Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:02

RichardAnthony.jpgQuand on choisit la liberté est l'autobiographie de Richard Anthony parue le 19 octobre 2010 aux éditions Florent Massot (366 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-916-54669-8).

En milieu de livre, 8 pages de photos en noir et blanc ou couleur et à la fin, une vingtaine de pages de la discographie de Richard Anthony avec une introduction d'Olivier Delavault.

 

J'avoue que Richard Anthony n'est pas dans ma discographie, bien que je connaisse quelques titres. Mais lorsque Gilles Paris m'a proposé ce livre, j'ai immédiatement accepté lorsque j'ai su que Richard Anthony était le premier, en 1958, à avoir chanté du rock'n'roll en France et donc à avoir fait découvrir aux Français ce nouveau style musical.

 

Dès la première page, je suis surprise en apprenant que Richard Anthony est né en Égypte – le 13 janvier 1938 – d'un père égyptien et d'une mère anglaise. Sa mère lui fait découvrir le jazz et son père la musique arabe. Je découvre qu'il est apatride : comment cela peut-il se faire alors qu'il se sent totalement Français ?

Après une enfance dorée au Caire durant laquelle il n'a entendu que les bruits de la guerre, sa famille s'installe à Paris en 1947, en Argentine en 1949 et de nouveau en France en 1951. Naît une sœur, Manuela (Btesh). Le petit Richard, surnommé Dicky par sa mère, a donc connu le pensionnat en Angleterre, le collège américain en Argentine, et enfin Janson de Sailly et la fac de Droit en France. C'est un homme instruit, éclectique, parlant plusieurs langues (français, anglais, italien, espagnol et arabe) et curieux, pas seulement en ce qui concerne la musique. Il est par exemple passionné de mécanique et de beaux modèles (voitures, bateaux, avions).

Dans les années 50, le jazz a déjà fait son apparition en France et de grands artistes émergent. Mais le rock'n'roll est encore inconnu et Richard a vraiment envie de devenir chanteur. « J'en parle partout, c'est devenu une obsession. » (page 48). Plusieurs rencontres ainsi que sa ténacité et son talent font que son rêve se concrétise et il est effectivement en 1958, avec les adaptations de Peggy Sue (Buddy Holly) et de You are my destiny (Paul Anka), le premier chanteur français à chanter du rock'n'roll. Ses musiciens sont issus du jazz mais il veut absolument un son rock, il sait que c'est la musique qu'attend la nouvelle génération. Et dès le début de sa carrière, il veut tout suivre (paroles, musique, enregistrement, arrangements, production). C'est un artiste complet et accompli.

Après 1960 arrivent Johnny Hallyday, Dick Rivers et ses chats sauvages, Eddy Mitchell et ses chaussettes noires, Franck Alamo, les Surfs, Hugues Aufray, Claude François, Sylvie Vartan, Sheila, France Gall, Petula Clark, Françoise Hardy... Tous les artistes avec qui Richard Anthony va être ami et va faire des tournées et des émissions de télévision.

À noter Europe 1 (la première radio à avoir passé sa chanson Peggy Sue), sa première scène en première partie de Dalida, le Palais des Sports en 1961 (premier festival rock en France), la création de Salut les copains, ses tournées avec France Gall puis Françoise Hardy, l'Olympia, et le concert gratuit Place de la Nation avec 200 000 personnes : « Les jeunes viennent en masse et depuis avant-guerre, en France en tout cas, aucun événement de quelque nature que ce soit n'a rassemblé autant de monde. » (page 108), et le Zénith en 1998 pour ses 40 ans de carrière.

L'histoire de Richard Anthony, c'est aussi les femmes qu'il a aimées, Michèle, Josiane, Sabine, Caroline, Élisabeth, et leurs enfants, ses maisons, ses voyages, ses spectacles et ses tournées, ses rencontres (Jacques Poisson, Pierre Rey, Maurice Chevalier, Daniel Filipacchi, Michel Bourdais...), ses amis (dont les Beatles et les Rolling Stones car il a enregistré pendant une dizaine d'années à Abbey Road), et aussi le contexte historique et social des années 60 (guéguerre des idoles lancée par les journalistes, violences après les concerts de rock, Mai 68, Général de Gaulle) et le changement de cap des années 70.

 

J'ai découvert un homme sensible, généreux et passionné. Un homme qui a connu la richesse, la précarité, un redressement fiscal, qui a vécu dans plusieurs pays (Égypte, Italie, France, Angleterre, Argentine, Espagne, États-Unis). Un homme dont la carrière dure depuis plus de 50 ans (avec des hauts et des bas, il est vrai). Un homme surnommé le père tranquille du rock, avec ce que ça implique : on peut le considérer comme un ringard ou un has-been, mais ce sont des faits qu'il est le précurseur du rock – ainsi que de la vague yé-yé et du twist – en France (en Europe ?) et qu'il est toujours là ! Mais il le dit lui-même : « Rien n'est acquis d'avance et tout peut arriver. C'est le public qui décide. » (page 61).

 

Cette biographie m'a appris – ou rappelé – de nombreuses choses sur les années 60 et 70 (une autre époque...), et je remercie Gilles Paris de me l'avoir envoyée.

 

Plus de Richard Anthony sur http://richard-anthony.fr.gd/ et sur http://richardanthony.com/.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VANDERCAMERE 14/12/2010 15:25



Juste un mot sur Richard Anthony, c'est un super chanteur avec une voix d'OR. C'est vrai qu'il n'aime pas trop les émissions de télé, mais quand on parle des années 60 nous avons toujours Johnny
et Sylvie, est Richard là dedans ? Pour ma part je l'adore et il me manque beaucoup, j'espère que nous aurons bientôt le plaisir de le revoir



Catherine 14/12/2010 23:19



Bonjour Vandercamere, ce n'est pas mon style de chanteurs, j'aime le rock plus pêchu, plus anglais/américain/australien, mais je
comprends qu'il ait des fans depuis si longtemps. Il continue de chanter alors j'espère qu'il se produira près de chez toi pour que tu puisses le voir.



depasse 11/12/2010 20:20



C 'est fabuleux ce livre! et j'apprécie beaucoup



Catherine 11/12/2010 22:51



Merci pour ton commentaire, Depasse ; je vois que Richard Anthony a des fans .



viviane grassini 11/12/2010 18:40



J'ai acheté le livre de R. ANTHONY dès sa sortie et l'ai avalé en 3 jours. Cela m'a replongée dans les anées 60 époque où j'avais 20 ans et j'étais fan de Richard au point d'avoir acheté tous ses
33 et 45 tours et tous les m:agazines qui parlaient de lui. Je l'ai vu sur scène X fois avec toujours autant d'enthousiasme. J'en étais folle !!!!! Par contre son récit m'a émue, car à l'époque,
je croyais que sa vie n'était que de succès couronnés de louanges. Pas du tout, il a beaucoup morflé et morfle encore. Je pense qu'il souffre de l'oubli de la part des media alors qu'il a été le
pionner du rock en France. Je ne comprends pas pourquoi on entend parler des Nocoletta, S. Vartan, MEME Guy Béart, et Richard dans tout cela ??



Catherine 11/12/2010 19:54



Eh oui, Viviane, c'est sûrement une des raisons qui l'ont poussé à écrire son autobiographie ; j'ai eu entre les mains un livre qui raconte
l'histoire du rock français de 1961 à nos jours alors que le rock'n'roll est arrivé en France en 1958... Bon weekend !



Ikebukuro 05/12/2010 10:23



A priori, comme toi, je ne serai pas forcément attirée par une biographie de Richard Antony, ce n'est pas vraiment mon style de musique, ni ma génération mais pourquoi pas ? Je suppose que c'est
aussi l'homme que l'on découvre derrière ces lignes et pas seulement la vedette des années 60, avec sa richesse et sa personnalité.



Catherine 05/12/2010 11:14



Bien sûr, l'homme, tu as tout à fait raison, mais en fait, je ne suis pas vraiment intéressée par la vie des autres, c'est sûrement pourquoi
j'ai été plus intéressée par la musique et par l'époque, années 60 et 70. Et puis j'aime bien le titre aussi. Bon dimanche .



Ginette 04/12/2010 10:11



Bonjour
Les 1200 recettes issues de «LA CUISINE POUR TOUS» le livre de Ginette Mathiot paru en 1955, sont rassemblées sur un site parfaitement désintéressé:  http://WWW.SAPIDE.FR
Merci d’y jeter un coup d’œil et de le faire connaître si vous le jugez utile.
Bien à vous
G.



Catherine 04/12/2010 11:52



Qu'est-ce que ça vient faire là ?



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -