Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 06:34

Pizzicato.jpgPizzicato est un roman de Yaël König paru aux éditions Yago dans la collection Coup de sang en mars 2011 (290 pages, 19 €, ISBN 978-2-916209-83-8).

 

Je remercie Gilles Paris de m'avoir envoyé ce roman. C'est d'ailleurs lui qui m'a fait découvrir les éditions Yago en 2009. Éditions Yago créés en 2004 par Yaël König, écrivain, journaliste et éditrice. Déjà dix romans à son actif mais Pizzicato est son premier polar.

 

À Nice, le célèbre violoniste Jean Bertini est étranglé et mutilé par un de ses élèves qu'il vient de congédier.

« En réalité, dès la première leçon il avait su que l'adolescent ne serait jamais à la hauteur de ses ambitions. Le garçon n'avait aucun talent ; il n'en aurait jamais. » (page 10).

Le tout jeune inspecteur Nathan Godfine mène l'enquête mais sa première enquête n'a pas été résolue... Par terre, à côté du mort, il y avait une petite poupée à laquelle il manquait un doigt.

« Nathan Godfine n'en démordait pas. Il trouverait l'assassin, quel que soit le temps qu'il passerait à chercher, à recouper les pistes, à vérifier les témoignages. » (page 22).

 

Quinze ans après. Nathan Godfine est devenu commissaire.

Alors qu'il doit se rendre à l'opéra avec son ami Baptiste Del Chiappo, journaliste et critique musical renommé et apprécié, Nathan Godfine apprend que le chanteur Isaac Van Jong a été assassiné !

« Godfine ressentit comme un choc électrique qui descendit jusqu'à ses talons. » (page 33).

Le baryton tué tient dans sa main une jolie petite poupée à laquelle il manque deux doigts !

« Il fallait faire vite. Il fallait trouver ce meurtrier. » (page 89).

 

Pour décompresser, Godfine voit sa compagne (mais ils vivent séparément), Bella Vargas, une belle Espagnole, chirurgien hors pair. Mais il se sent bien attiré par Serena... la jolie Serbe qui partageait la vie de Van Jong.

 

Pendant ce temps, le tueur agit. Il écrit des messages sibyllins et mégalomanes dans lesquels revient souvent le mot « séraphique ».

« Pense tant que tu veux. Sur la chair et le sang je bâtis mon triomphe, et comme les autres tu t'inclineras, subjugué. Juste avant que je ne te tue. Tu seras mon point d'orgue. Si je le décide. Pour la perfection des perfections. » (pages 92-93).

« Que peut comprendre ce type obtus à la beauté séraphique du monde que je vais révéler ? […] Je dois tuer pour faire naître la beauté. Je vais tuer. » (page 104).

Ces messages du tueur sont facilement reconnaissables dans le roman car ils sont écrits en rouge.

 

L'enquête n'avance pas très vite et il y aura un autre meurtre : celui de la soprano Jenny Lieberson, à Vérone en Italie, et une autre poupée à laquelle il manquera trois doigts.

« Il ne cessait de penser : ce que le cerveau d'un autre a imaginé et construit, je peux le découvrir, le comprendre, le démonter. Je trouverai ! » (page 129).

Suite aux interrogatoires, un réseau de trafic humain et de prostitution d'Europe de l'Est va être démantelé ! Comme quoi, parfois le hasard.

 

Un polar = une ville ? Ici, c'est Nice mais ça ne donne pas envie d'y vivre (la ville paraît grise). Par contre, on apprend beaucoup de choses sur l'opéra. Il y a aussi une petite virée à Vérone.

Godfine est un flic érudit, il est amateur de musique lyrique, de théâtre classique et de littérature. Y en a-t-il beaucoup des comme lui ? Ou est-il uniquement un commissaire de littérature ? Il aime aussi les motos, bon, ça, c'est plus habituel. Il est attendrissant lorsqu'il sort son carnet et qu'il prend des notes.

Ça me fait bizarre d'écrire la note de lecture maintenant que je connais l'assassin ! Je n'avais pas du tout pensé à lui ! Mais je ne dirai rien ! Car pendant la lecture, on sait pourquoi le tueur agit (les paragraphes en rouge) mais pas du tout qui il est !

L'histoire est bien menée et il y a du suspense, c'est un bon polar qui, je l'espère, ne plaira pas qu'aux amateurs de musique lyrique. En fait de polar lyrique, c'est un genre nouveau, non ?

Ah, j'oubliais, le pizzicato est un terme musical (mot italien) qui désigne le fait de jouer les cordes avec les doigts de la main droite au lieu de l'archet (si vous ne lisez pas ce livre, vous aurez quand même appris quelque chose !!!).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anis 14/04/2011 13:44



Je trouve vraiment très bien de faire connaître cette petite maison d'édition!



Catherine 14/04/2011 19:20



Qui édite de très bons livres puisque 4 d'entre eux sont dans mes coups de cœur.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -