Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 17:35

LosersNes.jpgLosers-nés est un roman d'Elvin Post à paraître aux éditions du Seuil dans la collection Policiers le 28 avril 2011 (307 pages, 20,50 €, ISBN 978-2-02-103044-0). Geboren verliezers (2007) est traduit du néerlandais par Hubert Galle.

 

Elvin Post est né au Pays-Bas en 1973 et vit près de Rotterdam.

Du même auteur : Jour de paie (2007), Faux et usage de faux (2010).

 

Romeo Easley (21 ans) était un guetteur pour Sean Withers, un caïd de la drogue. Alors que son frère, Russell (22 ans), était en prison, il a pu décrocher et vend maintenant des magazines d'occasion sur la 6e Avenue avec Vernon Baxter, un SDF qui récupère livres et revues. De temps en temps, Papillon, un junkie se joint à eux. Après avoir vendu deux Marie Claireà une cliente, Romeo est tombé fou amoureux d'elle sans la connaître.

« Vern, tu veux que je te dises ? Ton gamin, là, avec tous ces bouquins qu'il lit, il est complètement à côté de ses pompes. Il a pas pigé que ces écrivains ne tartinent que ce que le public veut lire, exactement comme les mecs du ciné à Hollywood. » (Papillon, page 20).

Ça va bien donc pour Romeo, d'autant plus que Russell vient de sortir de prison.

Mais un après-midi, Sean Withers se pointe avec Ernesto Elizondo, son bras droit, un réfugié cubain, et interroge Romeo sur Curtis... Curtis Perlin, un petit dealer de Sean, qui vient de se faire buter en prison employait Romeo en tant que guetteur encore quelques mois auparavant.

« Russell poussa un soupir de soulagement. Sean n'était pas aller trouver Romeo pour le remettre à la rue. Même s'il ne se l'avouait pas ouvertement, Russell était heureux que son frère ait trouvé une occupation légale quelques semaines plus tôt. Lui-même venait de tirer six mois et il savait parfaitement qu'il était impossible d'être dans le business sans se faire gauler au moins une fois […]. » (page 56).

Mais Romeo qui a suivi Karen Summers jusque chez elle est arrêté et est interrogé par l'inspecteur Frank Murino qui enquête sur Sean Withers.

Puis, une nuit, au cours d'un deal avec le Péruvien, Russell et son équipe tombe dans un guet-apens : les deux frères Landsman et Bobby Oakes sont froidement tués et Russell en réchappe par miracle.

« Il ne s'agit pas de savoir qui a raison. Il s'agit d'être raisonnable. » (page 236).

Mais c'est trop tard : une guerre des gangs oppose maintenant Sean Withers et Troy Dexter.

 

BabelioJuryPolarAprès Les leçons du Mal, de Thomas H. Cook, je suis contente de découvrir encore un autre auteur (en plus je connais peu la littérature des pays du nord de l'Europe). Ce deuxième roman reçu dans le cadre du Jury Babelio – Seuil Policiers m'a vraiment plu et je remercie Babelio et les éditions du Seuil.

 

Comme l'indique l'éditeur, il y a un petit côté comédie chez Elvin Post, comédie noire bien sûr et sanglante aussi ! En plus, c'est l'été à New York et le lecteur, emporté à un rythme trépidant, ressent vraiment la chaleur : voilà donc un excellent polar à lire cet été sur la plage (ou partout ailleurs).

Sean Withers, le trafiquant, se drogue au thé de yohimbehe et j'ai voulu savoir si ce thé existait réellement : eh bien oui, il est fait à partir de l'écorce d'un arbre d'Afrique qui aurait des propriétés aphrodisiaques.

Il y a un personnage assez important dont je n'ai pas parlé dans le résumé ci-dessus, c'est Vivian Franco, la petite amie de Withers, innocente, un peu cruche, dépensière, et qui par amour pour Zebra, un jack russell, va faire évoluer l'enquête de Murino.

Il y a aussi une chose qui m'a interpelée : pour certains personnages, on sait qu'ils sont Noirs ou Blancs et pour d'autres non, ça fait bizarre mais ça permet soit d'imaginer soit de se dire que de toute façon, Noirs ou Blancs, il y a des gentils et des méchants, peu importe leur couleur.

On a donc là un auteur néerlandais qui écrit un roman noir presque comme un auteur américain : peut-être qu'il a étudié ou vécu aux États-Unis ? Peut-être qu'il a une grosse culture littéraire et cinématographique américaine ? En tout cas, j'ai bien envie de lire Jour de paie et Faux et usage de faux car Losers-nés est rondement bien mené avec une écriture fluide et quelques traits d'humour bien sentis.

 
Critiques et infos sur Babelio.com


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -