Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 03:59

LaisserCendres.jpgLaisser les cendres s'envoler est un roman de Nathalie Rheims paru aux éditions Léo Scheer le 22 août 2012 (255 pages, 19 €, ISBN 978-2-756103921).

 

Nathalie Rheims est née le 25 avril 1959 à Neuilly sur Seine. Elle est comédienne, productrice et auteur. Plus d'infos sur http://www.nathalierheims.net/.

 

« J'ai perdu ma mère. Elle a disparu il y a plus de dix ans. » (page 5), voici comment commence ce roman.

Une femme raconte la souffrance qu'elle a dû taire, la solitude, les secrets de famille, les non-dits... Son enfance, son adolescence, sa famille riche (l'auteur est apparentée aux Rothschild), son père toujours absent, sa mère belle et aimée de tous, le départ de celle-ci avec un autre homme, un artiste peintre, alors que la narratrice est enfant...

Ce qui l'empêche de perdre pied, malgré son agoraphobie, malgré l'anorexie, c'est le théâtre et son esprit d'indépendance.

 

Alors je vous le dis tout de suite, j'ai arrêté ma lecture vers la page 130... Ce n'est pas de la littérature qui me plaît et je ne dirais pas que c'est un roman. Il n'y a pas de chapitres et j'ai eu l'impression de ne pas savoir où m'arrêter. Les phrases s'enchaînent sans discontinuité, parfois ça saute du coq à l'âne, je me suis sentie étouffée par ce livre. Pas parce que je n'aime pas les familles riches, ou les familles à problème, ou les relations mère-fille (ici plutôt le manque de relations en l'occurrence) mais je me dis que le lecteur n'est pas un psy (j'ai eu cette impression d'être prise en otage).

L'auteur critique les personnes qui vont raconter leur vie et se disputer sur les plateaux télé (pages 96 à 99), mais pour moi un auteur qui raconte sa vie de cette façon (surtout les pertes, perte d'un parent, perte d'un enfant), c'est la même chose ! Ça donne un « faux roman ».

Et puis il y a un passage qui m'a fortement dérangée, je vous laisse le lire : « Je venais d'atteindre la majorité, j'étais libre et pourtant je continuais à me sentir prisonnière, comme si j'avais été victime d'un rapt et que je croupissais depuis des années dans une cave, sans savoir qui était mon geôlier. » (page 105). La narratrice a atteint sa majorité à la fin des années 60, elle est riche, libre, belle sûrement et courtisée, alors comment peut-elle se comparer à des jeunes femmes qui ont vécu des choses horribles fin des années 90 et années 2000 ? Je trouve ça malsain, ou dans le meilleur des cas très maladroit... Et cependant, à la même page, il y a des réflexions intéressantes sur les Illuminati, l'antisémitisme, les banquiers et la création du capitalisme moderne au début du XIXe siècle (je vous l'ai dit que ça sautait parfois du coq à l'âne).

 

Je n'ai donc pas réussi à m'intéresser à ce récit et au bout d'un moment l'expression qui m'est venue à l'esprit est « pauvre petite fille riche ». Pourtant je ne remets pas en cause la souffrance et la solitude de la narratrice (mais comme je l'ai déjà dit, le lecteur n'est pas un psy) et je sais qu'il y a des lecteurs pour ce genre de littérature féminine. J'avoue que je me suis un peu forcée pour continuer la lecture car il y a quand même des choses qui me touchent (je ne suis pas insensible) et de jolies phrases. En voici quelques-unes.

 

« J'aurais tant aimé en parler avec elle. Mais toutes ces questions restaient cadenassées dans ma gorge. Le jour où je parviendrais à les libérer, à oser me confier à elle, il serait trop tard. » (page 36).

 

Rentreelitt2012-1« Je découvrais que l'amour inconditionnel n'existe pas. Il y a toujours des conditions, des négociations, des affrontements, des ruptures. » (page 108).

 

Je remercie Nathalie Rheims qui m'a dédicacé ce livre et Gilles Paris qui me l'a envoyé : il faut bien tenter ce genre de lecture ! Mais ce « roman » est le quatorzième livre de l'auteur et je n'ai pas envie d'en lire d'autres...

 

En plus c'est mon premier roman de la rentrée littéraire [challenge 1 % de la rentrée littéraire 2012] et je suis déçue que ce soit une grosse déception... Déjà que je la sens moins bien cette rentrée littéraire... J'espère pourtant dégoter quelques belles pépites, mais je pense que ce sera plutôt dans la littérature étrangère !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nunzi 13/10/2012 22:50


Sharon l'a lu pour le RAT. Elle a failli abandonner page 140 et l'a terminé. A un moment, l'auteur se considère comme une Antigone moderne. Je pense qu'elle devrait relire Antigone.

Catherine 14/10/2012 12:53



Bien dit Nunzi ! J'ai lu (dans les années 80) la version antique de Sophocle et la version revisitée de Jean Anouilh qui m'avaient beaucoup
intéressée (c'est difficile de s'élever seule contre tous). Mais je n'ai jamais lu les versions de Jean Cocteau et de Bertolt Brecht. Et Sharon ? Bonne journée.



Géraldine 04/10/2012 14:02


Moi, j'y ai vu autant d'autofiction que de roman, car à aucun moment, les personnes (où la famille) ne snt nommées. D'ailleurs, qu'est -ce qui est vrai la-dedans ou pas, seule l'auteur le sait.
Moi, j'ai été bouleversée par ce livre, qui a tro uvé beaucoup d'écho en moi. Toutes proportions gardées et sur certains points, j'ai vu un miroir de ma vie dans ce livre, un miroir déformé, mais
tout de même.

Catherine 04/10/2012 18:58



Même en tant que fiction, je n'accroche pas avec cette littérature. Tant mieux si tu as aimé, d'autant plus que tu as rencontré l'auteur et que tu as
pu réaliser une interview. J'invite mes lecteurs à aller te lire d'ailleurs. Alors... Le lien vers la note de lecture et le lien vers l'interview.



Mistymiaou 17/09/2012 21:02


J'aime bien les autobiographies, les témoignages, mais ça dépend de la façon dont s'est écrit. J'ai beaucoup aimé "Jamais sans ma fille" par exemple, et Cléo et Sam dont j'ai parlé il y a peu,
mais il faut trier, comme dans tous les genres d'ailleurs. Comme tu n'es pas la seule à ne pas avoir aimé, je n'irai pas voir du côté de cet auteur-là. 

Catherine 17/09/2012 22:27



C'est vraiment une question de goût .



zazy 17/09/2012 19:45


Je ne lirai absolument pas ce livre. C'est un genre littéraire à la mode que je n'apprécie pas du tout

Catherine 17/09/2012 22:24



Je vois que je ne suis pas la seule, mais tu as vu d'autres ont envie de le lire.



Anis 15/09/2012 16:49


Il est vrai que la litterature peut parfois verser dans la confession, l'écriture de soi mais il me semble qu'un bon livre transcende les genres. Un livre vous emporte quel que soit son thème. Il
y a de grandes autobiographies et il y en a d'autres qui ne le sont pas. Ne pas se décourager donc. Et les hommes aussi écrivent parfois sur eux-mêmes ! Bon week-end et de meilleures lectures
donc !

Catherine 17/09/2012 18:22



Eh bien, celui-ci ne m'a pas emportée... Mais j'ai aimé (beaucoup) Les souvenirs, de David Foenkinos . Bonne semaine.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -