Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 07:25

Le chant des esprits est un roman de Sarah Lark paru aux éditions L'Archipel le 20 août 2014 (570 pages, 23,95 €, ISBN 978-2-8098-1552-8). Das Lied der Maori (2008) est traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès.

 

Je remercie Pauline et les éditions de L'Archipel ; je ne m'attendais pas à recevoir la suite de Le pays du nuage blanc, de Sarah Lark et ça m'a fait une belle surprise !

 

Sarah Lark est née le 1er janvier 1958 à Bochum (Allemagne). Sous son vrai nom, Christiane Gohl, elle a écrit des romans jeunesse sur les chevaux, en particulier les séries Sophie, Julia et Reitschule Silberhuf. Elle utilise aussi les pseudonymes Ricarda Jordan et Elisabeth Rotenberg. Elle vit en Espagne dans une ferme où elle élève des chevaux.

 

Quelle joie de retrouver Gwyneira McKenzie-Warden et Hélène O'Keefe quarante ans après leur départ d'Angleterre (c'était en 1852) ! Mais ce deuxième tome est plus axé sur leurs petites-filles.

Elaine est la petite-fille d'Hélène O'Keefe. Elle a 16 ans et vit à Queenstown. Elle aide son père au magasin et sa mère à l'hôtel. Or, un nouveau client est arrivé : William Martyn, un Irlandais du Conemara.

« La Nouvelle-Zélande est un paradis pour les gens entreprenants. » (page 20).

Kura est la petite-fille de Gwyn. Elle a 15 ans. Fille de Marama, une Maorie, et de Paul Warden, elle est métis et très belle. Et, même si Gwyn et James ont eu un fils, Jack, maintenant 13 ans, Kura est l'héritière de Kiward Station (près de Christchurch). Mais elle se fiche de la propriété, elle veut devenir chanteuse d'opéra !

En décembre 1893, Kura et William se marient à Kiward Station. Quelques mois après, Elaine épouse Thomas Sideblossom, fils unique de John Sideblossom (qui avait voulu violer Fleurette, voir le tome 1) et se rend avec son époux à Lionel Station.

Mais les choses ne vont pas se passer comme le rêvaient les deux cousines…

 

Quelques extraits

« Diable, miss Heather, c'est un bébé, pas une poupée ! La tête n'est pas vissée, il faut la soutenir. Et l'enfant ne vous mordra pas si vous la posez sur votre épaule. Il ne risque pas non plus d'exploser, ce n'est pas la peine de le tenir comme un bâton de dynamite. » (page 220).

« […] la vie d'une prostituée n'avait rien d'enviable, et celle d'une épouse encore moins. » (page 318).

« Elle prit une profonde inspiration. – Je ne suis pas Lainie Keefer, originaire d'Auckland, mais Elaine O'Keefe, de Queenstown. J'étais mariée à Thomas Sideblossom, de Lionel Station. Et je l'ai tué d'un coup de feu. » (page 466).

 

Très intéressant ce tome ! J'y ai appris beaucoup de choses sur la culture maorie, en particulier sur le haka (chant), sur les mines et le nouveau métier de représentant de commerce (William vend des machines à coudre Singer, une petite révolution pour les femmes, blanches ou maories).

J'ai bien apprécié Timothy (Tim) Lambert et Caleb Biller, chacun héritier des mines de leur père.

Ce chant des esprits m'a, comme Le pays du nuage blanc, transportée, j'étais en Nouvelle-Zélande et difficile d'en revenir (de lâcher le livre) !

« […] elle prit plaisir à contempler les Alpes et enfin les vignobles dominant la ville. » (page 522). J'ai relevé cette phrase parce que le même jour, j'ai goûté un vin néo-zélandais !

De l'histoire, de l'action, du romanesque, tout ce qu'il faut pour faire une belle saga avec des personnages hauts en couleur et la découverte de la culture maorie.

 

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2014, XIXe siècle (se déroule en 1893-1894) et pour l'Allemagne : Tour du monde en 8 ans, L'Union européenne en 28 livres, Voisins voisines.

 

Partager cet article

Repost 0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 03:43

Le pays du nuage blanc est un roman de Sarah Lark paru aux éditions L'Archipel le 27 août 2013 (643 pages, 23,95 €, ISBN 978-2-8098-1236-7). Im Land der weissen Wolke (2007) est traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès.

 

Je remercie Pauline et les éditions L'Archipel pour ce très beau roman !

 

Sarah Lark est née le 1er janvier 1958 à Bochum (Allemagne). Sous son vrai nom, Christiane Gohl, elle a écrit des romans jeunesse sur les chevaux, en particulier les séries Sophie, Julia et Reitschule Silberhuf. Elle utilise aussi les pseudonymes Ricarda Jordan et Elisabeth Rotenberg. Elle vit en Espagne dans une ferme où elle élève des chevaux.

 

Hélène Davenport est fille de pasteur. Sa mère étant morte lorsqu'elle avait 12 ans, elle a élevé ses deux frères (maintenant étudiants) et sa jeune sœur (maintenant mariée). Comme elle sait lire et qu'elle a une belle écriture, elle a été embauchée à Londres comme préceptrice chez Lucinda et Robert Greenwood. Leurs deux fils, Georges, 16 ans, et William, 11 ans, ne sont pas des lumières. Georges apprend un minimum mais William est trop gâté par sa mère. « Le garçon doit s'habituer à ce que la vie n'ait pas d'égards pour ceux qui échouent, disait-il [leur père] avec sévérité. Il faut qu'il apprenne à perdre, c'est uniquement ainsi qu'il finira par vaincre ! » (page 15).

Hélène, qui a bientôt 30 ans et qui est toujours célibataire, a remarqué une petite annonce sur le journal de la paroisse. « Ah, vraiment ? Vous songez à émigrer ? s'enquit Robert Greenwood avec flegme, puis, avec un sourire : Dans ce cas, la Nouvelle-Zélande est un bon choix. Ni chaleur excessive, ni marais générateurs de malaria comme en Inde. Pas non plus d'indigènes sanguinaires comme en Amérique. Pas de rejetons d'anciens criminels comme en Australie... » (page 16).

Pendant ce temps-là, au Pays de Galles, chez les Silkham, Lord Terence perd aux cartes contre son invité, Gérald Warden, le « baron des moutons », venu acheter des moutons, des chiens et... une noble épouse pour son fils unique, Lucas. « Nos Maoris sont généralement pacifiques. Un peuple étrange... fataliste et facile à contenter. Ils chantent, dansent, taillent le bois et ne fabriquent pour ainsi dire pas d'armes. » (page 34). Warden repart ainsi sur le Dublin avec Gwyneira, 17 ans, sa chienne Cléopâtre et sa jument Igraine. Gwyn épousera Lucas Warden et devra donner un héritier aux Warden.

De son côté, Hélène embarque aussi sur le Dublin avec des orphelines (Rosemarie, Dorothée, Daphnée, Élisabeth, les jumelles Laurie et Marie) qui vont être placées comme bonnes dans des familles en Nouvelle-Zélande (elles ne vont pas toutes avoir de la chance... le lecteur les suivra aussi de loin en loin).

Les deux jeunes femmes, bien que voyageant dans des classes différentes, vont se rencontrer à l'embarquement et se lier d'amitié. Une amitié qui va continuer malgré la haine que se portent Gérald Warden (beau-père de Gwyn) et Howard O'Keefe (époux d'Hélène). « Rompre le contact avec Hélène ? Et puis quoi encore ? La jeune femme était sur le navire la seule avec qui elle pouvait parler librement et sans crainte. En dépit de leurs différences d'origine sociale et de goûts, elles devenaient des amies de plus en plus intimes. » (page 94).

À l'arrivée, Gwyn et Hélène doivent quand même se séparer...

Gwyn part immédiatement avec Gérald dans les Canterbury Plains pour Kiward Station. Elle fera un beau mariage avec Lucas mais elle ne pourra pas inviter Hélène et l'enfant qui tardait à venir énormément sera une fille, Fleurette, mettant le vieux Warden en colère. Heureusement Gwyn a Cléo et Igraine et un ami, le chef d'équipe des bergers, James McKenzie, car, contrairement à Lucas, elle aime travailler avec les moutons et les chiens.

Hélène restée à Christchurch, chez les Baldwyn (pas très accueillants), attend Howard O'Keefe qui n'est pas comme elle l'espérait mais qu'elle épousera quand même et qu'elle suivra dans les Canterbury Plains près de Haldon. La vie est rude et isolée mais Hélène va s'organiser. Elle donnera à O'Keefe un unique fils, Ruben, et enseignera aux enfants maoris : Reti et Rongo qui aident à la ferme seront les premiers à apprendre à lire et à écrire. « Étudier magie nous aussi ! déclara un garçon avec beaucoup de sérieux, et Hélène couvrit d'autres feuilles de papier de prénoms étranges, comme Ngapini et Wiramu. » (page 214).

 

J'ai planté les personnages principaux et le décor alors je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir, en lisant vous-mêmes ce roman, la Nouvelle-Zélande ! Ses habitants (ceux d'origine, les Maoris, avec leur vie simple et saine, leurs traditions, leur culture et ceux nouvellement arrivés, les Blancs, le plus souvent des Anglais, avec leur idée de supériorité et leur volonté de s'approprier les terres), sa faune et sa flore (très importantes), ses moutons, ses chiens de berger et ses chevaux (parfois venus de Grande-Bretagne), ses grands espaces, ses montagnes, ses fermes en rondins et ses petites villes toutes de bois construites, ses commerces naissants.

Ce roman grandiose – qui se déroule dans la deuxième moitié du XIXe siècle (de 1852 à 1877) – est romanesque mais jamais mièvre, il est écrit très intelligemment et décrit parfaitement les personnages, et même les animaux, leurs relations, leurs pensées, leurs modes de vie. Il y a de l'aventure bien sûr, des découvertes, des rencontres, des retrouvailles, de l'amour mais aussi de la haine, un peu de bonheur et beaucoup de désillusions et de peine.

J'ai lu que Le pays du nuage blanc est le premier tome d'une sage maorie alors va-t-on retrouver les mêmes personnages dans le tome suivant ou est-ce que ce sera une autre histoire dans un autre lieu avec d'autres Maoris et d'autres colonisateurs ?

Deux choses m'ont horrifiée : la chasse à la baleine (horrible...) et les « chasseurs » de bébés phoques (tu parles, pas besoin de les chasser, ces bébés innocents sont couchés près de leur maman et il suffit de les assommer fortement avec un gourdin pour les enlever au milieu des cris et du sang, abominable...).

 

Vous vous demandez sûrement pourquoi « le pays du nuage blanc » ?

Après cent-quatre jours de voyage, le Dublin arrive en Nouvelle-Zélande. « Alertés par les sirènes, les passagers, en quelques secondes, se retrouvèrent sur le pont. […] que des nuages. La vue était masquée par ce qui ressemblait à une longue couche de ouate blanche. […] Peu à peu seulement, des montagnes se dessinèrent dans la brume, des falaises escarpées derrière lesquelles s'accumulaient d'autres nuages. Le spectacle était étrange, on aurait dit que les montagnes flottaient dans une masse cotonneuse, blanche et lumineuse. » (page 103) « D'où le nom de la Nouvelle-Zélande dans la langue maorie : Aotearoa, le pays du long nuage blanc. » (page 104). « Une étendue quasi infinie de pâturages. […] tout était plus clair, plus grand, plus vaste. » (page 113).

J'imagine le spectacle magnifique, vraiment à la lecture de ce roman, j'étais plongée dans un autre monde et j'avais bien du mal à m'en sortir, c'était comme si j'étais en Nouvelle-Zélande et qu'il fallait tout à coup que je revienne ici !

 

Ma phrase préférée

« Une chose entraîne l'autre, et cela n'a pas de fin. » (page 638).

 

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire 2013 (c'est mon premier roman de cette rentrée littéraire !), Cercle de lecture de Tête de Litote (pavé de l'été de plus de 350 pages), Des livres et des îles (Nouvelle-Zélande), Petit Bac 2013 (catégorie Phénomène météorologique), Tour du monde en 8 ans (Allemagne), Victorien (ça se déroule de 1852 à 1877, dans l'Angleterre victorienne et dans la Nouvelle-Zélande assujettie à la couronne anglaise) et Voisins voisines (Allemagne).

 

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -