Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 23:50

BaisespoirArnold.jpgBaisespoirMP.jpgLe baisespoir du jeune Arnold est un roman de Vladan Matijević paru aux éditions Les Allusifs en octobre 2009 (131 pages, 14 €, ISBN 978-2-922868-87-6). Van kontrole (2005) est traduit du serbe par Gojko Lubić.

 

Je tiens à remercier la Ulike Team qui m'a envoyé ce roman (il y avait aussi un marque-page) dans le cadre de La Serbie à l'honneur, challenge organisé par Le Globe Lecteur, un nouveau blog que je ne connaissais pas.

 

Vladan Matijević est né à Čačak (capitale du district de Moravica en Serbie, au sud de Belgrade) le 16 novembre 1962. Il a une formation d'ingénieur mais travaille en fait dans un musée et a commencé à écrire de la poésie dès les années 80. Le baisespoir du jeune Arnold est son premier roman mais Les aventures de Minette Accentiévich, un roman érotique a déjà été publié par Les Allusifs en juin 2006. Sont également parus dans son pays des recueils de poésie et de nouvelles.

 

Le narrateur est Arnold Krüger, un étudiant un peu porté sur la chose qui traîne son baisespoir car il n'a plus ni logement, ni travail, ni fac, ni copine. Il va expliquer pourquoi mais annonce dès le début qu'il commence par la fin, « des effets aux causes », alors il va falloir s'accrocher pour suivre et reconstituer l'histoire : « Ce qui s'est passé ensuite, je l'ai écrit plus tôt, et ce qui s'est passé avant, je vous le dirai plus tard. » (page 29).

En résumé...

Comment Arnold a raté son enfance : sa mère était alcoolique, son père s'est suicidé, son premier beau-père avec qui il s'entendait bien a fait de même et son deuxième beau-père étant alcoolique, sa mère l'a placé dans un orphelinat.

Comment il a raté ses examens, a mis sa copine Gertrude enceinte, l'a épousée, et comment elle l'a quitté, le chat Rudolph y étant pour beaucoup : « Rudolph, le chat de Gertrude, me regardait avec une haine non dissimulée. » (page 84).

Depuis, il vit dans l'ancien appartement d'Adolf, un copain décédé (sa grand mère l'a découpé à la hache parce qu'il avait mis du sucre dans le réservoir de sa moto...).

Comment il retrouve sa bande de copains au Cheval ivre où les joyeux lurons boivent et s'amusent.

Comment il a été injustement accusé de viol par Eva, la footballeuse, alors qu'ils faisaient simplement l'amour en public (chose tout à fait normale). C'est pourquoi il passe en ce moment au tribunal pour être condamné.

 

ChallengeSerbieLe pays n'est pas nommé mais allons-y pour la Serbie. Un pays complètement désorienté où il y aurait des poissons-oiseaux, une guerre entre les « fossiles » (les retraités) et les « marteaux » (les collégiens) mais il ne faudrait pas que les honnêtes gens soient touchés par ce conflit donc il a été décrété que les combats se dérouleraient la nuit (et le matin les employés des camions-poubelles ramassent les cadavres... sauf en cas de grève !).

Les noms des personnages étant plutôt allemands, j'y ai vu un clin d'œil à Kafka (écrivain tchèque mais de langue allemande).

J'y ai vu aussi surréalisme, absurde, incompréhension : « Je ne le comprenais pas. Je comprenais ses paroles, mais pas le sens de ses phrases. » (page 39), jeunesse désœuvrée : « Nous nous sommes signés et avons prié pour le salut de nos corps. […] Nous prenions du bon temps. Nous ne désirions rien changer. Nous jouissions de notre oisiveté, de l'alcool et de la paix. » (page 71), brutalité des policiers et « premières élections libres ».

 

Quelques extraits

VladanMatijevic.jpg« Rien n'est le fruit du hasard. Remarque de l'auteur à l'intention du typographe : composer la dernière phrase en capitales, ça fait plus profond. » (page 12).

« Selon diverses enquêtes, c'est un titre attrayant ou une belle couverture qui motive l'acheteur de livres moyen. » (page 14).

L'auteur s'adressant aux lecteurs : « Si vous décidez de plonger avec moi dans ce roman, bien que je ne vous le conseille pas, sachez que nous referons surface au début de cette histoire. » (page 10), « Les dialogues sont vieux, il va falloir que je les graisse pour que dans la suite du roman leur grincement ne vous tape pas sur les nerfs. » (pages 12-13), « Cette place a été laissée vierge pour que vous puissiez y noter, si vous les connaissez, les événements qui ont eu lieu entre mon réveil […]. (page 89).

 

Je pense que je n'ai pas tout compris de ce roman déroutant mais cependant agréable à lire et d'une grande originalité. Vladan Matijević est à coup sûr un auteur extravagant à l'imagination débordante, un auteur à découvrir et à suivre en tout cas !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 23/05/2010 18:29



J'aime beaucoup cet éditeur qui propose souvent des livres très particuliers et déroutants.



Catherine 24/05/2010 10:51



Ah, ça, oui : surprenant et déroutant .



sebastien L 17/05/2010 19:37



merci pour ce bel article, très détaillé, riche en infos!


Eh oui, la littérature serbe est bien déroutante! c'est pour ça que je veux la faire découvrir, cela permet parfois de sortir de nos habitudes de lecteurs. les écrivains serbes peuvent nous y
aider aisément.


merci pour les liens,


à très bientôt!



Catherine 17/05/2010 23:38



Bonjour Stéphane, je ne connaissais pas Lireplus.net mais je trouve que Le Globe-Lecteur est vraiment bien. En plus c'est une idée géniale que
tu as eu de faire découvrir la littérature serbe . Je te remercie pour tes compliments et je te tiendrai au courant si
je lis d'autres romans serbes (quand même d'ici mai 2011, ça peut le faire ).



zarline 17/05/2010 16:30



Un peu trop absurde et déjanté pour moi mais c'est sympa de découvrir la littérature serbe qui est peu connue par ici.



Catherine 17/05/2010 18:24



Je comprends ton point de vue. La littérature serbe est tellement peu connue et ce style de romans absurdes peut ne pas plaire, c'est sûr.
Mais pour les curieux, c'est une expérience littéraire, à découvrir donc .



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -