Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 05:09

ConstellationChien.jpgLa Constellation du Chien est une pièce de Pascal Chevarie parue aux éditions Lansman (Québec) en janvier 2011 (45 pages, 9 €, ISBN 978-2-87282-812-8).

 

Pascal Chevarie est né en 1975 aux îles de la Madeleine, un archipel québécois dans le golfe du Saint-Laurent. Il a étudié la littérature et le théâtre à l'Université de Laval, et l'écriture dramatique à l'École nationale de théâtre du Canada. Il est auteur, scénariste, adaptateur, assistant de mise en scène, conseiller dramaturgique et écrit plutôt pour la jeunesse.

Du même auteur : Terra nostra (2001-2006), Naufrages (2004), Mika, l'enfant pleureur (2004-2005), Iana et le mur (2005), Tour de lune (2006), La défonce (2002-2007), Les enfants du sabbat (adaptation d'un roman, 2005).

 

Un champ. Plutôt un terrain vague en fait. Un pylône électrique et le ciel étoilé.

Éleonore (surnommée Léo) Brenham raconte. Elle a 15 ans.

Émile Lemieux a 12 ans. Il arrive sur son vélo et s'adresse au ciel. Il espère le retour de Laïka.

Il y a un poème (pages 20-21) magnifique, un poème qui m'a arraché des larmes. Extrait :

« Ils l'ont lancée comme ça, un trois novembre

pour voir si ça se pouvait

envoyer quelqu'un dans l'espace.

Quelqu'un ? Ben... Laïka.

C'était une chienne, c'est pour ça.

Une toute petite chienne qu'ils ont trouvé dans la rue.

Les Russes. »

Émile subit des violences à l'école de la part des plus grands qui s'en prennent aux plus petits, aux plus « faibles ». Mais Émile connaît la grandeur de l'univers, il connaît toutes les étoiles qu'il observe avec sa lunette astronomique. Il s'est donc réfugié dans son monde, dans ses rêves et il est persuadé que Laïka va revenir cette nuit.

« Personne sait ce qui est impossible ou pas » (page 25).

« Foutaises ! Elle est morte depuis belle lurette, ta Laïka !

Dis pas ça ! Elle va venir. Je le sais. Puis on va partir ensemble. » (page 26).

Éleonore continue de raconter car, effectivement, il s'est passé quelque chose cette nuit-là.

 

La Constellation du Chien a été écrite en 2007 à Limoges (France) car l'auteur a passé trois mois en résidence à la Maison des auteurs de Limoges.

 

En ce moment, je lis peu de théâtre mais cette pièce m'a beaucoup touchée, aussi bien au niveau d'Émile que de Laïka : enfant et animal, tous deux victimes de la cruauté du « plus fort ». Je n'en dis pas plus, je vous laisse découvrir le livre ou la pièce ou les deux si vous en avez l'occasion. Émotion assurée.

 

 

Un livre pour les challenges Des livres et des îles, Cent pages, Tour des genres en 365 jours (théâtre), Jeunesse & young adult # 2 et Littérature francophone (Québec).

DesLivresEtIles DefiCentPages
TourGenres Jeunesse2012-13 LittFrancophone


Partager cet article

Repost 0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 23:03

Lundi dernier, je vous ai parlé de Curiosity et de son arrivée sur Mars. C'est le genre d'événements qui me passionne ! Vous avez sans doute vu les premières photos reçues de Curiosity : elles sont impressionnantes (couleur, HD) et sont visibles sur le site officiel de la NASA.

Ci-dessous, le premier panorama 360° réalisé grâce aux photos.

Cliquez sur l'image pour la voir en « full size » sur le site de la NASA.

MarsPanoGale

Et voici aussi la vidéo. Enjoy !

Partager cet article

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 16:23

J'ai toujours été intéressée par l'astronomie, l'espace et j'ai déjà publié quelques articles sur ce blog. Mais là, j'ai l'impression que l'exploit est encore plus grand !

 

Bravo à la NASA ! Après un voyage de 8 mois, Curiosity est arrivé sur Mars (le cratère de Gale) au moment prévu (on ne va pas chipoter pour une minute quand même !) et va remplir sa mission pendant deux ans : photographier (en couleur et en haute définition !), mesurer (les radiations entre autres) et analyser pour déterminer s'il y a de l'eau et de la vie sur Mars (ou s'il y en a eu) et si la vie est possible sur la planète rouge. On n'est pas dans un roman de science-fiction, on est dans la réalité, je trouve ça fantastique !

 

Ça vous intéresse aussi ? Retrouvez les infos et les photos sur le site officiel de la NASA d'où est issue (légalement) cette photo (cliquez dessus).

CuriosityMars.jpg

Partager cet article

Repost 0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 00:00

GalileeDelahaye.jpegGalilée, la tête dans les étoiles est une biographe de Thierry Delahaye parue aux éditions Flammarion jeunesse en mars 2012 (151 pages, 5,10 €, ISBN 978-2-0812-6501-1). La couverture ainsi que quelques illustrations d'inventions sont de Marcelino Truong.

 

Je remercie Brigitte et les éditions Flammarion pour ce livre à la fois littéraire et scientifique qui me faisait bien envie.

 

Thierry Delahaye est né à Marseille. Avant d'écrire pour la jeunesse, il a écrit des ouvrages pratiques et des documentaires.

 

Marcelino Truong est né aux Philippines le 5 février 1957 d'un père vietnamien et d'une mère française. Il a vécu aux États-Unis, au Vietnam, en Grande-Bretagne et en France (actuellement à Paris). Il est illustrateur et peintre.

 

Giulia et Vincenzo Galilei, des bons vivants, de la petite noblesse, sont les parents de Galileo Galilei, né le 15 février 1564 à Pise en Toscane. Le garçon grandit moitié en ville moitié à la campagne. Il aura six frères et sœurs. Il reçoit une éducation religieuse dans un monastère pendant 5 ans (latin), puis une éducation plus libre (grec, musique...). Comme son père passionné de tout mais principalement de musique (il fut luthier), Galilée a un esprit curieux, il est intrigué par la science, l'astronomie, le mouvement, les phénomènes physiques. Après 5 ans de médecine à l'université de Pise, il se dirige grâce à Ostilio Ricci vers les mathématiques et la géométrie à l'université de Florence. Ce qui l'intéresse le plus, c'est observer, faire des expériences et comprendre. Il devient professeur (à Pise puis à Padoue), savant, inventeur, astronome, mathématicien, philosophe, écrivain et est accusé d'hérésie par l'Église catholique – comme l'ont été avant lui Nicolas Copernic et Giordano Bruno – car il défend l'héliocentrisme (la Terre tourne autour du Soleil et n'est donc pas le centre de l'univers). Pourtant il est soutenu par un ami, Maffeo Barberini devenu le pape Urbain VIII qui pense que « La science et la religion pourraient se compléter, et non se combattre. » (page 96).

 

Voilà pour un court résumé car je ne veux pas refaire la biographie de ce grand homme dont tout le monde a déjà entendu au moins une fois le nom, Galilée. Je connaissais déjà son histoire, j'ai déjà lu d'autres livres, j'ai vu des documentaires (lien) mais j'ai trouvé que c'était toujours aussi passionnant !

 

« Il apprendra le chant et le solfège, et les harmoniques, et l'art d'écraser de la résine de pin pour préparer la colle d'ébéniste, et de choisir les melons au marché, de cuisiner la soupe au fenouil froide et les saucisses à la polenta. Et aussi l'arboriculture et le commerce des étoffes, la taille de la vigne et la coupe des tissus. Ou, mieux encore, la médecine, car il faut bien faire vivre sa famille et j'ai hâte qu'il me remplace dans ce rôle. Je pourrai enfin ne me soucier que de ma musique. » (page 15).

Galilée a effectivement appris et étudié beaucoup de choses, et même la médecine, mais c'est la science, les mathématiques, l'astronomie et l'invention de toutes sortes d'objets qui s'emparèrent de sa vie. Quant à sa famille, il eut une compagne, Marina Gamba (la vie maritale était autorisée à cette époque), une Vénitienne qui lui donna trois enfants dont deux filles qui entrèrent au couvent.

 

J'ai bien aimé l'humour des étudiants sur la tour penchée. « Aux beaux jours, et ils sont nombreux en Toscane, les étudiants se promènent bras dessus bras dessous sur les rives du fleuve, ou remontent les rues qui mènent au Campo dei Miracoli, le Champ des Miracles. Là, se dresse la tour penchée dont tous les Pisans se moquent gentiment ; depuis deux siècles que sa construction est achevée, l'édifice s'enfonce dans le sable. Les jeunes gens disent en riant qu'elle sera tombée avant la fin de leurs études. » (page 21). Pourtant, près de 500 ans après, elle est toujours là, la Tour de Pise !

 

La phrase à méditer : « Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre, répète-t-il à ses étudiants. » (page 42). Espérons que Galilée parlait des femmes aussi, pas sûre...

Mais, bon, on ne lui en voudra pas vu qu'il a inventé, jusqu'à sa mort le 8 janvier 1642, plusieurs instruments de navigation et nombre d'objets très utiles comme le compas (1597), la pompe à eau (1604), la lunette astronomique (1609) d'après celle du Hollandais Hans Lippershey, le microscope (1624) entre autres.

 

Ma phrase préférée est : « L'Europe est conquise ; il reste à convaincre Rome. » (page 77).

 

Un livre super intéressant à mettre entre les mains des petits comme des grands curieux ! Ils y découvriront l'Italie de la deuxième moitié du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle, c'est-à-dire juste après la Renaissance italienne. En plus de la vie de Galilée, les relations familiales, les études des jeunes gens, la science, l'Art, la recherche, les puissants, l'Église, les croyances de l'époque… : tout y est abordé. De plus la vie à Pise, Florence et Rome y est bien décrite, y compris la gastronomie (la mère de Galilée était une excellente cuisinière et Galilée était un bon vivant).

 

Un livre pour les challenges Littérature jeunesse & young adults, Il viaggio et Cent pages.

JeunesseYoungAdults IlViaggio3-Botte DefiCentPages

Partager cet article

Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 22:50

LeLieutenant.jpgCoupCoeur2012.pngLe lieutenant est un roman de Kate Grenville paru aux éditions Métailié dans la collection Bibliothèque anglo-saxonne en février 2012 (239 pages, 20,50 €, ISBN 978-2-86424-852-1). The lieutenant (2008) est traduit de l'australien par Mireille Vignol.

 

Je remercie Newsbook et les éditions Métailié pour ce partenariat.

 

Kate Grenville est née le 14 octobre 1950 à Sydney (Australie). Elle est éditrice de films documentaires et professeur d'écriture créative. Elle écrit des nouvelles et des romans depuis 1984 et a reçu plusieurs prix littéraires.

Du même auteur : Le fleuve secret (Métailié, 2010).

Plus d'infos sur http://kategrenville.com/.

 

Daniel Rooke naît le 3 mars 1762 à Portsmouth où il vit avec ses parents et ses deux jeunes sœurs, Anne et Bessie. Dans ce village portuaire, tout le monde sait que c'est un enfant idiot. Mais en fait, il est particulièrement doué pour les chiffres et, à l'âge de 8 ans, il reçoit une bourse du Docteur Adair pour étudier à l'Académie navale de Portsmouth. Là, il apprend les mathématiques, l'anglais, le français, l'allemand, le latin, le grec, l'astronomie et la navigation. Il découvre qu'il a l'oreille absolue et pratique aussi le chant et l'orgue. En 1775, il a l'honneur de visiter l'Observatoire de Greenwich et de rencontrer l'Astronome royal. Évidemment, intelligence et talent attisent la jalousie et il est maltraité par ses camarades qui viennent tous de familles plus aisées.

Lorsque, à même pas 16 ans, il s'engage dans les marines, il voyage à bord du Resolution jusqu'à Antigua et se lie d'amitié avec Talbot Silk qui lui sait faire jouer les mots. Dans cette île des Antilles, il voit des esclaves pour la première fois et s'en trouve fort touché.

Blessé à la guerre, il est renvoyé chez lui en Angleterre et retrouve les siens. Il enseigne le grec et les mathématiques aux enfants mais aspire à autre chose. « Il n'en avait aucune preuve, mais il croyait dur comme fer qu'il trouverait un jour, quelque part au monde, l'endroit qui conviendrait à la personne qu'il était. » (page 21).

Et l'occasion, unique, va se présenter : en 1786. Le Docteur Vickery prévoit qu'une comète (autre que celle de Halley) sera visible entre octobre 1788 et mars 1789 mais seulement dans l'hémisphère sud. Le lieutenant Daniel Rooke embarque donc pour la Nouvelle-Galles-du-Sud. À bord du Sirius, il occupe les fonctions d'astronome. Un peu plus de neuf mois après, il débarque dans une baie inconnue (qui sera appelée Sydney Cove) et voit des naturels pour la première fois.

Une colonie se construit, formée par 800 forçats, 200 soldats et le gouverneur Gilbert (le premier gouverneur nommé par sa Majesté en Australie). Rooke, lui, installe un observatoire de fortune au sommet d'un promontoire rocheux. Il va bien sûr observer le ciel mais aussi les naturels et essayer de comprendre et de retranscrire leur langue.

« En toutes circonstances, les naturels seront traités avec cordialité et bonté, hurla-t-il [le gouverneur Gilbert] pour couvrir le grondement croissant des prisonniers. […] Nous devons absolument établir un contact amical avec les natifs, poursuivit-il. Sans leur coopération, nous risquons de compromettre le progrès et l'existence même de cette colonie. […]. » (page 57).

Mais tout ne va pas se passer comme espéré...

 

Daniel Rooke a souffert depuis l'enfance de sa différence. « Que ce soit en raison de sa stupidité ou de son intelligence, le résultat était le même : il souffrait le supplice de ne pas être plus en phase avec le monde. » (pages 14-15). « Il aspirait à devenir un garçon plus ordinaire, mais il était impuissant à devenir autre chose que lui-même. » (page 17). Il va donc apprendre consciencieusement, devenir un homme et, malgré le fait qu'il soit un soldat de sa Majesté George III, va devenir lui-même et développer une conscience humaniste.

« Il avait recherché l'insolite. Il était servi : l'étrangeté de cet endroit dépassait l'entendement. » (page 83).

Effectivement tout est insolite, en Nouvelle-Galles-du-Sud : le temps, la population, la langue, les animaux, les arbres... Même les étoiles sont différentes !

Les premiers contacts avec les naturels en auront pris du temps ! Mais Rooke se lie avec quelques natifs, hommes, femmes, enfants, et note tous les mots qu'il comprend (ou croit comprendre) dans des petits carnets bleus. « Mais une langue ne s'arrêtait pas à une simple liste de mots ni à une collection de fragments disparates comme une boîte d'écrous et de boulons. La langue était une machine. Pour l'activer, chaque aspect devait être compris en relation avec tous les autres. » (page 126).

La découverte de « l'autre » m'a fait penser aux paroles de Kenzaburô Ôé. Il y a dans l'attitude et les convictions de Rooke, non seulement la découverte, mais aussi le respect de l'autre, la volonté d'en savoir plus et de se nourrir l'un de l'autre.

Mais puisque les choses n'évoluent pas comme prévu, il faudra choisir : obéir ou désobéir.

Avec ce roman dense, qui se lit pourtant vite, j'ai vu passer le temps, différemment je veux dire. La narration prend son temps, il y a d'intéressantes descriptions, tout est à sa place sauf ces hommes qui arrivent de nulle part et sont perdus à l'autre bout du monde. J'ai appris beaucoup de choses et j'ai pris grand plaisir à la lecture de ce beau roman.

Kate Grenville explique que cette fiction est librement inspirée de l'histoire du lieutenant William Dawes qui « consacra le restant de ses jours au mouvement pour l'abolition de l'esclavage […]. » (page 239).

Partager cet article

Repost 0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 14:37

Planck est un satellite lancé en mai 2009 par une fusée Ariane 5. Sa mission est de scanner le ciel (notre univers).
Plus d'infos sur le site officiel : HFi Planck, un regard vers l'origine de l'Univers.

Planck a déjà envoyé plusieurs images, de la Voie Lactée, de la formation d'étoiles, etc.

Mais le 5 juillet, le premier relevé du ciel complet du satellite Planck est publié !
Voici la photo (ESA, HFI et LFI Consortia) mais si vous voulez mieux comprendre (voir où sont notre galaxie, la Voie Lactée, etc.), consultez http://public.planck.fr/allsky.php.

C'est magnifique ! N'est-ce pas ? (cliquez sur l'image).

 

Planck-ESA-HFI-LFI-C1.jpg

Partager cet article

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 06:23
SoichiAvez-vous envie de voir la Terre (et la Lune) comme si vous étiez dans l'espace ?

Plus de 100 000 personnes suivent déjà l'aventure du Japonais Soichi NOGUCHI (cliquez sur l'image) qui publie sur Internet ses photos et ses vidéos !

Soichi NOGUCHI est né le 15 avril 1965 à Yokohama (Japon). Il a étudié à Chigasaki puis à Tokyo (aérospatiale). Il est marié et a trois enfants. Depuis le 22 décembre 2009, il est dans la station spatiale internationale (ISS) avec un Russe-Ukrainien - le cosmonaute Oleg Valeriyevich KOTOV né en 1965 - et un Américain - l'astronaute Timothy John CREAMER né en 1959 et surnommé TJ présent sur Twitter -.

Pour plus d'informations sur l'ISS, consultez les sites de la NASA, de l'Agence Spatiale Européenne ou ESA et du module KIBO sur le site de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale ou JAXA.

Pour découvrir Soichi NOGUCHI : http://iss.jaxa.jp/iss/jaxa_exp/noguchi/ et http://twitter.com/Astro_Soichi

Ses photos (environ 200) : http://twitpic.com/photos/Astro_Soichi?

Ses vidéos sur YouTube : 2 pour l'instant, les côtes du Japon et du Chili, deux pays qui viennent de subir un tremblement de terre peu de temps après Haïti...

Aujourd'hui 3 mars, cela fait 73 jours que Soichi, Oleg et TJ sont dans l'espace.

Partager cet article

Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 06:59
Après une bataille spatiale entre URSS (premier être vivant envoyé dans l'espace : la chienne Laïka, premier homme envoyé dans l'espace et mis en orbite : Youri Gagarine) et États-Unis, ce sont ces derniers qui envoient la première fusée qui alunit, permettant à des Américains de poser les premiers le pied sur la Lune.

Tout le monde connaît cette phrase de Neil Armstrong prononcée le 21 juillet 1949 à 384 402 km de notre planète : « That's one small step for man, one giant leap for mankind. » (C'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité).

En tout cas, depuis 40 ans, la science a fait de nombreux progrès dans tous les domaines, de nouvelles technologies ont vu le jour et les connaissances sur l'espace ont effectivement fait un bond de géant !

Cette année 2009, en plus d'être l'année anniversaire du premier pas sur la Lune, est l'année de l'astronomie alors on va avoir la tête dans les étoiles !

Edit du 25 août 2012 : Neil Armstrong, 5 août 1930 - 25 août 2012, R.I.P.

Partager cet article

Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 10:22
Hier matin, mercredi 10 septembre, le Centre Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN) a mis en marche le plus grand et puissant accélérateur de particules connu sous le nom de Large Hadron Collider (LHC), c'est-à-dire Grand Collisionneur de Hadrons. Cette énorme machine se trouve à une centaine de mètres sous terre, à Genève, à la frontière franco-suisse.

Depuis des années, des milliers de physiciens des particules provenant de plus de 80 pays ont travaillé sur ce projet qui a coûté 6 milliards d'€.

Si certains scientifiques ont eu peur de la possible création d'un trou noir qui engloutirait notre Terre et ont déposé des recours pour annuler la mise en marche, ils ont été débouté. La fin du monde n'a pas eu lieu. Ceux qui (comme moi) ont pu regarder en direct - sur
LCI ou sur Internet - le démarrage de la machine, ont vu la joie sur les visages des employés du CERN et entendu les applaudissements nourris.

Ce que je trouve passionnant, c'est ce que ces scientifiques vont découvrir et observer. Ils ont une chance inouïe !

Leur but, recréer et comprendre le Big Bang, observer le boson de Higgs (particule élémentaire théorisée par Peter Higgs dans les années 60 mais encore jamais observée), vous vous rendez compte, c'est incroyable.

Mais comme je ne suis pas une scientifique, je vous laisse consulter le site du CERN (français et anglais) sur lequel vous aurez de plus amples informations.

Et pour le fun, l'image de Motivateurself, We built it for the lulz !

Partager cet article

Repost 0
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 11:00
Spoutnik.jpgLe 4 octobre, c'était le 50ème anniversaire du premier satellite artificiel lancé dans l'espace (par les Soviétiques), le Spoutnik !

Spoutnik спутник signifie satellite (ou compagnon de voyage) en russe.

Mais le 3 novembre ce sera le 50ème anniversaire du deuxième satellite artificiel lancé dans l'espace (par les mêmes Soviétiques), le Spoutnik 2 !
La chienne Laïka Лайка était à son bord : elle était le premier être vivant à aller dans l'espace... et à y mourir.

Quand je vois la photo de Spoutnik, j'ai l'impression de voir un vieux film de science-fiction (genre ceux de Edwood !) avec décors en carton et soucoupes volantes faites avec des assiettes recouvertes d'aluminium !

Mais ces événements ont eu lieu dans la vraie vie (j'ai du mal à imaginer l'impact réél à l'époque) et ont été le début de la conquête spatiale avec la concurrence entre les Soviétiques et les Américains. Depuis les Européens et ensuite les Chinois ont rejoint la communauté spatiale et de grandes découvertes ont été faites entraînant de nombreux progrès scientifiques et technologiques.

Malheureusement l'espace est maintenant pollué par des débris de toutes sortes qui représentent un danger pour les prochaines missions...

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -