Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:21

L'affaire des pièces volées est le premier tome de Maisie Hitchins, la nouvelle série de Holly Webb. Il est paru aux éditions Flammarion – Castor Poche le 18 juin 2014 (159 pages, 7,10 €, ISBN 978-2-0813-0832-9) et il est illustré par Marion Lindsay. Maisie Hitchins – The case of the stolen sixpence (2013) est traduit de l'anglais par Faustina Fiore.

 

Je remercie Brigitte et les éditions Flammarion pour cet agréable roman jeunesse.

 

Je ne présente plus l'Anglaise Holly Webb qui est déjà sur ce blog avec ses deux séries pour la jeunesse Rose (pré-ados) et Lily (ados). Plus d'infos sur son site officiel, http://www.holly-webb.com/, avec déjà son nouveau roman, Maya's secret !

 

Marion Lindsay est l'illustratrice. Elle vit à Cambridge au nord de Londres. Plus d'infos sur http://www.marionlindsay.co.uk/ et sur http://marionlindsayillustration.wordpress.com/.

 

Maisie Hitchins, presque dix ans, vit chez sa grand-mère, propriétaire d'une pension au 31 rue Albion à Londres.

Maisie est fascinée par les policiers, en particulier par le célèbre détective Gilbert Carrington qui vit pas loin de chez elle. De plus, Sarah-Ann, la jeune employée de maison de sa grand-mère, est fiancée à un agent de police.

« Ce doit être formidable, se dit Maisie. Suivre des empreintes, trouver des indices, pourchasser des criminels... » (page 10).

Un soir, en rentrant avec du poisson, Maisie sauve un chiot que quelqu'un a voulu noyer et, bien que sa grand-mère ne veuille pas d'animal dans la maison, elle le ramène en cachette et l'installe dans sa chambre au sous-sol.

« Peut-être que tu me sauveras la vie, un jour. Tu pourrais être mon fidèle assistant. Je crois que je vais t'appeler Eddie... » (page 25).

Le rêve d'enquêter de Maisie va se réaliser doublement : elle doit trouver qui a essayé de noyer Eddie et qui a volé les piècettes du boucher, Monsieur Harrowby, car elle est persuadée que George, le livreur à bicyclette, est innocent.

« Elle avait deux mystères à résoudre... » (page 76).

Maisie Hitchins – L'affaire des pièces volées, de Holly Webb

Maisie est une héroïne attachante, travailleuse (même si elle aime bien rêver) et honnête. Elle a un petit côté Wilma Tenderfoot : héroïne d'une autre romancière anglaise, Emma Kennedy, qui souhaite aussi devenir détective et qui a aussi recueilli un chien. Mais il n'y a pas de magicien et de magie dans Maisie Hitchins : on est dans Londres au XIXe siècle et la fillette a arrêté l'école pour aider sa grand-mère à la pension de famille (ménage, commissions, aide en cuisine). Maisie a-t-elle perdu ses parents ? On ne le sait pas et elle n'en parle pas mais on apprend qu'elle a une grand-tante dans le Devon (page 149).

Pour Maisie et son amie Alice, qui vient prendre des cours de français auprès de Madame Lorimer, au deuxième étage, le fait de vouloir noyer un chiot est un comportement horrible même si Maisie se doute bien que ce genre de choses arrivent sûrement souvent...

Quant à George, il doit absolument prouver son innocence et récupérer son emploi car il doit nourrir sa mère et son petit frère. C'est vraiment une question de survie pour lui et sa famille depuis que son père est mort. Il en est de même pour Sally, l'employée de la boucherie : elle travaille pour faire vivre sa mère et sa petite sœur malade.

Avec Mademoiselle Lottie Lane, la locataire du troisième étage, comédienne de théâtre, qui apprend à Maisie à se maquiller et à se déguiser (en garçon, en vieille femme) et le professeur Tobin, le nouveau locataire du premier étage, qui offre à Maisie une loupe, il y a de jolis clins d'œil à Sherlock Holmes !

 

Maisie Hitchins est une nouvelle série bien agréable à lire, avec une belle galerie de personnages, tous différents, un chiot tout mignon, de jolies illustrations et une pointe d'humour. Cette série permet aux plus jeunes (à partir de 9 ans) de découvrir Londres et la vie au XIXe siècle, une période durant laquelle beaucoup d'enfants n'allaient pas à l'école, devaient travailler (souvent pour subvenir aux besoins de leur famille) et parfois étaient maltraités, livrés à eux-mêmes ou injustement accusés.

 

J'ai hâte de lire les autres titres de Maisie Hitchins ! Un deuxième tome est annoncé en France en octobre 2014 mais d'autres sont déjà parus en Angleterre : The case of the vanishing emerald (mai 2013, en même temps que le premier tome), The case of the phantom cat (août 2013), The case of the feathered mask (février 2014) et The case of the secret tunnel (mai 2014). Apparemment Maisie va devenir une vraie détective !

 

Enfin une lecture pour le Mois anglais avant qu'il ne se termine ! Et aussi pour les challenges Animaux du monde (pour Eddie, le chiot), God save the livre – édition 2014, Jeunesse & young adults # 3, Le mélange des genres (roman jeunesse), Petit Bac 2014 (catégorie Objet pour les pièces de monnaie) et bien sûr XIXe siècle.

 

Partager cet article

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:34

L'éléphant du magicien est un roman de Kate DiCamillo paru aux éditions Tourbillon en janvier 2010 (252 pages, 12,10 €, ISBN 978-2-84801-521-7). The magician's elephant (2009) est traduit de l'américain par Sidonie Van den Dries et illustré par Yoko Tanaka.

 

Kate DiCamillo est née le 25 mars 1964 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis). Elle est auteur de livres pour la jeunesse. Elle vit à Minneapolis (Minnesota, États-Unis).

Du même auteur : Le miraculeux voyage d'Édouard Tulane, Le petit singe de la 5e Avenue.

Plus d'infos sur http://www.katedicamillo.com/.

 

Yoko Tanaka est diplômée de Droit (Kwansei Gakuin, Japon) et des Beaux-Arts (Art Center College of Design, Pasadena, Californie, États-Unis). Elle est illustratrice. Elle vit entre Los Angeles (Californie, États-Unis) et Bangkok (Thaïlande).

Plus d'infos sur http://www.yokotanaka.com/.

 

Peter Augustus Duchêne est sur la place du marché de Baltese. Son tuteur, Vilna Lutz, un ancien soldat, a chargé le garçon de dix ans d'acheter du poisson et du pain. Mais l'enfant, attiré par la tente rouge d'une diseuse de bonne aventure, dépense la pièce d'un florin pour avoir la réponse à une question : ses parents étant morts, comment retrouver sa sœur ? La voyante lui répond : « L'éléphant. Suis l'éléphant. Il te conduira jusqu'à ta sœur. » (page 14). Mais Peter a l'impression que la voyante s'est moquée de lui car il n'y a aucun éléphant à Baltese. De plus, son tuteur lui aurait menti en lui disant que sa sœur, Adèle, était morte. « Quelqu'un ment mais je ne sais pas qui. » (page 21).

Pourtant, le soir même, à l'opéra Bliffendorf, un magicien fait apparaître un éléphant au lieu d'un bouquet de fleurs et l'éléphant, tombé du ciel et atterrissant sur les genoux de Madame LaVaughn, lui broie les jambes, la condamnant au fauteuil roulant ! Magicien et éléphante (c'est une femelle) sont immédiatement arrêtés et enfermés.

C'est la Comtesse Quintet, sur les conseils de son mari présent lors du drame, qui achète l'éléphante et la fait installer dans sa demeure.

Mais si tout le monde parle de l'extraordinaire animal, Peter ne l'a toujours pas vu... « Peter se dit qu'espérer était terrible et compliqué. C'était sans doute plus facile de désespérer. » (page 68).

Peter veut voir l'éléphant et retrouver Adèle ; il va être aidé par l'inspecteur Léo Matienne.

 

Tout simplement une histoire charmante, joliment illustrée, pleine de tendresse et de magie, je dirais même que c'est un chouette conte et donc une lecture très agréable pour se détendre.

 

Pour les challenges Animaux du monde, Challenge US, Des contes à rendre, Jeunesse & young adults # 3, Lire sous la contrainte (nom + nom), Petit Bac 2014 (catégorie Animal), Romancières américaines.

 

Partager cet article

Repost 0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 03:49

Le lutteur de sumo est un roman de Daniel Picouly paru aux éditions Flammarion dans la collection Castor poche (n° 582) en mars 1997 (127 pages, apparemment épuisé, ISBN 2-08-164256-5). Les illustrations sont de Marcelino Truong.

 

Daniel Picouly est né le 21 octobre à Villemomble en Seine-Saint-Denis. Il est écrivain (depuis 1992), scénariste de bandes dessinées et comédien. Il a présenté une émission littéraire et culturelle sur France 5, Café Picouly, que j'ai aperçue une fois ou deux (auparavant Café littéraire sur France 2).

 

Marcelino Truong est né le 5 février 1957 à Manille aux Philippines, d'un père vietnamien et d'une mère française mais il a grandi aux États-Unis, au Vietnam (lire Une si jolie petite guerre, un roman graphique sur sa vie à Saïgon dans les années 60), en Angleterre et en France. Il est diplômé de Sciences-Po et agrégé d'anglais. Il est auteur, illustrateur, dessinateur de bandes dessinées et peintre.

Plus d'infos sur http://www.marcelinotruong.com/.

 

Hondo et ses copains du Club des Ruines, Édito et Jo, se réunissent dans un entrepôt qui a brûlé près du canal. Faussette qui ne fait pas partie officiellement du club, les suit et reste à l'extérieur pour dessiner. L'affaire est grave : leur amie Musique a perdu le goût à la vie depuis qu'elle a vu dans le journal une photo de son amoureux avec une jeune chanteuse.

Hondo va retrouver Stella, et Musique n'a rien à craindre d'elle puisqu'elle est fiancée à son parolier, Marc.

Mais Takano, le lutteur de sumô qu'elle a rencontré il y a deux ans, ne répond plus aux lettres de Musique. C'est Hitsui, le manager, qui est responsable. Vite, la petite équipe doit agir avant la finale qui a lieu à Bercy ce soir !

 

Ayant été déçue par Le sumo qui ne pouvait pas grossir, d'Éric-Emmanuel Schmitt, j'étais curieuse de lire ce lutteur de sumo et c'est une charmante histoire, un peu abracadabrante toutefois (les lutteurs de sumô n'étant venus qu'une fois à Paris – en 1995 – pour un tournoi d'exhibition) qui plaira assurément aux jeunes lecteurs. En fait, cette histoire fait partie d'une série, Hondo mène l'enquête, qui contient trois intrigues policières pour la jeunesse : Cauchemar pirate, Le lutteur de sumo et La Coupe du Monde n'aura pas lieu. C'est le premier livre que je lis de Daniel Picouly et j'aime bien son écriture alors je lirai peut-être d'autres titres de cet auteur.

 

Une petite lecture pour les challenges Jeunesse & young adults # 2, Lire sous la contrainte (mot étranger avec sumo) et Thrillers et polars.

 

Partager cet article

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 04:15

L'énigme du poison putride, deuxième tome de la série Wilma Tenderfoot, d'Emma Kennedy est paru aux éditions Casterman en septembre 2012 (303 pages, 13,95 €, ISBN 978-2-203-04845-4).

Wilma Tenderfoot and the case of the putrid poison (2010) est traduit de l'anglais par Corinne Daniellot.

Les illustrations sont de Nancy Peña.

 

Emma Kennedy est née le 28 mai 1967 à Corby dans le Northamptonshire (Angleterre). Elle a étudié à Oxford. Elle est comédienne (théâtre, télévision) et a écrit pour le théâtre et des essais. Le premier tome de Wilma Tenderfoot est son premier roman.

Plus d'infos sur http://www.emmakennedy.net/ .

 

Nancy Peña est née le 13 août 1979 à Toulouse. Elle est illustratrice et auteur de bandes dessinées.

Plus d'infos sur http://nancy.ultra-book.com/ et http://nancypena.canalblog.com/.

 

Après L'énigme des cœurs gelés, je n'ai pas attendu très longtemps pour lire le deuxième tome de cette série originale.

 

Wilma a commencé son apprentissage chez le détective Théodore P. Lebon depuis une semaine et elle vit officiellement à la Claire Chaumière : quelle joie, quelle fierté ! De plus, elle reçoit une lettre pour étudier à l'Académie d'Investigation et d'Espionnage mais elle ne pourra y être élève que si elle trouve l'entrée. Le grand détective l'encourage : « Fais de ton mieux. Et si tu as un trou, respire un grand coup et pense avec logique. » (page 22). Non seulement, Wilma – toujours accompagnée de son chien beagle, Pétrin – trouve l'entrée mais en plus, elle aide la nouvelle directrice, Kitty Lambard. Pour la féliciter, Lebon et l'inspecteur Lecitron (qui adore les croustilles sucrées de Madame Frisquet, la gouvernante de Lebon) invitent la fillette au Théâtre des Vaillantes Variétés. C'est la première fois que Wilma met les pieds dans une salle de spectacle ! Mais, dès le début de la représentation, la voyante Sabbatica meurt sur scène. Quoi de mieux qu'une nouvelle enquête pour Wilma et Pétrin ? D'autant plus qu'au fur et à mesure des représentations, les acteurs continuent de tomber, sûrement empoisonnés, et que le méchant Barbu d'Anvers a racheté le théâtre au baron von Vermicel.

« Apprentie détective se révélait un travail difficile. En plus, il y avait un tas de mots bizarres. Mais même si elle était minuscule, Wilma était très déterminée. » (page 97).

 

On retrouve donc Wilma, Pétrin, le détective Lebon, l'inspecteur Lecitron, Madame Frisquet, le docteur Augrenu, la médecin légiste Penbert, les méchants (Barbu d'Anvers, Tully, le jeune Janty qui a perdu son père dans le premier tome) et on fait la connaissance de toute une galerie de personnages dans le théâtre, un univers totalement inconnu pour Wilma qui va se lier d'amitié avec Miette, la jeune habilleuse d'une des actrices. Enfin une amie !

« Nous n'allons pas laisser Barbu d'Anvers nous démoraliser si aisément ! Tout cela fait partie de son plan. Il veut perturber notre enquête pour protéger son investissement. Ce qu'il veut, c'est que les meurtres continuent, parce que c'est bon pour ses affaires. C'est triste, mais rien n'enthousiasme davantage les foules que l'idée d'assister à d'affreux complots. Plus nous mettrons de temps à résoudre cette enquête, plus il gagnera d'argent. » (page 180).

« Tu sais Wilma, être détective, c'est avant tout savoir se servir de ses yeux et de ses oreilles. Et bien sûr, faire preuve d'astuce. » (page 284).

La fillette pense aussi à enquêter sur son abandon et sa famille s'il lui en reste mais avec tous ces meurtres, ceci n'est pas prioritaire.

Ce tome est encore très agréable à lire, rempli d'humour, de mystères, de rebondissements et vraiment original dans le style et le rythme.

J'ai hâte de lire le tome suivant : L'énigme du fantôme maudit (tome 3, avril 2013).

 

Comme pour le premier tome, il y a un folioscope : en tournant les pages du livre, vous verrez en bas à droite, le petit chien Pétrin bouger. Cette fois-ci, il danse avec son tutu et son chapeau pointu. Que le spectacle commence !

 

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (chien), Bookineurs en couleurs (couverture rouge), God save the livreJeunesse & young adults # 2, Mois anglais et Voisins Voisines 2013 (Angleterre).

 

Partager cet article

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 03:55

L'énigme des cœurs gelés, premier tome de la série Wilma Tenderfoot, d'Emma Kennedy est paru aux éditions Casterman en avril 2012 (311 pages, 13,95 €, ISBN 978-2-203-04841-6).

Wilma Tenderfoot and the case of the frozen hearts (2009) est traduit de l'anglais par Corinne Daniellot.

Les illustrations sont de Nancy Peña.

 

Emma Kennedy est née le 28 mai 1967 à Corby dans le Northamptonshire (Angleterre). Elle a étudié à Oxford. Elle est comédienne (théâtre, télévision) et a écrit pour le théâtre et des essais. Le premier tome de Wilma Tenderfoot est son premier roman.

Plus d'infos sur http://www.emmakennedy.net/ .

 

Nancy Peña est née le 13 août 1979 à Toulouse. Elle est illustratrice et auteur de bandes dessinées.

Plus d'infos sur http://nancy.ultra-book.com/ et http://nancypena.canalblog.com/.

 

Connaissez-vous l'île de Cooper ? C'est une île par là, entre l'Angleterre et la France. À vrai dire, elle ressemble un peu à un papillon : sur l'aile de gauche, Bas, la partie pauvre, et sur l'aile de droite, Haut, la partie riche dans laquelle les habitants de Bas n'ont pas le droit d'aller. Dans le sud de Bas, l'Institution pour Petits Malchanceux, c'est-à-dire l'orphelinat, tenu par l'horrible Madame Skratch. Et dans cet orphelinat : Wilma Tenderfoot, déposée il y a 10 ans, un soir d'orage « si violent qu'il avait fendu en deux l'unique arbre de la cour » (page 12).

Wilma rêve de devenir un grand détective comme son héros, Théodore P. Lebon. Elle peut enfin quitter Bas car elle va travailler comme domestique chez la vieille Barbara Ronchard au Donjon Hurlant, au nord de Haut. Mais la maison est aussi horrible que son habitante, elle est humide, moisie, et Wilma vit à la cave où elle a trouvé un petit chien abandonné, un Beagle, qui s'appelle Pétrin.

Pendant ce temps-là, Alan Kastoran – qui adore manger les tartes au citron meringué et les petits oignons de sa tante – a découvert un très gros diamant auquel il donne son nom. Il en fait don au musée de l'île mais il s'avère que le diamant avait été volé et le jeune homme et sa tante sont assassinés : leurs cœurs ont gelé.

C'est l'occasion pour Wilma de mener l'enquête ! « Rien ni personne n'arrête Wilma Tenderfoot ! » (page 81). Elle va se mesurer à la fraternité des Affreux Criminels, et en particulier au vilain Barbu d'Anvers et son adjoint Tully. Et recevoir les judicieux conseils du grand détective de l'île car il faut « toujours traiter une scène de crime avec précaution. Que ce soit pour le vol d'une toute petite chose, comme un trombone, ou pour le meurtre d'une chose énorme, comme un hippopotame, c'est la règle. » (page 152).

 

Vous ne pariez pas sur la réussite d'une orpheline de 10 ans bavarde et complètement inexpérimentée ? Détrompez-vous, lecteurs de peu de foi ! Ce premier tome est plein d'aventures, de découvertes, de surprises, de rebondissements, et aussi d'humour.

L'auteur s'adresse parfois aux lecteurs, comme « Mais attention, c'est une énigme si terrifiante que si vous êtes de constitution fragile, je ne peux que vous conseiller de reposer immédiatement ce livre... » (page 11) et « Je vous l'avais bien dit, que le pire était à venir. Vous ne trouvez pas ça terrifiant, vous ? » (page 266).

Vous avez remarqué comme, depuis Harry Potter, les orphelins ont la cote en littérature jeunesse ? Surtout dans la littérature anglaise : Madeleine de la série Madame Pamplemousse, Penelope Tredwell, Rebecca et Douglas qui recherchent leurs parents, Rose, mais pas que : Mary de The Agency, Nina Volkovitch, Penelope Green, etc.

Et donc, avec Wilma Tenderfoot, un très bon moment de lecture, vraiment original !

Un petit détail : en tournant les pages du livre, vous verrez en bas à droite, le petit chien Pétrin courir. Ça s'appelle un folioscope.

J'ai hâte de lire les tomes suivants : L'énigme du poison putride (tome 2, septembre 2012) et L'énigme du fantôme maudit (tome 3, avril 2013).

 

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (chien), God save the livre, Jeunesse & young adults # 2, Mois anglais, Petit Bac 2013 (catégorie Partie du corps humain), Premier roman et Voisins Voisines 2013 (Angleterre).

 

Partager cet article

Repost 0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 04:09

C'est qui la plus classe ? est un roman de Gérard Moncomble et Frédéric Pillot paru aux éditions Hatier Jeunesse dans la collection « Moi, Thérèse Miaou » en février 2013 (32 pages, 4,80 €, ISBN 978-2-218-95870-3).

 

Gérard Moncomble est l'auteur. Il est né le 19 mars 1951 à Auxi le Château (Pas de Calais). Il a étudié la philosophie et la sociologie. Il vit dans le Lot avec sa famille. Il écrit de la littérature jeunesse depuis 1984. Il écrit aussi des haïkus. Plus d'infos sur http://gerardmoncomble.com/.

 

Frédéric Pillot est l'illustrateur. Il est né le 2 août 1967 à Hayange (Moselle). Il a étudié les Arts décoratifs à Strasbourg (Alsace) où il vit avec sa famille.

 

Thérèse Miaou a faim et les humaines (maman et Suzanne) ne reviennent pas du supermarché... Ah, enfin, elles sont de retour ! Mais pourquoi n'ouvrent-elles pas le paquet de croquettes ? Elles veulent que Thérèse participe à un concours de beauté. « D'accord, je vais le faire, leur concours de dingues, mais par pitié, donnez-moi à manger ! » (page 7). Quelle horreur, les croquettes sont molles et immangeables... Diététiques, il paraît. C'est parce que Thérèse, pour participer au concours de beauté, est mise au régime. « Me voilà bête à concours. » (page 11). Heureusement Thérèse a trois supporters – non, pas maman, papa et Suzanne – mais trois matous qui pensent qu'elle a la classe et qu'elle est la meilleure. Sauf qu'il y a une autre participante... Néfertiti, une pimbêche ! Eh bien, Thérèse ne va pas se laisser faire : « Qu'on me brosse ! Qu'on me lustre ! Je veux être une reine de beauté ! » (page 18). Et le jour J...

 

Comme c'est drôle !

Bien raconté, bien dessiné, les jeunes – et les adultes sûrement aussi – vont adorer !

Une jolie surprise que cette collection ! J'ai bien envie de lire les autres titres.

En plus, Thérèse existe vraiment, c'est une belle minette noire et blanche qui vit avec l'auteur « et sa famille dans une grande maison à la campagne ».

 

Une lecture agréable et divertissante pour les challenges Animaux du monde (chats), Bookineurs en couleurs (couverture rouge), Cent pages et Totem (chat).

 

Partager cet article

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 05:36

SurIle.jpgSur l'île est un roman d'Anne Cortey illustré par Vincent Bourgeau paru aux éditions Le baron perché en mars 2012 (44 pages, 15,20 €, ISBN 978-2-36080-043-8).

 

Anne Cortey est née en 1966 à Avignon et a étudié l'histoire de l'art. Elle a travaillé en librairie et en édition jeunesse avant de devenir auteur.

 

Vincent Bourgeau est est né le 10 octobre 1967 à Bruxelles et a étudié à l'Institut Saint-Luc en section bande dessinée. Il est illustrateur jeunesse.

 

Giulia vit sur le continent mais ses parents possèdent une maison sur l'île. Tous les étés, ils viennent sur l'île et Giulia passe tout son temps avec Cosmo, son ami d'enfance.

 

Aujourd'hui, Cosmo est à la pêche avec Giuseppe mais il pense à la lettre de Giulia : elle va venir avec ses parents alors que c'est l'hiver.

Cosmo est content de revoir son amie, mais il est aussi inquiet : que se passe-t-il ? Giulia va-t-elle lui annoncer une mauvaise nouvelle ? Partir loin pour toujours ?

 

Sur l'île est une jolie histoire intime et le lecteur se sent proche de ces deux adolescents qui s'aiment sans le savoir vraiment.

Des dessins réalistes, du bleu, du violet surtout au début puis du vert, du rouge au fur et à mesure que le récit avance, des activités typiques d'une île (plage et crique, pêche, plongée) une bien belle ambiance.

 

Et une lecture pour les challenges Cent pages, Jeunesse & young adults # 2 et bien sûr Des livres et des îles.

 

DefiCentPages Jeunesse2012-13 DesLivresEtIles-copie-1

Partager cet article

Repost 0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 04:20

HollyHedgehog1.jpgHolly Hedgehog's holidays est un album illustré de Louise Marsan et Louise Mendoche paru aux éditions Dadoclem dans la collection La marmite-o-langues en octobre 2008 (46 pages, 8,50 €, ISBN 978-2-916637-04-4).

 

Louise Marsan est l'auteur. Elle est née en 1972 à Dublin, en Irlande. Elle vit en Savoie où elle est assistante dans l'enseignement de l'anglais.

 

Louise Mendoche est l'illustratrice. Elle est née en 1984 à Valence (Drôme). Elle étudie le dessin animé à l'École des métiers du cinéma d'animation à Angoulême.

 

À Primrose Hill, Holly Hedgehog propose à son amie, Belinda Hedgehog, de partir en vacances. Elle choisit la France. Après quelques recherches sur Internet, Holly Hedgehog découvre en Ardèche une maison appelée Le Hérisson. Parfait ! Les deux hérissons vont partir avec leurs amis, Peter Hamster, Jenny Hen, Walter Heron. Tous se préparent et embarquent dans l'avion (*) mais un ouragan oblige le chat-pilote à atterrir sur une île perdue au milieu de l'océan...

 

HollyHedgehog2.jpgEn fait, cet album se décline en trois couleurs (blanc, noir et orange) et il est bilingue : il est sous-titré Les vacances de Holly Hérisson.

Le texte noir est en anglais : il est en plus gros caractères pour inciter à la lecture en anglais, mais les enfants se sentent libres de passer d'une langue à l'autre.

Le texte orange est en français : il est un peu plus petit mais il est quand même bien visible grâce à sa couleur.

(*) J'ai révisé la différence entre aeroplane (Grande-Bretagne) et airplane (États-Unis).

En tout cas, quelles vacances, mes amis ! Je me suis bien amusée et je vous rassure, je n'ai pas eu besoin de la traduction.

J'ai bien pensé à Hérisson, la blogueuse qui aime les hérissons et qui gère le challenge Je lis aussi des albums dans lequel je place ce petit album illustré. Je le mets aussi dans le challenge Animaux du monde de Sharon et dans le challenge Voisins Voisines (puisque Louise Marsan est une auteur contemporaine irlandaise). Tiens, je le mets aussi dans le challenge Naufragés d'Adalana auquel je profite pour m'inscrire !

 

Dans la collection La marmite-o-langues, il y a d'autres titres bilingues anglais mais aussi allemand, corse, espagnol et italien. Plus d'infos sur La marmite-o-langues.

 

CA2012big ChallengeAnimaux VoisinsVoisines2012 ChallengeNaufrages9

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -