Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 06:24

NuRouge.jpgNu rouge est un roman de Frédéric Touchard à paraître aux éditions Arléa le 25 août 2011 dans la collection 1er mille (205 pages, 17 €, ISBN 978-2-869599437).

 

Si je peux lire des romans de la rentrée littéraire en avant-première, c'est grâce à l'opération de Libfly/Furet du Nord : je remercie donc Lucie de Libfly, le site Libfly (lien direct vers le livre), la librairie Le Furet du Nord et les éditeurs partenaires, ici les éditions Arléa.

 

Frédéric Touchard partage sa vie entre Paris et Lille. Il est documentariste (La fanfare ne perd pas le nord, La digue, etc.) et Nu rouge est son premier roman.

 

Afin de terminer son mémoire sur Édouard Pignon (1905-1993), sorti de la mine et devenu peintre, Camille se rend dans le Nord mais « elle ne peut mesurer la douleur de ceux qui luttèrent à genou, au fond de l'étroite galerie, saturée de poussières nocives, pour remonter à l'air libre le précieux minerai. » (page 13).

« Alors, on vient photographier la misère du Nord ? » (page 18) lui dit en souriant un jeune homme dans un café de Bully-les-Mines (commune où est né Édouard Pignon).

Le Nord, c'est la grisaille : est-ce que la couleur n'apparaît que sur les tableaux dans les musées ? Le Nord, c'est aussi les terrils stériles, les plaines minières, les mines, les usines et les filatures fermées, et... remplacées par des centres commerciaux !

« On fait connaissance et, quelques jours plus tard, on déambule avec l'être aimé dans les rayons d'un hypermarché. Voici le véritable visage de la modernité. » (page 113).

Camille va rencontrer Jean qui va la guider et... tomber amoureux d'elle.

Et elle va découvrir les revendications sociales du XXe siècle. « Je me trouve inutile. […] Inutile. Incapable de m'engager comme le firent tous ces gens-là. » (page 104).

 

Pas besoin de se demander longtemps ce que signifie le titre du livre, on l'apprend dès la première page du premier chapitre : « […] Édouard Pignon inventera les nus rouges – chairs incandescentes envahissant l'entière surface de la toile – et d'entre tous le plus solaire, le sommeil écarlate. » (page 11).

Le peintre a en effet quitté le Nord et les peintures urbaines, grises, pour vivre en Provence où il a peint des nus rouges. C'est en voyant Le sommeil écarlate dans un musée que Camille s'est prise de passion pour Édouard Pignon.

PignonNuRouge.jpg

Bien sûr, cette histoire est intéressante mais je n'ai pas réussi à m'attacher à Camille, je l'ai trouvée distante, autoritaire... Peut-être parce que ce n'est pas elle la narratrice ? C'est Jean, 43 ans, qui raconte : Camille l'a rencontré au café L'Imaginaire à Lille (j'ai l'impression que les cafés ont une grande importance dans le Nord).

Je n'ai pas aimé les combats de coqs...

Mais j'ai fait une belle balade dans le Nord : Bully-les-Mines, Lille, Roubaix, la « campagne » voisine, Marly-les-Mines, Calais, et même Ostende (Belgique).

 

Il y a un écrivain cité avec Jules Verne (page 39). C'est Albert Robida, un auteur visionnaire du XIXe siècle (fantastique, science-fiction, anticipation, inventions) considéré comme plus audacieux encore que Jules Verne (ils sont contemporains). Je ne connaissais pas cet auteur (ou alors, je l'avais oublié...), eh bien, je le note et je souhaite découvrir son œuvre ! Un avant-goût sur le site de l'association des amis d'Albert Robida et sur le blog consacré à Albert Robida créé par Herveline de la librairie Soleil Vert.

 

Ce roman m'a donc moyennement plu mais il m'a fait découvrir un peintre, Édouard Pignon, et ses nus rouges, ainsi qu'un auteur, Albert Robida, et j'ai parcouru le Nord. Et puis comme c'est un premier roman, j'attendrai quand même le deuxième titre de cet auteur.

 

Et il y a cette interrogation : « Est-ce que l'art nous change ? […] Est-ce que l'art change le monde ? » (page 152). Pour l'instant, je n'ai pas de réponses à ces questions... Mais il faudrait y réfléchir !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Choco 07/07/2011 18:24



Un roman qui m'interpelle pour sa situation geographique dans mon Nord natal ! Les cafés sont importants oui mais le tout n'est-il pas trop cliché ?



Catherine 07/07/2011 23:00



Oh, non, le roman n'est pas cliché, c'est simplement que je n'ai pas trouvé le personnage de Camille attachant.



Malivoyage 06/07/2011 11:53



avec tes dernières questions, tu prépares les sujets du bac de philo de l'année prochaine? J'avais eu "l'art et le travail" et je m'étais éclatée; j'avais eu aussi une bonne note...


ce sont de vraies questions pour la culture...


Bonne journée



Catherine 06/07/2011 19:57



Oui . J'avais aussi eu un sujet sur l'Art, mais c'était... il y a
bientôt 30 ans .



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -