Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 05:05

BlancTheatre.jpgBlanc est une pièce d'Emmanuelle Marie parue aux éditions L'avant-scène théâtre dans la collection Quatre-vents en 2005 (58 pages, 9,20 €, ISBN 978-2-7498-0954-0). Préface de Zabou Breitman. Pièce créée au Théâtre de la Madeleine à Paris en 2006.

 

Emmanuelle Marie est née en 1965 à Boulogne sur Mer (Pas de Calais). Elle a étudié les Lettres modernes et la filmologie. Elle est auteur (romans, pièces de théâtre, livret d'opéra) et a fondé la Compagnie des Docks en 1989. Elle est décédée le 9 mai 2007.

 

La scène : une cuisine.

Les personnages : deux sœurs, l'aînée a 30 ans et la cadette a 25 ans.

Assises l'une en face de l'autre, sur deux chaises, « L'Aînée » et « La Cadette » se parlent en préparant un repas (du bœuf-carottes) alors que leur mère est mourante dans la chambre à côté.

 

« L'Aînée : Il a dit quoi ?

La Cadette : Il a dit un jour deux jours trois jours une semaine...

L'Aînée : Il en sait rien.

La Cadette : Il a dit pas plus d'une semaine.

L'Aînée : Il a dit ça pas plus d'une semaine ! » (page 11).

 

L'aînée va annuler ses rendez-vous professionnels et... perdre de l'argent.

« L'Aînée : Il peut pas être plus précis ?

La Cadette : Qui ?

L'Aînée : Le toubib peut pas être plus précis ?!... » (page 13).

 

La cadette a éloigné Jean, son mari, et Gabriel, leur fils de 4 ans.

« La Cadette : […] Ils sont partis à l'aube... Mais je te l'ai dit déjà. Et tu n'écoutes pas. Tu n'écoutes rien. » (page 14).

 

EmmanuelleMarie.jpgVoila, c'est dit : les deux sœurs se parlent mais sans vraiment se parler et surtout sans s'écouter ! Parce que la cadette fait des reproches à l'aînée mais elle agit de même (voir l'épisode du riz pages 18-19 et du thé pages 19-20).

 

Parfois la lumière baisse puis se dépose sur une des sœurs qui monologue. Chacune a ses soucis. Pour L'Aînée, travail et argent car elle doit payer son loyer, et un homme aussi, ça lui manque. Pour La Cadette, vie d'épouse, de mère et de fille car elle vit en famille dans cette maison et s'occupe de leur mère.

 

« La Cadette : Lutter lutter pour en arriver là. Ce qu'elle nous a appris quelle valeur aujourd'hui ça veut dire quoi... ? » (page 25).

 

Avez-vous remarqué, dans les extraits, les mots mis bout à bout et l'absence de ponctuation ? Ça rend la lecture bizarre et je pense qu'il faut plutôt s'imaginer les deux voix.

Et puis le manque de réel échange entre les deux sœurs existe aussi avec la mère qui ne dit rien : « Tenir sa main pour toutes les choses que l'on ne peut pas dire qu'il est trop tard pour dire […] Tenir sa main merde je peux seulement faire ça. » (pages 28-29).

L'Aînée se réfugie dans la gourmandise (pain-beurre-chocolat) et le rêve (un train genre l'Orient-Express). La Cadette avoue son infidélité. Elles sont en fait toutes les deux dans un grand désarroi, une grande confusion, elles rêvent d'ailleurs.

Et puis un absent... Le père. L'Aînée voudrait l'appeler mais s'il ne venait pas...

Il y a du désespoir... Attendre la mort de sa mère, ne pas pouvoir parler avec elle, ne pas dire l'amour qu'on se porte... Le silence... Et une occupation à laquelle se raccrocher : les draps à laver et à pendre, les draps blancs.

Quelle force dans ces dialogues et monologues surprenants !

 

Lu pour le Tour des genres en 365 jours (2e théâtre), je mets aussi ce livre dans les challenges Cent pages, Lire sous la contrainte (titre en un seul mot), Petit bac (dans la catégorie couleur) et Ô vieillesse ennemie.
TourGenres DefiCentPages
LireContrainte4 PetitBac2013 VieillesseChallenge

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edelwe 18/02/2013 20:11


J'avais adoré la pièce!

Catherine 19/02/2013 00:04



Tu avais vu la pièce ? Les actrices étaient comment ?



Philippe D 18/02/2013 20:02


Je ne lis pas de classiques non plus (ou très peu). Cela est dû à une allergie que j'ai eue pendant mes humanités. Les livres imposés, pour la plupart, ne me plaisaient pas beaucoup. Et puis, il
y a tellement de nouveautés intéressantes à lire! 

Catherine 19/02/2013 00:02



Si tu n'es pas motivé pour les classiques, tu as raison, ce n'est pas la peine de se
forcer.



Philippe D 17/02/2013 20:52


Je ne lis pas de pièces. Il faudrait que j'essaye.


Noté aussi celui-ci. 

Catherine 18/02/2013 02:02



Est-ce que tu préfères le classique ou le contemporain ?



Philisine Cave 02/02/2013 21:15


Au vu des dialogues, je ne suis pas sûre de sortir excitée... après dix lignes. Bises

Catherine 03/02/2013 00:34



Désolée si mes extraits ne t'ont pas emballée, Philisine Cave, en fait il y a une
ambiance, de l'émotion, vraiment .



Anis 01/02/2013 07:21


Moi qui fais du théâtre, cela m'a beaucoup intéressée.

Catherine 02/02/2013 18:38



Pendant la lecture, je m'imaginais deux voix féminines différentes, et le texte est
vraiment beau.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -