne communiquait avec lui à part une petite fille qui l'appelle Le Dormeur et on ne sait pas d'où vient l'arme qu'il a utilisée ni l'argent versé sur son compte bancaire.

C'est intrigant, vraiment très intrigant, et malgré le poids du livre (j'aime lire allongée sur le dos), je n'arrive pas à le lâcher.

« Dirave. Dévigue. » (page 168).

Afin de se consacrer à Nexus et d'étudier ses phases de sommeil, Traumfreud le transfère avec l'accord de Rilviero et de Drake à L'Aneph, un bâtiment modulable conçu par l'architecte Syrénaï. Là, Nexus, qui a quand même besoin de contacts, se lie peu à peu avec les deux hommes et commence à parler... Mais raconte-t-il ses rêves, invente-t-il ou ment-il ? « Voir si les machines machinent avant de se demander... si le dormeur rêve... ou si le rêveur ment. Une comptine. On pourrait enchaîner : dormeur rêve, rêveur conte, conteur ment, menteur tue, tueur pleure, pleureur meurt, mourant dort... » (page 257).

Un roman passionnant ! Bien sûr, il est long (j'ai mis cinq jours pour le lire) mais je ne me suis jamais ennuyée, toujours cette volonté d'en savoir plus, sur Nexus, le Séabra, ses habitants, et toujours ce doute...

« Tout part de l'infini. Si l'infini existe, toutes les choses sont réelles. Elles sont dispersées dans l'espace et dans le temps, mais possèdent en un certain point de l'espace et du temps une forme de réalité (pages 488-489).

Même si je n'ai pas lu tous les livres de la rentrée et que je ne les lirai évidemment pas tous (pas folle, la guêpe !), je pense pouvoir dire que c'est un des trésors de cette rentrée, un premier roman extraordinaire, captivant, mature, et l'auteur n'a que 26 ans !

 

PS du 18 septembre : note de lecture publiée ce jour sur Chroniques de la rentrée littéraire 2009.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Reka 16/09/2010 10:32



Pourquoi vous attacher tant à l'âge des personnages??



Catherine 16/09/2010 17:38



Je ne sais pas, peut-être que sur le moment ça m'a paru important. Est-ce que ça gêne ?



herwann 21/09/2009 16:02

Oui moi aussi j'ai http://www.blogculturel.com/article-36160265.html...

Catherine 21/09/2009 19:16



Herwann, merci d'avoir laissé un commentaire avec ton lien parce que j'invite tous les lecteurs des Veilleurs à écouter Vincent Message sur la vidéo présente dans ton
blog !



Emeraude 19/09/2009 19:57

A vrai dire mon chéri n'écrit pas de billet. Au mieux il fait des coups de coeur (je dis au mieux mais c'est 10 fois plus dur que d'écrire un billet, ses coups de coeur se résumant à 3/4 lignes).Donc il n'y aura pas de billets sur mon blog. Pas tout de suite en tout cas. Comme il m'a raconté l'histoire de A à Z, je n'ai pas envie de le lire. Mais je n'exclue pas de m'y pencher dans quelques mois, voire années peut être...

Catherine 20/09/2009 10:09



Tu rates une excellente lecture !



Emeraude 18/09/2009 23:54

mais 5 jours pour lire ce pavé, ce n'est rien du tout ! (quoique mon chéri l'a lu en 3, grand record dû à des vacances bien mise à profit pour la lecture ;-))Ceci dit, j'ai aussi eu la chance de rencontrer l'auteur (très beau jeune homme!) qui a surtout parlé avec mon chéri puisque pour ma part je n'ai pas lu son livre, mais qui avait l'air très intéressé parce qu'il entendait.Il est sur la liste pour 2 prix (je ne sais plus lesquels), je pense qu'il mérite une reconnaissance. C'est un travail de titan que son premier roman !!! :-)

Catherine 19/09/2009 08:07



Émeraude, merci pour ton témoignage ! Donc s'il y a une note de lecture sur ton blog, ce sera ton chéri qui l'aura écrite ? Se serait bien avec la rencontre avec
l'auteur ! En tout cas, je te conseille de le lire aussi, vraiment. Je crois qu'il est dans la première sélection du Médicis et aussi dans celle du Renaudot.



Géraldine 12/09/2009 12:45

L'histoire à l'air sympa, mais trop pavé pour moi ! Par contre je suis très intriguée... Comment fais tu pour lire allongée sur le dos ????

Catherine 12/09/2009 14:51



Géraldine, tu rates quelque chose ! Comment je fais pour lire sur le dos, ben... Je me cale bien sur l'oreiller et je tiens le livre devant/au-dessus de moi (parfois
le livre est un peu lourd, justement comme Les veilleurs mais quand ça vaut le coup...). Bon weekend !



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -