Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 03:59

Le secret de Cracovie est un roman de Małgorzata et Michał Kuźmiński paru aux éditions ZdL en novembre 2013 (418 pages, 24,90 €, ISBN 978-2-9538791-7-9). Sekret Kroke (2009) est traduit du polonais par Jacqueline Dera-Fisher.

 

Je remercie Virginie et les éditions ZdL (Zofia de Lannurien) pour ce roman. J'ai découvert cette toute nouvelle maison d'éditions en 2011 avec Churchill à Yalta – La Pologne trahie, de Michael Dobbs.

 

Małgorzata Fugiel-Kuźmińska est anthropologue spécialisée dans la culture (langues, modes de pensée, ethnologie...). Elle travaille dans les relations publiques et la publicité.

Michał Kuźmiński est journaliste et expert des médias.

Le secret de Cracovie est le premier roman du couple.

 

Mars 1939. Il y a un nouveau pape, Pie XII. Benjamin quitte Prague pour la Pologne plus sûre. C'est la fête de Pourim.

Les Juifs ont peur « mais je me dis, reprit le père, que cette année sera meilleure. Que Adonaï sera avec nous, puisqu'il nous a déjà accordé un beau printemps. Qu'Il va changer notre sort. C'est bien ce que nous fêtons à Pourim, la fête des sorts, déclara-t-il sans plus trembler. » (Jacob Rosenberg, page 27).

Il existerait une relique détenue par une fraternité secrète – créée au XIIe siècle par Lévi des Livius d'Alexandrie – qui peut changer le destin du monde.

« Fraternitas Alchelmistarum, la Confrérie des Alchimistes. » (page 44). « Un certain manuscrit, reprit-il, contient une hérésie restée en sommeil des siècles durant. Dans la situation politique actuelle, elle constitue un danger mortel pour l'Église, pour la sainte foi chrétienne et pour tout le monde civilisé. » (page 45). « un rouleau couvert de signes mystérieux qu'une confrérie secrète était chargé de protéger. » (page 50).

Le cardinal Marco Tornicelli envoie à sa recherche un moine soldat espagnol, Carlos Chacal.

Depuis Nuremberg, le nazi Otto von Liennenheim envoie en Pologne son espion, le Prince Mikhaïl Nikolaïevitch Romanov, qu'il tient sous sa coupe. « Il lui fallait intercepter le manuscrit. Lorsque cela arriverait, le monde serait convaincu du droit immémorial du Reich à sa domination et sa progression serait irrésistible. Et lui, précisément, Otto von Liennenheim, Kriminaldirektor de la Gestapo, serait le prêtre célébrant cet hommage. » (page 120).

Et un collectionneur américain envoie Jimmy Gonshènitza qui va s'allier avec Maciek Messer et sa pègre locale.

Pendant ce temps, Rebecca et Eva (19 ans), respectivement fille et nièce de Jacob Rosenberg, étudient l'Art et rêvent d'une belle vie. Franek, l'étudiant aux cheveux roux, propose ses services à Romanov dès son arrivée. Les chasseurs de relique vont débarquer dans la vie de ces jeunes de Cracovie et, comme les meurtres s'accumulent, le sous-commissaire Milosz Lucznik va mener l'enquête.

(source de l'illustration ci-dessus http://www.lapetite-pologne.com/includes/languages/french/kazimierz.html).

 

Ce roman n'est pas seulement un très bon thriller historique voire ésotérique, il est aussi une passionnante balade dans la ville de Cracovie et en particulier dans le vieux quartier de Kazimierz (le nom yiddish est Kroke) principalement habité par des Juifs (dont plusieurs sont antiquaires et pourraient posséder la relique). Les traditions juives et l'ambiance de ce quartier sont vraiment bien transcrites avec l'augmentation des persécutions contre les Juifs et la montée de la peur.

J'avais déjà pas mal lu sur Varsovie et son tristement célèbre ghetto mais pas sur Cracovie qui me semble une très belle ville chargée d'Histoire.

(source de l'illustration ci-dessus http://www.shabbat-goy.com/?page_id=2098).

Situé près de la Vistule, le ghetto de Cracovie (créé en mars 1941, soit deux ans après les événements de ce roman) est peut-être moins connu que le ghetto de Varsovie mais des noms comme Roman Polanski (qui y vécut enfant), Oscar Schindler (qui fit travailler les habitants du ghetto dans sa fabrique d'émail), Tadeusz Pankiewicz (qui fut le seul non-Juif à rester dans le ghetto de Podgórze et qui raconta la vie du ghetto dans La pharmacie du ghetto de Cracovie paru chez Actes Sud en 1998) vous disent sûrement quelque chose. Dans le roman, le lecteur croise Władysław Szpilman (page 284), célèbre pianiste et compositeur polonais, auteur de La mort d'une ville, immortalisé par Le pianiste réalisé par Roman Polanski en 1993.

Le quartier de Kazimierz est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1978, ainsi que les autres quartiers historiques de Cracovie : Stare Miasto (Vieille Ville) et Wawel.

 

Mon passage préféré

« Il tira de son gousset une montre suspendue à une chaînette d'argent.

– Quant à moi, ajouta-t-il, je dois m'en aller sans plus tarder. On m'attend. Si j'en crois la chance que nous avons, peut-être nous reverrons-nous.

Le plus naturellement du monde, il lui fit un clin d'œil, se retourna et s'en alla vers la rue.

– Attends ! s'écria-t-elle à cet instant. Quel est ton prénom ?

Il s'arrêtat. Son visage disparaissait dans l'ombre de la porte cochère dont l'arc laissait filtrer, à l'autre bout du passage, l'éclat intense de la rue inondée de soleil. Les appels, les cris d'enfants, les bruits de pas des passants, tout se fondait en une rumeur sourde et uniforme.

– Je m'appelle Romanov. Mikhaïl Romanov, dit-il en effleurant le bord de son chapeau. Prince.

Puis il s'éloigna. » (page 153).

Vous l'aurez compris, ce roman est aussi une charmante histoire d'amour entre Rebecca Rosenberg, jeune femme passionnée par l'Art, innocente, naïve, inexpérimentée et le loup dans la bergerie, Mikhaïl Nikolaïevitch Romanov, prince russe (et neveu du tsar Nicolas II assassiné avec sa famille en 1917 à Ekaterinbourg).

 

Je « voyage » régulièrement en Pologne ces derniers temps ! Poznan avec Second portrait d'Irena, de Laura Berg, Varsovie avec Les impliqués, de Zygmunt Miłoszewski et Cracovie avec ce roman. Comme je le disais il y a quelques jours : la Pologne, nouvel eldorado du roman policier ? En tout cas, j'aime ce pays et si vous avez d'autres romans à me conseiller, en particulier des romans policiers, n'hésitez pas !

 

Si vous comprenez le polonais !

Une lecture enrichissante pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013, Lire sous la contrainte (nom + nom), Petit Bac 2014 (catégorie Lieu), Premier roman, Thrillers et polars, Tour du monde en 8 ans et Voisins voisines (Pologne).

 

Partager cet article

Repost 0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 00:06

Les impliqués est un roman de Zygmunt Miłoszewski paru aux éditions Mirobole dans la collection Horizons noirs en octobre 2013 (448 pages, 22 €, ISBN 979-10-92145-09-0). Uwikłanie (2007) est traduit du polonais par Kamil Barbarski.

 

Je remercie Muriel et les éditions Mirobole de m'avoir envoyé ce roman et je tiens à m'excuser pour le retard que j'ai pris à en parler. Je l'ai commencé peu de temps après sa réception à l'automne dernier mais je l'ai laissé tomber ; comme le début m'avait quand même plu, je l'ai repris aux vacances de Noël mais je l'ai encore une fois abandonné... Début février, je me suis dit qu'il ne méritait vraiment pas ça : je l'ai repris sérieusement et je ne regrette pas ma lecture !

 

Zygmunt Miłoszewsk est né le 8 mai 1976 à Varsovie (Pologne). Il est journaliste (chronique judiciaire, jeux vidéo) et romancier. Du même auteur : Domofon (L'interphone) en 2005 (roman fantastique) ; Góry żmijowe (Les monts de la vipère) en 2006 (conte fantastique jeunesse) ; Ziarno prawdy (Une graine de vérité) en 2011 (deuxième roman avec le procureur Teodore Szacki) et Bezcenny (Hors de prix) en 2013 (thriller).

 

Juin 2005. Cloître de l'ancienne église de Czestochowa à Varsovie. Cezary Rudzki, un psychologue adepte de la « thérapie de la constellation », a réuni durant le week-end quatre patients pour une séance en groupe : Hanna Kwiatkowska, Barbara Jarczyk, Ebi Kaim et Henryk Telak mais le dimanche matin, ce dernier est retrouvé mort dans la crypte.

Teodore Szacki, procureur du district, va enquêter sur ce meurtre avec l'aide du commissaire Oleg Kuzniecov.

« L'église paroissiale de la Vierge Marie de Czestochowa s'était jadis tenue là, […]. Elle était restée à l'abandon des décennies durant, suscitant l'épouvante par ses ruines sombres, ses colonnes brisées et ses caveaux éventrés. Lorsque enfin on l'avait fait renaître de ses cendres, elle était devenue le symbole de la confusion stylistique qui régnait en ville. Quiconque empruntait la rue Lazienkowska devait affronter cette chimère de briques, ce mélange incongru de lieu de culte, de monastère, de château fort et de palais de Gargamel. Et maintenant, on venait d'y trouver un cadavre. » (page 22).

L'assassin est-il venu de l'extérieur ou est-il une des personnes de la thérapie ?

« […] on a un mort et quatre suspects, tous sobres et propres sur eux. » (page 24).

Les témoins disent tous que Henryk Telak « était triste, renfermé, en pleine dépression » (page 40) mais le mort ne s'est tout de même pas suicidé, pas en s'enfonçant une broche à rôtir dans un œil jusqu'au cerveau !

Teodore Szacki fait la connaissance de Monika Grzelka, une jeune journaliste, et de Jadwiga Telak, la veuve du mort embroché. La malheureuse femme a déjà perdu sa fille, Kasia, suicidée il y a quelques années et son fils, Bartek, est malade et incurable.

Mais Szacki n'a pas de piste sérieuse... « Aucune des auditions de témoin n'avait introduit de nouveaux éléments exploitables dans l'enquête. » (page 165).

 

« Ne me faites pas rire ! s'emporta Teodore Szacki. Ceci est une expérience d'investigation et non un roman policier. Je ne vais pas vous décrire en détails le déroulement de l'enquête. Et puis, une instruction fastidieuse se compose de centaines d'éléments et non d'un seul détective perspicace. » (page 416).

C'est pourtant de cette façon que le lecteur entre dans le roman. Tout est minutieusement détaillé. L'enquête est classique (conventionnelle) et pas trépidante mais c'est l'ambiance qui est intéressante. Chaque matin commence avec les actualités du jour et la météo, et enquête et vie du procureur Szacki sont intimement liées (ça m'a fait penser à la série danoise Forbrydelsen - The killing). Son épouse, Weronika, est conseillère juridique à l'hôtel de ville et le couple a une fillette, Hela.

L'enquête est longue, laborieuse, et cette lenteur peut gêner certains lecteurs qui aiment que tout se déroule, hum.... je dirais à l'américaine avec de l'action, des rebondissements, etc. Mais la lenteur est feinte car l'enquête se déroule sur douze jours seulement, entre le 5 et le 17 juin, ce qui est somme toute très rapide pour une enquête où tout a été cherché, vérifié et approfondi (il y a quand même un rebondissement le 18 juillet, soit un mois après la fin de l'enquête).

Sans rien dévoiler, je peux encore dire que j'ai bien apprécié la fin à la Hercule Poirot, je veux dire que tous les protagonistes sont réunis pour entendre le procureur et découvrir le(s) coupable(s).

J'ai l'impression que je ressors de cette lecture plus intelligente car l'auteur balade le lecteur dans la Varsovie moderne avec des retours dans l'Histoire (pas glorieuse) d'après-guerre et dans les vies de plusieurs familles. J'espère que le procureur Teodore Szacki, fonctionnaire pointilleux, pas satisfait de sa vie et de la routine ambiante (il n'a que 36 ans mais il m'a paru plus vieux), va prendre de l'ampleur car il existe une deuxième enquête, Ziarno prawdy - Une graine de vérité, parue en 2011 en Pologne. D'ailleurs, en 2011 également, le roman Les impliqués a été adapté au cinéma en Pologne par Jacek Bromski (1946-...) et a reçu le Prix Gros Calibre.

 

Les clins d'œil de l'auteur

« Méfiez-vous des séries télévisées. En Pologne, c'est le procureur qui dirige les investigations sérieuses. La police l'aide si on le lui ordonne, mais de sa propre initiative elle ne peut traquer que les voleurs de voitures et les cambrioleurs. » (page 87).

« La presse peut aussi commettre des erreurs, monsieur le procureur. C'est le lot de tous les pouvoirs.

La différence, c'est qu'on n'élit pas la presse au suffrage universel, rétorqua Szacki. L'histoire nous enseigne qu'un pouvoir autoproclamé se rend coupable d'un grand nombre de fautes. Et aussi qu'il les étouffe avec la plus grande efficacité. » (page 186).

« Bordel, pourquoi personne ne veut comprendre à quoi ressemblait vraiment la Pologne de l'époque ? Je vais te dire : c'était un système totalitaire fondé sur l'asservissement et la répression des citoyens par tous les moyens disponibles. Un système où le dernier mot revenait toujours à l'appareil de la terreur, et tant pis si ça sonne pathétique. L'appareil de la terreur, c'est-à-dire des services secrets qui espionnaient tout le monde, prêts à intervenir à chaque instant. » (pages 362-363).

 

Mes passages préférés

« Peut-être qu'il vaut mieux ne pas se souvenir de certaines choses. » (page 300).

« Je ne sais pas si vous avez aimé un jour. Vraiment aimé. Si oui, alors vous avez de la chance. Si non, alors je vous envie, car la plus grande aventure de l'existence se trouve peut-être encore devant vous. Savez-vous de quoi je parle ? Prenez les romans. Lire Le Maître et Marguerite au lycée était une expérience fabuleuse, mais je suis folle de jalousie à l'idée qu'il existe des adultes qui vont encore découvrir ce plaisir. Parfois, je me demande comment ça serait de lire Boukgakov pour la première fois aujourd'hui. Bref... En tout cas, si vous vous apprêtez à répondre « je ne sais pas », alors cela veut dire que vous n'avez pas aimé. » (page 436).

 

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013, Thrillers et polars, Tour du monde en 8 ans et Voisins voisines (Pologne).

 

Partager cet article

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 19:37

UneVieDragon.gifUne vie de dragon : attention, dragon d'appartement ! est un roman de Joanna Olech paru aux éditions Flammarion – Père Castor en novembre 2012 (186 pages, 12 €, ISBN 978-2-0812-6495-3). Pompon w rodzinie Fisiów (2008) est traduit du polonais par Margot Carlier.

 

Je remercie Brigitte et les éditions Flammarion pour ce roman polonais.

 

Joanna Olech est née le 26 décembre 1955 à Varsovie (Pologne). Elle est auteur, plus particulièrement pour la jeunesse, illustratrice, graphiste et journaliste. Elle siège au conseil d'administration de la section polonaise de l'IBBY (Union internationale pour les livres de jeunesse).

Du même auteur : Petit cochon rose (co-illustratrice) aux éditions Gallimard.

 

Dans la famille Zinzin, la fille adolescente, Malwina, narratrice, le fils de 11 ans, Gniewek, la mère, réceptionniste dans un dispensaire, le père, agent d'assurance et... Pompon, un petit dragon vert sorti du trou d'écoulement du lavabo !

Mais dans l'immeuble, deux chiens : Pupuce, le Pinscher nain de la voisine, Madame Biniek, « qui aboie comme un forcené » (page 11) et Bifteck le Labrador du voisin du dessus. Autant dire que les deux animaux ont senti le dragon.

Un dragon, oui, un vrai dragon, de petite taille, en fait de la taille d'un souriceau à son arrivée, mais trois mois plus tard, il fait déjà cinquante centimètres... « Un jour, tout sera découvert, c'est sûr. » (page 21).

Et Pompon adore manger des pizzas aux mouches et des cornichons, s'asperger de Chanel 5, regarder la télévision, consulter Internet la nuit et raconter sa vie sur un blog, parler, faire des bruits bizarres et des blagues. Rapidement, les parents se posent des questions ! D'autant plus que Sultan, le Persan de Tante Mimi, médaillé d'or à un concours, va rester quelques jours chez eux... Il faut vraiment mettre les parents au courant.

Mais lors de la classe verte de Malwina et Gniewek à Villeverte, Pompon s'enfuit.

 

Pompon-w-rodzinie-Fisiow.jpgDeux chouettes extraits

« Et comment pourrais-je le savoir, hein ? s'est étonné le dragon. Est-ce que je suis allé à l'école, moi ? Est-ce que j'ai reçu une éducation digne de ce nom ? Négatif ! Je ne suis qu'un dragon inculte et grossier. Mon savoir se limite à mon estomac, a-t-il terminé avec malice en avalant un lardon grillé qu'il avait trouvé dans l'omelette. » (pages 89-90).

« Pourquoi m'ignorent-ils ? Je fais pourtant partie de la famille, se lamentait-il lorsqu'un varan lui tournait le dos. Prenez-moi en photo avec cet iguane vert ! Je la collerai dans mon album.

Prendre la photo n'était pas chose simple, loin de là. On a attendu que la salle se vide, puis maman a sorti Pompon du panier et... » (page 120).

 

C'est sûrement le premier roman jeunesse polonais que je lis ! Il est original, drôle, plaisamment illustré (Pompon est très expressif et attachant) et en plus, il a un joli signet vert assorti à la couleur de Pompon.

Que feriez-vous si en entrant dans la salle de bain, vous trouviez un dragon qui prenne un bain dans votre baignoire ? Voilà, c'est bourré de gags de ce genre, mais il n'y a pas que des gags, le récit est pensé, construit, riche. Et Malwina et Gniewek n'ont désobéi en rien à leurs parents, ils ont pris la décision de garder Pompon et de l'élever.

J'ai passé un excellent moment avec ce roman agréable, à la limite du fantastique, qui est destiné aux lecteurs de 9 à 99 ans !

 

Dernier article pour le Dragon 2012 ! (en dehors des bilans que je vais publier). C'est une page qui se tourne... Également pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2012Animaux du monde, Jeunesse & young adults # 2Petit Bac 2013 (catégorie Animal), Tour du monde en 8 ans et  Voisins Voisines 2013 (Pologne).

ChallengeDragonSpecial Rentreelitt2012-1 AnimauxChallenge
Jeunesse2012-13 PetitBac2013 TourMonde8ans VoisinsVoisines2013

 

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -