Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 20:40

Je viens de découvrir le challenge Arche de Noé de La Lecturienne. Il fait un peu double emploi avec Animaux du monde mais ce dernier se termine le 31 décembre 2014 (peut-être que Sharon va le renouveler encore une fois ?) et le logo est tellement beau !

 

L'objectif est de lire – entre le 1er septembre 2014 et le 1er septembre 2016 – des livres qui ont un animal (il faut que ce soit un animal réel) sur leur couverture ou dans leur titre.

Challenge Arche de Noé avec La Lecturienne

Infos, logo et inscription sur La Lecturienne ou sur le forum Have a break, have a book.

 

Mes lectures pour ce challenge

 

Les animaux sur les couvertures

 

Les animaux dans les titres

...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans challenges & défis animaux
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 22:24

Comme la reprise est difficile, je vous propose encore quelques photos des vacances.

Après fleurs puis pierre et bois, voici les animaux (du plus petit au plus gros !).

Vous pouvez cliquer sur les photos.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans photographie animaux
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 00:17

19 juin 2014 : un ours sauve une corneille de la noyade et, pour lui montrer qu'il ne va pas la manger, se détourne pour déguster pommes et carottes.

Cela se passe au zoo de Budapest en Hongrie. Je n'aime pas les zoos et je n'apprécie pas de voir ce brave ours enfermé loin de son milieu naturel dans un si petit espace.

Mais je me dis que les animaux agissent souvent mieux que les hommes et j'en profite pour faire de cet article mon premier billet pour le challenge Automne hongrois.

Vidéo d'Aleksander Medveš :

Partager cet article

Repost 1
Publié par Coccinelle - dans animaux
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 02:25

Où est Pobi ? est un album illustré de Kim Hyun paru aux éditions Philippe Picquier en août 2013 (48 pages, 12,50 €, ISBN 978-2-8097-0906-3). Il est traduit par Choi Kyungran.

 

KIM Hyun est un auteur illustrateur coréen.

 

Pobi est un petit extraterrestre jaune qui arrive dans sa soucoupe volante, accompagné de son ami bleu Guli, pour découvrir les animaux de la Terre.

 

Ce très bel album illustré, abondamment coloré, permet de découvrir avec Pobi de nombreux animaux selon leurs lieux d'habitations (mers, forêts, savane, banquise, ciel, etc.). Le lecteur s'émerveille avec ces petits extraterrestres de la diversité et de la beauté des animaux qui vivent sur notre belle planète.

Le livre se déplie pour s'amuser à trouver où est Pobi sur la double page.

Dommage que les noms des animaux ne soient pas en bilingue, coréen et français.

 

Un album idéal pour les challenges Animaux du monde, Je lis aussi des albums et bien sûr Printemps coréen # 2.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans album illustré animaux
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 00:57

Mesdames les grenouilles est un album illustré de Danièle Fossette et Olivier Copin paru aux éditions Ibis rouge jeunesse dans la collection Tinamou en 2010 (30 pages, 12 €, ISBN 978-2-84450-379-4).

 

Danièle Fossette est auteur. Née à Boulogne sur Mer, elle a enseigné en France, à Madagascar et vit maintenant en Martinique.

 

Olivier Copin est illustrateur et peintre. Il vit en Guyane.

 

Les grenouilles font tellement de bruit que le soleil se fâche mais elles continuent leurs commérages sur leurs voisins, le crabe, le colibri, le lézard (ou anoli), le moustique, le serpent, la mangouste, la manicou.

Le soleil est maintenant très agacé : les grenouilles auront dorénavant le droit de jacasser la nuit lorsqu'il est couché mais devront se taire dès qu'il se lèvera !

 

Mesdames les grenouilles est un album exotique, drôle et coloré pour découvrir les animaux des Antilles. Les éditions www.ibisrouge.fr se trouvent d'ailleurs en Guyane.

 

Une lecture pour les challenges Amérique du Sud – Amérique latine (Guyane), Animaux du mondeDes contes à rendreJe lis aussi des albumsPetit Bac 2014 (catégorie Animal).

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans album illustré animaux conte
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 00:40

La poule qui voulait vivre sa vie est un roman de Hwang Sun-mi paru aux éditions Flammarion Chan-ok dans la colllection Matins calmes en octobre 2012 (142 pages, 12 €, ISBN 978-2-6899-72-5). Madang-eul naon amtak (마당을 나온 암탉, 2000) est traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel.

 

Hwang Sun-mi (황선미), née en 1963, a étudié la littérature à l'Université des Arts de Séoul (Corée du Sud) où elle enseigne maintenant. Auteur de plusieurs romans jeunesse depuis 1995, elle a reçu le prix Tamna et elle est renommée « pour ses sujets profonds et sa description fine de la psychologie des personnages. » (source : éditeur).

 

« C'est ça, un rêve. Garder dans son cœur un souhait quasiment irréalisable, une force mystérieuse grâce à laquelle on ne souffre jamais de la solitude, même quand on se retrouve seul. » et « Réaliser un rêve est un miracle que chacun de nous peut accomplir. » (préface de l'auteur, page 7).

 

Petite-Feuille est une poule qui vit depuis un an dans un poulailler industriel mais depuis sa cage, elle peut voir l'acacia dans la cour et ça lui donne de l'espoir. Elle pond des œufs petits et sales mais ça n'empêche pas la fermière de les prendre, sauf le dernier qui n'avait même pas de coquille et que le fermier a jeté. Petite-Feuille aimerait ne plus pondre pour les fermiers et être libre car son rêve est d'élever des poussins.

« À quoi bon rêver ? Rien de tout cela n'arriverait jamais. » (page 21).

Comme Petite-Feuille semble malade et ne pond plus, le fermier l'expulse du poulailler et la jette dans une fosse avec d'autres poules en fin de vie. Grâce à Vagabond, un colvert sauvage, Petite-Feuille s'en sort et n'est pas dévorée par la belette.

« D'habitude, elle [la belette] ne laisse jamais échapper sa proie. Tu es la première à sortir saine et sauve du fossé. » (page 27).

Ainsi Petite-Feuille est une miraculée et Vagabond la conduit dans la basse-cour mais la poule n'est pas acceptée par les animaux qui vivent en plein air, ils se moquent d'elle et lui ordonnent de partir. Près de l'étang, Petite-Feuille découvre un œuf aux reflets bleus et décide de le couver : elle aura son poussin !

« Il fallait le garder au chaud, sinon il mourrait. » (page 49).

Bizarrement Vagabond prend soin d'elle mais une nuit, épuisé, il est dévoré par la belette et Petite-Feuille se retrouve seule avec l'œuf qui éclot au matin.

« La vie était un perpétuel renouvellement. Certains mouraient, d'autres naissaient. Il arrivait même qu'on fut confronté aux deux événements en même temps. » (page 67).

Petite-Feuille va appeler « son poussin » Capuchon et l'élever comme une vraie mère-poule !

« Je suis une poule vagabonde désormais. » (page 93).

 

Il y a un petit côté Chicken run à cette histoire de poule qui refuse de pondre des œufs pour les humains et qui veut être libre. J'ai aussi pensé au Vilain petit canard réalisé par Garri Bardine d'après le célèbre conte de Hans Christian Andersen pour le rejet de la basse-cour, l'incompréhension et les moqueries des autres, la découverte de l'extérieur et la liberté, et également à Voler ! du moine Jaeyeon (qui est aussi un roman sud-coréen) pour le canard qui veut voler et être libre malgré les dangers.

Quoi de plus naturel que le rêve de liberté ? C'est le rêve universel aussi bien pour les humains que pour les animaux quelle que soit leur captivité ! Et puis dans ce roman (dont la couverture est très belle), il y a tellement de beauté et de sensibilité que les larmes me sont montées aux yeux. Même la cruauté est toute relative : il faut bien que la belette se nourrisse et nourrisse ses petits ! Ainsi, ce qui paraît cruel pour les uns est naturel et normal pour les autres.

Une belle leçon de vie, d'amour et de liberté !

 

En faisant des recherches sur Hwang Sun-mi, je découvre que son roman a été adapté en film d'animation en 2011 par Oh Sung-yoon sous le titre Leafie, a hen into the wild. Voici les vidéos (interviews des doubleurs et bande-annonce) et même si on ne comprend pas le coréen, c'est vraiment beau à regarder.

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (poules, canards, chien, belettes), Jeunesse & young adults # 3Lire sous la contrainte (titre long), Petit Bac 2013 (catégorie Animal) et Tour du monde en 8 ans (Corée du Sud). Je mettrais bien aussi ce beau roman dans le challenge Des contes à rendre car il ressemble à un conte philosophique.

 

Partager cet article

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 02:55

L'astrologie indienne est un ouvrage de Denise Huat paru aux éditions Michel Grancher dans la collection ABC en mai 2013 (318 pages, 16 €, ISBN 978-2-733-91263-8). Les illustrations sont de Jean-Claude Dandrieux.

 

Denise Huat est astrologue et passionnée par l'astrologie indienne.

 

Intéressée par les animaux de la cosmogonie chinoise, j'étais curieuse de découvrir les animaux de l'astrologie indienne. Je répète que je n'aime pas l'astrologie, je ne m'occupe pas d'horoscope, je m'intéresse aux particularités des animaux en tant que totems.

 

Plus de 5 000 ans avant notre ère... Textes sacrés des Védas. L'astrologie indienne, ou astrologie védique, se nomme Jyotish (lumière). L'astrologue est un brahmane.

Ça remonte à loin ! Et je subodore que ça va m'intéresser au niveau historique et spirituel (à défaut de littéraire..., il faudrait que je lise les Védas !).

 

27 animaux ? Pourquoi ce nombre ?

Parce que la Lune fait un parcours « mensuel » de 27 jours et chaque jour est représenté par un animal : il y a donc 27 Nakshatras (demeures). Auparavant, il y en avait 28 mais Abhijit a disparu.

Quant au soleil, il est représenté par 12 Kalachakra, le « cercle du temps », soit 12 Rashis (signes solaires).

 

Introduction, histoire, planètes... L'auteur explique bien les bases mais ce que je veux découvrir, ce sont les animaux et les caractéristiques.

 

Je me note les animaux pour ne pas les oublier !

1. Ashvini, le cheval (« chevaux ») du 13/14 avril au 26/27 avril

2. Bharani, l'éléphant (« celui qui porte ») du 26/27 avril au 10/11 mai

3. Krittika, la brebis (« tranchante ») du 10/11 mai au 24/25 mai

4. Rohini, le serpent (« rouge ») du 24/25 mai au 7/8 juin

5. Migazira, le serpent (« tête d'antilope ») du 7/8 juin au 21/22 juin

6. Aridra, la chienne (« humide ») du 21/22 juin au 5/6 juillet

7. Punarvasu, la chatte (« retour des frères ») du 5/6 juillet au 19/20 juillet

8. Pushya, le bélier (« fleur ») du 19/20 juillet au 2/3 août

9. Alesha, le chat (« enlacement ») du 2/3 août au 16/17 août

10. Magha, le rat (« puissant ») du 16/17 août au 29/30 août

11. Purvaphalguni, la rate (« chance ») du 29/30 août au 12/13 septembre

12. Uttaraphalguni, le taureau (« aristocrate ») du 12/13 septembre au 26/27 septembre

13. Hasta, la bufflesse (« main ») du 26/27 septembre au 9/10 octobre

14. Chitra, la tigresse (« brillante ») du 9/10 octobre au 23/24 octobre

15. Swati, le buffle (« épée ») du 23/24 octobre au 5/6 novembre

16. Vishakha, le tigre (« splendeur ») du 5/6 novembre au 18/19 novembre

17. Anuradha, la biche (« réussite ») du 18/19 novembre au 2/3 décembre

18. Jyeshta, le cerf (« meilleur ») du 2/3 décembre au 15/16 décembre

19. Moola, le chien (« racine ») du 15/16 décembre au 28/29 décembre

20. Purvashadha, le singe (« victorieux ») du 28/29 décembre au 10/11 janvier

21. Uttarashadha, la mangouste (« invincible ») du 10/11 janvier au23/24 janvier

22. Sravana, le singe (« audition ») du 23/24 janvier au 5/6 février

23. Dhanishta, la lionne (« richissime ») du 5/6 février au 18/19 février

24. Satabishak, la jument (« cent médecins ») du 18/19 février au 3/4 mars

25. Purvabhadra, le lion (« auspicieux ») du 3/4 mars au 17/18 mars

26. Uttarabhadra, la vache (« ravissant ») du 17/18 mars au 30/31 mars

27. Revati, l'éléphante (« splendide ») du 30/31 mars au 13/14 avril

 

Pour chaque animal : les mots-clés (symbole, divinité, planète, motivation, substance ayurvédique, caste, nature, gunas, personnalités célèbres), le portrait physique, le portrait psychologique, les qualités, les défauts, les domaines affectif, professionnel et financier avec les atouts et les faiblesses.

 

Pas mal... J'ai toutefois remarqué des animaux qui ne correspondaient pas vraiment au caractère et à la vie de personnes que je connais. Pour ceux qui sont sur des dates charnières (deux jours), je peux comprendre car ils doivent se référer à deux animaux, mais sinon...

 

Même si ces animaux indiens sont intéressants (il y a des animaux différents comme l'éléphant, la biche, la mangouste...), je préfère les animaux de la cosmogonie chinoise dont je me sens plus proche.

 

Un livre que je mets dans le challenge Animaux du monde et hors-challenge dans Le riz et la mousson car l'auteur n'est pas indienne.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans essai & doc animaux Inde
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 04:03

La bible de l'astrologie chinoise est une encyclopédie de Derek Walters parue aux éditions Guy Trédanel en janvier 2009 (22 €, 400 pages, ISBN 978-2-84445-960-2). The Chinese astrology bible (2008) est traduit de l'anglais par Antonia Leibovici.

 

Derek Walters est auteur de plus de 25 livres sur l'astrologie chinoise, le feng shui et le mah-jong. Je pense qu'il est Anglais mais je n'en suis pas certaine.

 

Le mot astrologie me gêne, je n'aime pas l'astrologie, mais si je m'intéresse à la cosmogonie chinoise des 12 animaux de Bouddha, ce n'est pas pour faire des horoscopes, c'est parce que j'aime l'animal en tant que totem et que je m'intéresse à ses particularités.

C'est pourquoi j'ai voulu lire ce livre, très bien fait, avec des couleurs pour chaque chapitre et abondamment illustré.

 

L'astrologie chinoise : définition, principes, éléments, quatre saisons, ses deux zodiaques (deux ?), ses étoiles... (pages jaunes).

Les douze animaux : rat, buffle (ou bœuf), tigre, lièvre (ou lapin), dragon, serpent, cheval, mouton, singe, coq, chien, cochon (selon la légende de leur arrivée devant Bouddha), les déterminer, leurs caractéristiques, leurs qualités et défauts... (pages violettes).

Les relations entre les animaux : les partenaires idéaux, les meilleurs compagnons... (pages oranges).

Les années à venir : chaque année étant gouvernée par un animal, les points forts, les points faibles... (pages turquoises).

Calculer les signes de l'heure, du mois, du jour : accords et conflits entre les quatre signes animaux pour chaque année, heure, mois et jour (pages grises).

L'horoscope élargi : comment dresser un horoscope chinois selon deux méthodes, le Ming Shu – vue d'ensemble – et le Cycle de vie – compte-rendu plus détaillé – (pages roses).

Les 60 paires tronc et branche : 60 combinaisons possibles entre tronc et branche, chacune ayant un nom et une perspective différente (pages vertes).

Analyse avancée : les 28 animaux supplémentaires et divers articles (pages bleues).

 

La partie qui m'a le plus intéressée est ce dernier chapitre (le plus gros, plus d'un quart du livre) avec les animaux supplémentaires que je ne connaissais pas ! Ces 28 animaux sont apparus au VIe siècle, en même temps que les 12 animaux très connus. Pour ne pas les oublier, je me les note !

Dragon vert du printemps : salamandre, dragon céleste, martre, lièvre céleste, renard, tigre céleste, léopard.

Tortue noire de l'hiver : licorne, buffle céleste, chauve-souris, rat céleste, hirondelle, cochon céleste, porc-épic.

Tigre blanc de l'automne : loup, chien céleste, faisan, coq céleste, corbeau, singe céleste, anthropoïde.

Oiseau vermillon de l'été : tapir, mouton céleste, chevreuil, cheval céleste, cerf, serpent céleste, ver.

Soit 4 groupes (les quatre grandes constellations) de 7 animaux chacun = 28 animaux parmi lesquels les 12 bien connus déclinés en 'céleste'.

Pour que chacun s'y retrouve, il y a plusieurs tableaux dans tout le livre pour trouver son animal, son mois, son jour, sa direction, sa couleur...

De courts chapitres parlent aussi du feng shui, du tai sui (force du vent), du ba zhai (les 8 demeures), de l'alimentation et de la cuisine chinoise, de la médecine chinoise...

Et, en fin de volume, dix récits (contes et légendes) terminent agréablement cet ouvrage. Je vous parlerai de ces contes dans un article séparé.

 

Cette lecture entre dans le challenge Animaux du monde.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans essai & doc Chine animaux
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 04:20

Voler ! est un roman du moine Jaeyeon paru aux éditions Philippe Picquier en juin 2009 (155 pages, 16,550 €, ISBN 978-2-8097-0117-3). PePe the duck (2001) est traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel. Ce roman est illustré par Kim Sehyeon.

 

Jaeyeon est devenu moine bouddhiste à 19 ans et il est parti étudier le pali à l'université de Pune en Inde. Il vit au temple, Silsang, sur le mont Jiri, en Corée du Sud. (source : éditeur). Il est auteur et traducteur (plusieurs livres traduits par lui sont publiés aux éditions Philippe Picquier).

 

Kim Sehyeon est né en 1963. Il a étudié la peinture orientale à l'université de Kyeonghui. Il dessine à l'encre de Chine et a illustré de nombreux livres adultes et jeunesse. (source : éditeur).

 

Lorsque le narrateur était enfant, sa grand-mère lui répétait toujours, qu'après sa mort (elle avait plus de soixante-dix ans), elle voulait être un oiseau, et plus particulièrement un canard. Évidemment, l'enfant en grandissant, n'a plus entendu le cri des colverts de la même façon et s'est même mis à rêver que lui aussi volait haut dans les airs ! Ses maîtres lui disaient « Ne vis pas de rêves. Que tu aies des espoirs en l'avenir ou de beaux souvenirs du passé, ce ne sont que des illusions engendrées par ton esprit. Ne cours pas après tes désirs. Fais en sorte que l'endroit où tu te trouves soit le centre de l'univers. » (page 10). Mais « Le désir de voler est un rêve de liberté que nous portons tous dans notre cœur. » (page 12).

 

Que voler comme un oiseau soit un rêve pour vous ou pas, j'espère que vous aimerez l'histoire de Pilou, un caneton domestique, maigrichon, né au début du printemps, « aux pattes anormalement courtes, qui fouille dans la boue pour trouver sa nourriture, tout en agitant son gros derrière » (page 12) et qui aime les pissenlits dent-de-lion. Chaque fois qu'il lève la tête et qu'il voit un oiseau dans le ciel, du plus petit au plus majestueux, ou sur une branche d'arbre, il a envie de voler lui aussi. Après tout, il a des ailes ! Alors à quoi lui serviraient-elles s'il ne pouvait pas voler ?

Un jour, après avoir été conduit au point d'eau, Pilou décide de ne pas suivre les autres canetons qui rentrent à la batterie et d'aller à contre-courant à la recherche de la liberté. D'abord il se retrouve tout seul, incapable de voler, et doit braver la peur et des dangers auxquels il n'a jamais été confronté. « Épuisé, Pilou s'affala sur l'herbe et éclata en sanglots. Il pleura toutes les larmes de son corps. Longtemps. » (page 22).

Rassurez-vous, Pilou ne va pas rester seul, il va faire plusieurs rencontres ! Une taupe qui lui parle de l'hiver et de la neige, une merlette de l'écho et de l'amour, un héron qui lui propose de devenir son disciple dans l'ascèse, un bœuf qui lui parle de la solitude : « […] vois-tu, mon petit, il faut que tu retiennes ce que je vais te dire. La chaîne la plus solide qui nous entrave, c'est la solitude qui nous ronge le cœur. Et pourtant, la liberté est au prix de cette solitude. » (page 36), etc.

« Qui suis-je ? » se demande finalement Pilou.

 

Chaque animal symbolise un enseignement, parfois complémentaire parfois semblant se contredire. J'ai beaucoup aimé la grue qui, à la question de Pilou « Et vous, monsieur, qu'est-ce que vous enseignez ? » répond « Et toi, qu'est-ce que tu apprends ? » (page 41). Et Pilou est prêt à tout apprendre, surtout à voler ! Au fur et à mesure de son avancée, il va découvrir un monde qu'il n'aurait jamais vu dans la batterie où il vivait : rivière, vallée, forêt, montagne, mer... Et grâce aux rencontres, il va suivre un apprentissage l'amenant à se concentrer, méditer, découvrir son corps, se connaître lui-même afin de réaliser l'union du corps et de l'esprit. Bien sûr, Pilou va avoir des périodes de nostalgie et de doute mais elles font partie de l'apprentissage, n'est-ce pas ? Surtout, il va persévérer, ne jamais abandonner et même tomber amoureux !

 

C'est avec une apparente simplicité et une grande tendresse que le moine Jaeyeon raconte l'histoire de ce caneton qui veut absolument concrétiser son rêve. « Coin coin coin ! Je ne rêve pas de devenir un milan, seulement un canard qui vole ! » (page 76). Et les illustrations à l'encre de Chine de Kim Sehyeon sont vraiment très belles.

Un véritable bonheur que ce récit, riche en enseignement (ce caneton, c'est nous, nous tous qui avons un rêve !) et qui bannit la violence : « Aimer signifie partager ses joies avec les autres et faire siennes leurs souffrances. L'amour permet de transcender son ego en un seul instant. Il enseigne aussi l'humilité. La violence, au contraire, est une preuve de faiblesse, la plus grande de toutes. La férocité et la barbarie sont un signe de vide intérieur. » (page 133).

 

Encore quelques extraits

« […] la danse, au moins, nous aide à exprimer nos sentiments, nos sensations, nos joies et nos peines, ainsi que nos espoirs. » (pages 86-87).

« Ôte-toi de la tête l'idée que tu peux accomplir quelque chose pour les autres. Ce n'est souvent qu'une façon de justifier sa propre vanité. » (page 99).

« Rien au monde n'était plus beau que de voler. » (page 145).

 

Je présente Voler ! pour la lecture commune du Printemps coréen dont c'est le dernier jour (ce challenge est passé vite !).

Avec les billets de Lili et de Lee Rony que je remercie pour leur participation.
Je mets aussi cette belle lecture dans les challenges Animaux, ABC 2012-2013 (lettre J), Cent pages (qui se termine demain !), Premier roman (les autres écrits de cet auteur sont des essais) et Tour du monde en 8 ans (Corée du Sud).

 

Partager cet article

Repost 0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:14

L'énorme crocodile est un roman de Roald Dahl illustré par Quentin Blake et paru aux éditions Gallimard jeunesse dans la collection Folio benjamin en octobre 2001 et réédité en février 2006 (44 pages, 11,20 €, ISBN 2-07-054810-4).

The enormous crocodile (1978) est traduit de l'anglais par Odile George et Patrick Jusserand.

 

Roald Dahl est l'auteur. Il naît le 13 septembre 1916 à Llandaff au Pays de Galles, de parents norvégiens. Il vit en Afrique (Tanzanie, Kenya) et devient pilote de chasse pendant la Seconde guerre mondiale. C'est aux États-Unis que sa vocation d'écrivain naît lorsqu'il rencontre Cecil Scott Forester et Ian Fleming. Il commence à écrire en 1942 et son premier livre est publié en 1943. Il est surtout connu pour ses romans et nouvelles pour la jeunesse. Il meurt le 23 novembre 1990 à Oxford en Angleterre. Plus d'infos sur le site officiel http://www.roalddahl.com/.

 

Quentin Blake est l'illustrateur. Il est né le 16 décembre 1932 à Londres en Angleterre. Il est illustrateur et auteur. Plus d'infos sur le site officiel http://quentinblake.com/.


Dans une rivière d'Afrique, deux crocodiles, Énorme et Pas-si-Gros, se prélassent.

Pas-si-Gros ne mange que du poisson mais Énorme mangerait bien un « joli petit garçon bien juteux » !

Énorme se dispute avec Pas-si-Gros qui le contredit et quitte la rivière boueuse car il a « dressé des plans secrets et mis au point des ruses habiles ».

En chemin, Énorme rencontre Double-Croupe l'hippopotame, Trompette l'éléphant et Jojo-la-Malice le chimpanzé qui sont horrifiés par ses plans machiavéliques.

Lorsqu'il attrape la queue de Dodu-de-la-Plume, Énorme dévore sans vergogne les magnifiques plumes de l'oiseau.

Et il arrive enfin à la ville où les enfants jouent, inconscients du danger : il a maintenant « une faim de loup » !

Heureusement les autres animaux veillent.

 

Le style de Roald Dahl plus les illustrations de Quentin Blake : un pur bonheur ! On ne peut que frémir et rire devant les tentatives de ce crocodile... pas très intelligent ! Et on découvre les animaux d'Afrique, de beaux animaux qui n'hésitent pas à s'entraider et à sauver les enfants. Cette histoire possède toute la magie du conte et donne vraiment envie de lire d'autres œuvres de Roald Dahl.

 

Une lecture pour les challenges Animaux du monde, Cent pages (qui se termine le 21 juin), Des contes à rendre, Je lis des nouvelles et des novellas (court roman), Jeunesse & young adults # 2, Petit Bac 2013 (Catégorie Animal) et pour l'Angleterre : God save the livre, Mois anglais, Voisins Voisines 2013.

 

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -