Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 23:05

EcoleHonte.jpgL'école de la honte est un essai d'Émilie Sapielak paru le 25 août 2010 aux éditions Don Quichotte (283 pages, 18 €, ISBN 978-2-35949-013-8).

 

Je remercie Gilles Paris de m'avoir envoyé ce livre. En cette période de rentrée scolaire, il est à lire de toute urgence !

 

Les éditions Don Quichotte... J'avais déjà vu cette maison d'éditions qui publie plutôt des documents (depuis l'automne 2009) mais c'est la première fois que je lis un de leur livres.

 

Émilie Sapielak est « professeur de français certifié, néo-titulaire, sans poste fixe, remplaçante exerçant au collège, dans une banlieue au nord-ouest de Paris. Un travailleur parmi d'autres qui hait les dimanches et qui, le lundi revenu, descend silencieusement dans la mine où croupissent les travailleurs de demain. Après avoir enseigné trois ans, elle quitte l'Éducation nationale. » (sources : 4e de couverture, site de l'éditeur et page 16 du livre pour ce qui est en italique). L'école de la honte est son premier livre.

 

Sous-titré « La bête noire des enfants, l'angoisse des parents, le cauchemar des serviteurs de l'État ».

 

Dès le prologue, Émilie Sapielak annonce la couleur : détresse, désarroi, ennui, mascarade, névrose, rage ! « Pourquoi donc s'enterrer dans ce cimetière […] ? » (page 11) et « Pourtant, certains reviennent. […] Ils s'y épanouissent, moyennant un statut, une existence reconnus d'eux seuls. […] Tous sont fous et paradent. […] L'école a changé, ils ne reconnaissent plus rien. » (page 12). « Je suis de ceux-là, de ceux qui ont cru bien faire en se laissant enfermer une seconde fois. » (page 13). Alors, vous avez envie de retourner à l'école, de savoir exactement comment ça se passe dans un collège ? Ouvrez ce livre et suivez l'auteur pendant douze heures (de 7 heures à 19 heures) soit une journée de cours (incluant l'arrivée le matin, le pause repas du midi et le retour le soir).

À noter que le collège dans lequel le lecteur suit l'auteur est en banlieue d'Argenteuil et qu'il n'est pas classé sensible.

 

Comprenez pourquoi carapace pour les nouveaux professeurs égale illusion, et professeur expérimenté égale professeur résigné, comment l'école est devenue « une machine parfaitement huilée » qui « peut tourner encore longtemps en marge de la réalité » et pourquoi/comment les comportements se sont dégradés à tel point qu'incivilités, états régressifs et violences règnent dans les établissements scolaires en plus de l'incompréhension et du manque de communication.

En fait, Émilie Sapielak ne généralise pas en parlant pour tous les professeurs, elle raconte uniquement son vécu et ses pensées. Mais on comprend bien que bon nombre de professeurs ont l'impression d'avoir été dépossédés de leur savoir et de leur autorité au profit d'élèves qui ne veulent absolument pas apprendre (en sont-ils capables alors qu'ils ne comprennent même pas des mots simples ?) et qui s'engouffrent à qui mieux mieux dans les failles du règlement, et aussi de ne pas avoir été correctement formés dans les IUFM (inanité des formations, médiocrité plus respectée que réussite, autocritique...).

Sa plus grande honte : s'être tue devant la violence, la vulgarité, le racisme, l'antisémitisme, etc. « Je me suis tue quand j'aurais du crier. » (page 82).

 

Quelques extraits

« Montez, descendez, peu importe. Mais avancez. » (page 18).

« Dans le monde du travail, la vie s'écoule, absurdement. » (page 27).

« […] contentez-vous de sourire. » (page 35).

« Vous appartenez à un système. Vous devez obéir au système. Le métier de professeur n'est pas une profession libérale. [...] » (page 65).

« Je n'ai pas été formée pour transmettre un savoir mais pour maîtriser le mode d'emploi du système. » (page 72).

« Enseigner et se sentir étranger dans un monde où pas un ne nous ressemble. Enseigner et se sentir isolé dans une langue que personne ne comprend. » (page 123).

« […] l'école finit par banaliser et taire ce qui devrait être dénoncé. » (page 146).

« Dans cette usine où l'individu n'existe pas, j'ai honte d'être un maillon de la chaîne. » (page 168).

« L'horreur, nul ne veut la voir. Nul ne veut l'admettre. Tout le monde la camoufle. » (page 184).

« C'est la politique du chef d'établissement : encourager ce qui peut l'être, insister sur ce qui est positif. » (page 235).

« Où vont ces enfants qui ne savent pas se taire, qui ne savent pas rester assis, qui savent à peine lire et écrire ? » (page 236).

« […] le collège, que beaucoup aimerait voir ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, est un immense parc à bestiaux. » (page 238).

 

J'espère qu'il n'y a pas trop d'extraits (il y en a douze), c'est vraiment pour vous montrer l'ambiance... et les dégâts !

 

Bien sûr, Émilie Sapielak sait que ça ne sert à rien de tirer à boulets rouges sur le collège, elle donne donc des exemples et étoffe son propos. Mais, de toute façon, qui ne connaît pas des professeurs dépressifs et des enfants pratiquement illettrés ?

 

Effarant, aberrant... Je ne sais pas, vous, mais moi, je suis éreintée, je n'aurais jamais pu être prof ! Je n'aimais pas assez l'école pour avoir envie d'y retourner, et je ne la détestais pas non plus au point de vouloir prendre ma revanche.

 

Alors, Émilie Sapielak : un vilain petit canard ? Et son livre : un prêche dans le désert ? Une prise de conscience salutaire ? Le « mammouth » enfin dégraissé ?

 

J'aimerais bien savoir si des profs ont lu ce livre et ce qu'ils en ont pensé.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans essai & doc
commenter cet article

commentaires

Stephie 06/12/2010 20:48



J'ai publié un article dessus aujourd'hui. C'est pour moi le témoignage d'une fille qui en a bavé mais elle généralise un peu trop son expérience personnelle, je trouve.



Catherine 06/12/2010 23:35



Chacun voit midi à sa porte ; je vais voir ton article. Bonne semaine !



stephane 01/12/2010 00:26



Chers amis,


comment vous dire? j'ai 52 ans, je suis professeur de français depuis 25 ans : j'étais fait pour ce métier. Ceux qui pensent Qu'Emilie Sapielak ne l'était pas se trompent.


J'ai connu beaucoup de situations différentes : enseigner à des adultes, à des étrangers, à l'université, au collège unique, au lycée; chaque fois plusieurs années dans des lieux divers. Quel
métier! que c'est dur, quel talent, quelle force de travail! Et puis il ya 5 ans -aléas de parcours- j'enseigne dans un lycée technologique d'une banlieue de grande ville : et bien, croyez moi
c'est un univers particulier, qu'en dire? je n'ai aucune force, je suis détruit littéralement : la maladie mentale suscitée par un lieu que le mot cauchemar résume assez bien. Emilie doit savoir
cela comme d'autres lecteurs : quand on n'a plus de force, un livre parle pour vous.Moi aussi je vais donner ma démission : Emilie dit seulement haut et bien ce que certains enseignants des
banlieues atroces vivent : un métier qui n'en est pas un, un supplice permanent pour gagner sa croûte.


Emilie, merci.



Catherine 01/12/2010 08:01



Bonjour Stéphane, merci pour ton témoignage. Je ne peux influencer sur ta décision de démissioner mais ne perds-tu pas ton travail et ta
retraite ? Ne peux-tu demander un transfert ou une mutation ? En tout cas, merci d'avoir laissé un commentaire et bon courage.



dan29000 22/09/2010 10:50



C'est marrant de tomber sur votre blog (excellent d'ailleurs) et sur cet article car je suis en train de finir de lire cet essai.


Passionnant, un article aussi dans les jours prochains...



Catherine 22/09/2010 20:29



Merci pour le compliment, Dan ; j'irai lire votre note de lecture.



Restling 21/09/2010 21:13



Effectivement en ces temps de rentrée scolaire, cet essai a l'air très intéressant.



Catherine 21/09/2010 23:41



Je pense qu'il faut le lire, pour se rendre compte de son vécu et des questions qu'elle se pose / qu'elle pose à tous.



Maud 21/09/2010 19:03



Moi aussi je suis prof, j'ai été collègue d'Emilie pendant l'année passée dans ce collège "dans la banlieue d'Argenteuil", et je viens de finir son livre. Mon sentiment, c'est que, d'après ce
qu'elle raconte, elle n'était pas faite pour ce métier, qui n'est pas uniquement un métier de transmission des savoirs mais aussi d'éducation.


Malgré tout, elle a le mérite de poser un certain nombre de questions qui me paraissent justes, à savoir par exemple: que faire des élèves qui ne sont tout simplement pas adaptés à ce système?
Actuellement, ils continuent d'avancer de classe en classe sans avoir le niveau, parce qu'on n'a aucune solution à leur apporter.


J'ai bien aimé son livre, même s'il témoigne d'un profond mal-être que je ne soupçonnais pas à l'époque où nous travaillions dans le même établissement.



Catherine 21/09/2010 23:40



Bonjour Maud, je trouve ça génial que tu apportes ton témoignage, merci beaucoup, et bon courage à toi pour cette nouvelle année scolaire
.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -