Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 05:16

Arsene.jpgCoupCoeur2012Arsène est un roman de Juliette Arnaud paru aux éditions Casterman en septembre 2012 (190 pages, 13,50 €, ISBN 978-2-203029941).

 

Je remercie Brigitte et les éditions Casterman de m'avoir envoyé ce premier roman qui est un de mes coups de cœur de cette rentrée littéraire.

 

Juliette Arnaud est née en 1973. Elle est connue dans les mondes du théâtre et du cinéma.

 

« Pour fêter mon entrée en sixième, mes parents m'ont offert des jumelles dans un gros paquet » (page 7, première phrase du roman).

Georges est le narrateur, il a 11 ans et vient d'entrer au collège Jacques Prévert. C'est un événement important mais, étant le plus petit garçon de l'établissement, il est rapidement devenu la risée de tous et n'arrive pas à se faire d'amis.

« Heureusement que je suis le premier de la classe facilement sinon le temps passé au collège aurait vraiment été affreux. » (page 23).

Son point faible, c'est le sport.

Sa seule amie, c'est Lita, la fille de la concierge, qui ne fréquente plus l'école car elle est gravement asthmatique, mais elle est très au courant de tout ce qui est médical.

Son héros, c'est Arsène Wenger, un commentateur de matches de football, fan de Arsenal, alors il aurait préféré un micro « quasi professionnel » pour pouvoir l'imiter.

Avec la paire de jumelles qu'il vient de recevoir, Georges observe les pigeons depuis la fenêtre de sa chambre qui donne sur une cour intérieure. En fait, il n'aime pas vraiment les oiseaux... Mais il a repéré une jeune femme, qui habite en face. Il la surnomme Arsène ! Il va tout faire pour la rencontrer et lui proposer d'être son dog-sitter mais Nadja est énorme (c'est un mâtin de Naples).

« […] ça a été un véritable rodéo : Nadja a fait la promenade qu'elle a voulu, j'ai rien décidé du tout, ni le chemin ni la vitesse ni les arrêts et lorsque je lui ai montré qu'il fallait faire demi-tour, elle a trotté méga vite […] jusqu'à la librairie. » (page 29).

L'adolescent dont les parents rentrent tard le soir et qui est bien seul, se trouve une raison de vivre.

« […] j'ai pensé l'emmener au collège mais un surveillant m'a dit que y avait pas de raison vu que j'étais ni aveugle ni handicapé dans un fauteuil. Et être le plus petit et le premier de sa classe n'est pas compté comme handicap. » (page 33).

 

J'aime beaucoup le décor, ce petit bout de Paris. Le monde de Georges, c'est son immeuble, quelques rues, son collège et la librairie de Monsieur Ali. « J'ai traîné parmi les étagères de livres, ceux des adultes, vu que ceux des enfants je les ai tous lus. […] j'ai avancé en faisant des tout petits pas, mes yeux glissaient sur toutes les couvertures, parfois je m'arrêtais si le dessin était joli ou si le titre était rigolo, en fait c'est ma méthode pour choisir un livre. » (page 51).

Le naturel et la naïveté de Georges m'ont énormément touchée, même si je n'aime pas le foot. Son deuxième héros, c'est sa mamie de Pornic : elle est veuve depuis peu et comme il passe l'été chez elle, le reste de l'année il lui parle au téléphone. Il y a de la tendresse et de la complicité entre eux, c'est émouvant.

Le récit se déroule sur une année scolaire de « septembre, rentrée des classes » aux vacances d'été « fin août-début septembre » et les chapitres sont intitulés selon les vacances (Toussaint, Noël, hiver, printemps, été), le lecteur est donc mis au niveau de l'enfant, à son rythme, à ses préoccupations et c'est très plaisant.

De plus, le récit de Georges est entrecoupé par d'autres récits intitulés « Pendant ce temps-là, dans la tête de Mme Cognet », « Pendant ce temps-là, dans la tête de M. Guédon » et « Pendant ce temps-là, dans la tête de Monsieur Ali ». Madame Cognet est professeur de français et elle aime bien Georges. Monsieur Guédon est professeur de sport et il ne supporte pas que l'adolescent ne soit pas sportif. Monsieur Ali est un vieux monsieur (plus de 60 ans), divorcé, souffrant de solitude (il doit faire un effort pour parler avec les clients) et triste de ne pas voir ses enfants. Trois comportements d'adultes, différents, mais chez tous les trois, il y a de la tendresse, de la compassion. J'ai grandement apprécié leurs petits récits qui apportent du relief à celui de Georges. Madame Cognet m'a émue : « Quel genre d'adulte suis-je avec ma peur du chef, avec mes vieux disques de rock et mes polars pour me donner des frissons ? » (page 71).

Georges va grandir, il va mûrir, en étant confronté aux adultes et à leurs problèmes, pas à ses parents : ils sont là mais tard le soir et ne le comprennent pas vraiment, j'ai l'impression qu'il est trop intelligent pour eux. Georges va comprendre que dans le mal, il y a toujours un bien, et inversement.

 

« Dis-moi, Georges, finalement c'était bien cette année de sixième ?, elle a dit ma mamie. » (page 170).

Cette phrase m'a fait penser à celle de Madame Souza dans Les Triplettes de Belleville qui dit à Champion, son petit-fils : « Il est fini le film ? ».

 

Il est possible de lire une dizaine de pages sur Calaméo.

 

Ce très beau roman entre dans plusieurs challenges : 1 % de la rentrée littéraire 2012, Premier roman, Paris je t'aime (Quartier Saint Germain des Prés il me semble), Animaux du monde (pour Nadja, le Mâtin de Naples), Ô vieillesse ennemie (pour la mamie de Pornic veuve depuis peu), Cartable et tableau noir (pour l'entrée au collège et toute l'année scolaire), Jeunesse & young adults # 2 et ABC critiques 2012-2013 (lettre A).

Rentreelitt2012-1 PremierRoman1 ParisJet'aime ChallengeAnimaux
VieillesseChallenge Cartable-et-tableau-noir Jeunesse2012-13 ABC2012-2013

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 08/12/2012 12:12


Il y a beaucoup de charme à cette histoire et j'aime beaucoup cette période où commencent à s'inventer nos vies.

Catherine 09/12/2012 23:43



Ce fut un très beau coup de cœur de cette rentrée littéraire .



Mistymiaou 05/12/2012 21:19


Ah ben oui je veux bien, merci ! :)

Catherine 05/12/2012 23:10



D'accord, il faut absolument que je m'en occupe .



Mistymiaou 04/12/2012 22:05


Je ne connaissais pas du tout ce livre, ton article donne envie. Merci pour cette belle découverte. 

Catherine 04/12/2012 23:40



Il va partir en livre-voyageur, je te rajoute sur la liste ?



Loo 02/12/2012 20:07


Et bien avec plaisir oui .

Catherine 03/12/2012 01:32



Ok, il faudra que je m'occupe de ça .



Loo 02/12/2012 08:29


Il est craquant ce livre. Je le croise de plus en plus sur les blogs.

Catherine 02/12/2012 13:50



Un très bon roman, qui te plairait ; veux-tu être dans la liste du livre voyageur ?



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -