Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 04:10

Contamination est le premier tome de la trilogie LZR-1143 de Bryan James. Il est paru aux éditions Panini dans la collection Éclipse en mars 2014 (398 pages, 14 €, ISBN ). LZR-1143 : Infection (2010) est traduit de l'américain par Julien Bétan.

 

Je remercie Panini et Babelio car j'ai reçu ce roman dans le cadre d'une opération Masse critique.

 

Bryan James est Américain. Contamination est son premier roman. Les deux autres tomes de LZR-1143 sont Évolution (2011) et Rédemption (2013).

 

Mickael McKnight (Mike), célèbre acteur de cinéma d'action, est interné depuis six mois à King's Park, un hôpital psychiatrique construit en 1890. Il est accusé d'avoir tué son épouse qui travaillait sur « la prochaine grande avancée médicale » (page 14) : Maria était chercheuse en biologie au laboratoire Starling Mountain.

Mais ce jour-là, il se réveille dans l'après-midi, sans qu'aucun infirmier ne l'ait réveillé et ne lui ait donné ses médicaments : il découvre un hôpital vide et apprend aux infos télévisées que « des morts récents [...] revenaient à la vie et attaquaient les vivants ; ceux qui étaient mordus mouraient, avant de se réveiller à leur tour. » (page 18).

Est-il fou ? Drogué ? Est-il victime d'hallucinations ? Ou est-ce l'horrible réalité ? Mike doute de tout, y compris de lui-même.

Après avoir vu de ses propres yeux les créatures, il va rencontrer Katherine Whitmore, une psychiatre, réfugiée avec trois détenus, mais ils vont devoir quitter l'hôpital et faire face aux hordes de morts-vivants.

« Que diable avait-il bien pu se passer ? » (page 48).

 

Vous l'avez compris, LZR-1143 est une série avec des zombies ! Ou quand des scientifiques se prennent pour Dieu ! D'ailleurs, le nom de code, LZR, ressemble un peu à Lazare, n'est-ce pas ?

 

Peu à peu, Mike se souvient de phrases de Maria qu'il n'avait pas bien comprises...

« Quand tu animes quelque chose, tu le fais bouger, tu lui donnes vie. Quand tu réanimes quelque chose, tu le fais passer d'un état inerte ou mort, à la vie ; tu le ressuscites, littéralement. » (page 93).

« C'est un processus très compliqué. Nous rencontrons des difficultés, mais le fait que ce soit possible nous indique que rien n'est au-delà de nos capacités. » (page 94).

« Pour l'instant, non, ce n'est pas bon, […]. Mais nous finirons par résoudre ça : nous faisons chaque jour d'immenses progrès. Les sujets sont de plus en plus actifs, et les cellules sont... Je veux dire, on a franchi l'étape la plus importante. […] La réanimation des cellules mortes est une avancée fulgurante dans le domaine. Personne n'est allé aussi loin. On doit s'attendre à quelques couacs, mais […]. Nous avons travaillé sur les problèmes et nous pensons avoir trouvé une solution. » (pages 95-96).

 

Évidemment Mike et Katherine (les autres personnage sont des figurants) vont avoir, comment dire... chaud aux miches ! Parce que partout, c'est le chaos ! C'est même l'enfer sur Terre !

« Tout indique que la mutation elle-même est douloureuse et nous n'avons aucune idée de ce qu'il reste de la conscience des individus une fois qu'ils se sont transformés. S'ils se rendent compte de ce qui leur arrive, de ce qu'ils sont devenus, sans pouvoir intervenir, muets et impuissants, prisonniers de la geôle en décomposition de leurs propres chairs alors qu'ils se transforment en goules et se nourrissent de la chair des vivants... » (page 176).

J'ai bien peur qu'ils ne ressentent plus rien, qu'il ne comprennent rien, parce qu'ils ne sont plus rien... Ni humains ni animaux... Des créatures... Des zombies quoi ! Des « Zeds » comme les ont surnommés les militaires.

« Quelle cruelle ironie s'était abattue sur l'humanité : il fallait qu'une maladie nous ôte toute capacité à penser et à réfléchir, capacité que certains considéraient comme les traits caractéristiques de l'espèce humaine, distinguant l'homme de l'animal, pour que notre véritable nature soit révélée. » (page 262).

 

Dans la postface, l'auteur explique pourquoi il a choisi d'écrire son premier roman avec des zombies, c'est très intéressant et il y a même, en bonus, les sept premières pages du deuxième tome, Évolution, annoncé pour juillet 2014 (et le tome 3, Rédemption, pour novembre 2014). Comme j'ai hâte de les lire ! Parce que, si LZR-1143 n'est pas de la « grande littérature », et même si certaines choses ressemblent à d'autres œuvres (par exemple se réveiller dans un hôpital vide, comme Rick dans The walking dead), c'est de la bonne littérature de genre et j'ai passé un excellent moment de lecture : j'ai frissonné et par cette chaleur, ça fait du bien ! Finalement Mike est assez philosophe, il a de l'humour et il s'interroge sur tout ça, les travaux de son épouse, ce qui s'est passé, ce qu'il est possible (ou pas) de faire. Et puis, j'aime bien les histoires post-apocalyptiques et les récits de zombies en font partie d'une certaine façon.

Lorsqu'on voit un film de zombies ou qu'on lit un livre avec des zombies, on se plonge dedans avec délice pour se faire peur mais on est bien content que tout ça ne soit pas vrai et on espère que ça n'arrivera jamais !

 

Une lecture pour les challenges ABC critiques 2013-2014 (lettre J), Anticipation, Geek, Lire sous la contrainte (trilogie de l'été), Le mélange des genres (SF / fantasy / imaginaire), Mois américain – Challenge US, Premier roman et bien sûr Zombie attack.

 

 

Partager cet article

Repost 0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 23:47

Requiem pour une révolution est un roman de Robert Littell paru aux éditions BakerStreet en mars 2014 (503 pages, 21 €, ISBN 978-2-917559-40-6). The Revolutionist (1988) est traduit de l'américain par Julien Deleuze.

 

Je remercie Virginie et les éditions BakerStreet (spécialisées en littérature américaine et anglaise) pour ce très beau roman, déjà paru en 1989 aux éditions Julliard sous le titre Les larmes des choses.

 

Robert Littell est né le 8 janvier 1935 à New York dans une famille juive originaire de Lithuanie. Il est journaliste et auteur de romans (en particulier espionnage comme La Compagnie, sur la CIA). Il vit entre les États-Unis et la France. Son fils, Jonathan Littell, est l'auteur de Les bienveillantes paru en 2006.

 

New York, mars 1911. Alexander Til, jeune ouvrier de l'habillement âgé de 17 ans, perd son père et son frère aîné dans l'incendie de l'immeuble Asch. Cent quarante quatre victimes ont péri dans cet immeuble de dix étages...

« Quelque chose se cassa en Alexander, comme une montre au ressort trop remonté ; il cessa de parler, de penser, de sentir. » (page 14).

Des semaines après le fatidique événement, Alexander reprend vie en annonçant à son demi-frère, Léon, qu'il veut se battre pour la Justice parce que le système crée des inégalités.

« C'est à ce moment précis de sa vie qu'Alexander commença à se considérer comme un révolutionnaire. » (page 15).

New York, 1917. Deux agent du FBI, dont un bleu d'une vingtaine d'années qui s'appelle Hoover, cherchent Alexander Til, un Blanc d'origine juive russe naturalisé Américain, pour piquets de grève illégaux et réunions illicites.

« De notre point de vue, dit Hoover, ce Til est un dangereux idéaliste. […] Mais votre point de vue est erroné. Dans les États-Unis d'Amérique, l'idéalisme n'est pas encore un crime. » (page 19).

À cette période, Alexander rencontre Trotski et Boukharine qui habitent le Bronx et il décide de retourner en Russie pour faire la Révolution.

« Il était destiné à retourner là-bas ! Il fallait qu'il y retourne ! Il y retournerait ! » (page 57).

Quant à Léon, le frère et ami, il choisit une autre voie, celle d'Israël mais « Léon l'avait averti que la Russie lui briserait le cœur, et elle l'avait fait. » (page 280).

 

J'ai été un peu surprise que le roman – sous-titré Le grand roman de la Révolution russe – commence aux États-Unis mais tout se tient et, bien vite, le personnage principal, Alexander Til (renommé Zander), sera en Russie et fréquentera les révolutionnaires et les intellectuels du Parti : Staline, Lénine, Skriabine, Maïakovski, Pasternak, Molotov, Zinoviev... et quelques années plus tard même Khroutchev jeune. Toute la révolution russe est passée au crible, c'est incroyable, quelle érudition dans ce récit, aussi bien qu'un bon document ! C'est parce qu'Alexander est en haut, parmi les décideurs. Mais la motivation des révolutionnaires côtoie leur ambition, la folie et les plus sombres desseins de cette révolution qui, « au nom du peuple », fit le contraire de ce qu'elle voulait faire...

 

« Les masses obscures savent ce que c'est que la terre, déclara Trotski d'une voix retentissante. Nous leur donnerons de la terre ! Elles savent ce que c'est que le pain. Nous leur donnerons du pain ! » Il paraissait s'étouffer d'émotion. « Elles savent ce que c'est que la paix. Nous leur donnerons la paix ! » Il se tourna vers le reste du groupe et leva de façon théâtrale les bras en l'air. « Nous assistons au début de la seconde Révolution russe. Espérons que beaucoup d'entre nous […] y participeront. » (page 46).

 

Certains se doutaient bien – et pas seulement les détracteurs – que le Parti et le Comité Central engendreraient un dictateur et qu'il y aurait des répercussions sur l'économie, l'art et la liberté des citoyens. Mais l'idéal semblait si beau...

« Quand nous serons au pouvoir, dit Lénine, nous abolirons toutes les frontières. Les gens seront libres d'aller et venir à volonté. Trotski parle toujours des États-Unis d'Europe. Pourquoi pas ? » (page 155).

Ces révolutionnaires se sont-ils menti à eux-même dès le début ou ont-il vraiment cru aux bienfaits d'une telle révolution meurtrière ?

« Les idéalistes ne survivront qu'un peu plus longtemps que les poètes » (Rhonza, page 210).

Car dès leur arrivée au pouvoir, après un bain de sang, les Bolcheviks transfèrent la capitale à Moscou, au Kremlin, s'arrogent des privilèges et mettent en place une surveillance accrue, de tous y compris des membres influents. Lénine a promis de faire disparaître l'armée, la police, la bureaucratie mais il n'en fait rien ; au contraire, dès son arrivée au pouvoir, il crée une police secrète, la Tcheka.

 

En tout cas, la guerre fratricide entre Russes blancs et Russes rouges et la mort du tsar et de sa famille se jouent à si peu de choses, c'est le destin, « nitchevo » ! Et le lecteur va vivre l'horreur de cette grande Russie, de Moscou à Perm en passant par Ekaterinbourg.

« La folie avait une méthode. Les gens qui échappaient à la purge se reprochaient des trahisons imaginaires et retournaient au travail plus ardents qu'auparavant pour cacher leur sentiment de culpabilité. » (page 328).

 

J'ai noté de nombreux extraits durant ma lecture mais je ne peux malheureusement pas tous les publier ici. Alors, que vous aimiez la Russie ou pas, que vous sachiez déjà des choses sur la révolution soviétique ou pas, je vous conseille fortement la lecture de ce grand roman dans lequel vous côtoierez les bolcheviks, les koulaks, les mencheviks, le Politburo, le Soviet, et avec lequel vous comprendrez tout sur la collectivisation, la grande purge, la déportation des Juifs au Birobidjan dans les années 50, la Tass, le Guépéou, le NKVD, etc. Et surtout, vous rencontrerez le peuple russe, ce peuple que les révolutionnaires qualifient de « masse obscure », ce peuple pris en otage dans une révolution qu'il n'a pas demandée et qui le dépasse, mais au nom duquel (comme d'autres au nom de Dieu) certains décident de tout même du pire !

 

Mes deux passages préférés

« Le crâne du poète vint heurter le mur de pierre. Des éclairs de lumière passèrent devant ses yeux et il crut un instant que la pièce avait explosé. La souffrance était intense... submergeait la pensée... son cerveau ne produisait plus d'idées... pas assez d'air... tout était vide... la douleur diminuait... il lui faudrait émigrer... les poètes étaient devenus des émigrés intérieurs... ils erraient dans le labyrinthe de la littérature, où le pouvoir soviétique ne pouvait pas les suivre... Pouchkine l'y attendait quelque part... Pouchkine le protégerait... » (page 348).

« Nous avions de si grands espoirs, Léon. Nous allions libérer les travailleurs et créer une société où les gens pourraient vivre sans entraves. Tu ne sais pas comment c'était juste après la révolution. Des balayeurs et des secrétaires siégeaient en conseil des ministres. N'importe qui pouvait donner son opinion et critiquer celle d'autrui. Tout était possible. Il n'y avait pas de limite. » (page 460).

 

Une lecture très enrichissante que je mets dans les challenges

Le mélange des genres (roman historique)

et Mois américain-Challenge US.

 

 

Partager cet article

Repost 0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 01:13

M. Pénombre libraire ouvert jour et nuit est un roman de Robin Sloan paru aux éditions Michel Lafon en février 2014 (342 pages, 19,95 €, ISBN 978-2-7499-2162-4). Mr. Penumbra's 24-hour bookstore (2012) est traduit de l'américain par Philippe Mothe.

 

Robin Sloan a grandi près de Detroit (Michigan, États-Unis) et a étudié l'économie. Il a travaillé dans le monde de la communication et a cofondé Oats, une revue littéraire de l'université du Michigan. Mr. Penumbra est son premier roman et il s'est inspiré d'une nouvelle qu'il avait écrite en 2009. Plus d'infos sur http://www.robinsloan.com/.

 

À sa sortie de l'école d'Art, Clay Jannon a été embauché comme créateur à New Bagel mais il a perdu cet emploi qui lui plaisait bien à cause de la crise économique. Il passe son temps à lire sur Internet et à se balader.

« San Francisco est un super terrain de promenade si on a de bonnes jambes. Cette ville étant un carré ponctué de collines abruptes et bordé d'eau sur trois côtés, des vues magnifiques vous surprennent à chaque coin de rue. » (pages 14-15).

Et un jour, il voit l'offre d'emploi de vendeur de nuit dans cette librairie qu'il ne connaît pas, celle de M. Pénombre (Ajax de son prénom), ouverte jour et nuit. Il doit respecter des règles précises, tenir un registre un peu spécial et il se rend vite compte que certains « clients », comme messieurs Tyndall et Fedorov ou madame Lapin, ont des demandes précises dans le « Fonds du fonds ».

« Est-ce un cercle de lecture ? Quels sont leurs liens ? Leur arrive-t-il de payer ? » (page 28).

Clay ne sait pas dans quelles recherches il s'est lancé : qu'est le « Sacré Caractère » ?...

« […] tout ce qui se passe ici relève de bien autre chose que de l'excentricité d'un vieillard isolé. » (page 62).

Mais il y entraîne Neel Shah, son ami d'enfance, entrepreneur, Mathew Mittelbrand, son colocataire, inventeur de génie, et Kat Potente, une programmeuse de Google qu'il a rencontrée une nuit à la librairie et dont il est tombé amoureux.

« Que voulez-vous dire, M. Pénombre va être brûlé ?

– Pas lui, le livre... Son livre ! précise Tyndall. C'est pareil, pire même ! Mieux vaut la chair que la page. […]

Je suis vraiment tombé dans une secte. » (pages 135-136).

 

Je vais vous dire une chose : ce roman est pour les Geeks ! Pour Clay et Neel, c'est comme dans les jeux de rôle auxquels ils jouaient adolescents mais là, c'est pour de vrai, et pour Kat, c'est pareil, c'est comme dans le monde numérique mais en vrai.

« Lui, c'est le guerrier, toi, le mage et moi, le roublard. Cette conversation n'a jamais eu lieu. » (page 195).

Dans ce roman dont la première partie se passe à San Francisco (la librairie) et la deuxième partie à New York (la quête), ça parle d'Internet, de Google, de programmation, de stockage de données, de décodage, il y a des références à la SF et au fantastique (dragons), parfait pour les Geeks, je vous dis !

Mais cette incroyable aventure englobe bien d'autres choses, en particulier l'Histoire et l'Art, comme les premiers livres imprimés par Aldo Manuce (1449-1515) à Venise en Italie (un peu après Gutenberg 1400-1468).

Aldo Manuzio (ou Alde Manuce, ou Alde l'Ancien) fut un imprimeur, libraire et typographe humaniste qui a vraiment existé au XVe siècle. Ainsi que Griffo Gerritzoon (1450-1518) qui a créé le Gerritzoon, « le caractère le plus célèbre de l'Histoire » (tiens, je pensais que c'était Garamond !), et de nouvelles technologies.

La quatrième de couverture dit que l'auteur « a créé ce roman d'aventures pour le XXIe siècle, où le pouvoir des livres anciens et celui des nouvelles technologies s'allient pour rendre la vie meilleure. » Je ne sais pas si ça rend la vie meilleure, mais j'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture, intrigante mais pas ténébreuse, et effectivement cette plongée intéressante dans les livres anciens et la nouvelle technologie de l'informatique.

Une lecture originale dans un moment creux (en lecture) qui me remet le pied à l'étrier !

 

Ma phrase préférée

« Vous savez, je crois sérieusement que ce monde n'est qu'une mosaïque de petites sectes déjantées, chacune avec ses lieux secrets, ses archives, ses règles. » (page 302).

 

Une lecture pour les challenges ABC critiques 2013-2014 (lettre S), Geek, Le mélange des genres (SF/fantasy/imaginaire), Petit Bac 2014 (catégorie moment/temps), Premier roman, Rentrée littéraire d'hiver 2014 et US.

 

Partager cet article

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 19:05

Triburbia est un roman de Karl Taro Greenfeld paru aux éditions Philippe Rey en août 2013 (284 pages, 20 €, ISBN 978-2-84876-3-37-8). Triburbia (2011) est traduit de l'américain par Françoise Adelstain.

 

Karl Taro Greenfeld est né en 1964 à Kobe d'une mère japonaise et d'un père américain, tous deux écrivains (Josh Greenfeld et Fumiko Kometani). Il a grandi et il vit aux États-Unis. Journaliste et écrivain, il a écrit cinq livres (dont un sur son frère autiste, Boy alone) mais Triburbia est son premier roman. En 2013, est parue aux États-Unis sa biographie sur le basketteur Julius Erving. Plus d'infos sur le site officiel de l'auteur, http://www.karltarogreenfeld.com/.

 

Quartier de Tribeca, Manhattan, New York.

Riches bobos qui vivent dans des lofts refaits à neuf dans cet ancien quartier d'entrepôts.

Après avoir déposé leurs enfants à l'école, des papas se retrouvent le matin au restaurant-grill pour prendre ensemble le petit-déjeuner et discuter, refaire le monde quoi.

Leurs conversations sont, selon eux, plus spirituelles et plus intelligentes que celles des autres et le fait de se savoir hypocrites les rend, toujours selon eux, moins hypocrites que les autres.

Mais leur vie est-elle si intéressante que ça ? Y a-t-il matière à en faire un livre avec des choses intéressantes à lire ? C'est ce que je me suis demandé avant de lire ce roman atypique !

« Voilà ce qui cloche chez nous : une vie sans enjeu. Ce qui nous rend hypersensibles aux moindres infractions, enclins à des réactions disproportionnées, prompts à la contre-attaque. » (Mark, page 12).

 

Au fil des chapitres, chacun va prendre la parole, raconter sa vie, actuelle ou passée, des bribes de vie en fait, comme celles qu'on peut connaître d'un proche, mais pas tout. Il sont artistes (marionnettiste, photographe), créateurs (ingénieur du son, chef cuisinier), écrivains (journaliste, dramaturge), hommes d'affaires (producteur de cinéma, gangster) et ce sont tous des bourgeois bohèmes très riches, soit par eux-mêmes soit par leurs épouses (elles prennent la parole dans certains chapitres).

On commence avec Mark, ingénieur du son, marié à Brooke (encore plus riche que lui), deux filles, Cooper (8 ans) et Penny (6 ans). Il est né à Hong Kong et a grandi à San Francisco. Le problème, c'est que le portrait-robot de l'agresseur d'une l'adolescente (un homme blanc pourtant) lui ressemble... « Partout où je vais, à la banque, au bureau de Federal Express, à la cafeteria, j'ai l'impression qu'on me regarde avec insistance. Quiconque vit ou travaille dans le quartier a obligatoirement vu l'affiche, et il continue d'en surgir tous les jours. » (Mark, page 21).

On continue avec Barnaby Harris, handicapé physique devenu photographe. Son histoire m'a plus touchée, avec l'accident de sa sœur et de son meilleur ami.

Il y a ensuite Giuseppe Cipriani (propriétaire d'un restaurant) et son chef, Giancarlo « qui deviendrait célèbre plus tard grâce à son propre empire gastronomique » (page 55).

 

Franchement, c'est intéressant, c'est même parfois drôle (cynique) mais je n'ai pas réellement réussi à m'attacher à tous ces personnages qui me paraissent bien lointains et j'ai arrêté ma lecture au bout d'une centaine de page... Peut-être que je reprendrai ce roman un jour ! En tout cas, ça m'a permis de découvrir les éditions Philippe Rey ! Quant à la couverture française, elle est pas mal mais je préfère la couverture américaine, et vous ?

Il arrive que dans un livre, il y ait un mot inconnu de moi, eh bien là, j'en ai trouvé deux : avunculaire (page 14) se rapporte à un oncle ou une tante, bachique (page 67) se rapporte à Bacchus et au vin.

 

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013, Petit Bac 2014 (catégorie Lieu), Premier roman et US.

 

Partager cet article

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:34

L'éléphant du magicien est un roman de Kate DiCamillo paru aux éditions Tourbillon en janvier 2010 (252 pages, 12,10 €, ISBN 978-2-84801-521-7). The magician's elephant (2009) est traduit de l'américain par Sidonie Van den Dries et illustré par Yoko Tanaka.

 

Kate DiCamillo est née le 25 mars 1964 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis). Elle est auteur de livres pour la jeunesse. Elle vit à Minneapolis (Minnesota, États-Unis).

Du même auteur : Le miraculeux voyage d'Édouard Tulane, Le petit singe de la 5e Avenue.

Plus d'infos sur http://www.katedicamillo.com/.

 

Yoko Tanaka est diplômée de Droit (Kwansei Gakuin, Japon) et des Beaux-Arts (Art Center College of Design, Pasadena, Californie, États-Unis). Elle est illustratrice. Elle vit entre Los Angeles (Californie, États-Unis) et Bangkok (Thaïlande).

Plus d'infos sur http://www.yokotanaka.com/.

 

Peter Augustus Duchêne est sur la place du marché de Baltese. Son tuteur, Vilna Lutz, un ancien soldat, a chargé le garçon de dix ans d'acheter du poisson et du pain. Mais l'enfant, attiré par la tente rouge d'une diseuse de bonne aventure, dépense la pièce d'un florin pour avoir la réponse à une question : ses parents étant morts, comment retrouver sa sœur ? La voyante lui répond : « L'éléphant. Suis l'éléphant. Il te conduira jusqu'à ta sœur. » (page 14). Mais Peter a l'impression que la voyante s'est moquée de lui car il n'y a aucun éléphant à Baltese. De plus, son tuteur lui aurait menti en lui disant que sa sœur, Adèle, était morte. « Quelqu'un ment mais je ne sais pas qui. » (page 21).

Pourtant, le soir même, à l'opéra Bliffendorf, un magicien fait apparaître un éléphant au lieu d'un bouquet de fleurs et l'éléphant, tombé du ciel et atterrissant sur les genoux de Madame LaVaughn, lui broie les jambes, la condamnant au fauteuil roulant ! Magicien et éléphante (c'est une femelle) sont immédiatement arrêtés et enfermés.

C'est la Comtesse Quintet, sur les conseils de son mari présent lors du drame, qui achète l'éléphante et la fait installer dans sa demeure.

Mais si tout le monde parle de l'extraordinaire animal, Peter ne l'a toujours pas vu... « Peter se dit qu'espérer était terrible et compliqué. C'était sans doute plus facile de désespérer. » (page 68).

Peter veut voir l'éléphant et retrouver Adèle ; il va être aidé par l'inspecteur Léo Matienne.

 

Tout simplement une histoire charmante, joliment illustrée, pleine de tendresse et de magie, je dirais même que c'est un chouette conte et donc une lecture très agréable pour se détendre.

 

Pour les challenges Animaux du monde, Challenge US, Des contes à rendre, Jeunesse & young adults # 3, Lire sous la contrainte (nom + nom), Petit Bac 2014 (catégorie Animal), Romancières américaines.

 

Partager cet article

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 03:46

Le collectionneur de chair est un thriller de C.E. Lawrence paru en août 2013 aux éditions Ma dans la collection Pôle noir (352 pages, 17,90 €, ISBN 978-2-822-402569). Silent victim (2010) est traduit de l'américain par Pascal Aubin.

 

Je remercie Gilles Paris de m'avoir envoyé ce roman, j'avais déjà reçu le premier tome de la série avec Lee Campbell, Le cri de l'ange qui m'avait bien plu. Je suis en retard pour publier ma note de lecture, j'ai lu ce thriller il y a plus d'un mois...

 

C.E. Lawrence vit à New York, elle est romancière, nouvelliste, poète et dramaturge.

Plus d'infos sur http://www.celawrence.com/.

 

Un vendredi soir d'août, Lee Campbell est en train de se préparer pour sortir lorsqu'il reçoit un appel d'Ana Watkins. C'est une ancienne patiente, intelligente, narcissique, qui sait très bien manipuler les gens mais il accepte de la recevoir rapidement car elle est inquiète : elle a l'impression d'être suivie et a reçu des menaces. Lee pense à un stratagème de la part de la jeune femme pour attirer l'attention sur elle.

« C'était sa spécialité, la femme-enfant en détresse, qui ne manquait jamais d'appâter un certain pourcentage de la population masculine. » (page 15).

Mais deux jours après sa visite à Lee, Ana est retrouvée noyée dans Spuyten Devil...

De plus, la brigade des enquêtes prioritaires du Bronx est confrontée à des meurtres déguisés en suicide : un jeune homme d'une vingtaine d'années noyé dans la Bronx River, un homme d'une quarantaine d'années électrocuté dans sa baignoire...

« La raison pour laquelle cette affaire est quelque peu urgente est que si ces deux décès sont bien liés, nous pourrions avoir un criminel en série sur les bras – un criminel très difficile à arrêter. » (page 42).

Les journalistes surnomment le tueur le Collectionneur de chair.

Elena Krieger, une inspectrice spécialiste en linguistique médico-légale, pas très appréciée par ses collègues, arrive dans l'équipe pour déchiffrer ces suicides truqués mais l'enquête reste difficile à résoudre.

« […] s'ils persistaient à échouer dans leur décodage des messages que le tueur laissait derrière lui, une autre victime tomberait face à son implacable rage. » (page 268).

 

J'ai retrouvé avec plaisir le personnage principal de cette série, Lee Campbell, psychologue médico-légal (bref profiler), ses équipiers (Leonard Butts et Chuck Morton), sa petite amie (Kathy Azarian) et sa famille : Laura, la sœur de Lee, disparue il y a cinq ans (morte ?), a laissé un mari, George Callahan, et leur fille, Kylie, maintenant sept ans, qui vivent dans le New Jersey avec Fiona Campbell, la mère de Lee. Celui-ci lutte toujours contre la dépression mais il fréquente Kathy depuis cinq mois et se sent mieux. Malheureusement, son enquête va le mener dans le New Jersey, le Delaware et en Pennsylvanie, dans des lieux qu'il a fréquentés enfant et adolescent avec sa sœur : évidemment, des choses remontent à la surface... Et, petit à petit, des indices apparaissent concernant le tueur.

« L'eau est importante pour lui, c'est le seul facteur constant dans chacun de ses crimes. Je suis convaincu qu'elle fait partie de sa signature. » (page 108).

De la même façon que des chapitres étaient consacrés à Samuel dans Le cri de l'ange, ici des chapitres racontent ce qu'a vécu et ce que vit un certain Caleb. De plus, comme dans le premier tome (lien ci-dessus), les traumatismes du 11 septembre sont encore bien présents : les comportements sont différents, par exemple Kathy et Lee vont à un café philo organisé par un couple de Français sur le thème du Mal. « […] penser l'impensable » (page 135).

Je dirais la même chose que précédemment : un thriller classique et pas révolutionnaire mais agréable à lire et qui donne envie de connaître la suite de l'histoire de Lee et la vérité sur la disparition de Laura.

 

Mes passages préférés

« « Le comportement reflète la personnalité. » Cette affirmation fut émise par le légendaire criminologue du FBI, l'un des fondateurs du profilage, John Douglas. « Le comportement reflète la personnalité. » Qu'est-ce que cela signifie ? Parce que la soi-disant « personnalité » d'une personne se compose de tant d'éléments : éducation, milieu culturel, croyances religieuses, convictions morale – et la liste n'est pas exhaustive. Alors que pouvons-nous tirer de l'affirmation de Douglas, et comment pouvons-nous l'appliquer à une affaire réelle ? » (page 132, lors d'une conférence de Lee Campbell).

« Il pensa à Drew Apthorp, et se demanda ce qu'elle était devenue. Tant de gens qui entrent dans notre vie et que nous ne revoyons plus jamais. Il n'aimait pas les détails inexpliqués. Il savait que la vie en est pleine, mais cela lui déplaisait. La mort de sa sœur n'était qu'un autre genre de détail inexpliqué, songea-t-il, et il brûlait de résoudre la question qui lui rongeait l'âme. » (page 208).

 

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013Challenge USLire sous la contrainte (nom + nom), Romancières américainesThrillers et polars.

 

Partager cet article

Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 01:17

Au pied du mur est un roman d'Elisabeth Sanxay Holding paru aux éditions Baker Street en novembre 2013 (312 pages, 18 €, ISBN 978-2-917559-32-1). The blank wall (1947) est traduit de l'américain par Gérard Horst et J.-G. Marquet (1953) et ici dans une traduction revue, mise à jour et « complétée par des passages qui avaient disparus » par Françoise Jaouën.

 

Je remercie Virginie et les éditions Baker Street (fondées en 2007 par Cynthia Liebow, une Américaine qui vit en France, une maison d'éditions à suivre !) pour ce classique de la littérature policière américaine.

 

Elisabeth Sanxay Holding naît le 18 juin 1889 à Brooklyn (NY). Mariée à un diplomate britannique en 1913, elle voyage beaucoup. En 1920, elle commence à écrire des histoires romantiques (Invincible Minnie, Angelica, Rosaleen Among the Artists, The Unlit Lamp) mais après la crise de 1929, elle se lance dans le roman policier (18 romans et 7 nouvelles dont une adaptée par Alfred Hitchcock). Elle meurt le 7 février 1955 dans le Bronx (NY).

 

Lucia Holley, 38 ans, vit dans un petit domaine de campagne avec ses deux enfants (David, 15 ans, Beatrice surnommée Bee, 17 ans), son vieux père (Mr Harper) et Sibyl, sa bonne depuis huit ans (une « femme de couleur »).

Son époux, le Commandant Tom Holley, officier de la Marine, est dans le Pacifique depuis plus de deux ans (nous sommes dans les années 40 et c'est la guerre).

Lucia est mécontente que Bee délaisse ses cours de dessin pour fréquenter Ted Darby, un homme de 35 ans, marié, qui dit travailler dans le théâtre. Elle a été jusqu'à New York pour le dissuader de revoir sa fille, mais ce soir, il est dans le hangar et il attend l'adolescente.

Le lendemain matin, Lucia sort tôt pour nager un peu et découvre Darby mort dans le bateau ! Elle pense que c'est son père qui est sorti sous la pluie cette nuit et qui a tué l'homme, elle décide donc de se débarrasser du corps en l'emmenant dans un endroit isolé sur Simm's Island.

« C'est lorsqu'elle monta dans le bateau qu'elle vit le corps. C'était un homme, couché sur le ventre dans une position bizarre et effrayante, les jambes étendues en travers du banc, la tête et les épaules soulevées par un objet invisible. » (page 25).

Mais, Carlie Nagle, un homme désagréable, encore plus louche que Ted Darby, vient à la maison demander des nouvelles de son ami Ted. Puis Martin Donnelly, un autre ami de Ted, veut vendre à Lucia des lettres compromettantes que Bee a écrites à Ted pour 5 000 dollars.

Et enfin, l'inspecteur Levy, de la police du comté de Horton, vient interrogé Lucia.

« L'inspecteur s'était levé. Un homme jeune, de grande taille, avec de grands pieds et de grandes oreilles. Il n'était pas en uniforme ; dans son costume gris soigné, il n'avait rien d'effrayant. Son sourire était avenant, ses yeux noirs doux et pensifs. Mais elle était terrifiée. » (page 98).

De plus, Bee a un nouveau petit ami, Owen Lloyd, 23 ans, le fils des riches voisins.

Et Martin Donnelly se rapproche dangereusement d'elle.

Courageusement Lucia va faire tout ce qui sera en son pouvoir, et même plus encore, mais va-t-elle être à la hauteur ou la situation va-t-elle lui échapper ?

 

Lucia a l'impression que sa maison est « envahie » par des inconnus, elle veut protéger sa famille, elle est aux aguets, elle ne doit pas commettre d'erreur ! Ou comment une bonne fille, épouse et mère de famille devient une criminelle.

« Je ressemble à une marionnette, se dit-elle. Je ne suis pas réelle. Je ne suis pas réelle. » (page 195).

 

Plus qu'un roman policier, ce roman noir – devenu un classique – très bien construit et rythmé est un véritable chef-d'œuvre car Elisabeth Sanxay Holding fait subtilement monter la pression simplement à travers le quotidien de son héroïne, ses pensées, ses actes, sa culpabilité et les lettres insipides qu'elle écrit à son mari (d'ailleurs, une lecture pour le challenge En toutes lettres).

Raymond Chandler déclarait qu'Elisabeth Sanxay Holding était « le meilleur écrivain à suspense » : je n'ai pas lu tous les romans à suspense, tous les classiques du roman noir américain de cette époque mais j'en ai lu quelques-uns et je veux bien le croire car il y a de l'intensité et de la jubilation à la lecture de ce roman !

 

Adaptations cinématographiques

Max Ophüls (1902-1957) a adapté ce roman au cinéma en 1949 : The Reckless Moment (Les désemparés) avec Joan Bennett (1910-1990) dans le rôle de Lucia et James Mason (1909-1984) dans le rôle de Martin Donnelly. Je ne suis pas sûre à 100 % d'avoir vu ce film mais en tout cas, il me dit quelque chose. À voir ou à revoir donc !

Un autre film, plus récent, a adapté encore plus librement ce roman : The Deep End (Bleu profond), réalisé en 2001 par David Siegel avec Tilda Swinton. Celui-ci, je ne l'ai pas vu mais je me rappelle avoir vu la bande annonce.

 

Une excellente lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013 (comme c'est une réédition, j'espère que ça va), En toutes lettres (comme je l'ai dit ci-dessus), Petit Bac 2014 (catégorie Bâtiment pour le mur), Romancières américaines, US, Thrillers et polars. Je ne sais pas si Stéphie continue Un classique par mois en 2014.

 

Partager cet article

Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 04:13

Jusqu'à ce que la morsure nous sépare est le 3e tome de la série 43 rue du Vieux-Cimetière, un roman de Kate et M. Sarah Klise paru aux éditions Albin Michel Jeunesse dans la collection Witty en mai 2013 (137 pages, 8,50 €, ISBN 978-2-226-24757-5). 43 Old Cemetery Road, Book 3 : Till death do us bark (2011) est traduit de l'américain par Mickey Gaboriaud.

 

Pour plus d'infos sur l'auteur Catherine 'Kate' Klise et sur l'illustratrice M. (Mary) Sarah Klise, consultez la note de lecture de Trépassez votre chemin.

 

Lester est heureux d'avoir été adopté par Ignace Bronchon et le fantôme d'Adèle Vranstock, mais il aimerait en plus de son chat, Mistynoir, avoir un chien. Or, en revenant de la bibliothèque, un chien le suit jusqu'au manoir ! C'est Secret, le lévrier irlandais du riche Placid McAbbey qui vient de mourir à l'âge de 95 ans.

Lester est fou de joie mais Adèle boude car elle est une dame à chats, Bronchon a de plus en plus d'allergies alors que Mistynoir a disparu et Secret aboie toute les nuits empêchant tout le voisinage de dormir...

Kitty et Rex, les deux enfants de McAbbey, s'installent à Crésus Villa mais la sœur et le frère ne se sont jamais entendu et n'étaient pas très aimants avec leur père qui avait, les dix dernières années de sa vie, reporté son amour sur Secret. McAbbey était pourtant un homme gentil, généreux et apprécié de tous. Les deux rejetons intéressés uniquement par la richesse devront résoudre une énigme sous forme de poème (*) pour pouvoir hériter.

« Votre père vous connaissait bien. Il savait parfaitement que vous ne partagiez pas sa passion pour les antiquités, les œuvres d'art et les livres rares. C'est pour cela qu'il vous a fait la faveur de s'en débarrasser peu avant sa mort. » (lettre de l'avocate, Claire Komdel-Hodresch, page 60).

Lester s'enfuit avec Secret...

 

(*) Ces poèmes sont des limericks ; il y a des explications sur ce genre de poème en cinq vers à la fin du livre (pages 136-137). J'avoue que je ne savais pas ce qu'était un limerick (ou alors si je l'ai su, j'avais oublié) !

 

Bon sang, qu'est-ce qu'elle est bien, cette série ! J'ai englouti les trois tomes en peu de temps et, maintenant, il me faut absolument le 4e, Le fantôme du bureau de poste. Comme pour les deux premiers tomes, de l'humour, de l'originalité (lettres, illustrations), de nouveaux personnages. C'est vraiment très bien fait et je me suis laissée prendre au jeu avec grand plaisir. Je ne peux que vous recommander cette série !

 

Une lecture que je mets dans les challenges En toutes lettres, Jeunesse & young adults # 3, Romancières américaines et US.


 

Partager cet article

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 04:03

Il faudra me passer sur le corps est le 2e tome de la série 43 rue du Vieux-Cimetière, un roman de Kate et M. Sarah Klise paru aux éditions Albin Michel Jeunesse dans la collection Witty en janvier 2013 (131 pages, 8,50 €, ISBN 978-2-226-24594-6). 43 Old Cemetery Road, Book 2 : Over my dead body (2010) est traduit de l'américain par Mickey Gaboriaud.

 

Pour plus d'infos sur l'auteur Catherine 'Kate' Klise et sur l'illustratrice M. (Mary) Sarah Klise, consultez la note de lecture de Trépassez votre chemin.

 

Le MIASME (Mouvement International Autoritaire pour la Sauvegarde Morale de nos Enfants), nouvellement fondé par Dick Tatter, veut enquêter sur Ignace Bronchon et lui enlever Lester.

« Une âme charitable lui a envoyé une lettre anonyme pour l'informer de notre situation. Qu'allons-nous faire ? » (page 25).

Ce petit dictateur (j'avais oublié de dire pour le tome 1 que les noms étaient des jeux de mots) veut aussi faire interdire Halloween et détruire tous les livres qui parlent de fantômes, de magie, etc. Heureusement Tom Set, le bibliothécaire de Livid City, refuse de brûler les livres !

Mais après une enquête bâclée et partiale de Dick Tatter, Bronchon est interné d'office (et à vie !) et Lester est envoyé à l'orphelinat.

Les parents de Lester ont autre chose à penser : ils sont en France et s'apprêtent à publier leur livre, Seuls les idiots (et les enfants) croient aux fantômes : le livre anti-fantômes par excellence – « best-seller garanti » – quels crétins, ces deux-là !

Bronchon, Adèle et Lester avaient promis à leurs lecteurs de nouveaux chapitres pour Halloween mais là, c'est impossible, et pire les lecteurs se retournent contre les auteurs pensant à une supercherie et réclament un remboursement.

Et Dick Tatter veut prouver que le fantôme d'Adèle n'existe pas. « Je tirerai cette affaire au clair, même si cela exige une inhumation. » (page 91).

 

En dehors des retranscriptions des émissions Agi-Tatter et des extraits de La Gazette de Livid City, le récit est toujours sous forme de lettres, ce que j'aime vraiment beaucoup. C'est un pur bonheur de lire cette série.

Et avec Dick Tatter et son MIASME, l'auteur montre que parfois des organisations ont trop d'importance et de pouvoir, et font n'importe quoi soit-disant pour le bien-être de quelqu'un (ici les enfants). Il y a aussi dans la population des gens qui adhèrent à n'importe quelle idée farfelue sans se poser de questions !

 

Une excellente lecture que je mets dans les challenges En toutes lettres, Jeunesse & young adults # 3, Romancières américaines et US.

 

Partager cet article

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 02:06

Trépassez votre chemin est le premier tome de la série 43 rue du Vieux-Cimetière, un roman de Kate et M. Sarah Klise paru aux éditions Albin Michel Jeunesse dans la collection Witty en septembre 2012 (169 pages, 8,50 €, ISBN 978-2-226-24239-6). 43 Old Cemetery Road, Book 1 : Dying to meet you (2009) est traduit de l'américain par Mickey Gaboriaud.

 

Catherine 'Kate' Klise, née le 13 avril 1963 à Peoria dans l'Illinois, est l'auteur. Elle a étudié à l'Université Marquette à Milwaukee dans le Wisconsin (diplômé d'anglais) et a travaillé pendant quinze ans pour le magazine hebdomadaire People. Elle écrit surtout pour la jeunesse (son premier roman adulte, In the bag, n'est paru qu'en 2012). Elle habite dans une ferme du Missouri.

 

M. (Mary) Sarah Klise, née le 31 décembre 1962 également à Peoria, est l'illustratrice. Elle a aussi étudié à l'Université Marquette (diplômée d'histoire) et enseigne l'Art. Elle habite un cottage victorien à Berkeley en Californie et a un fils, Milo.

 

Plus d'infos sur les deux sœurs sur leur site officiel, http://www.kateandsarahklise.com/.

 

Tout commence lorsqu'Ignace Bronchon, 64 ans, habitant Chicago, « spécialiste des mystères, du grabuge et du macabre », auteur de la série jeunesse en douze volumes, Le dompteur de fantômes, décide de louer une maison pour l'été afin de « finir » son nouveau livre : en fait il ne l'a même pas commencé, il n'a pas écrit depuis vingt ans... Son éditrice de New York, Sandy Page-Haller, est en colère et a embauché un détective privé, Teddy Skray, pour enquêter sur Bronchon !

Après avoir contacté Debbie Cock de l'agence Immo Ralasway à San Francisco, Bronchon choisit le manoir victorien de « trente-deux pièces et demie » sis 43 rue du Vieux-Cimetière à Livid City, Illinois, États-Unis.

En fait, le manoir fut construit par Adèle I. Vranstock en 1874 : elle écrivait et illustrait des romans à énigmes mais aucun ne fut publié. La vieille dame célibataire et sans enfant est morte il y a quatre-vingt-dix-sept ans et la maison appartient à Lino et Inès Perrance depuis douze ans. Ce couple de professeurs, spécialistes du paranormal, est en ce moment en Europe pour des conférences. Leur fils de onze ans, Lester, vit au manoir avec son chat, Mistynoir.

« Selon la légende, peu avant sa mort, Vranstock aurait juré de hanter sa maison et la ville de Livid City pour l'éternité – ou bien, jusqu'à ce qu'un de ses livres soit publié. » Extrait de la Gazette de Livid City (page 33).

Bronchon n'est pas content : il a découvert non seulement que Lester vivait au deuxième étage de la maison (il n'aime pas particulièrement les enfants même s'il écrit des livres à leur intention) mais aussi qu'il y avait un chat (il est « extrêmement allergique » aux chats). De plus le manoir est délabré, tout biscornu et tarabiscoté ! « La personne qui a conçu cette baraque devait être à moitié maboule. » (page 34).

Comme son avoué, Fred Dossier, lui écrit qu'il ne peut rien faire contre la clause Lester/Mistynoir alors que le bail est signé et lui explique qu'il est ruiné, Ignace Bronchon n'a pas d'autre solution que d'écrire le treizième tome du Dompteur de fantômes. Il décide de placer les nouvelles aventures de Bartholomew Brown, son célèbre détective spécialiste des fantômes, dans ce manoir du 43 rue du Vieux-Cimetière.

Or Lester a réussi ce que ses parents n'ont jamais réussi : il est en contact avec le fantôme d'Adèle !

 

Voilà, le décor est planté et je peux vous dire qu'il y a une super ambiance dans ce roman épistolaire puisqu'en dehors des extraits de la Gazette et des extraits du roman que Bronchon tente d'écrire, il n'y a que des lettres, y compris entre Bronchon qui a mauvais caractère (au premier étage) et Lester qui est l'innocence même (au deuxième étage). Chaque lettre a sa propre typographie selon la personne qui l'écrit et le lecteur, qui connaît la présence d'Adèle, le fantôme, s'amuse beaucoup en lisant tous ces échanges. Ce livre est original d'autant plus qu'il est illustré avec humour et se lit très bien, d'une traite quoi !

 

« Mais tout d'abord, je m'interroge : de qui est-ce l'histoire ? Bartholomew Brown ? Je ne crois pas. Suis-je attachée à ce personnage ? Pas vraiment. Il est trop plat. Trop rigide. Complètement irréaliste. » Extrait d'une lettre d'Adèle datée du 4 juillet à Bronchon (page 81).

 

La littérature jeunesse a évolué et un auteur qui avait du succès il y a plus de vingt ans doit évoluer aussi s'il veut attirer ses anciens lecteurs et de nouveaux lecteurs à lire son livre (hum, lorsqu'il sera terminé et publié) ! En même temps, le processus de création est loin d'être facile et Bronchon recommence plusieurs fois le début de son roman tout en se demandant ce qu'il va bien pouvoir imaginer pour la suite. Écrire, c'est du travail bien sûr, mais s'il n'y a pas la petite étincelle, si en plus l'auteur est acariâtre et égocentrique, les personnages et le récit seront, comme le dit Adèle, plats et irréalistes, bref le livre ne sera pas agréable à lire...

 

En tout cas, chers lecteurs, ne dites rien à Eddie Torial, le rédacteur en chef de La Gazette de Livid City, il écrit tout ! « Nous rapportons vos secrets, vos secrets nous rapportent ! » (pages 32, 85, 109 et 128). Ah, ces journalistes...

 

Le passage que j'aime bien

« Le gamin va illustrer notre livre. Il est très doué. Nous avons du pain sur la planche mais ça va être super. Cela fait des années que je n'ai pas été autant excité par un projet. C'est peut-être même la première fois. » Extrait de la lettre de Bronchon à Fred Dossier (page 103).

 

Une lecture charmante (j'ai hâte de lire les tomes suivants !) que je mets dans les challenges En toutes lettres (finalement, je lis plus de romans épistolaires que ce que je pensais), Jeunesse & young adults # 3Petit Bac 2013 (catégorie lieu), Romancières américaines et US.
Comme le manoir est victorien (1874) et que le fantôme est celui d'une Lady de la fin du XIXe siècle, je tente également ma chance avec les challenges Victorien et XIXe siècle.

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -