Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:09

RosaCandida.jpgCoupCoeur2010.pngRosa candida est un roman d'Auður Ava Ólafsdóttir paru aux éditions Zulma en août 2010 (333 pages, 20 €, ISBN 978-2-84304-521-9). Afleggjarinn (2007) est traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson. Rosa candida a reçu le Prix Page des Libraires 2010 (sélection européenne).

 

Auður Ava Ólafsdóttir est née en 1958 et a étudié l'histoire de l'Art à Paris. Elle vit à Reykjavík et a deux filles. Directrice de musée, conférencière, professeur, organisatrice d'expositions : l'Art a une place importante dans sa vie. Avant Rosa candida, elle avait déjà écrit deux romans : Upphækkuð jörð (Terre relevée) en 1998 et Rigning í nóvember (Pluie de novembre) en 2004, et une pièce de théâtre qui sera jouée au Théâtre national islandais à l'automne 2011.

 

Le narrateur est Arnjótur Thórir. Il vit en Islande dans une petite maison avec son père de 77 ans, électricien à la retraite. Son frère jumeau (né deux heures après lui), Jósef, passe ses semaines dans un centre spécialisé car il souffre d'autisme et revient le weekend.

Arnjótur est un jeune homme de 22 ans qui se cherche une vie, un avenir.

Sa mère bien-aimée est morte dans un accident de voiture, le jour de ses 60 ans, un 7 août. Le même jour, sa fille, Flóra Sól, est née mais il n'est pas avec Anna, la mère du bébé, car c'était juste une aventure d'une nuit.

« Trop de coïncidences, ça n'existe pas […]. » (page 14).

Il s'occupe du jardin et de la serre que sa mère avait emménagés de son vivant. Il est tiraillé entre le « On ne va pas loin avec des rêves » de son père et le « Il faut poursuivre ses rêves » de sa mère.

Après avoir trouvé un emploi de jardinier, à l'étranger, dans un monastère qui veut faire revivre la roseraie, Arnjótur décide de partir. Il emmène trois boutures de Rosa candida, une rose rare à huit pétales et à la tige sans épines.

Le dernier soir, le père cuisine un repas d'adieu en compagnie de ses deux fils. Puis Arnjótur quitte son île natale. Il voyage en avion (à l'atterrissage, il se fait opérer d'urgence de l'appendicite et loge quelques jours chez une amie étudiante) puis en voiture (il traverse trois frontières et comptabilise 1 654 kilomètres).

« On peut dire que depuis le début du voyage, j'ai profité de la compagnie des diverses personnes que le hasard a placées sur ma route […]. » (page 138).

À son arrivée au monastère, Arnjótur est accueilli par frère Thomas, grand cinéphile devant l'Éternel et fin philosophe : « La beauté est dans l'âme de celui qui regarde. » (page 173).

Il s'installe dans une cellule de moine et commence le travail : « je m'efforce de sauver une roseraie séculaire, unique en son genre, de la négligence et de l'abandon. » (page 255).

OlafsdottirAAMais la vie est... monacale ! « À vrai dire, je ne comprends pas ce qui m'a pris de venir ici, dans ce trou perdu. » (page 152).

 

Quel beau roman ! Quelle belle histoire ! Tout en délicatesse !

« C'est ainsi que naît ma nouvelle vie, c'est ainsi que la réalité voit le jour. » (page 250).

En fait, il y a trois parties, la première – belle et rude – se déroule en Islande, la deuxième – très intéressante – est le voyage (on peut dire que c'est un road movie) et la troisième à l'étranger (village et monastère) est à la fois calme et pleine de surprises.

C'est beau, à lire d'une traite, pour passer un bon weekend, et je remercie Anne qui m'avait déjà conseillé Sjón.

 

Je suis curieuse ! Quel est ce monastère qui a une roseraie si célèbre ? Quels sont ce pays, cette ville et celle langue parlée par si peu de gens ? On ne le sait pas ! J'ai pensé à un pays scandinave ou un pays d'Europe de l'Est (le monastère de Rila en Bulgarie par exemple ?).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lislandais 07/02/2012 00:42


Indridason évidemment !


Sjon, Thor Vilhjalmsson (décédé tout seul l'année dernière dans une piscine de Reykjavik), Jon Kalman Stefansson, Stefan Mani (moins éblouissant tout de même) et peut-être Kristin Marja Baldursdottir (mais je ne
l'ai pas encore lu son Karitas).

Catherine 07/02/2012 08:20



Ouh la, ça fait beaucoup d'auteurs . Merci L'Islandais . Sjón, je connais déjà car conseillé par cette amie qui aime l'Islande et déjà présenté Le moindre des mondes sur mon blog. Indridason je connais de nom
mais je ne l'ai pas encore lu (vu La cité des jarrres en film). Les autres, je les notes, merci .



lislandais 06/02/2012 19:58


Je m'aperçois que mon lien n'était pas le bon :(


Erreur rectifiée !


http://vivre-en-islande.blogspot.com/2012/01/les-voeux-daudur-ava-olafsdottir.html

Catherine 06/02/2012 21:14



Pas le bon ? Pourtant, j'ai bien accédé à ton blog, donc pas grave .
Aurais-tu d'autres auteurs islandais à me conseiller car je participe au Défi scandinave de Prune.



lislandais 06/02/2012 16:17


Les voeux d'Audur à Reykjavik et sous la neige...


http://www.lepoint.fr/livre/rosa-candida-d-audur-ava-olafsdottir-06-02-2012-1427935_79.php

Catherine 06/02/2012 19:21



Merci pour ce lien, L'Islandais ! Cet article de Martine de Tilly est tellement vrai. Je découvre aussi ton blog et je vais envoyer le lien à une
amie qui aime l'Islande (elle y a déjà séjourné deux fois). Bonne semaine et à bientôt.



dasola 26/01/2011 07:46



Bonjour Catherine, ce roman est un de mes coups de coeur de 2010. Et savoir où se trouve ce monastère, oui, pourquoi pas un pays de l'est. C'est d'ailleurs étonnant, cette façon qu'a l'auteure de
ne rien préciser. C'est intriguant. Bonne journée.



Catherine 26/01/2011 08:24



Bon, c'est par simple curiosité, car le roman se lit très bien sans que le lecteur sache, mais quand même j'aime bien savoir où se déroule ce
que je lis .



freude 25/01/2011 10:41



Je crois qu'après avoir lu ce livre, on le cherche tous ce famaux monastère... Qu'il doit être bon de s'asseoir suer un de ses bancs un livre à la main...



Catherine 25/01/2011 19:52



Le pays de la rose, c'est la Bulgarie, donc il y a de fortes chances pour que ce monastère soit en Bulgarie, non ?



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -