Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 23:51

FormoseLiChinLin.jpgFormose est une bande dessinée de Li-Chin LIN parue aux éditions ça et là dans la collection Longues distances en novembre 2011 (256 pages, 22 €, ISBN 978-2-916207-62-9).

 

« 1973. Hergé a visité Taïwan en septembre. Je suis née quelques mois plus tard... » (page 8) : une façon toute simple pour l'auteur de dire qu'elle est une héritière de la bande dessinée européenne, elle qui est née à l'autre bout du monde, à Taïwan et qui vit en France.

 

Ce que Li-Chin Lin raconte, c'est son histoire, et à travers son histoire, celle de sa famille, de son île, Formose devenue Taïwan. Alors que Taipei, la capitale, est au nord, Lin a grandi à Lin Bian, au sud avec ses parents et ses grands-parents paternels.

Li-Chin a six ans, elle vient de gagner le premier prix du concours de dessin anticommuniste. Ce prix peut nous paraître étrange, mais la Chine communiste est juste en face et représente un danger pour la petite île isolée. Lin grandit avec d'un côté les idées patriotiques de Taïwan et de l'autre la culture japonaise (dessins animés, manga, chansons) qui envahit l'Asie. « Impossible de résister à la culture pop japonaise. » (page 45) et grâce à cette culture différente, Li-Chin découvre « d'autres univers » (page 48).

Mais, comme la Chine, le Japon est un ennemi : il a colonisé Formose pendant un demi-siècle. Pourtant certains ont la nostalgie de la colonisation japonaise et Li-Chin a honte de ses grands-parents. Mais le Japon est « fascinant » : « C'était un vrai dilemme pour moi, petite écolière taïwanaise : fallait-il aimer ou haïr le Japon ? » (page 50).

Ainsi va, dans ces années-là, la vie d'une fillette et des enfants de Taïwan...

« Qui a chanté j'ai cinq maris au lieu de anticommuniste ? » et « Qui a chanté les huîtres frites au lieu de tuer les traîtres au peuple chinois ? » (page 16). C'est donc avec humour que Lin raconte tout ça.

Très tôt, Li-Chin se pose des questions sur l'histoire officielle. A-t-elle été déformée ? Les Taïwanais sont-ils des esclaves endoctrinés par le Japon ? Pourquoi l'histoire, les langues et la culture (marionnettes à gaine, opéra...) de Taïwan sont-elles méprisées ? Li-Chin va grandir et découvrir peu à peu la vérité.

En tout cas, elle explique bien comment les enfants taïwanais sont conditionnés pour devenir de vrais petits Chinois (anticommunistes bien sûr) parlant le mandarin sans accent et rejetant les cultures taïwanaise et japonaise.

« À cette époque, il n'y avait ni Internet ni Wikipédia. Les adultes se montraient critiques à la maison, mais ils ne nous ont jamais parlé de l'histoire qui a été effacée des livres scolaires. J'aimais lire, mais aucun livre ne parlait de la véritable histoire de Taïwan. Aucun. » (page 27).

 

Il y a très peu de cases mais il n'y a aucun problème pour suivre les dessins. Souvent il y a des idéogrammes chinois ou des kana japonais mais ce n'est pas grave si le lecteur ne comprend pas leur signification, ils font en fait partie du dessin. De temps en temps, Li-Chin se dessine de façon amusante, un peu comme le style chibi (mignon) japonais.

Et cette bande dessinée est passionnante ! Pour quelqu'un comme moi qui aime l'Asie, et qui a un ami à Taïwan, je découvre des choses sur cette île, sur le Japon et la Chine.

Je me demande si Li-Chin parle toutes ces langues (page 30) : le holo (langue taïwanaise), le japonais (langue de l'ancien colonisateur, langue de ses grands-parents), le hakka (langue maternelle de sa mère), l'anglais (langue internationale, langue défendue par son père) et le mandarin (langue chinoise), surtout connaissant la complexité du chinois et du japonais ! En plus, il y a les autres activités (piano, judo, dessin...), la vie des enfants taïwanais est vraiment très remplie ! « Le temps libre sert à étudier, pas à rêver. » (page 84). Le collège, le lycée à Taipei, le 6 avril 1989 à Tian-an-men, l'université où elle a décidé d'apprendre l'histoire « J'ai fait mon choix. Et les choix comportent des risques. » (page 151).

 

Li-Chin est née à Taïwan en 1973 et vit en France depuis 1999. Elle a étudié à l'École supérieure de l'Image à Angoulême puis à l'école d'animation La Poudrière à Valence. Courts-métrages d'animation, bande dessinée dès 2002 dans des fanzines, deux livres pour enfants (publiés à Taïwan), ateliers de bande dessinée. Formose est son premier roman graphique. (photo perso publiée en basse résolution).

LiChinLin2012.JPG

Une lecture pour les challenges

Des livres et des îles

(Formose/Taïwan),

Dragon 2012,

Lire sous la contrainte (un seul mot),

Littérature francophone 

et Petit Bac 2013 (catégorie Lieu).

LireContrainte4 LittFrancophone
DesLivresEtIles ChallengeDragonFeu PetitBac2013

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans bande dessinée Taïwan Chine
commenter cet article

commentaires

Philippe D 17/02/2013 20:56


Je ne lis pas de BD non plus. Les images ne m'attirent pas.


Merci pour tes participations multiples.


Bonne semaine. Pour moi, c'est la reprise. C'est parti pour 6 semaines. 

Catherine 18/02/2013 02:03



Dommage, il y a de très bonnes bandes dessinées. Bonne reprise.



DENIS 15/02/2013 21:28


merci pour cette présentation que je vais rajouter à ma 10e récap (déjà 10 !!!)

Catherine 15/02/2013 23:58



Merci Denis, et tant mieux : c'est que le challenge fonctionne bien.



Anis 12/02/2013 10:10


En ce qui concerne Taiwan, je viens de lire des choses sur une auteure Ang Li, qui démonce la violence faite aux femmes, une autre ambiance.

Catherine 12/02/2013 19:59



Merci pour l'info Anis, je manque de temps en ce moment pour visiter les blogs et laisser
des commentaires (je suis en plein dans les bilans de fin du Dragon 2012) mais je passerai .



Lee Rony 05/02/2013 22:50


Un livre passionnant que j'évoque également. Les grands esprits se suivent et se ressemblent.

Catherine 06/02/2013 00:02



Mais oui, j'ai vu ça en venant voir si tu avais répondu à mon commentaire sur l'article
des Lundis philo . Je note ton article dans le Dragon 2012, merci, et contente que tu aies aimé ce
Formose.



A_girl_from_earth 05/02/2013 22:36


Aaah tu as aimé !  Le contraire m'eut étonnée aussi.  C'est une BD qui vaut vraiment le détour en tout cas.

Catherine 05/02/2013 23:55



Oui, je l'ai beaucoup aimée et j'ai appris beaucoup de choses .



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -