Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 22:00

LaGrossesse.jpgLa grossesse est un court roman de Yôko Ogawa paru en 1990 aux éditions Actes Sud (70 pages, 8 €, ISBN 2-7427-1147-3).

Nishin calendar 妊娠カレンダー (1990) est traduit du japonais par Rose-Marie Akino-Fayolle, et a reçu le Prix Akutagawa en 1991.

 

Je me rappelle avoir découvert Yôko Ogawa en 1995 avec La piscine et Les abeilles (c'étaient des nouveautés dans la bibliothèque où j'empruntais des documents). Je me suis rappelée aussi avoir déjà lu La grossesse lorsque la narratrice raconte qu'elle et sa sœur jouaient enfants près de la clinique M. et j'ai relu cette histoire avec plaisir. Puisque ses romans sont courts, j'aurais bien aimé en lire plus, mais je suis vraiment débordée avec ma lecture pour J'aime les classiques d'août et déjà les romans de la rentrée littéraire...

 

Yôko Ogawa 小川洋子 est née à Okayama (Japon) en 1962 et elle est diplômée de Waseda (une des plus grandes universités de Tôkyô). Elle est auteur de romans (généralement courts) et de nouvelles traduits dans de nombreuses langues.

Actes Sud a publié en 2003 un coffret avec ses trois premiers romans traduits en français : La piscine, Les abeilles, La grossesse et en octobre 2009, une intégrale (tome 1) est parue avec quatorze récits représentant dix années d'écriture.

 

La narratrice est étudiante. Qu'étudie-t-elle ? Elle ne le dira pas, la grossesse de sa sœur étant tout ce qui compte pour l'instant.

La narratrice et sa sœur aînée sont orphelines depuis que leurs parents sont morts tour à tour de maladie. La sœur suit une psychothérapie depuis dix ans avec le professeur Nikaido.

Elles vivent ensemble ainsi que l'époux de la sœur qui est prothésiste dentaire.

Un matin, l'aînée annonce qu'elle est enceinte, elle va aller consulter à la clinique M., oui la clinique près de laquelle elles jouaient lorsqu'elles étaient enfants. « Puisque ma sœur aînée dit vouloir absolument se faire examiner à la clinique M., c'est sans doute que l'impression qu'elle en a gardée de son enfance l'a marquée. » (page 12).

Dès l'annonce de la grossesse de deux mois, la narratrice va noter minutieusement sur un cahier ce qu'elle observe, les changements de sa sœur et même de son beau-frère. « « J'ai déjà vu des femmes enceintes, mais je n'ai jamais suivi leur évolution physique, aussi je l'observe avec un grand intérêt. » (page 54).

Ogawa1Au bout d'un moment, le beau-frère est malade en même temps que son épouse... « Ils se serrent l'un contre l'autre comme deux oiseaux blessés, et rentrent tôt dans leur chambre qu'ils ne quittent plus jusqu'au matin. » (page 27).

Évidemment la sœur a des nausées, elle ne supporte plus aucune odeur ou nourriture et perd du poids alors que la narratrice « ne pense qu'à manger toute la journée. Comme les enfants pendant la guerre. » (page 31).

C'est il me semble à partir de ce moment-là qu'on comprend que quelque chose ne va pas. Et puis ne pas citer les noms des gens, surtout de sa sœur et de son beau-frère, c'est comme s'ils n'existaient pas...

Pour gagner un peu d'argent, la narratrice travaille dans des supermarchés. « Je souris à tout le monde avec la même bienveillance. […] C'est plus facile d'adresser le même sourire imperturbable à tout le monde, sans se laisser influencer par ses états d'âme. » (page 42). Tiens, je suis d'accord avec elle !

Après des semaines de nausées, la sœur enceinte a enfin des envies et prend trop de poids. « Et ce n'est pas moi qui réclame tout ça. C'est la 'grossesse' qui est en moi. La gros-ses-se, tu entends ? Alors je n'y peux rien. » (page 49).

PimprenelleOgawaLa relation entre les deux sœurs devient organique, les pamplemousses avec le jus et la pulpe dont la narratrice fait des confitures que la sœur enceinte va engloutir jour après jour, et aussi les œufs et la graisse.

Du coup, c'en est malsain et écœurant mais on a très envie de continuer cette lecture ! Pourquoi cette obsession de vouloir tout noter ? Et puis pourquoi l'amour d'une sœur se transforme en une espèce de haine indescriptible ?

 

Challenge-In-the-mood-for-JapanGrâce au challenge Découvrons un auteur de Pimprenelle, j'ai redécouvert Yôko Ogawa et je vais sûrement (re)lire d'autres romans et nouvelles. Je place aussi ce roman pour le challenge de littérature japonaise In the mood for Japan de Choco.

 

Ma phrase préférée n'a finalement rien à voir avec la grossesse de la sœur aînée. « Le soleil matinal arrivait du jardin jusque sous la table, et l'ombre de nos trois paires de pantoufles s'allongeaient sur le sol. » (page 15).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 07/09/2010 14:13



C'est une romancière très déconcertante et ses oeuvres sont très différentes les unes des autres. J'ai eu du mal à accrocher avec certains titres car trop glauques pour moi, alors que d'autres
livres ont au contraire été des coups de coeur.


 



Catherine 07/09/2010 14:16



Celui-ci n'est pas glauque, il est plutôt obsessionnel voire pervers .



Yv 30/08/2010 14:34



Je ne connais cette auteure que depuis quelques semaines, et je m'aperçois qu'elle a beaucoup écrit.



Catherine 30/08/2010 18:34



Eh oui, ça fait plus de 20 ans qu'elle écrit, elle est très célèbre, enfin surtout pour les lecteurs qui aiment la littérature japonaise
contemporaine (je conseille aussi Haruki Murakami). Bonne semaine.



Restling 29/08/2010 11:51



Ca a l'air d'un récit dérangeant tout de même non ?



Catherine 29/08/2010 12:08



Tout à fait ! Obsession, onctuosité du pamplemousse et obséquiosité de la narratrice, méticulosité chirurgicale... À découvrir .



la librivore 26/08/2010 15:08



Alors j'aimerais bien savoir maintenant ce qu'il va se passer! Voilà coment on se fait hameçonner !



Catherine 27/08/2010 16:05



Mais c'est un roman très court, 70 pages, qui se lit en une heure maximum .



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -