Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 23:25

Dorian Gray, le portrait interdit : sexe, alcool & perversion dans le Londres du XIXe siècle est un roman d'Oscar Wilde et Nicole Audrey Spector paru aux éditions Ma dans la collection Pôle roman en juillet 2013 (224 pages, 14,90 €, ISBN 978-2-822-402248). Fifty shades of Dorian Gray (2013) est traduit de l'américain par Múira Muirfinn.

 

Je remercie Gilles Paris qui m'a envoyé ce roman même si je suis sceptique concernant de genre de littérature revisitée.

 

Nicole Audrey Spector, qui vit à Brooklyn (NY), est écrivain, éditeur et écrit pour le New Yorker.

 

Oscar Wilde (son nom complet est Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde) est né le 16 octobre 1854 à Dublin (Irlande) dans une famille bourgeoise protestante et il est mort le 30 novembre 1900 à Paris. Il était écrivain, poète et dramaturge. Doué, cultivé, adulé, décrié, emprisonné, le dandy vécut en Angleterre, aux États-Unis et en France avant de retourner à Londres et d'épouser Constance Lloyd qui lui donnera deux enfants, Cyril et Vyvyan. Plus d'infos sur les sites « officiels » d'Oscar Wilde en français et en anglais.

 

Rosemary Hall, « belle, intelligente et têtue », a repoussé tous les prétendants au mariage (bah, à seulement 20 ans, elle a bien le temps, non ?) et veut se consacrer à la peinture.

« Quel soulagement d'être seule, au calme, afin de pouvoir se consacrer à sa passion et mener une vie artistique ! » (page 4).

Elle refuse même de tomber amoureuse.

« La souffrance nous attend tous, une souffrance terrible en échange de ce que les dieux nous ont donné. » (page 8).

Mais elle a rencontré, deux mois auparavant, chez une amie, un beau jeune homme de 18 ans qui depuis l'obsède : Dorian Gray.

« Il était merveilleusement beau, avec ses lèvres écarlates finement dessinées, ses yeux d'un gris profond, sa soyeuse chevelure dorée. » (page 21).

Rosemary se confie à sa meilleure amie, Helen Wotton, 28 ans, mariée et dévoreuse d'hommes mais, lorsque celle-ci rencontre Dorian, elle le séduit et lui tient un discours sur la beauté et la jeunesse qui va influencer le jeune homme fragile.

« Le seul moyen de se débarrasser d'une tentation est d'y céder. Essayez de lui résister, et votre âme aspire maladivement aux choses qu'elle s'est défendues, avec en plus le désir pour ce que des lois monstrueuses ont rendu monstrueux et illégal. » (page 27).

Difficile de résister puisque Rosemary revoit souvent Dorian dans son atelier pour peindre son portrait.

« Comme c'est triste... comme c'est triste ! Je deviendrai vieux, horrible et hideux, mais ce portrait restera jeune pour toujours. Il ne prendra jamais un jour de plus qu'aujourd'hui... Si seulement ça pouvait être le contraire ! Si je pouvais rester éternellement jeune et si le portrait pouvait vieillir à ma place ! Pour cela... oui, pour cela je donnerais tout ! Il n'est rien au monde que je ne donnerais pas ! Je donnerais même mon âme ! » (page 40).

De son côté, Rosemary se brouille avec son père lorsqu'il lui apprend que sa mère n'est pas morte, qu'elle s'est enfuie avec un Américain et qu'elle a un demi-frère. C'est la même histoire que Dorian vient de raconter à Hélène ! Celle-ci va alors entraîner Dorian dans une vie dissolue et, une nuit, après le théâtre, Dorian se rend compte que quelque chose a changé dans le tableau.

« Dans la lumière tamisée qui pénétrait à travers les rideaux de soie crème, le visage lui apparut légèrement changé. L'expression semblait différente. On aurait dit qu'une touche de cruauté flottait sur ses lèvres. C'était vraiment étrange. » (page 122).

« Son vœu ne pouvait pas avoir été exaucé ! De telles choses étaient impossibles. Cette seule évocation semblait monstrueuse. Et pourtant, le portrait était là, devant lui, avec une touche de cruauté sur les lèvres. » (page 123).

Dorian est incrédule mais la transformation du tableau continue. Le portrait vieillit à la place de Dorian qui va rester jeune et beau (enfin pendant quelques temps).

 

Ma phrase préférée

« Les mots étaient si clairs, si vivants et si cruels ! Quelle magie ils dissimulaient ! » (page 185).

 

En lisant ce roman, j'ai eu l'impression de participer au challenge Harlequin (rires), actes sexuels en plus ! Bref, rien de nouveau sous le soleil de la déchéance et de la décadence. Je reste d'ailleurs sceptique quant à cette lecture : ce n'est pas mal écrit (traduit en tout cas) même s'il y a beaucoup de points d'exclamation et ce n'est pas désagréable à lire (en même temps, c'est court), mais c'est tellement loin de l'œuvre originale... Le portrait de Dorian Gray (1891) est le seul roman d'Oscar Wilde puisqu'il a écrit de la poésie, des nouvelles, des contes, des essais et des pièces de théâtre. Alors, lisons plutôt l'œuvre originale ! Parce que là, j'ai vraiment l'impression que c'est pour surfer sur la vague Fifty shades et pour faire de l'argent. Et pour aborder Oscar Wilde différemment (en particulier dans sa vie de mari et de père) et intelligemment, il y a la série de l'Anglais Giles Brandreth dont j'ai déjà présenté Oscar Wilde et le jeu de la mort.

 

Je crois que, dans la même collection, j'ai aussi reçu Jane Eyrotica, de Charlotte Brontë et Karena Rose : je le lirai à l'occasion et j'essaierai de vous en parler mais je crains que ce soit dans la même veine...

 

Une lecture pour les challenges L'art dans tous ses états (peinture), Premier roman (dans une interview pour Piatkus Books, l'auteur dit que Fifty shades of Dorian Gray est son premier roman) et Victorien.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou 28/08/2013 15:05

J'ai l'impression d'après les extraits que tu cites que c'est sur le principe de "Pride and prejudice and zombies" : on part du texte original et on rajoute des scènes, en l'occurrence ici des scènes de sexe. ça ne me dit absolument pas et je comprends ta déception, par contre je m'apprête enfin à lire le premier roman de Brandreth (dans ma PAL depuis sa sortie !) pour la LC British Mysteries et je suis certaine qu'il va me plaire :)

Coccinelle 28/08/2013 15:12

Oui, c'est ça, plus quelques changements dans l'histoire, et c'est pareil avec Jane Eyrotica je pense (pas encore lu...). Par contre, la série de Brandreth est super ! Bonne lecture et bonne journée.

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -