Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 03:49

SyndromeUGALe syndrome U.G.A. (l'œil du calamar) est un roman de Gilles Warembourg paru aux éditions Les mondes d'Atria dans la collection Science-fiction en avril 2012 (299 pages, 18 €, ISBN 978-2-918078-26-5).

 

Gilles Warembourg est né le 14 juillet 1953 à Arras (Pas de Calais). Il fut chef d'entreprise pendant près de trente ans et se consacre à l'écriture depuis 2007. Du même auteur chez le même éditeur : L'ellipse (mars 2011). Plus d'infos sur www.gilles-warembourg.com.

 

30 juillet 2075 à Townsville en Australie. Mada Kupka met au monde un enfant (un des derniers à naître sur Terre) mais c'est l'IPN (Institution pour la Préservation des Naissances) qui va l'élever car, depuis le début de la Régression, il y a de moins en moins de naissances à cause du syndrome U.G.A.

« Ici comme ailleurs, en un demi-siècle, l'humanité avait perdu les deux tiers de ses effectifs et déjà s'érigeaient les vestiges d'un passé révolu. » (page 25).

31 décembre 2109 à Sydney en Australie. Stone, identifiant SK-30072075AU, né en 1975, est moitié Aborigène moitié Blanc. Il est un brillant généticien passionné d'Histoire et de musique (il joue du didgeridoo).

« Quand l'humanité aura disparu de cette terre, elle ne subsistera plus que par les vibrations de sa musique. » (page 29).

Le soir du Nouvel an, il voit par hasard une vidéo d'un vieil homme qui joue du didgeridoo et meurt en direct. Puis suite à des dysfonctionnements dans le réseau de protection, il accède à des informations classées : il archive tout et passe des années à faire des recherches. C'est son journal et le résultat de ses recherches que le lecteur lit.

« Si elle est jamais lue, cette chronique semblera bien singulière. En premier lieu, parce qu'elle se veut à la fois conclusion, épilogue et aboutissement. […] À l'heure où j'écris ces lignes, je m'interroge : pourquoi donc m'entêter à conter cette histoire ? La certitude qu'il n'y ait personne pour me lire n'ôte-t-elle pas son sens à ma démarche ? La réponse réside dans le geste même : l'écriture n'est-elle pas avant tout la quête d'un ersatz d'immortalité ? » (page 26).

Luke Edwards de l'Union internationale pour la conservation de la nature le 6 janvier 2024 à Brisbane : « Par notre faute, nous vivons aujourd'hui la septième extinction de masse depuis l'aube des temps. La septième extinction de masse et probablement la plus fulgurante. » (page 58).

Quelques jours après ce colloque, le 15 février 2024, les hommes d'un bateau de pêche australien, le Big Fish, hissèrent à bord un calamar géant (vingt mètres de long) qui, avant de mourir, cracha « un jet de liquide laiteux » sur le capitaine et deux jours après, l'équipage souffrit d'une étrange fièvre qui dura si peu de temps qu'elle ne fut pas mentionnée dans le livre de bord. Le 1er mars, le corps du calamar fut déchargé à Cairns et envoyé à l'Institut océanographique de Melbourne. Puis il y eut une pandémie planétaire qui se propagea en trois semaines et que l'on appela « Australian flu » mais personne n'en fit grand cas car les malades n'avaient qu'une petite poussée de fièvre et cette grippe ne fit pas de victimes. Voici ce que raconta plus tard à Luke Edwards, le jeune Aborigène Fongus Jangala qui était à bord du Big Fish.

Luke Edwards entra en contact avec Stanley Finlay. « À l'OMS, nous avons découvert par hasard qu'après avoir contracté la grippe australienne, les patients étaient devenus très légèrement phosphorescents. […] Les patients hébergent une bactérie luminescente. Et, s'agissant d'une pandémie, voyez-vous... nous sommes tous devenus un peu...euh... lumineux. » (page 120).

 

Quelques extraits

« L'amour ? ricana Edwards. Une chimère métaphysique pour oublier que nous sommes semblables aux angiospermes et aux lagomorphes : des biomachines programmées pour la survie et la reproduction... » (page 143).

« Fêtarde dessaoulée, l'humanité ne pouvait que contempler le chaos de ses excès. L'extinction humaine. » (page 186).

« Voilà ce que nous pouvons en dire aujourd'hui. Depuis février 2024, l'information chromosomique, à l'intérieur des cellules reproductrices humaines, a été gravement altérée. Elle a conduit, depuis quinze ans, à la naissance de bébés mulets, parfaitement sains, mais pourtant incapables de se reproduire. » (page 214).

 

Pourquoi le choix du calamar ?

« [...] Il va falloir choisir : accepter l'hominisation véritable, c'est-à-dire la sympathie et la pitié pour tous les êtres, le respect de la vie, le refus de la violence, qu'elle soit institutionnelle ou physique, la pratique d'une justice véritable, la désacralisation de la chose militaire, ou, en payant enfin le juste prix de nos folies et de nos cruautés, laisser la place aux calamars. Choisissons l'homme. Mais faisons vite ! Le temps presse terriblement. »

Théodore Monod (1902-2000) dans Et si l'aventure humaine devait échouer (Grasset et Fasquelle).

 

Envie d'un roman sombre pour vivre la fin de l'espèce humaine ? Ce roman de science-fiction est parfait !

Je me suis attachée à Stone et ses recherches m'ont passionnée. En dehors de l'extinction des humains, les relations entre les humains et les animaux, la pollution et le pillage de la planète sont parmi les thèmes de cette fiction qui pourrait bien devenir réalité un jour. En effet, rien de farfelu dans ce roman et, durant la lecture, je me disais que c'était de l'anticipation et que tout ça pouvait réellement arriver.

 

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (calamar), Geek (SF) et Des livres et des îles (îles Isabelle entre autres). J'ai lu ce roman en mars mais ma note de lecture est publiée trop tard pour le bleu des Bookineurs en couleurs, tant pis...

AnimauxChallenge GeekChallenge DesLivresEtIles

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mistymiaou 21/04/2013 21:21

Ce livre a l'air très intéressant. :)
Je vois que tu as pu conserver le graphisme du blog avec la migration, tant mieux. :)
Bonne semaine. Caresses aux deux minous.

Coccinelle 21/04/2013 22:48

Oui, si tu aimes la SF, ce roman te plaira. J'ai conservé le design (le staff disait que pour le design et la mise en page, il n'y aurait pas de problème). J'écris un article pour demain avec mon avis (les plus et les moins) au sujet de la nouvelle plateforme. Bonne semaine, bon emménagement, et caresses à Misty.

La Mante 21/04/2013 17:38

dis donc ca a l'air excellent ça !

Coccinelle 21/04/2013 22:46

Comme tu aimes la SF, ce roman va te plaire, c'est sûr !

Pauline Entre Les Pages 21/04/2013 13:12

Coucou ! Encore une découverte par ici!
Comment t'en sors-tu avec le nouvel over-blog ? De mon côté, j'ai ouvert un nouveau blog à cette adresse : http://entrelespages.wordpress.com/
L'ancien ne ferme pas mais n'aura pas nouvelles publications! Seulement des liens vers les interviews etc...
Je te souhaite un bon dimanche et une bonne lecture.

Catherine 21/04/2013 15:14

Bonjour Pauline, la migration s'est bien passée mais je ne suis pas sûre du "mieux"... Je vais poser quelques questions sur le forum d'aide... Bonne continuation sur WP pour toi (c'est une chouette plateforme).

Marc Lef 20/04/2013 13:15

Pourquoi pas... mais pas avant le mois de juin, ma PAL est déjà complète!

Catherine 21/04/2013 15:13

Et puis tu travailles d'arrache-pied sur ton nouveau roman ! Bon courage !

Lee Rony 19/04/2013 08:28

La fin de l'homo sapiens serait-elle celle de l'espèce ''humaine'' ? Puisque je pose la question je réponds négativement. Mais tu me donnes envie de le lire, c'est assez rare pour être souligné.

Catherine 21/04/2013 15:02

Fainéantise ? Du coup, c'est vraiment bien de pouvoir parler avec l'auteur tranquille puisqu'il y a peu de monde et pas une file d'attente catastrophique !

cyru 20/04/2013 15:49

très sympa, nous n'étions pas nombreux, les gens ne se déplacent pas - pourquoi ? mais cela nous a permis de partager très simplement, j'avais déjà rencontré l'auteur lors d'un colloque sur la SF. et j'étais très heureuse de le revoir après lecture de son roman.

Catherine 20/04/2013 08:24

Ce roman va donc te plaire ! Bon weekend.

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -