Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 15:39

Je ne connaissais pas le blog de Camille avant de voir, hier, l'article d'Adalana sur un nouveau challenge. Rhaaa, je crains qu'avec la rentrée toute proche, les challenges ne pleuvent et qu'il ne faille résister plus que de coutume ! Bon, pour certains, je ne vais pas résister très longtemps... Après tout, quand l'idée est simple mais bonne (voire originale).

 

Donc Camille, du blog Les livres de Camille, a créé le 25 août le Challenge Charles Dickens qui court du 1er septembre 2013 au 1er septembre 2015. L'illimité m'aurait bien plu mais bon, deux ans, c'est déjà pas mal.

 

Infos, logos, biographie et bibliographie de Dickens, idées de lectures ou de films et inscription chez Camille.

 

Il y a 4 niveaux et j'ai choisi, pour être raisonnable, le premier mais j'augmenterai peut-être.

Dickens... un peu = 1 à 3 livres de Dickens ou films ou biographies.

Dickens... beaucoup = 4 à 6 livres de Dickens ou films ou biographies.

Dickens... passionnément = plus de 6 livres de Dickens ou films ou biographies.

Dickens... à la folie = plus de 6 livres de Dickens ou films ou biographies avec l'extension Drood de Dan Simmons et autres aventures où il serait question de Dickens et de son œuvre.

 

Mes articles pour ce challenge

...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans challenges & défis auteur
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 04:15

PierreBenoit.gifJ'ai découvert Pierre Benoit lorsque j'avais une dizaine d'années et j'ai adoré les romans que j'ai lus. Je me rappelle bien de La châtelaine du Liban (1919), L'Atlantide (1924) et Le roi lépreux (1927).

 

Pierre Benoit est né le 16 juillet 1886 à Albi (Tarn) où son père était militaire.

Écrivain et membre de l'Académie française, il était un des fleurons des éditions Albin Michel. Ses romans d'aventures avaient un énorme succès.

Il est mort le 3 mars 1962 à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques).

J'aurais dû publier mon article le 3 mars mais je n'y ai plus pensé...

Il est malheureusement parmi les écrivains oubliés, mais il fut très célèbre, mondain, académicien, voyageur et séducteur !

 

Une biographie de Pierre Benoit rédigée par Gérard de Cortanze (dont j'ai lu Passion des livres) vient de paraître aux éditions Albin Michel : Le romancier paradoxal.

 

Lu dans la presse : Un message disant « Trois auteurs français vous souhaitent bon anniversaire... à condition que ce soit le dernier. » fut envoyé à Hitler en 1939.

 

Albin Michel a réédité trois romans de Pierre Benoit en février (19 € chacun) : Axelle (préfacé par Frédéric Vitoux, lien éditeur), La châtelaine du Liban  (préfacé par Amélie Nothomb, lien éditeur) et Mademoiselle de la Ferté  (préfacé par Éric-Emmanuel Schmitt, lien éditeur).

 

Pas de challenge Pierre Benoit, mais j'espère pouvoir relire certains de ses romans cette année (et en parler sur le blog), et si vous en lisez : donnez vos liens en commentaire !

 

Axelle.jpg ChatelaineLiban.jpg MelleFerte.jpg

Partager cet article

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 17:15

Triste anniversaire ce week-end...

Une pensée pour le Japon et les Japonais.

Le week-end prochain : Salon du livre à Paris avec le Japon.

 

Et une triste nouvelle aujourd'hui : Jean Giraud alias Mœbius, né le 8 mai 1938, extraordinaire illustrateur et auteur de bandes dessinées vient de mourir. Il avait travaillé avec un mangaka tout aussi extraordinaire, Jirô Taniguchi, pour Icare.

 

Moebius Icare Icare2

Jean Giraud alias Mœbius

1938-2012

site officiel

Icare, décembre 2005

Kana, Made In

Icare, novembre 2010

Kana, Made In

(nouvelle couverture, interview de Mœbius, illustrations de Taniguchi et carnet de croquis)

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Catherine - dans Japon auteur bande dessinée
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 21:54

AgotaKristof.jpgC'est avec tristesse que j'apprends ce soir la mort d'Agota Kristof : née le 30 octobre 1935 dans le village de Csikvánd (en Hongrie), elle vient de mourir – le 27 juillet 2011 – à Neuchâtel (en Suisse où elle s'était réfugiée en 1956).

 

Encore une grande dame de la littérature qui s'en va...

Paix à son âme.

 

Je me rappelle le choc littéraire et émotionnel en 1986 à la lecture de Le grand cahier ! Après ce roman, j'ai continué avec la suite de la « trilogie des jumeaux », La preuve (1988) et Le troisième mensonge (1991) et deux pièces de théâtre (mais je ne me rappelle plus lesquelles).

 

Vous avez vu l'intégrale (plus de 1 000 pages) parue en mars 2011 ?

C'est le genre de livres que j'aime avoir dans ma bibliothèque et je crois que je vais relire Agota Kristof d'ici peu !

 

Je vous conseille de lire/découvrir cette romancière, poétesse et dramaturge – qui écrivait en français.

Partager cet article

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 12:46
Bonbek1 Bonbek2 Bonbek3

On est le 14 juillet et (presque) tout le monde va parler de fête nationale, de défilé, de feux d'artifice, voire tout simplement de vacances, eh bien, de mon côté je vais parler de Bonbek !

 

Bonjour Sophie (*), bonjour à toute l'équipe de Bonbek,

(*) Sophie Cleyet-Marrel, Directrice de publication

 

Tout d'abord un grand bravo pour cette revue vraiment originale et différente.

J'ai été un peu longue pour lancer cette interview mais j'attendais que les deux premiers numéros – que j'avais prêtés depuis le début de l'année – reviennent !

En fait vous avez déjà mis beaucoup de vous dans cette revue et même dans sa présentation « en 9 mots » ou « en 80 mots » donc je n'aurai que quelques questions à vous poser.

 

En ce qui concerne l'équipe de Bonbek, est-ce que vous vous connaissiez avant ? Est-ce que vous aviez pensé à cette revue ensemble ? Comment vous est venue l'idée de créer cette revue ?

 

L'idée de Bonbek est venue de moi, Sophie (directrice de publication). Un jour ma maman m'a proposé d'abonner mes enfants à un magazine jeunesse. Après avoir fait le tour de ce qui existait, je n'ai pas trouvé ce qui me correspondait. Aucun support qui témoigne d'une forte sensibilité à l'illustration, au graphisme… La presse jeunesse était à des années-lumière de ce que je cherchais pour mes enfants. J'ai commencé à réfléchir à ce que j'avais envie d'offrir à mes enfants…

 

J'en ai parlé à Jérôme (rédacteur chef), un ami depuis nos études communes à l'Edhec Lille. Nous nous sommes pris au jeu et avons réfléchi ensemble à un concept. Par la suite, nous avons rencontré Mari (directrice artistique). Heureux hasard, elle quittait le magazine Wad et cherchait une expérience autre. Sans Mari, pas de Bonbek. Elle a réussi à imposer un style graphique et à convaincre des artistes reconnus internationalement de collaborer à Bonbek. Depuis, on ne se quitte plus. On dévale ensemble les pâturages, les cheveux au vent, en se tenant par la main… En vrai, on boit beaucoup de cafés, on mange beaucoup de croissants. Jérôme grogne, Mari est en retard et Sophie passe son temps à vouloir remplir le moindre espace blanc. Mais oui, on s'éclate et quand on teste nos pages sur des enfants hilares, on sait qu'on a pas perdu notre temps.

 

Quel a été le temps de gestation ? Avez-vous réfléchi longtemps au concept et au contenu avant de lancer le premier numéro ?

 

Il nous a fallu deux ans de réflexion extrêmement intense – à peu près 8 sur l'échelle de Luzerne –, de cafés, de croissants…, pour aboutir à un concept qui tenait la route. Deux ans de tests auprès d'enfants, de parents, d'instituteurs, de professionnels de la pédagogie... Deux ans pour trouver un ton, une image, un nom…

 

Une fois le concept abouti, on s'est dit : Qu'est ce qu'on fait ? On le laisse au fond d'un tiroir ou on tente notre chance ? On a décidé de prendre le risque. Neuf mois ont alors été nécessaires pour accoucher du premier numéro.

 

Neuf mois, c'est un symbole non ?

 

Oui, tout à fait. Et pourquoi un changement au n° 3 ? Les deux premiers numéros étaient reliés et le n° 3 est broché : pour être plus léger pour les petites mains des enfants ?

 

Le volume 3 n'est pas broché. Il présente toujours un dos carré, collé, cousu, indispensable pour résister à la maltraitance des enfants dont des milliers de livres sont victimes chaque année…

 

En revanche la couverture a légèrement changé. Les raisons ? Plus de légèreté et de maniabilité pour l'enfant, et de manière générale, une plus grande accessibilité. Non, Bonbek n'est pas trop beau pour être lu !

 

La question qui – peut-être – fâche... J'ai prêté les deux premiers numéros de Bonbek à des amis, à des collègues, avec enfants ou petits-enfants, et à vrai dire ils ont circulé chez des couples anglophones qui vivent en France, et le retour est le même pour tous : Bonbek est une excellente idée mais... « cette revue est une revue faite par des adultes pour des adultes », « cette revue est faite par des adultes qui ont voulu se faire plaisir », « cette revue n'est pas adaptée aux enfants, c'est une revue pour adultes qui peuvent la lire avec des enfants ». Que voulez-vous répondre à ces phrases que j'ai entendues plusieurs fois ?

 

Il nous est arrivé d'entendre ces remarques. Cependant, quand on demandait aux parents en question quelles rubriques leurs enfants n'avaient pas appréciées, la réponse était : « Ah mais je ne leur ai pas laissé, c'est bien trop beau pour eux »…

 

Oui Bonbek est beau, oui on se fait plaisir à réaliser Bonbek (vu le temps qu'on y passe, on aurait tort de se priver !), et non Bonbek n'est pas à destination des parents. Qu'ils laissent leurs enfants y toucher, et ils les verront rigoler, rêver, en redemander... Pourquoi les livres ou magazines pour enfants devraient-ils être laids ?

 

Enfin, oui Bonbek propose des moments de partage parents-enfants – c'est même son ADN ! – et dans parents-enfants il y a... parents. Alors il va falloir faire un tout petit effort de participation...

 

Mais ne vous inquiétez pas, à la manière d'un dessin animé Pixar on a prévu plein de niveaux de lecture et donc un divertissement familial pas de risque d'ennui mortel en fabriquant le énième collier de pâtes.

 

Eh bien, Sophie, ces questions sont ce qu'il me semblaient le plus important pour vous connaître mieux et apprécier d'autant plus Bonbek. Je vous remercie d'avoir pris un peu de votre temps estival pour y répondre et je vous souhaite bonne continuation pour les prochains numéros. Je pense que vous faites des enfants et des parents (grands-parents) heureux !

Je remercie aussi Gilles Paris qui m'a fait parvenir les trois premiers numéros de Bonbek et qui a permis cette interview.

Et vous, les lecteurs, qu'en pensez-vous ? Pour vous faire encore une meilleure idée, voici les liens vers mes articles des numéros 1, 2, 3 et vers le site de Bonbek.

Partager cet article

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 00:03

AndreeChedid.jpgC'est avec tristesse que j'ai appris hier le décès (survenu dimanche) d'Andrée Chedid, grande dame de la littérature. Elle aurait eu 91 ans le 20 mars... R.I.P.

 

Andrée Saab est née le 20 mars 1920 au Caire (Égypte) dans une famille chrétienne : sa mère, Alice Godel était originaire de Syrie et son père, Selim Saab du Liban. Elle a étudié à l'école française puis à l'université américaine et a obtenu son diplôme de journaliste. Elle sera écrivain (nouvelliste, romancière, poétesse, dramaturge) : ses premiers poèmes (en anglais) sont publiés au Caire en 1943. Elle est devenue Madame Chedid après son mariage avec Louis, un étudiant en médecine. Le couple s'est installé au Liban en 1943 puis en France en 1946 et aura deux enfants.

On dit souvent que le talent saute une génération, ce n'est pas le cas dans la famille Chedid où la fille Michèle est peintre, le fils Louis et le petit-fils Mathieu sont tous deux reconnus comme de talentueux artistes de la chanson. 

En France, les premiers poèmes d'Andrée Chedid sont publiés en 1949 et son premier roman en 1952. Suivront la carrière littéraire que l'on connaît et de nombreux prix.RomansChedid

 En 2002, elle a reçu le Prix Goncourt de la Poésie et en 2009, elle est devenue Grand Officier de la Légion d'Honneur.

 

Plus d'informations sur le site officiel d'Andrée Chedid (bizarrement il est en anglais alors qu'elle écrivait ses œuvres en français).

 

J'ai lu plusieurs œuvres d'Andrée Chedid – principalement dans les années 80 et 90 – : L'autre, Lucy la femme verticale, Nefertiti et le rêve d'Akhenaton, Le sixième jour (j'ai aussi vu l'adaptation cinématographique de Youssef Chahine), Le survivant... J'ai lu Romans, une anthologie de plus de 1000 pages regroupant 9 romans et parue aux éditions Flammarion dans la collection Mille et une pages en 1998. J'ai aussi lu un peu de poésie et une ou deux pièces de théâtre mais je ne me rappelle plus les titres.

 

C'est vraiment une œuvre pleine d'âme que je vous conseille chaleureusement. De mon côté, j'ai bien envie de lire, ou relire, un ou plusieurs de ses romans.

Partager cet article

Repost 0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 19:31

PimprenelleSchmittLe mois dernier, j'ai annoncé que je participais au défi Découvrons un auteur : Éric-Emmanuel Schmitt organisé par Pimprenelle. Je voulais publier deux notes de lecture mais finalement j'ai lu plus de livres et j'ai décidé de faire une semaine d'Éric-Emmanuel Schmitt. Ce n'est pas de trop pour découvrir cet auteur célèbre et apprécié, n'est-ce pas ?

 

Demain, jour décidé par Pimprenelle, ma première note de lecture se mettra en ligne. Je vous annonce que ce sera Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran.

 

Ensuite se mettront en ligne :

Mercredi : La tectonique des sentiments (théâtre),

Jeudi : L'enfant de Noé,

Vendredi : Le sumo qui ne pouvait pas grossir.

Et même encore une samedi car je ne veux pas rester sur une déception : Odette Toulemonde et autres histoires (nouvelles).

 

Je rappelle encore que j'avais fait une biographie et bibliographie de cet auteur en août 2009 et que j'ai déjà publié la note de lecture d'Oscar et la dame en rose en décembre 2009.

Partager cet article

Repost 0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 06:08

EricEmmanuelSchmitt.jpgQuoi ? J'ai vu et aimé Odette Toulemonde (avec Catherine Frot et Albert Dupontel, site officiel du film) mais je n'ai jamais lu de livres d'Éric-Emmanuel Schmitt !

 

Sur les conseils de C., me voici donc à faire une cure de cet auteur. C'est que je n'ai pas su quel ouvrage choisir et puis j'ai vu qu'il y avait une 'Trilogie de l'invisible', qui en fait s'est prolongée, donc j'ai commencé (toujours sur les conseils de C.) par Oscar et la dame rose puis j'ai continué sur ma lancée (même s'il est possible que je ne lise pas tous ses livres).

 

Voici donc – pour commencer – la biographie et la bibliographie d'Éric-Emmanuel Schmitt.

 

Éric-Emmanuel Schmitt est né le 28 mars 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon (dans le Rhône). Classe préparatoire littéraire à Lyon puis Normale Sup' à Paris, agrégation de philosophie, service militaire et enseignement à Saint-Cyr puis à Cherbourg et à Chambéry. Dramaturge, romancier, cinéaste mais aussi traducteur d'œuvres d'opéra et compositeur de musique, cet auteur prolifique (tous ses ouvrages paraissent chez Albin Michel), multi-récompensé, éclectique et mystique vit depuis le début des années 2000 à Bruxelles. Plus d'informations sur le site officiel de l'auteur (français, anglais, allemand, espagnol).

 

L'œuvre littéraire d'Éric-Emmanuel Schmitt

1994  La secte des égoïstes (Roman)

1997  Milarepa (Roman, tome 1 du Cycle de l'invisible)

1997  Diderot ou la philosophie de la séduction (Essai, d'après sa thèse de doctorat)

2000  L'évangile selon Pilate (Roman)

2001  La part de l'autre (Roman)

2001  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (Roman, tome 2 du Cycle de l'invisible)

2002  Lorsque j'étais une œuvre d'art (Roman)

2002  Guignol aux pieds des Alpes (Roman)

2002  Oscar et la dame rose (Roman, tome 3 du Cycle de l'invisible)

2004  L'enfant de Noé (Roman, tome 4 du Cycle de l'invisible)

2005  Ma vie avec Mozart (Essai, avec un CD musical)

2006  Odette Toulemonde et autres histoires (Recueil de nouvelles)

2007  La rêveuse d'Ostende (Recueil de nouvelles)

2008  Ulysse from Bagdad (Roman)

2009  Le sumo qui ne pouvait pas grossir (Roman, tome 5 du Cycle de l'invisible)

Divers : Traduction de deux opéras de Mozart, Les noces de Figaro (1997-1998) et Don Giovanni (2008-2009)

 

L'œuvre théâtrale d'Éric-Emmanuel Schmitt

1991  La nuit de Valognes

1993  Le visiteur

1995  Golden Joe

1995  Le marchand de Venise (adaptation de la pièce de William Shakespeare)

1996  Variations énigmatiques

1996  L'école du diable (Pièce en un acte)

1997  Milarepa

1997  Le libertin

1998  Frédérick ou le boulevard du crime

1999  Le baillon (Pièce en un acte)

1999  Hôtel des deux mondes

1999  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

1999  Oscar et la dame rose

2000  Mille et un jours (Pièce en un acte)

2002  Sarah (adaptation de la pièce de John Murrell)

2003  Petits crimes conjugaux

2004  Mes évangiles (La nuit des oliviers et L'évangile selon Pilate)

2004  Lunes de miel (adaptation de la comédie de Noël Coward)

2008  La tectonique des sentiments

2008  Le bossu (adaptation du roman de Paul Féval)

 

L'œuvre cinématographique d'Éric-Emmanuel Schmitt

2000  Le libertin (scénariste)

2003  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (scénariste)

2003  Les liaisons dangereuses (scénario d'après l'œuvre de Pierre Choderlos de Laclos)

2003  Aurélien (scénario d'après l'œuvre de Louis Aragon)

2003  Volpone (scénario d'après l'œuvre de Ben Jonson)

2007  Odette Toulemonde (réalisateur et scénariste)

2009  Oscar et la dame rose (réalisateur et scénariste, en cours)

Partager cet article

Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 07:07

Nancy Springer

Née à Montclair dans le New Jersey en 1948, Nancy Springer a lu et relu les oeuvres complètes de Sir Arthur Conan Doyle que sa mère possédait en dix tomes reliés. Puis elle a eu l'idée de créer Enola Holmes mais elle a  aussi détourné un autre personnage de fiction, Robin des Bois en lui inventant une fille Robin Hood. Elle est professeur de littérature à New York et en Pennsylvanie (elle habite à East Berlin, PA). Elle a reçu deux fois le Prix Edgar Allan Poe dans la catégorie meilleur roman policier pour jeunes adultes. Plus d'informations sur son site officiel en américain.

 

Enola Holmes

Vous ne saviez pas que Sherlock Holmes avait une jeune sœur ? Si Enola Holmes ressemble plus à un personnage de fiction que son célèbre détective de frère, ses enquêtes se lisent avec plaisir et permettent d'appréhender la vie anglaise et le Londres de la fin du XIXe siècle.

 

Les tomes déjà parus en France chez Nathan

1 - La double disparition, février 2007 (The case of the missing marquess)

2 - L'affaire Lady Alistair, septembre 2007 (The case of the left-handed Lady)

3 - Le mystère des pavots blancs, mai 2008 (The case of the bizarre bouquets)

 

Les tomes suivants parus aux États-Unis dans la série « An Enola Holmes mystery »

The case of the peculiar pink fan (2008)

The case of the cryptic crinoline (2009)

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:06
JacquesBrel.jpgQue d'événements ce jeudi 9 octobre alors que la crise financière mondiale n'en finit pas !

C'est l'anniversaire de la mort de Jacques Brel. 30 ans déjà qu'il est parti danser la valse à mille temps avec les bourgeois, les vieux, les bigotes et les Flamandes dont il riait tant.


JMGLeClezioJean-Marie Gustave Le Clézio, l'écrivain voyageur beau comme tout, a reçu le Prix Nobel de Littérature et je ne crois pas avoir lu un de ses livres...

Quant à moi, j'ai vécu une journée normale, j'ai couru pour ne pas arriver en retard au travail, j'ai lutté contre un rhume qui n'en finit pas, je suis rentrée crevée en me disant que la soirée passerait encore trop vite et que je me coucherais certainement trop tard. Tiens il y a La grande librairie (*) sur France 5 avec Le Clézio justement et Jean Échenoz. Ensuite il y a Barbara Hendricks, j'écoute un peu puis je zappe et je tombe sur Brel mais l'émission est coupée par la pub alors j'éteins car j'ai envie de bouquiner mais je suis trop fatiguée alors j'éteins, bonne nuit !

(*) Excellente émission durant laquelle François Busnel a reçu Jean-Marie Gustave Le Clézio pour Ritournelle de la faim et Jean Échenoz pour Courir, un livre consacré à Émile Zátopek, le célèbre coureur tchécoslovaque de la deuxième moitié du XXe siècle. Cette émission est disponible en archive sur le site dédié de France 5.

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -