Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 17:29

LeDelegue.jpgCoupCoeur2010.pngLe Délégué est un roman de Didier Desbrugères paru aux éditions Gaïa le 18 août 2010 (294 pages, 20 €, ISBN 978-2-84720-173-4).

 

Didier Desbrugères est né en 1960 et vit en Bretagne. Esprit éclectique, il s'est essayé à la peinture et à la sculpture sans jamais rompre ni avec la lecture ni avec l'écriture, pôles magnétiques de son existence. Il a tenu une galerie d'Art tout en menant une carrière professionnelle dans l'aéronautique et en poursuivant son apprentissage de l'écriture. Le Délégué est son premier roman.

Sources : 4e de couverture et site de l'éditeur sur lequel vous pouvez également écouter une interview de l'auteur et lire les 4 premières pages du roman.

 

Quelques mots sur les éditions Gaïa

Fondée en 1991 dans les Landes, cette maison d'éditions publie son premier roman en septembre 1993 : je m'en souviens très bien parce que c'était la première fois que je voyais un livre dont les pages étaient roses ! C'était Racontars arctiques de Jørn Riel. Depuis août 2009, Gaïa utilise du papier écologique provenant de forêts gérées durablement et certifié FSC.

 

Je remercie Babelio qui m'a envoyé ce livre dans le cadre de la 9e opération de Masse critique.

 

Une vaste République... « L'étendue du territoire étourdit et sa diversité étonne. » (page 9).

Josef Strauber, bientôt 45 ans, divorcé, sans enfant, est un Délégué subalterne muté au nord de la République dans le bourg de Lurna, près de Baïpan. « Sa nomination lui était tombée dessus contre toute attente. De la même manière que le départ de sa femme. » (page 19).

La première partie du roman raconte le départ de S. et son voyage en train en 3e classe puis en bateau, voyage qui va durer quelques semaines et durant lequel il va rencontrer une mère de famille avec qui il fera un arrangement pour manger et Cirus Britov qui l'invitera pour discuter et jouer aux échecs dans son wagon de 1ère classe.

La deuxième partie raconte la vie du Délégué à Lurna. À son arrivée, il n'est même pas accueilli... Une maison rapidement retapée à l'extérieur du bourg et une bonne ont été mises à sa disposition. La maison, c'était celle de l'ancien Délégué, disparu depuis des décennies après l'incendie du village. La bonne, c'est Mona, une ancienne prostituée qui a un fils de 6 ans, André. Un garçonnet beau et intelligent auquel le Délégué va s'attacher. « Quels apports culturels demandait un petit d'humain pour devenir un humain ? Quelles normes et valeurs partagées fondent une société ? André devait acquérir un langage et des codes sociaux pour vivre en communauté. » (pages 222-223).

Raillé par le staroste Kopromov qui dirige la région d'une main de fer avec les membres de son conseil et le richissime Martin Bruzneck : « Sans espions, délateurs et indicateurs, un Délégué était aveugle et sourd. » (page 118), et abandonné par sa hiérarchie (personne ne répond à ses rapports, il ne reçoit pas son salaire...), le Délégué va devoir faire face à l'indifférence puis à l'hostilité de la population. « Loin de veiller sur eux comme à des rouages essentiels de l'immense mécanisme, la République les livrait à eux-mêmes. Son rêve d'une fraternité universelle et centralisée s'écroulait. » (page 112).

« L'Égalité devait être garantie pour tous les citoyens. Sans exception. Ainsi que les autres droits. » (pages 31-32). Que va devenir cet idéaliste qui ne rêve que d'améliorer les choses et d'avoir sa bibliothèque ?

 

D'après la 4e de couverture, je m'attendais à un roman genre kafkaïen et je n'ai pas été déçue, mais Didier Desbrugères n'est pas Franz Kafka et il a développé son propre style et son propre imaginaire.

Josef Strauber deviendra vite S. dans le récit, comme s'il était impersonnel, comme si à lui seul il représentait tous les petits fonctionnaires envoyés aux confins. « Sa vie misérable écrasait son âme sous le poids d'un accablement terrible. Une promotion inexplicable, peut-être une erreur administrative, l'avait jeté sur les routes. » (pages 90-91).

La République n'est jamais nommée mais j'ai quand même bien pensé à la Russie : grande étendue, steppe, caviar, staroste, certains noms de personnes et de lieux...

Attention, ce roman n'est pas un pavé mais on ne sait pas trop où arrêter sa lecture puisqu'il n'y a pas de chapitres ! La première partie va jusqu'à la page 124 puis la deuxième jusqu'à la fin. Donc la lecture est réellement dense voire lente et la concentration au maximum mais j'ai adoré ce premier roman très littéraire et non-conformiste.

Encore un gros coup de cœur de cette rentrée littéraire donc !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Reka 08/12/2010 21:42



Comme Ikekuburo, je ne suis pas trop à l'aise avec la dimension kafkaienne mais peu importe, ce livre est déjà dans ma PAL, je le découvrirai donc prochainement !



Catherine 08/12/2010 21:50



Pour te rassurer, je dirais que la dimension est... légère . Je te
souhaite une bonne lecture et j'espère que tu l'aimeras.



Lalou 28/10/2010 16:15



J'ai lu ce livre, enfin... pas en entier, je me suis arrêtée aux 2/3. Ce n'était pas pour moi. Mais je comprends totalement que ca puisse plaire, c'est d'ailleurs ce que je me suis dit en le
posant, que ce genre de littérature, de grande qualité, devait avoir son public. Dont je ne fais pas partie, malheureusement.



Catherine 29/10/2010 19:47



Au moins, même si tu n'as pas aimé, tu as l'honnêteté intellectuelle de dire que c'est de la littérature de qualité (je vais voir ton
article).



Marie 26/10/2010 08:16



Dès qu'on me parle de coup de coeur, moi, pô lectrice sans aucune volonté, j'ai du mal à résister !  



Catherine 26/10/2010 11:13



Mais ça va, je n'en ai pas trop souvent . Quand même là, pour cette
rentrée littéraire, j'en ai eu 4 ou 5, des vrais, des beaux .



Ikebukuro 25/10/2010 06:58



Peut-être que le côté "Kafkaïen" m'aurait un peu fait peur. Je ne garde pas un très bon souvenir de cet auteur lu il y a très longtemps, mais j'étais sans doute un peu jeune et pas forcément
attirée par ce genre de littérature que je trouvais hermétique à l'époque. 



Catherine 25/10/2010 16:44



Je me rappelle avoir adoré Kafka, d'ailleurs depuis quelque temps, j'ai envie de relire Kafka et aussi Ionesco, va savoir pourquoi.



Ikebukuro 24/10/2010 06:30



Heureusement que tu nous fais partager ton coup de coeur car au premier abord, je n'aurai pas du tout été tentée par ce genre de roman.



Catherine 25/10/2010 00:24



Et pourquoi donc ?



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -