Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 00:08

Enemigo.jpgEnemigo est un manga de Jirô Taniguchi et M.A.T. paru aux éditions Sakka-Casterman en juin 2012 (312 pages, 13,95 €, ISBN 978-2-203030114).

 

Jirô Taniguchi est auteur et dessinateur. Il est né le 12 août 1947 à Tottori, une ville sur la côte ouest du Japon célèbre pour ses dunes de sable. Passionné par la bande dessinée occidentale, il débute en 1970 et a publié de nombreuses œuvres depuis.

 

M.A.T. est co-auteur. Je n'ai pas trouvé d'infos...

 

Yûji Seshimo, le jeune PDG de la Seshimo, est enlevé alors qu'il inspectait des travaux de développement au Nascencio. Sa secrétaire, Gloria Robero, se rend à New York pour demander de l'aide au frère aîné, Kenichi Seshimo. Ancien du Vietnam devenu détective privé aux États-Unis, Kenichi est d'abord réticent.

Le Nascencio a vécu une révolution cinq ans auparavant : la dictature a été renversée et un régime socialiste a été mis en place. Mais il y a une guerre civile et dans le sud du pays, où il est possible de transformer la jungle en terres agricoles, le général Marquez fait sa guérilla.

Alors qui a fait enlever Yûji Seshimo ? Les guérilleros ? Les grands céréaliers de Chicago qui voient d'un mauvais œil une concurrence moins chère ? L'oncle Kazuma qui gère l'entreprise au Japon depuis l'enlèvement de son neveu ? Une organisation secrète de nostalgiques de la dictature ? C'est ce que va devoir découvrir Kenichi s'il veut délivrer son petit frère !

Kenichi et Little John, le molosse de Yûji, vont devoir s'enfoncer dans la jungle et affronter tous les dangers. Ils sont accompagnés de Gloria Robero et de Peter Jackobson, un pote du Vietnam devenu journaliste. Avant d'affronter les kidnappeurs, ils se réfugient dans un village protégé par le père Commono qui a participé à la révolution et qui a été excommunié pour agitation politique.

 

Enemigo est un manga vraiment différent de ce que propose Jirô Taniguchi habituellement : c'est un thriller ! Il est paru au Japon en 1985 et n'a été traduit que récemment en français.

Les chapitres sont intitulés en espagnol et le lecteur est tout de suite plongé dans la jungle du Nascencio ! Le Nascencio, un nom qui ressemble au mot « nation » je trouve, est un pays fictif d'Amérique du Sud et pourrait être n'importe quel pays ayant vécu une dictature, une révolution, une guerre civile et subissant une guérilla.

Les dessins déjà occidentalisés de Jirô Taniguchi sont précis, réalistes et la jungle est superbe.

Le récit est agréable et rythmé, mené de main de maître, en véritable thriller, avec rebondissements, trahison et action. De plus, il n'a pas vieilli depuis les années 80 et reste d'actualité.

Le chien tient une place importante, il est le garde du corps de Yûji mais gardait son bureau au moment de l'enlèvement. Kenichi et Little John vont devoir s'apprivoiser avant de « travailler » ensemble. Je crois que l'auteur aime beaucoup les chiens car j'en ai vu plusieurs dans son œuvre.

 

SurPagesJaponNov.jpg

 

Je suis contente de vous présenter un thriller différent pour le challenge Sur les pages du Japon puisque le thème de novembre est « policier ».

Je présente aussi ce manga dans les challenges Abécédaire du mangaphile (lettre E), Dragon 2012, Animaux du monde (pour le chien), ABC critiques 2012-2013 (lettre T), Le crime n'a pas de frontière (Asie), Thrillers et polars, Tour du monde en 8 ans (Japon).

ABCManga ChallengeDragonFeu ChallengeCrime
ABC2012-2013 ChallengeAnimaux ThrillersPolars TourMonde8ans

Partager cet article

Repost 0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 19:42

ClassicBD.jpgDernièrement je déplorais l'absence de challenge BD et j'étais prête à en créer un début de l'année prochaine puisque le Dragon 2012 se termine le 9 février 2013. Pas un sur les mangas car je me suis inscrite récemment à l'Abécédaire du mangaphile, mais un sur la bande dessinée, plutôt européenne (édit du 20 décembre : finalement j'ai créé un challenge sur les contes, Des contes à rendre !).

 

J'en ai rêvé, Yaneck l'a fait ! Voici le challenge Classic'BD fraîchement créé par Yaneck, le spécialiste BD des Chroniques de l'invisible.

 

Plus d'infos et inscription à ce challenge illimité  chez Yaneck.

 

Suite à des changements (plateforme, persos) et par manque de temps, Yaneck a malheuresement décidé d'arrêter ce challenge.

 

L'objectif me convient parfaitement : lire des classiques de la bande dessinée des années 40 aux années 80, les « pointures » comme le dit Yaneck, les « incontournables ».

 

Des exemples :

pour la franco-belge : Franquin, Hergé, Jacobs, Martin, Cauvin, Schuiten, Peeters, Morris, Goscinny, Uderzo, Charlier, Giraud/Moebius, Jijé, Peyo, Walthéry, Greg, Van Hamme, Rosinski, Pratt, Roba, Tardi, Tillieux, Gotlib, Cabu, Druillet, Paape, Quino, Graton, Bilal, Christin, Mézière, Jodorowsky...

pour les comics : Stan Lee, Ditko, Romita Sr, Kubert, Kirby, Carl Barks, Segar, Eisner, Moore, Gaiman, Miller, Spiegelmann, Watterson, Schulz, Crumb, Caniff...

et pour le manga : Hôjô, Matsumoto, Tezuka, Koike, Nakazawa, Toriyama, Ôtomo...

 

Les 4 niveaux

Schtroumpf alors ! = 5 lectures

M'enfin ! = 12 lectures

Kamehameha ! = 25 lectures

Un grand pouvoir... = 50 lectures.

 

Les 3 catégories (géographiques)

Flâneur = œuvres d'un seul genre (ex : franco-belge)

Routard = œuvres représentant deux grandes zones géographiques (ex : franco-belge et comics)

Globe-trotter = œuvres franco-belges ET manga ET comics.

 

Je vais être raisonnable parce que mon blog ne parle pas que de BD et m'inscrire en Schtroumpf alors ! et quand même essayer Globe-trotter, mais c'est juste pour le plaisir d'être Schtroumpf, après je passerai en Gaston Lagaffe M'enfin !, c'est sûr, et même plus ! C'est parti, mon kiki !

 

Les bandes dessinées lues pour ce challenge

1. Au bord de l'eau, présentation de l'éditeur Fei et du coffret (Chine).

2. Au bord de l'eau, 1 : Shi Jin, le Dragon-aux-Neuf-Tatouages, de Pu Wei, Gan Xu et Xidi Chao (Chine)

...

 

Syl de Thé, lectures et macarons a réalisé trois autres logos très beaux pour ce challenge :

BDYaneck1.jpg BDYaneck2.jpg BDYaneck3.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 04:58

ABCManga.jpgJe déplorais qu'il n'y ait plus de challenge bande dessinée et je découvre L'abécédaire du mangaphile créé par Addiction-books fin juillet.

 

Toutes les infos et inscription sur Addiction-books et sur la page FB du challenge.

 

L'objectif de ce challenge est de lire un manga pour chaque lettre de l'alphabet. Il court du 10 août 2012 au 10 août 2013.

 

Il y a 4 catégories (les lettres correspondent aux titres des mangas, par exemple A pour Angel heart, B pour Bleach, C pour Chobits, etc.) :

Magical Dorémi = de 0 à 10 lettres

Sakura = de 10 à 15 lettres

Sailor Moon = de 15 à 20 lettres

Ranma ½ = de 20 à 26 lettres

 

Et 4 autres catégories selon le nombre de livres lus :

Sangoku = de 0 à 10 livres lus

Naruto = 10 à 15 livres lus

Chi = 15 à 20 livres lus

Chii = 20 à 26 livres lus

 

Les deux catégories peuvent se cumuler.

 

C'est parti pour ce nouveau challenge qui j'espère attirera du monde parmi les lecteurs de manga !

 

Les mangas lus pour ce challenge

E comme Enemigo, de Jirô Taniguchi et M.AT.

G comme Genkaku Picasso - 1, d'Usamaru Furuya

R comme (Le) Rouge et le noir, de Stendhal en manga

 

 

10 août 2013 : le challenge se termine aujourd'hui et je n'ai lu que 3 mangas... Tant pis. Mais j'aurais voulu en lire plus.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans challenges & défis manga
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 05:07

AnjinSan.jpgCoupCoeurXXe.pngAnjin-san est un manga de George Akiyama paru aux éditions Le Lézard Noir en juin 2012 (463 pages, 25 €, ISBN 978-2-35348-040-1). Anjin-san (1982-1983) est traduit du japonais par Miyako Slocombe.

 

George Akiyama (ジョージ秋山) est né le 27 avril 1943 à Ashikaga (au nord de Tokyo, dans la préfecture de Tochigi). Son vrai nom est Yûji Akiyama. Il commence sa carrière en 1966. Plus d'infos sur http://www.george-akiyama.com/. Du même auteur : Jintarô, le caïd de Shinjuku (Le Lézard Noir, novembre 2011).

 

Anjin Onodera, c'est un petit bonhomme qui voyage avec son baluchon et qui, l'air de rien, rend service à ceux qu'il rencontre : une strip-teaseuse qui a glissé sous la pluie, une fillette qui attend seule ses parents toute la journée, une vieille femme qui l'arnaque en lui proposant le logis, une autre fillette malade... Un jour, dans une gare, Anjin-san retrouve par hasard un autre voyageur, Monsieur Kirihito, écrivain sans talent que sa femme a quitté.

 

Le thème est tout simple : ce petit bonhomme, chauve et d'un certain âge mais pas vieux et même très vif, rend en fait le sourire voire leur dignité aux personnes qu'il rencontre. Comment ? Dans sa grande sagesse, il les voit telles qu'elles sont et leur renvoie – comme un miroir – ce qu'elles ne voient pas ou plus.

« Le soleil couchant est immense. » (page 100). Le cœur d'Anjin-san est immense, je devrais plutôt dire son âme car Anjin-san, qui vole dans les airs avec son parapluie, est le petit-fils de Shakyamuni qui a 2 500 ans (page 131).

Chaque chapitre est une histoire indépendante mais il y a une réelle continuité et il vaut mieux les lire à la suite plutôt que dans le désordre. Anjin-san et Kirihito vont vivre plusieurs aventures empruntes de philosophie, certaines proches du conte comme La rascasse d'or ou de la légende comme La roche en forme de vagin et sa femme-serpent. Kirihito va mûrir et prendre une place de plus en plus importante, devant Anjin-san qui s'efface peu à peu.

En effet, dans la deuxième partie (dès la page 211), l'histoire change. Anjin-san est de retour dans son village natal, et même dans une auberge qui lui appartient, donc il ne voyage plus. Kirihito reste avec lui et rencontre Hinagiku, une amie d'Anjin-san. C'est une très belle jeune femme, une geisha qui refuse les avances de ses riches clients car elle cherche le véritable amour.

 

Les femmes sont dessinées vraiment grandes par rapport à Anjin-san, c'est parce qu'il a une haute estime d'elles, même de celles qui empruntent un mauvais chemin à un moment de leur vie, comme la prostitution ou la sorcellerie par exemple.

ChallengeDragonFeuLes dessins sont simples, réalistes, il y a quelques beaux paysages, quelques voluptés, et aussi des moments drôles avec du dessin proche du « chibi » comme Anjin-san horrifié page 166 ou qui fuit page 168.

(chibi : personnage petit, mignon, amusant).

 

Parmi mes histoires préférées : Les sanglots de l'ange (page 191) qui s'attache aux relations tendues entre une jeune femme et sa belle-mère, Le choix du mari de Suzume (page 271) dans laquelle l'amie de Hinagiku demande de l'aide pour choisir entre deux prétendants beaux et riches, L'enfant le plus heureux du village (page 347) avec le vieil homme qui ayant perdu son fils unique recherche depuis trente ans un enfant heureux.

 

De l'émotion, de l'humour, un peu de nostalgie, une pointe de fantastique, de l'amour, beaucoup d'amour, de la poésie, de la sérénité, ça fait du bien.

 

En fin de volume, une postface de Rémi Boyer et un entretien entre Shôhei Ônishi et George Akiyama. C'est écrit petit mais c'est très intéressant.

 

SurPagesJaponAout.jpg Une lecture qui entre dans les challenges Dragon 2012 et Sur les pages du Japon.


Vous pouvez lire 19 pages sur http://issuu.com/lelezardnoir/docs/anjin_lesombres, consulter la page 31 sur Le mardi sur son 31 # 19 et voici une vidéo :


Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 05:31

LetterBee1.jpgLetter Bee (tome 1) est un manga d'Asada Hiroyuki paru aux éditions Kana en juillet 2009 (192 pages, 6,85 €, ISBN 978-2-505005940). Tegami bachi  テガミバチ (2006) est traduit du japonais.

 

Asada Hiroyuki 浅田 弘幸 est né le 15 février 1968 à Yokohama (Japon). Du même auteur : I'll (14 tomes). Plus d'infos sur http://www.asadahiroyuki.com/.

 

Sur une planète inconnue, dans les territoires d'Amberground, des fonctionnaires appelés « Letter Bees » distribuent des lettres et des paquets.

Selon leur classe sociale, les habitants vivent dans une des trois régions d'Amberground :

- Akatsuki la capitale est réservée aux privilégiés et bénéficie d'un soleil artificiel,

- Yûsari est réservée aux classes moyennes,

- Yodaka aux classes sociales défavorisées.

Dans la région de Yodaka, au sud, un jeune Letter Bee, Gauche Suede, 18 ans, et son dingo (partenaire) Roda vont relever une boîte aux lettres. Mais le colis à transporter est un garçon de 7 ans, Lag Seeing ! Sa mère, Anne Seeing, a été enlevée et emmenée à Akatsuki.

L'enfant est désemparé, il ne comprend pas que sa mère ait pu l'abandonner et l'ait adressé à une certaine Sabrina Mary à Campbell Litus, une ville portuaire à l'extrême sud de Yodaka.

La route est longue, il y a de dangereux insectarmures qu'il n'est possible de tuer qu'avec des balles-cœur.

Cinq ans après, Lag veut devenir Letter Bee et revoir Gauche. Accompagné de son dingo, Niche, il rencontre une fillette qui ne peut être livrée car elle n'est pas assez affranchie...

 

Je n'ai pour l'instant lu que ce premier tome mais, au Japon, la série – publiée par Shûeisha – est en cours avec déjà 14 tomes parus. Il y a aussi une série d'animation de 25 épisodes réalisés par le studio Pierrot (vidéo ci-dessous). Plus d'infos sur le site officiel, http://www.tegamibachi.com/.

 

J'ai bien aimé ce tome 1 : les dessins sont charmants, l'histoire est originale, le monde créé par l'auteur est intéressant, il y a de l'action, du fantastique et de l'humour. Du coup je suis partante pour lire la suite.

Ce shônen (manga d'action pour garçons, mais il n'y a pas de raison, les filles aimeront aussi !) est classé en aventure, fantasy, steampunk et comédie : de quoi plaire à un lectorat varié et curieux.

 

Une lecture pour Sur les pages du Japon puisque le thème de juillet est le manga et pour Dragon 2012.

SurPagesJaponJuillet.jpg

Partager cet article

Repost 0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 23:01

CatStreet1.jpgCat Street est un manga de Yoko Kamio paru aux éditions Kana.

 

Yoko Kamio est née le 29 juin 1966 à Tokyo (Japon). Son œuvre la plus connue est Hana yori dango (37 tomes !).


Tome 1 – septembre 2010. Japon, Shueisha, 2004

À l'âge de 3 ans, Keito Aoyama a commencé les cours de danse et à 5 ans, elle est devenue une enfant star, poussée par sa mère. Après un casting réussi, tout s'est enchaîné, une pub, du travail et encore du travail, pour faire plaisir à ses parents, jusqu'au rôle principal dans une comédie musicale, en alternance avec Nako Sonoda (ah... Enfin une amie !). Mais la représentation ne s'est pas passée comme prévu et Keito est redevenue « une simple petite fille de 9 ans ».

Elle a maintenant 16 ans et ne fait plus rien de sa vie, au grand dam de sa jeune sœur, Chiko. Elle est considérée comme une Hikikomori (repli sur soi-même, refus de sortir, impossibilité de se faire des amis).
Mais un jour, elle rencontre un homme bizarre qui l'emmène voir une « école active », El Liston (« lieu de promenade »).
Puis elle revoit Taiyô Harasawa, un garçon qui était dans sa classe en CM1, et qui était le seul enfant à bien s'entendre avec elle. Il avait un rêve, le foot, et il était entouré d'amis.

CatStreet2.jpgEt lie connaissance avec Rei Saeki, un jeune qui fréquente El Liston et qui la convainc de s'y inscrire.

Keito veut devenir une fille normale, et même mieux : elle veut avoir un rêve.

Un humour simple : quand elle entend QI, Keito pense cui !

Faire face à la trahison, retrouver une vie normale, se faire de nouveaux amis, leur accorder sa confiance : voici les thèmes abordés dans cet agréable manga. Pour se trouver un rêve et s'ouvrir aux autres.


Tome 2 – septembre 2010. Japon, Shueisha, 2004

À El Liston, Keito est devenue amie avec Rei (un ancien joueur de foot), Kôichi Mine (un génie de l'informatique au QI de 200) et Momiji Noda (qui veut devenir styliste). Elle réapprend enfin à vivre normalement, à dire bonjour, merci, à manger avec d'autres personnes. Surtout elle observe et comprend les comportements et les inquiétudes des autres.

De plus, elle se sent attirée par Taiyô mais Hirano, une autre fille est amoureuse de lui...

Découvrir l'amitié, l'amour, les passions des autres ; devoir se confronter à une rivale sont parmi les thèmes de ce deuxième tome.

Pourquoi Cat Street ? « Nous sommes tous des chats errants » (fin du tome 1) et aussi parce que l'auteur croise tout le temps des chats errants près de chez elle (encart du tome 2).

 

PALsechesJ'ai vraiment envie de lire les tomes suivants car cette série shôjo (pour filles) est très agréable et il n'y a que 8 tomes.

 

Encore deux bandes dessinées pour le challenge PAL sèches de Mo'.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans bande dessinée manga shôjo
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 06:28

PasUnHomme1.jpgJe ne suis pas un homme est un manga d'Usamaru FURUYA dont le tome 1 est paru aux éditions Casterman le 11 mai 2011 dans la collection Univers d'auteurs (256 pages, 18 €, ISBN 978-2-203038790). Ningen shikkaku  (人間失格) est traduit du japonais par Patrick Honoré.

 

Je remercie Babelio de m'avoir envoyé cette bande dessinée japonaise dans le cadre de Masse critique BD. Elle faisait partie des 6 BD que j'avais cochées (parmi une centaine !) : 3 bandes dessinées et 3 mangas.

 

Usumaru Furuya (古屋兎丸) est né le 25 janvier 1968 à Tôkyô. Il est diplômé de l'Université des Beaux-Arts Tama où il a étudié la peinture à l'huile mais aussi la sculpture et la danse Butô. En 1994, son premier manga Palepoli est publié dans la revue Garo (manga d'auteurs).

Tous ses mangas ne sont pas encore traduits en français ; La musique de Marie (2 tomes) et Le cercle du suicide (1 tome) sont parus aux éditions Casterman, et Tôkyô magnitude 8 (5 tomes) aux éditions Panini.

 

C'est en cherchant une idée de bande dessinée sur Internet que le mangaka Usamaru Furuya tombe sur la page perso de Yôzô Ôba. Il y a trois photos ce ce jeune homme qui poussent à réfléchir : une à l'âge de 6 ans en famille où il se force à sourire (« le méchant sourire forcé du gamin »), une à 17 ans où il apparaît beau gosse, et une à 25 ans où il ressemble à un vieil homme ou même à un zombie. Le mangaka est intéressé et ne peut s'empêcher de lire l'histoire du jeune homme.

« Il y a eu trop de honte dans ma vie ».

Yôzô Ôba est beau, bon élève et il fait rire tout le monde, mais pour plaire à tout le monde justement, il se force à être un bouffon et il en souffre.

« Cela faisait dix-sept ans que je faisais ce qu'il faut pour être un bouffon ».

« Je faisais des blagues débiles et on me prenait pour un mec cool ».

« Personne n'aime ceux qui ont l'air trop parfaits. Il faut savoir se dévaloriser pour être aimé... ».

Ayant quitté le giron familial, il vit seul à 17 ans dans un appartement chic de Roppongi à Tôkyô. Il poursuit ses études et s'est inscrit en parallèle aux Beaux-Arts. Mais il va y rencontrer Masao Horiki, 18 ans, qui va l'entraîner sur la mauvaise pente...

 

Yôzô Ôba a tout pour être heureux, il est beau, bon élève, né dans une famille aisée, mais il pense qu'il sera détesté alors il « joue » puis se sent manipulé comme une marionnette (on voit ça sur la couverture). Au lieu de prendre sa vie en main et de réussir (mais il ne veut pas réussir comme son père), il va se laisser entraîner avec un immense plaisir et sombrer...

Les dessins d'Usamaru Furuya sont d'un grand réalisme et sombres à souhait : j'ai été happée par cette histoire et je lirai sûrement le roman d'Osamu DAZAI car Je ne suis pas un homme est l'adaptation de La déchéance d'un homme d'Osamu DAZAI (19 juin 1909–13 juin 1948), auteur japonais fantaisiste et pessimiste. Ce roman est paru en 1948 et on se rend compte qu'un peu plus de 60 ans après, cette histoire est toujours d'actualité : il est si facile de succomber à ses travers et de toucher le fonds sans pouvoir/vouloir remonter.

 J'ai hâte de lire le tome 2 de ce diptyque (il paraîtra en septembre 2011) pour connaître la fin de l'histoire.PALseches

 

PS : J'ai oublié de dire que c'était la dernière bande dessinée que je présentais pour le challenge PAL sèches de Mo' (mais le Japon y était déjà représenté).

Partager cet article

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 00:35

Pour le défi BD sur les 5 continents, je devais lire une bande dessinée asiatique, que je présente du coup dans le challenge BD PAL sèches de Mo' pour le Japon, dans le Women BD puisque l'auteur est une dessinatrice/scénariste, et dans le challenge Rire et humour (parce que c'est drôle).

BullesBD PALseches WomenBD1 RireHumour

 

AimeSushis1.jpg 

J'ai lu le premier tome de la série J'aime les sushis (ミックスベジタブル Mikkusu bejitaburu ou Mixed vegetables) d'Ayumi Komura qui est paru aux éditions Delcourt en septembre 2010 (197 pages, 6,25 €, ISBN 978-2-7560-2173-7).

 

Ayumi Komura (あゆみ 小村) est née un 15 janvier à Kagoshima et, au Japon, ses œuvres sont d'abord publiées dans Margaret (un magazine de prépublication) avant de paraître aux éditions Shueisha. J'aime les sushis est son premier manga traduit en France.

 

L'action se déroule au Lycée professionnel Oikawa en section cuisine.

Hanayu Ashitaba est une adolescente de 15 ans dont les parents sont de grands pâtissiers (Pâtisserie Ashitaba) mais elle rêve de devenir maître-sushi.

Hayato Hyûga, lui a un père maître-sushi (Sushidokoro Hyûga) mais il rêve d'être un grand pâtissier.

Aucun des deux ne connaît le rêve de l'autre, mais Hanayu pense que si elle sort avec l'adolescent, ce serait l'idéal pour accéder à son rêve.

De son côté, Hayato semble timide mais amoureux de Hanayu.

Mais l'adolescente s'inquiète : n'est-ce pas de la lâcheté de profiter comme ça d'une relation ? Et si elle était réellement amoureuse de Hayato ?

 

C'est mignon comme tout ! Ce manga shôjo (plutôt pour les filles) est une réussite, bien raconté, drôle, avec des personnages et des décors dessinés de façon simple (avec des détails là où il faut en particulier sur la nourriture). La couverture est très belle (et celles des tomes suivants aussi). Bon, peut-être qu'il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome, mais on fait connaissance avec les personnages ; on voit les couteaux, les sushis, les pâtisseries, ça fait envie ! Et puis, il va sûrement se passer plein de choses dans les prochains tomes de cette comédie culinaire (j'espère !). Il y a 8 tomes en tout dans cette série (ce qui est raisonnable) et déjà 3 parus en France (en fait le tome 4 paraîtra le 9 mars). Pour vous faire une idée plus précise, vous pouvez lire les 25 premières pages sur http://www.akata.fr/prepublication/jaime-les-sushis/.

Je devrais présenter des mangas plus souvent, non ?

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 23:07

GrimmsManga.jpgGrimms manga est un recueil de cinq contes de Jacob et Wilhelm Grimm adaptés et dessinés par la mangaka Kei Ishiyama. Il est paru aux éditions Pika en novembre 2009 et contient 167 pages de manga dont 4 en couleur plus 56 pages des contes originaux (9,90 €, ISBN 978-2-8116-0155-3).

 

Dans le cadre du Challenge BD de Mr Zombi, je me suis engagée à lire au moins un manga et j'ai eu l'occasion de lire Grimms manga, mais lorsque j'ai vu qu'il y avait aussi les textes des frères Grimm, je me suis dit que ça ferait un bon classique pour J'aime les classiques de juillet en espérant que Marie n'y verra pas d'inconvénient.

 

Jacob (1785-1863) et Wilhelm (1786-1859) Grimm sont les deux aînés d'une famille de Hanau (Allemagne) qui eut neuf enfants. Ils ont très tôt recueilli des contes allemands mais aussi nordiques en particulier danois. Les cinq contes qui suivent ont été publiés dans Contes de l'enfance et du foyer (deux recueils, 1812 et 1815). Pour ceux qui lisent l'allemand, les contes de Kinder und Haus-Märchen sont en ligne sur http://de.wikisource.org/wiki/Kinder-_und_Hausmärchen. Sur Grimmstories.com, de nombreux contes (dont Hansel et Gretel, et Raiponce) sont disponibles en français, anglais, allemand, espagnol, néerlandais, italien et danois. Vous trouverez l'intégrale des Contes de l'enfance et du foyer dans l'édition de José Corti parue en mai 2009 (1100 pages, 2 volumes, 50 €, ISBN 978-2714310002).

 

ContesGrimm.jpgLe petit Chaperon rouge

Conte : Une fillette est envoyée par sa maman dans la forêt pour donner à manger et à boire à sa grand-mère seule et malade. Mais le petit Chaperon rouge rencontre un loup qui veut dévorer à la fois la grand-mère et la fillette.

Manga : Histoire totalement différente puisque le loup est ici un garçon-loup qui va demander la fillette en mariage !

 

Raiponce

Conte : Un couple qui a du mal à avoir un enfant est contraint de laisser sa fille à peine née à la sorcière qui a donné des raiponces de son jardin. La vieille femme enferme Raiponce dans une tour et y accède grâce aux cheveux que la jeune fille envoit par la fenêtre. Mais un jour, un jeune prince entend Raiponce chanter et en tombe amoureux.

Manga : Histoire adaptée puisque c'est l'inverse, le bébé enlevé par la sorcière est un garçon et c'est Éva, une paysanne qui entend le chant de Raiponce et en tombe amoureuse.

 

Hansel et Gretel

Conte : Hansel et Gretel sont abandonnés dans la forêt par leur père et leur marâtre. En essayant de touver leur chemin, ils sont attirés par une maison en confiserie où habite une sorcière qui veut les engraisser pour les manger.

Manga : Histoire adaptée avec un Hansel narcissique et une femme cruelle mais belle, fascinée par la beauté du garçon, puis par le courage de sa petite sœur.

 

Les douze chasseurs

Conte : Un fils de roi a promis à son père mourant d'épouser la princesse que le vieil homme a choisie pour lui. Il quitte donc la jeune fille dont il est amoureux mais celle-ci trouve un subterfuge pour être près de son bien-aimé : elle et onze jeunes filles se déguisent et deviennent les chasseurs du nouveau roi. Le lion du roi, « un animal étrange qui avait connaissance de toutes choses cachées et secrètes » prévient le roi du subterfuge mais le jeune homme ne croit pas son animal.

Manga : Le prince Maximilien est à la chasse avec sa bien-aimée, la princesse Christina, et l'aigle Fabian, lorsqu'il est appelé en urgence auprès du roi. Il promet à son père mourant d'épouser la femme qu'il lui a choisie et quitte Christina. Mais celle-ci se déguise en chasseur et se fait appeler Christian. Le chat Bastien qui devine tout et dit la vérité essaie de prévenir son maître en vain.

 

Les deux frères

Conte : « Il était une fois deux frères, l'un riche et l'autre pauvre ». Le riche est mauvais et le pauvre est bon mais il doit abandonner ses deux fils car ils ont mangé chacun un petit morceau de l'oiseau d'or de son riche frère. Les deux garçons sont recueillis par un chasseur, puis partent à l'aventure. Ils se retrouvent chacun avec un lièvre, un renard, un loup, un ours et un lion et se séparent. Un des deux frères tue un dragon et se prépare à épouser la fille du roi mais il est changé en pierre par un maléfique maréchal. Un an plus tard, l'autre frère arrive dans la même ville et découvre la vérité.

Manga (en deux parties) : Walter et Volker sont deux frères jumeaux tumultueux. L'histoire se déroule un peu différemment du conte, mais ils sont bien accompagnés des mêmes animaux. Walter tue le dragon et se réjouit d'épouser la princesse Anna, lorsque le ministre Gottlos le transforme en pierre et prend sa place. Heureusement Volker et les animaux vont le libérer et rétablir la vérité.

 

Tout le monde (ou presque) a déjà lu des contes, de Grimm, ou d'autres auteurs, mais il est vraiment agréable de les relire et de les comprendre en tant qu'adultes car de nombreuses choses échappent aux enfants ! En fait, on sait qu'il y a plusieurs niveaux de lecture dans les contes (des études ont été menées et des livres ont été rédigés comme L'envers des contes de René-Lucien Rousseau ou Ce que disent les contes de Luda Schnitzer).

Une mère qui envoie sa fille en pleine forêt à la merci de mauvaises rencontres (il a bon dos le loup, rappelez-vous Le roman du loup, de Claude-Marie Vadrot !), des parents qui laissent une sorcière prendre leur nouveau-né, d'autres parents qui abandonnent des enfants dans la forêt car ils ne peuvent plus les nourrir, un jeune homme qui pour obéir à son père quitte lâchement sa bien-aimée, etc. Les loups, les forêts, les sorcières, les maléfices, tant de choses qui font peur et qui sont utilisées pour montrer l'indigence des parents, la faiblesse, la lâcheté, la cruauté, etc.

Des histoires à méditer donc...

D'ailleurs, je vais sûrement relire d'autres contes car c'est quand même toujours un véritable émerveillement !

 

Challenge-BDJaimelesClassiquesC'est la douzième bande dessinée que je présente dans le cadre du Challenge BD de Mr Zombi et c'est aussi mon classique pour J'aime les classiques de juillet.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans bande dessinée manga conte
commenter cet article

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -