Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 22:27

CarnetsBourgeoise.jpgLes carnets d'une bourgeoise déchue est un roman autobiographique de Diane Rauscher-Kennedy paru aux éditions Phoenix dans la collection Futuroscope le 7 novembre 2011 (168 pages, 17 €, ISBN 978-0-9829961-1-9).

 

Je remercie Gilles Paris de m'avoir envoyé ce livre (il fait partie des livres que je n'avais pas demandés et que j'ai mis un peu de côté parce que j'en avais tant d'autres à lire).

 

Diane, étudiante de 20 ans à Paris, tombe amoureuse d'un jeune homme qui n'est pas de son milieu. Mauvais mariage pour sa famille issue de l'aristocratie anglaise... Quarante ans après, la bonne épouse et mère de famille, se voit plaquer par son mari avide de rencontres plus jeunes. Huit ans après cette séparation, elle prend la plume pour tout raconter.

 

« Que ma vie fut belle, nom d'une pipe ! Jolie maison, jolis revenus, joli mari adoré et cela depuis trente-huit ans... et BADABOUM... sans crier gare, en vingt-quatre heures chrono, pouf, tout est parti... évaporé... implosé.

Et le jour de mes soixante ans en plus, LE CADEAU SURPRISE... Ce mari que j'adore me regarde et me dit : 'Tu es vieille, rien que de te regarder, je me sens vieillir ! J'ai dépensé tout ton argent et le mien aussi, alors je m'en vais !' » (début du récit, page 1).

 

DianeRauscherKennedyCharmant...

 

J'ai bien aimé la première partie dans laquelle Diane Rauscher-Kennedy raconte son enfance et son adolescence de garçon manqué. Auprès d'un père aimant, dandy excentrique, beau et riche, issu d'une famille irlandaise, qu'elle nomme Mon adorable Papa. D'une mère glaciale et méprisante, issue elle d'une grande famille britannique, qu'elle nomme Madame Mère ou Cruella. D'une sœur aînée avec qui elle ne se trouve pas vraiment d'affinités. De Nanna, sa grand-mère adorée, veuve et qui vivra une incroyable histoire d'amour à 80 ans.

 

Une enfance insouciante malgré la guerre (la deuxième guerre mondiale). Le pensionnat, des vacances à Bordeaux chez des amis viticulteurs, le premier bal à l'âge de 15 ans, les chevaux, les voitures, puis les études à Paris.

Bref, la vie d'une aristocrate anglaise, qui par ailleurs a été naturalisée française. Il y a de l'humour et c'est intéressant à lire (malgré quelques fautes).

 

Après, ça se gâte...

Être une femme mariée ayant accepté de vivre sous sa condition ne gênait pas Diane, elle était heureuse, elle aimait son mari, elle élevait ses enfants et s'occupait de sa maison. Mais être larguée à 60 ans après 40 ans de mariage et se retrouver sans rien, ce fut un peu trop pour elle.

1pourcent2011C'est évidemment le cas de toutes les femmes à qui ça arrive...

Heureusement elle est « indomptable dans la bonne humeur. » (page 29).

L'homme de sa vie s'est transformé en « Fugueur-Menteur-Magouilleur » alors qu'elle se croyait « aimée comme dans un conte de fée. » (page 49).

Diane qui est devenue peintre et qui vit maintenant avec son petit chien, Jules (un shi-tzu ?) raconte sa souffrance, sa solitude, ses amis, ses enfants, sa belle-fille qui ne l'aime pas, ses petits-enfants qu'elle voit trop peu ou pas du tout.

MoisAnglais3Malgré l'humour et l'impertinence de l'auteur, le récit est répétitif... J'en suis à la moitié et je n'ai pas envie de continuer, parce que je m'ennuie, parce que je veux bien passer sur quelques fautes mais là il y en a vraiment de trop ! Et il y a tant d'autres livres à lire.

 

« […] de temps en temps il faut dépenser de l'argent qu'on n'a pas du tout pour avoir un moral qu'on n'a plus non plus ! » (page 81).

 

J'aurais préféré mieux commencer le Mois anglais...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Theoma 21/12/2011 09:24


j'aime bien la couv !

Catherine 21/12/2011 22:43



Ça faisait envie, c'est vrai .



Anis 19/12/2011 23:10


J'avoue que je n'aime pas les femmes qui font tout reposer sur leur vie avec leur mari; Alors forcément lorsque celui-ci s'en va badaboum... Souvent aussi cela demande de bien se fermer les yeux
et se boucher les oreilles. Bon donc pas une oeuvre.

Catherine 19/12/2011 23:22



Peut-être... Je ne me permettrai pas de juger.



Violette 19/12/2011 22:41


couverture accrocheuse et récit... qui n'est pas ma tasse de thé! Je paaaasse! ;-)

Catherine 19/12/2011 23:21



Eh oui, tant pis...



Ikebukuro 19/12/2011 06:57


Je suis contente d'avoir lu ton billet car il me semble que je m'étais noté ce livre mais j'avoue que maintenant j'hésite. Peut-être que si je le trouvais à emprunter à la bibliothèque...

Catherine 19/12/2011 13:28



Si tu veux l'emprunter, tu verras, la première partie (enfance, adolescence) vaut le coup, même si ce n'est pas littéraire du tout.



Mistymiaou 18/12/2011 23:02


Outch ! Ca me fait penser à Tante Mame que j'ai eu tant de mal à finir. 


Bonne semaine ! 

Catherine 19/12/2011 13:27



L'auteur est pleine de bonne volonté et de bonne foi pour son témoignage, mais au niveau littéraire, ce n'est pas ça du tout, et c'est
ennuyeux au bout d'un moment... Mais la première partie (les 40 premières pages) vaut le coup . Bonne semaine à toi
aussi.



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -