Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 13:25

Annulaire.jpgL'annulaire est un roman de Yôko Ogawa paru aux éditions Actes Sud en juin 1999 (95 pages, 10,70 €, ISBN 978-2-7427-2291-4). Il est depuis paru dans la collection Babel (poche, n° 442), en juin 2005 (96 pages, 5,60 €, ISBN 978-2-7427-5628-5). Kusuriyubi no hyôhon 薬指の標本 (1994) est traduit du japonais par Rose-Marie Makino.


Yôko Ogawa est née le 30 mars 1962 à Okayama (Japon). Elle est diplômée de Waseda (une université prestigieuse à Tôkyô). Elle est auteur de nouvelles et de romans (assez courts) traduits dans de nombreuses langues. J'ai lu quelques-uns de ses romans dans les années 90-début 2000 et il faudrait que je les relise pour en parler sur le blog. C'était ce que j'avais fait pour La grossesse en août 2010. Tout récemment (le 13 mars) est paru son nouveau roman, Le petit joueur d'échecs, toujours chez Actes Sud, avec une superbe couverture représentant un éléphanteau devant un jeu d'échecs.

 

Que signifie le titre 薬指の標本 ?

薬指 kusuriyubi signifie annulaire ( yubi signifie doigt)

no est la particule de possession, d'attribution

標本 hyôhon signifie spécimen.

Ainsi le titre français est moins précis que le titre original mais cependant correct.

 

Un village en bord de mer. La narratrice, 20 ans, travaille dans une usine de fabrication de boissons rafraîchissantes lorsqu'elle est victime d'un accident : son annulaire gauche s'est coincé dans une machine qui lui en a enlevé un petit morceau. Ce n'est pas grand chose mais elle ne peut plus travailler là.

Elle quitte son village pour la première fois de sa vie et arrive en ville. Elle travaille maintenant depuis un an comme secrétaire dans un laboratoire de spécimens avec M. Deshimaru. Ce laboratoire est dans un ancien pensionnat pour jeunes filles et deux vieilles dames y vivent encore, celle du 223 et celle du 309.

« […] le sens de ces spécimens est d'enfermer, séparer et achever. Personne n'apporte d'objets pour s'en souvenir encore et encore avec nostalgie. » (page 23).

Un soir, M. Deshimaru invite la narratrice dans la salle de bain désaffectée et lui offre une belle paire de chaussures. Leur relation change alors.

« Nous étions restés tellement longtemps sans bouger que j'avais l'impression d'avoir été transformée en un spécimen incorporé à lui. » (page 50).

Le travail est agréable mais la narratrice n'a pas le droit d'aller au labo et dans certaines salles. Plus les jours passent, plus le mystère l'obsède et plus elle pense à son bout de doigt.

« Il m'est arrivé, alors que j'attendais les clients seule à la réception, de me retrouver sur le point d'être aspirée par le tourbillon de calme. » (page 85).

 

Toujours beaucoup de mystères et de non-dits dans les récits de Yôko Ogawa. Quel village ? Quelle ville ? Les noms de la narratrice et des deux vieilles dames ? Des infos sur la narratrice ou M. Deshimaru ? Tiens, lui, on connaît son nom mais rien de plus, à part le fait qu'il fait bien son travail et manipule ses assistantes... Ainsi, aux yeux du lecteur, la narratrice qui n'a pas de nom est encore plus soumise à ce cher monsieur qui prend possession d'elle, en commençant par ses pieds (objets érotiques).

Les jours passent, les saisons passent, et que fait la narratrice ? Elle travaille et c'est tout ! C'est-à-dire qu'en dehors du laboratoire (le laboratoire proprement dit est un lieu sacré où elle n'a pas le droit d'entrer) et de sa relation avec son patron, il n'y a rien, elle n'est rien. C'est inquiétant et ça ne m'étonne pas qu'elle se laisse manipuler par cet homme qui la fascine et développe une obsession qui la conduira à sa perte.

J'ai déjà lu des romans de Yôko Ogawa et j'apprécie son style (fluide) et ses histoires (déconcertantes) mais celui-ci m'a un peu laissée sur ma faim... Trop court. Ou alors je m'attendais à la chute et je n'ai pas été assez surprise. Il reste bien sûr un excellent roman de Yôko Ogawa, idéal pour découvrir son univers ou pour s'y plonger encore plus.

L'annulaire a été adapté au cinéma en 2005 par Diane Bertrand mais ce film éponyme a été tourné avec des acteurs français et l'actrice ukrainienne, Olga Kurylenko. De plus il s'éloigne du texte original (ce qui ne m'étonne pas, le respect de l'œuvre n'étant pas toujours une priorité...).

 

Une lecture pour les challenges Bookineurs en couleurs (couverture bleue), Cent pages, Des livres et des îles, Écrivains japonais, Je lis des nouvelles et des novellas, Petit Bac 2013 (catégorie Partie du corps humain) et Sur les pages du Japon (quartier libre pour le dernier mois).

BookineursCouleursLiyah DefiCentPages DesLivresEtIles
EcrivainsJaponais NouvellesChallenge1 PetitBac2013

 

SurPages03-2013.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valentyne 30/03/2013 20:13


Un livre qui ne laisse pas indifférent, j'ai vu plusieurs critiques de la plus élogieuse à bof ;-) 


La citation que tu mets sur le "tourbillon de calme" est intéressante ;-)

Catherine 02/04/2013 10:38



Yôko Ogawa, soit les lecteurs adorent son univers et son écriture soit ils n'accrochent
pas. 



laure 28/03/2013 09:25


J'ai découvert Yôko Ogawa ce mois-ci avec La piscine-Les abeilles-La grossesse et je pense poursuivre avec La maison du silence qui est parait-il très étrange. Pour l'instant j'ai envie d'en
savoir plus sur son univers. Bonne journée ! :D

Catherine 28/03/2013 22:31



La maison du silence, j'aime beaucoup ce titre, je le note, merci .



Edelwe 27/03/2013 19:57


Je n'ai pas accroché... Trop court et trop glauque.

Catherine 28/03/2013 00:13



Je l'ai trouvé trop court et trop léger...



Syl. 27/03/2013 08:01


Je ne peux pas te dire puisque je n'en suis qu'au début... Laisse-moi 2 petits jours...

Catherine 27/03/2013 20:02



Bien sûr, ne te presse pas, surtout si tu n'aimes pas mais j'espère que tu aimes .



Adalana 27/03/2013 01:03


C'est avec ce titre que j'ai découvert Ogawa, j'avais beaucoup aimé !


Je suis en train de lire "Cristallisation secrète", est-ce que tu l'as lu ?

Catherine 27/03/2013 20:01



J'avais lu La piscine, Les abeilles, La grossesse (dans les
années 90). Je n'en avais pas lu d'autres depuis, à part le fait que j'ai relu La grossesse en 2010. Si tu en as un ou deux à me conseiller .



Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -