Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 16:35

PoissonMouille.jpgCoupCoeur2010.pngLe poisson mouillé est un roman policier de Volker Kutscher paru au Seuil Policiers le 1er avril 2010 (566 pages, 21,50 €, ISBN 978-2-02-096259-9). Der nasse Fisch (2007-2008) est traduit de l'allemand par Magali Girault.


Lorsque Suzanne de Chez les Filles m'a proposé ce roman, j'ai un peu hésité parce que c'est un pavé et que j'avais déjà plusieurs livres en retard... Mais lorsque j'ai vu le contexte historique, le Berlin de la fin des années 20, j'ai tout de suite craqué pour en savoir plus sur cette période moins connue de l'entre-deux-guerres. Bien m'en a pris et je remercie beaucoup Chez les Filles et les éditions du Seuil de m'avoir fait découvrir cet auteur prometteur !


Volker Kutscher est né en 1962 à Lindlar (au nord-est de Cologne). Il a étudié la langue allemande, l'histoire et la philosophie. Il vit à Cologne. Il est historien (on s'en rend compte, il connaît très bien cette époque !) mais aussi journaliste et écrivain.


Gereon Rath

Le personnage principal du roman, le commissaire Gereon Rath, quitte la Criminelle de Cologne après un événement grave (on en apprend plus au fur et à mesure sur lui, sa famille, son passé) et arrive à Berlin (où il ne connaît personne) pour intégrer la police des Mœurs. Il va apprendre à connaître – en même temps que le lecteur – ses collègues et une ville en pleine évolution.

À noter qu'il est passionné de jazz, qu'il découvre grâce aux disques que son frère aîné (un traître qui a fuit l'Allemagne aux yeux de leur père) lui envoie d'Amérique.

Je crois que l'auteur a choisi le prénom de Gereon parce que c'est le saint de Köln (Cologne) : il a été un soldat et un martyr au IVe siècle, et une basilique érigée au tout début du XIe siècle porte son nom (elle est une des douze basiliques romanes de Cologne).


Berlin

En ce printemps 1929, Berlin est un autre personnage du roman. La guerre est terminée depuis 11 ans (enfin, pas pour tout le monde mais vous le saurez mieux en lisant ce roman) et la ville est en expansion (avenues, métro, magasins, cafés, salles de spectacle). Par ailleurs, dans les ruelles mal famées, il existe toute une faune de la nuit et des maisons interlopes où fait fureur tout ce qui est clandestin (jeux, drogue, pornographie). Par contre, il y a encore peu de téléphones chez les particuliers et peu de voitures dans les rues.


Defi2010RussieContexte politique

Certains militaires et nationalistes n'ont pas accepté la défaite de 1918, l'obligation d'avoir une armée de 100 000 hommes maximum, et que le nouveau gouvernement (la République de Weimar, 1919-1933) soit socialiste et démocrate. On entend déjà parler d'un certain Adolf Hitler et d'antisémitisme... Mais ce sont plutôt les réfugiés Russes qui posent problème ici puisque la population et la police pensent que ce sont tous des Rouges envoyés par Staline pour que l'Allemagne devienne communiste, et peu importe si beaucoup étaient des aristocrates qui ont du fuir justement l'Union soviétique. L'exode des Russes Blancs et la diaspora russe font partie de l'histoire de la Russie et ce roman peut tout à fait entrer dans le challenge Une année en Russie.


Poisson mouillé

Je me suis tout de suite demandé ce qu'était un poisson mouillé ! Rien de top-secret ! Un poisson mouillé est une affaire non-élucidée que la police doit classer. Cette expression est née dans la bouche d'Ernst Gennat, qui a réellement existé (1880-1939) et qui fut directeur de la police criminelle de Berlin (note page 196).


Quelques phrases en plus pour résumer l'histoire

Au Château-Fort, la première enquête de Rath, sous les ordres du commissaire principal Bruno Wolter (surnommé Tonton), est une affaire de photos pornographiques. En parallèle, la Criminelle enquête sur un cadavre mutilé dans une voiture repêchée dans le Landwehrkanal mais, comme personne n'a découvert l'identité du mort, l'inspecteur Böhm pense classer cette affaire comme poisson mouillé. Jusqu'au jour où le cadavre d'une jeune recrue, Stephan Jänicke, est retrouvé dans une cabane de chantier de l'Alexanderplatz...

De son côté, Rath loue une chambre meublée chez Elisabeth Behnke, une veuve dont l'époux était un compagnon de guerre de Wolter. Son voisin, Berthold Weinert, est un journaliste, fouineur mais utile.

Une nuit, un Russe ivre qui dit s'appeler Boris débarque et exige de parler à Alexeï Ivanovitch Kardakov (en fait l'ancien locataire de la chambre). Plus tard, à la morgue, Rath reconnaît l'homme sorti de l'eau : c'est Boris. Mais que sait-il de plus en fait ? Donc le jeune commissaire ne dit rien et veut résoudre cette affaire seul pour intégrer la Criminelle, où travaille Charlotte Ritter (surnommée Charly), la très jolie sténodactylo dont il est tombé amoureux.

Et puis il y a des truands et des mafieux, des Russes et un Chinois, une comtesse-chanteuse et de l'or qui attise les convoitises, des militants communistes qui manifestent sans autorisation, des balles perdues, de bons cafés et des petits gâteaux, des rendez-vous galants, et bien sûr du suspense et des rebondissements.


Mon avis

Je n'ai pas pu lire ce roman comme je le souhaitais car j'ai été malade la semaine dernière et j'ai dû abandonner ma lecture pendant quelques jours. Mais quel bonheur de le reprendre ce weekend et de replonger si facilement dans les bas-fonds de Berlin ! J'ai vraiment beaucoup aimé ce gros roman (je lui mets un coup de cœur) et j'ai envie de devenir plus intime avec le commissaire Gereon Rath, un homme attachant, moderne et efficace. Mais à quoi pensez-vous donc ? Je veux simplement dire : lire le tome suivant, Der stumme Tod, déjà paru en Allemagne en 2009. Oh, vivement sa parution en France !

Il manque juste une chose à ce roman : un plan de Berlin en 1929 pour se repérer dans le dédale de rues et de quartiers.


Des extraits

Les Russes : « Il était pourtant persuadé qu'un homme comme Alexeï Kardakov venait dans ce quartier quand il se sentait nostalgique, qu'il avait envie de mélancolie, d'alcool et de voir des compatriotes. C'était toujours à Charlottenburg que les Russes de Berlin se rencontraient. Ils s'étaient construit leur propre univers avec leurs librairies, leur coiffeurs et leurs cafés, un univers où il n'était pas nécessaire de parler allemand. Les Berlinois appelaient cette société parallèle 'Charlottengrad' » (page 99).

La police : « Tu savais que nous possédons plus de machines à écrire que d'armes ? » (page 104).

Les nationalistes : « Il y avait tellement de jeunes gens prêts à se battre. Nous aurions pu gagner la guerre ! Si seulement les criminels de novembre ne nous avaient pas trahis ! » (page 176).

Le journaliste : « Un bobard dont tout le monde parle n'est pas vraiment un bobard. » (page 464).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 21/05/2010 08:30



Rebonjour, j'ai vu une bonne critique chez Aifelle, c'est tentant, j'attends sa sortie en poche. Et puis un roman policier allemand, cela change. Bonne journée.



Catherine 21/05/2010 08:41



Attendre sa sortie en poche, quelle patience ; sinon emprunte-le dans une bibliothèque .



Aurore 05/05/2010 22:48



Rhoo je l'ai pas vu passé celui-là!! Du coup il faut que j'y jette un oeil! Un sacré coup de coeur tout de même! ;)



Catherine 06/05/2010 00:44



Aurore, je pense qu'il va te plaire .



Géraldine 04/05/2010 22:00



Entre "pavé" et "Berlin années 20", je sais déjà que ce livre ne finira pas dans ma bibliothèque, même s'il remporte beaucoup de succès.



Catherine 04/05/2010 23:16



Chacun ses goûts, mais dommage car au niveau littéraire et historique : très bon livre.



belledenuit 04/05/2010 18:30



J'ai moi aussi beaucoup aimé ce livre. Il me tarde que le Tome 2 sorte en français pour poursuivre les déboires de Géréon Rath qui est quand même un flic très particulier...



Catherine 04/05/2010 20:18



En plus, s'il évolue au cours des années, on va voir la montée du nazisme, de l'antisémitisme au bout d'un moment et ça sera intéressant de
voir comment les policiers réagissent.



keisha 04/05/2010 17:58



L'explication est dans le roman (cachée au milieu des 500 pages...)



Catherine 04/05/2010 20:16



L'explication ? Tu parles de son prénom ? Pas fait attention à quelque chose de plus précis dans le roman...



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -