Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 19:10

LaPeurZweig.jpgLe bouquiniste Mendel est une nouvelle de Stefan Zweig parue en allemand en 1929 et en français en 1935 (Grasset). Cette nouvelle est dans le recueil La peur mais je l'ai lue dans une intégrale (Œuvres romanesques) traduite de l'allemand par Manfred Schenker.

 

Stefan Zweig est né à Vienne (Autriche-Hongrie) le 28 novembre 1881 dans une riche famille, juive mais peu pratiquante. Il a étudié la philosophie et l'histoire de la littérature, puis est devenu journaliste et écrivain (romans, nouvelles, essais, biographies, poésie, théâtre). Pacifiste, il a beaucoup voyagé (Europe, Inde, États-Unis, Canada). Mais avec la montée du nazisme, il a quitté l'Autriche pour l'Angleterre. Il est mort à Petrópolis (Brésil) le 22 février 1942.

 

À Vienne, pris par une averse, l'auteur se réfugie dans un café à l'atmosphère lourde et enfumée.

« C'est ainsi que j'échouai, le chapeau ruisselant et les épaules mouillées, dans un de ces cabarets de faubourg dans la tradition viennoise. »

Alors qu'il observe les lieux, les affiches, les clients, « la demoiselle du buffet », il a l'impression (vague émotion, sentiment indéfinissable, obscure réminiscence) de reconnaître le lieu.

Oui, il est déjà venu, il y a plus de vingt ans, lorsqu'il était étudiant ! Le café Gluck ! Il y avait à l'époque un autre patron et un homme qui était toujours assis à une même table... Mendel ! Le bouquiniste Jacob Mendel. « Comment avais-je pu l'oublier, cet homme extraordinaire, ce phénomène, cet érudit, ce magicien, ce prestigieux bouquiniste […]. »

À partir de ce moment, l'auteur va tout se rappeler et voudra savoir ce qui est arrivé à Mendel.

 

Je pense que Stefan Zweig, visionnaire, avait compris très tôt que les nazis allaient détruire les Juifs. On ressent donc beaucoup de tristesse dans cette nouvelle où l'auteur retranscrit bien la perte humaine et culturelle. Un seul homme, mais quel homme !

Le souvenir et la mémoire sont donc très importants.

J'aime beaucoup Stefan Zweig, c'est un auteur romantique, d'une grande humanité et son écriture est magnifique.

 

J'ai lu Le bouquiniste Mendel dans le cadre de J'aime les classiques ! pour lequel j'alterne un auteur français avec un auteur d'un autre pays européen : après le Portugal et l'Angleterre, c'était au tour de l'Autriche !

JaimelesClassiques

Le challenge Ich liebe Zweig me faisait très envie – Karine l'a créé en janvier 2010 – mais je n'y ai pas participé par manque de temps (et aussi parce que j'ai déjà beaucoup de challenges en cours). Je tiens quand même à parler de ce défi littéraire pour ceux qui auraient envie de participer ou simplement de lire les notes de lecture des participants. C'est Ich liebe Zweig ! sur Mon coin lecture.

IchLiebeZweig.jpg

Par contre, cette lecture entre dans le Challenge Europe centrale et orientale dans lequel je me suis engagée (début mars) à lire trois œuvres. J'ai déjà lu un roman roumain (Europe orientale), voici donc une deuxième lecture avec l'Autriche (Europe centrale) et il ne m'en restera plus qu'une pour terminer ce défi.

ChallengeEurope

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le Bison 28/11/2011 22:39


Petit à petit, je découvre ton catalogue... N'ayant guère l'habitude de lire ce que l'on peut appeler des classiques, je suis tombé sur un bouquin de Zweig cet été. Résultat :
même pas mal ! et j'en redemande, non pas le coté masohiste de la douleur qui ressort, mais j'ai vraiment apprécié cette littérature où Zweig arrive si bien à peindre la nature humaine et ses
vils sentiments.


Après la cloture de mes 4 nouvelles, je me suis dit que je replongerai volontiers dans son univers fait de charme et de romantisme désué, pour tremper mon croissant dans un café viennois brûlant
sur le Pater et revivre à une autre époque (même si cette dernière ne fut guère glorieuse sur le plan de l'humanité). Au fait, il s'agissait de "Brulant
Secret".

Catherine 29/11/2011 00:34



Merci pour ce partage, Le Bison. Zweig est un des plus grands auteurs du XXe siècle. Je te conseille Le faux ami, de Henrik B.
Nilsson.



Pickwick 07/06/2010 20:45



Un titre de Zweig qui me fait très envie (mais rare sont ceux qui ne m'attirent pas !), surtout après ma semi-déception sur "Vingt-quatre heures..." ! Mais j'en ai déjà quelques uns dans ma PAL,
il va bien falloir que je commence par ceux-là !



Catherine 07/06/2010 23:29



Tu n'as pas ce recueil de nouvelle : La peur ? De mon côté, j'ai l'intégrale Zweig, ... sauf les inédits parus ces dernières années, grrr
.



Val 05/06/2010 09:38



J'aime énormément lire du Stefan Zweig. Je viens de le faire découvrir à Mr Valunivers (24h de la vie
d'une femme et le joueur d'echec). Je ne connaissais pas La peur...je le note pour une de nos prochaines lectures :-)



Catherine 05/06/2010 12:20



Certaines nouvelles de Zweig sont courtes, et très belles à lire, ça permet de les lire régulièrement.



belledenuit 04/06/2010 19:14



Stefan Zweig est un de mes auteurs chouchoux. J'admire sa façon de narrer ses histoires. C'est beau, c'est vrai, c'est touchant... J'adore ! Tout simplement.


NB : L'adresse de mon blog a changé suite à des problèmes avec Unblog. Je suis maintenant ici : http://boulimielivresque.blogspot.com. Au plaisir de t'y voir bientôt



Catherine 04/06/2010 23:33



En fait, l'ancien Boulimie livresque est toujours
en ligne mais tu ne peux plus accéder à ton administration . Ça craint... Mais le nouveau Boulimie livresque est vraiment beau avec ses couleurs rose/orange, j'adore et je conseille à mes lecteurs d'aller y faire un
tour. Bon weekend .



Karine :) 31/05/2010 14:50



Je ne connais pas encore cette nouvelle mais elle me tente beaucoup... quand on lit "Le monde d'hier", l'autobiographie de Zweig, on comprend très bien que Zweig voyait les choses venir
depuis un bon moment... il faut dire que dans ce pays, l'antisémitisme montait depuis un moment...



Catherine 31/05/2010 22:54



Je crois que l'antisémitisme était présent un peu partout à ce moment-là (Europe, USA, monde arabo-musulman) et il a fallu qu'un dictateur se
lève, il était germanique... Et en Europe de l'Est avec le communisme aussi...



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -