Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 06:25

Le bibliothécaire est un thriller politique de Larry Beinhart paru dans la collection Série noire de Gallimard en novembre 2005 (450 pages, 24 €, ISBN 2-07-077327-2 ; réédition en Folio, mai 2007, 545 pages, 8,60 €, ISBN 2-07-034238-7). The Librarian (2004) est traduit de l'américain par Patrice Carrer. Grand prix de littérature policière 2006.

 

Né en 1947, Larry Beinhart vit à Woodstock (État de New York) avec sa femme (le couple a deux enfants). Auteur de romans, nouvelles, scénarios et articles, il a reçu plusieurs prix (Edgar Award, Gold Dagger, Prix Raymond Chandler...). Il a exercé différents métiers en particulier dans le cinéma ou comme conseiller politique ou animateur de télévision (il sait donc de quoi il parle dans son roman).

Son précédent thriller, American hero (en français : Reality show, Folio policier 313) a été adapté au cinéma sous le titre Wag the dog (en français : Des hommes d'influence) avec Dustin Hoffman et Robert de Niro.

 

« Elaina Whisthoven aimait les livres. Croyant que cet amour lui serait payé de retour, et désireuse de servir l'humanité, elle était devenue bibliothécaire. » (page 12). Elaina travaille donc à la bibliothèque de l'université de Washington mais, à cause de réductions budgétaires, elle perd son poste. Six mois après, elle y retourne pour annoncer à David Goldberg, le directeur du service informatique qu'elle a un nouvel emploi dans une bibliothèque privée mais qu'elle a besoin qu'il la remplace deux jours chez Alan Carston Stowe car elle doit s'absenter. « À force de remplacer Elaina qui continuait à ne pas venir, jour après jour, j'ai fini par devenir le bibliothécaire de M. Stowe » (page 23).

David Goldberg devient alors le bibliothécaire privé de Stowe.

« Un bibliothécaire n'a pas un statut social très élevé, et nous ne gagnons pas non plus beaucoup d'argent ; plus qu'un poète, d'accord, mais pas autant qu'un type qui sait bien faire la manche. Alors, nos idéaux comptent beaucoup pour nous, et aussi l'amour des livres, l'amour du savoir, l'amour de la vérité et de la liberté d'information, le désir que les gens puissent découvrir les choses par eux-mêmes. Qu'ils puissent lire, oh, des histoires d'amour ou des romans policiers, ce qu'ils veulent. Et que les pauvres puissent avoir accès à Internet. » (page 79), déclare-t-il à Niobé qu'il a rencontrée chez le vieux milliardaire et dont il est tombé amoureux malgré le fait qu'elle soit mariée au colonel Jack Morgan.

Mais David ne sait pas où il a mis les pieds... Il est surveillé et certains veulent même le tuer.

« Spinnelli avait posé des micros dans les trois pièces de ce qui était, à ses yeux, un misérable petit appart, avec une télévision de trente-trois centimètres et des piles et des piles et des piles de bouquins. Des étagères pleines de bouquins. Des bouquins ouverts sur la table, et des bouquins près du lit. [...] Spinnelli s'était dit que ce gars ne devait pas avoir de vraie vie, pour être ainsi constamment plongé dans les livres. » (page 124).

Pendant ce temps, la campagne présidentielle bat son plein. Du côté républicain, Augustus Winthrop Scott, le président sortant, partisan de la guerre. Du côté démocrate, Anne Lynn Murphy, engagée comme infirmière au Viêtnam et animatrice d'une émission médicale avant qu'elle ne se lance en politique.

Poursuivis par les barbouzes de la sécurité du territoire, David, Susie (chez qui il a trouvé refuge), Inga (une collègue) et Niobé vont devoir trouver des preuves et les faire parvenir à Anne Lynn Murphy avant que le pays ne soit la proie de terroristes mécontents qu'une femme puisse être à la présidence des États-Unis.

« Ces flics qui débarquent dans les bibliothèques la rendaient furieuse. Les bibliothèques, c'était la liberté. Des torches dans l'obscurité, des bastions dressés contre la fascination fascisante du pouvoir qui guettait n'importe quel gouvernement. » (page 229).

 

Un thriller politique haletant, sans temps mort mais avec quelques moments de tendresse, et pas mal de références littéraires ce que j'ai trouvé vraiment original et passionnant. Je le conseille donc. Sauf si la politique et les magouilles politiciennes ne vous captivent pas du tout.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vonnette 16/06/2010 21:12



J'ai beaucoup aimé ce roman...un bon thriller politique qui ne fait pas la part belle au gouvernement Bush ! Je compte lire du même auteur, L'évangile du billet vert, qui vient de sortir, pour
ton challenge !!



Catherine 16/06/2010 22:01



Il vient de paraître ? Je ne le savais pas ! Merci pour l'info ! Et je crois comprendre que tu vas participer au défi Littérature policère sur les 5 continents .



la librivore 05/05/2010 21:33



Un article très complet et très détaillé. J'ai mis un lien vers ton article sur mon blog car je le trouve très bien écrit.



Catherine 05/05/2010 21:52



Merci beaucoup La Librivore, pour tes compliments et ton lien, je vais consulter ton article et découvrir ton blog.



DeL 25/10/2009 18:26


Je l'ai acheté il y a quelques mois, étant bibliothécaire, j'ai été attirée par le titre ;-)
Mais il est toujours dans mon immense PAL  ...


Catherine 25/10/2009 18:47



DeL, je ne savais pas que tu étais bibliothécaire, d'autant plus que ton blog se fait en couple. Je te conseille de le lire, tu verras que le métier de bibliothécaire
aux States est bien plus dangereux qu'ici ! Comment veux-tu que nos PAL diminuent alors que de nouveaux livres viennent tout le temps s'y empiler ?



Alex-Mot-a-Mots 24/10/2009 09:05


Lu il y a quelques années, j'avais beaucoup aimé.


Catherine 24/10/2009 14:17



Tant mieux car c'est un bon thriller. Bon weekend !



mazel 23/10/2009 09:16


avec un titre pareil, je me demande comment ce roman a bien pu m'échapper !
je note...
bonne journée, bonne lecture


Catherine 23/10/2009 19:35



En fait, je crois que ce roman est peu connu mais je te souhaite une bonne lecture et aussi un bon weekend.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -