Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 04:47

11000Verges.jpgLes onze mille verges, ou les amours d'un hospodar est un roman de Guillaume Apollinaire paru en 1907 (couverture originale ci-contre, 120 pages).

 

Guillaume Apollinaire est né le 26 août 1880 à Rome en Italie. Il était Polonais et citoyen de l'Empire russe mais fut naturalisé Français en 1914 : il se battit pour la France durant la première guerre mondiale et affaibli par sa blessure de guerre, il mourut de la grippe espagnole le 9 novembre 1918 à Paris. Il est un des grands auteurs francophones du début du XXe siècle : poésie (dont calligrammes), romans, contes, essais, pièces de théâtre.

 

Le prince Mony Vibescu vit à Bucarest. Il a une sexualité bien remplie mais rêve de Paris et surtout des Parisiennes !

Son arrière-grand-père a été hospodar, équivalent de sous-préfet, et ce titre s'est transmis avec le nom mais Mony préfére se faire appeler Prince.

Après une visite chez Brandi Fornoski, le vice-consul de Serbie, Mony décide de partir à Paris. « Mon cher Brandi, j'en ai assez d'être enculé par toi, j'en ai assez des femmes de Bucarest, j'en ai assez de dépenser ici ma fortune avec laquelle je serais si heureux à Paris. Avant deux heures je serai parti. J'espère m'y amuser énormément et je te dis adieu. Mony, prince Vibescu, hospodar héréditaire. »

À Paris, Mony rencontre Culculine d'Ancône et son amie Alexine Mangetout (quels noms !), Mariette (la femme de chambre de son hôtel) entre autres et s'en donne à cœur joie.

Lorsqu'il apprend la mort de Brandi, Mony retourne à Bucarest avec son valet Cornabœux car il est l'héritier de son ami défunt. À bord de l'Orient-Express, il rencontre Estelle Ronange, une actrice française qui va jouer à Vienne.

 

Mony déclare : « Que les onze mille vierges ou même onze mille verges me châtient si je mens ! ». Je pense que le titre vient de cette phrase. Car Mony va être châtié... Il est las de la façon dont son ami le traite à Bucarest mais à Paris, il se fait mettre par un cocher venu rechercher son fouet chez Alexine, et à son hôtel par le masseur (« proprement »), le coiffeur (« artistiquement ») et le manucure-pédicure (« vigoureusement »). Il se fait aussi agresser, violenter, fouetter, torturer... Finalement, il prend plaisir à tout ça (grand bien lui fasse). Mais ce n'est rien par rapport à ce qu'il fait subir aux autres (femmes, enfants et hommes).

Ce roman est parmi les plus connus d'Apollinaire et il est classé dans les classiques de la littérature érotique. Je comprends que la littérature érotique puisse émoustiller mais là, ça parle trop de tétons, de vit, de gland, de couilles, de con, de clitoris, de fesses, de cul, de foutre, de pets, d'étrons, de baise, de sodomie... Il y en a partout, on a l'impression que la vie se limite à ça. Et quand, lors d'une orgie chez Natacha Kolowitch, un garçon de 11 ans et une fillette de 8 ans sont violés, j'ai préféré stoppé ma lecture. Plus loin, c'est encore pire, avec le viol d'un bébé danois...

Est-ce qu'il y a des gens qui aiment lire ça ? Est-ce que les gens savent que ça parle de viols, de pédophilie, d'inceste (un général et son fils de 12 ans), de nécrophilie, de coprophilie, de zoophilie, de torture ?

En fait, très rapidement, le récit n'a plus ni queue ni tête (sans jeu de mots), ça dégouline de bave, de foutre, de merde, et ça devient simplement un tour d'Europe de la baise voire de meurtres.

ClassiqueMois1Tout ça est plus pornographique et obscène qu'érotique. Franchement je préfère lire un bon polar et je ne pense pas reparler de ce genre de littérature avant longtemps !

 

Une lecture que j'avais faite pour la catégorie « Inavouable » du challenge Le tour des genres en 365 jours : j'avais finalement présenté un autre livre mais comme je suis en panne de classique ce mois-ci pour le challenge Un classique par mois, je ressors cette note de lecture ! Que je place aussi dans les challenges La Belle Époque, Cent pages, Je lis des nouvelles et des novellas, Lire sous la contrainte (chiffre, nombre), Littérature francophone, Petit Bac 2013 (catégorie Corps humain ou Chiffre/nombre).

ChallengeBelleEpoque DefiCentPages NouvellesChallenge2
LireContrainte6 LittFrancophone PetitBac2013


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pi_ro_94 16/04/2013 21:10


Disons que c'est un roman érotique pornographique. Le mot pornographique est construit sur la racine grecque "pornè" qui désigne la prostituée. Il est devenue synonime de l'érotisme obscène.

Catherine 17/04/2013 00:43



Merci Pi_ro_94 pour ces explications, mais j'espère que tu lis d'autres articles de mon
blog, hein !, parce qu'il n'y a pas que ça heureusement .



Pi_ro_94 14/04/2013 21:56


Les grands livres érotiques n'ont jamais été écrit par des enfants de choeur. En règle générale ce ne sont pas des bluettes non plus. Je comprend que vous ayez été dégoutée car c'est vrai qu'il a
mis la dose. Les scènes qui vous ont arrêtée dans votre lecture ne m'ont laissé aucun souvenir. Mais j'ai lu ce livre il ya trente ans au moins.

Catherine 15/04/2013 14:36



Sauf que là, j'ai l'impression que ce n'est pas érotique mais pornographique, on ne m'y
reprendra plus .



Pi_ro_94 13/04/2013 23:50


C'est effectivement un roman délirant qui passe en revue toutes les perversions de la sexualité. Au début tout se fait avec une joie débridée et puis au fur et à mesure Thanatos l'emporte petit à
peit sur Eros et cela se termine dans l'abjection de la guerre russo-japonaise de 1905  et la nécrophilie qui est le dernier acte du héros ou de l'anti-héros du roman, le prince Vibescu,
hospodar héréditaire. On peut le lire comme un roman tragique et prémonitoire de la Grande Guerre ou s'abîma le 20ème siècle naissant et l'Europe.

Catherine 14/04/2013 20:43



Peut-être... Après sa parution, il est aisé de dire que ça fut visionnaire... En tout
cas, je n'ai pas pris de plaisir à sa lecture et vu ce que ça raconte, c'est tant mieux.



Neph 01/04/2013 15:40


J'avais entendu Guillaume Galienne en lire des extraits dans son émission radio "Ca peut pas faire de mal" pour un numéro spécial littérature érotique. Il n'avait pas lu les passages terribles
dont tu parles, et j'étais curieuse... Mais là !

Catherine 02/04/2013 11:25



C'est bien plus que de l'érotique... 



purple velvet 30/03/2013 22:00


Une copine m'avait en effet parlé de ces.. aheum.. particularité, tu ne fais que confirmer ses dires. Donc j'éviterais. Car bon, au moins dans "la philosophie dans le boudoir", il y avait au
moins du plus sérieux qui alternait avec les parties carrées. D'ailleurs le passage le plus intéressant était justement le paphlet " encore un effort si vous voulez être républicains"..qui avait
au moins le mérite de mettre en avant le point devue politique de 'auteur, et était d'ailleurs lu par le personnage le moins "hard" de tous.
Bon là, à part de la scène de miches bien glauque, il n'y a rien d'autre.. J'en resterai donc aux Calligrammes.

Catherine 02/04/2013 10:39



J'en resterai là moi aussi... 



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -