Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 15:06
LC.png Tadam, roulements de tambour, voici ma première LC ! Je me suis d'ailleurs fait un petit logo à partir d'une image amusante. Lecture commune organisée par Sandrine. En même temps, ce n'était pas trop difficile car, avec le partenariat Price Minister (merci à Oliver et à Price Minister !), nous étions plusieurs à avoir reçu ce gros roman et à le lire ensemble ! Price Minister demande une note, ce sera 18/20. PriceMinister2012-1

 

UnePlaceCoupCoeur2012Une place à prendre est un roman de J.K. Rowling  paru en septembre 2012 aux éditions Grasset dans la collection Littérature étrangère (680 pages, 24 €, ISBN 978-2-246-80263-1). The casual vacancy (2012) est traduit de l'anglais par Pierre Demarty.

C'est tellement une « grosse » parution que l'éditeur a créé un site dédié : http://une-place-a-prendre.fr/.

 

J.K. Rowling est née le 31 juillet 1965 à Yate (Gloucestershire, Angleterre). Pas besoin d'en dire plus, tout le monde connaît la « maman » de Harry Potter !

 

Une fois n'est pas coutume, que nous dit l'éditeur sur la 4e de couverture ?

« Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...

Comédie de mœurs, tragédie teintée d'humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige. »

Et c'est tout ! Et c'est tant mieux !

Et je suis bien embêtée de vous en dire plus car mieux vaut ne pas dévoiler des détails ou des choses importantes que le lecteur apprend durant sa lecture !

 

Pagford, quelle charmante bourgade au sud-ouest de l'Angleterre ! Profitez-en pour lire la description sur Le mardi sur son 31 # 32.

 

Pour leurs 19 ans de mariage, Barry Fairbrother invite son épouse, Mary, à dîner au restaurant du golf. Mais Mary est en colère car son époux à passer la journée à écrire un article pour la Gazette de Yarvil sur Krystal Weedon, une adolescente de 16 ans qui vit avec sa mère dans le quartier pauvre des Champs. À peine sorti de voiture, Barry tombe terrassé sur le parking. Samantha et Miles Mollison, des amis attablés au restaurant, accompagnent Mary à l'hôpital et y retrouvent une autre amie, Ruth Price, infirmière. Mais c'est trop tard. Anévrisme.

Le lendemain, tout le monde connaît la nouvelle, Barry étant au Conseil paroissial de Pagford, et tous ceux qui ont vu quelque chose, ou pas, racontent l'événement avec force détails.

« Bah merde alors […]. Il avait quoi, quarante ans ? » (page 23).

Certains qui haïssaient le notable savourent la nouvelle, d'autres sont sidérés. Mais en tout cas, une chose est sûre : il y a une place à prendre !

« Une vacance fortuite […]. C'est comme ça qu'on dit quand un siège se libère au Conseil suite à un décès. C'est le terme légal. » (page 54).

« […] tous deux se représentaient cette place à prendre non pas comme un espace vide, mais plutôt comme un chapeau de magicien, regorgeant de possibilités. » (page 59). Je précise que c'est la seule fois où le mois magicien apparaît et qu'il n'y a pas de magie dans ce roman !

 

De nombreuses personnes vivent à Pagford et l'auteur va présenter peu à peu les familles, adultes et enfants, notables, professeurs, commerçants... Tout cela m'a un peu fait penser à Twin Peaks. Je ne dis pas qu'Une place à prendre ressemble à Twin Peaks, non, il y a ni enquête policière  ni fantastique. C'est dans la façon dont les personnages arrivent les uns après les autres, comment ils sont présentés au niveau social et ce qu'ils sont réellement, leurs relations bonnes ou mauvaises, sincères ou hypocrites, et l'implication des uns et des autres dans la vie de leur ville et... dans les commérages !

J.K. Rowling réussit l'exploit de caser presque tous les faits de société dans un seul roman, et tout est plausible et fluide : les relations parents-enfants, les conflits entre les adultes, les problèmes de couple, la sexualité, les hommes violents (*) tant au niveau physique que psychologique, la richesse et la pauvreté, l'amour et l'amitié, les adolescents, la délinquance, l'alcool, la drogue, les cas sociaux et l'argent dépensé (inutilement pensent certains) pour les aider, le racisme (la famille Jawanda, originaire de l'Inde, des Sikhs non pratiquants), l'homosexualité (Patricia qui a fui à Londres) et la haine générée par certains (la famille même parfois),  la réussite qui rend si fière la famille, etc. En plus, le récit est vraiment ancré dans le monde moderne, messages sur le forum du Conseil, Facebook...

 

(*) Le pompon revient à Simon Price  avec son « air brutal et dément » (page 194) qui est vraiment horrible avec son épouse, Ruth, et leurs deux fils, Andrew et Paul ! Le suivent de près Gavin Hugues odieux avec Kay Bawden (elle est un peu stupide et naïve aussi...) et Obbo qui pourvoit Terry Weedon en drogue même quand elle veut décrocher.

 

Il y a encore plusieurs personnes mais je ne peux parler de tous, à vous de les découvrir. Voici quand même quelques extraits pour vous faire une idée plus précise du ton du roman.

« Ouais, dit Fats. Baiser et mourir. C'est ça, non ? Baiser et mourir. C'est ça, la vie. » (page 247).

« Aucune considération pour sa veuve, sa famille. Tout ce qui compte pour eux, c'est de gagner, et ils sont prêts à sacrifier tout le reste ! » (page 384).

« Aucun d'entre eux n'était Barry. Il était l'incarnation vivante de ce qu'ils proposaient en théorie : l'arrachement à la pauvreté et l'accès à la richesse par le biais de l'éducation ; le rejet d'une vie placée sous le signe de l'impuissance et de la dépendance au profit d'une existence tout entière vouée au bien-être de la société. » (page 510).

 

J'ai appris deux mots ! Immarcescible page 404 (qui ne peut se flétrir) et volapük page 537 (langue construite comme l'espéranto).

 

Un petit détail : page 541 à la 2e ligne du chapitre 10, que signifie « Parminder quitta le Vieux Presbytère etonta Church Row pour aller [...] » ? Peut-être « et remonta » ?

 

Une place à prendre est une excellente comédie de mœurs qui m'a scotchée du début à la fin, et malheureusement le drame n'est jamais loin... J.K. Rowling garde son écriture ample et fluide, mais elle a su la rendre plus mature, plus aboutie, et j'applaudis. Vivement le prochain roman !

 

 

Ce roman entre dans les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2012, ABC critiques 2012-2013 (lettre R) et God save the livre, Voisins voisines 2012 et Tour du monde en 8 ans, tous les trois pour l'Angleterre. Rentreelitt2012-1 ABC2012-2013
GodSaveLivre VoisinsVoisines2012 TourMonde8ans

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edelwe 18/02/2013 20:33


Dans ma pal! Peut-être pour les vacances!

Catherine 19/02/2013 00:07



J'espère qu'il te plaira 



Philippe D 24/11/2012 21:15


Moi, ce roman n'a pas eu l'effet escompté. Je n'ai pas vraiment accroché. Je trouve le monde dépeint par J.K.Rowling beaucoup trop sombre. L'ensemble est trop négatif. Et puis c'est
loooooooooong...


Ce qui ne veut pas dire que j'ai détesté...


Bon dimanche. 

Catherine 25/11/2012 00:09



Aïe, dommage, mais au moins tu l'as lu et tu peux en parler en connaissance de cause .



Arsinoe la Crapaude 22/11/2012 07:19


D'un autre côté, tu m'as donné à réfléchir. Et effectivement, quand il y a un grand drame, même dans la vie de tous les jours, c'est l'accumulation de faits extraordinaires qui y mènent, comme
dans ce livre, donc.


Mais c'est peut-être sur la forme que JK Rowling aurait eu intérêt à travailler, genre, peut-être, en intro nous donner une impression de grande normalité, et tout faire voler en éclat par la
suite. Que là, d'entrée on trouve des personnages borderline...


Rhâ j'adore la blogo !!! Confronter ses idées, ses points de vue, et avancer, c'est génial !!! Bonne journée :D

Catherine 22/11/2012 23:26



Finalement, on est presque d'accord . Le principal est d'avoir lu ce roman
et de pouvoir en parler, de pouvoir échanger nos avis et nos ressentis. Merci à toi aussi Arsinoe .



Arsinoe la Crapaude 21/11/2012 13:59


PS : je suis instit et j'habite un des rares villages classé en RRS (Réseau réussite Scolaire) tellement la population est défavoriée ici. Alors question cas difficile, je connais. Mais pas ça.

Catherine 21/11/2012 23:29



Tant mieux s'il n'y a pas de cas aussi catastrophiques .



Arsinoe la Crapaude 21/11/2012 13:58


C'est pas les situations qui sont caricaturales, je trouve, mais leur accumulation. Comme dans un épisode de Barnaby où y'a 5 meurtres dans un village grand comme ma poche. Perso, je connais des
personnes dans ces situations-là, mais pas toutes en interactions dans un minuscule microcosme ! Des ados mal dans leur peau, certes, mais pas forcément battus, violés, ou qui se scarifient !


Ca manque de juste milieu, c'est ça que je trouve caricatural.

Catherine 21/11/2012 23:27



Je comprends, mais tu sais il y a vraiment des gens qui ont l'impression que tout s'acharne contre eux (ce qui n'est pas mon cas, heureusement). En
tout cas, ces personnes et ces situations ne m'ont pas paru caricaturales, elles m'ont paru tellement vraies.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -