Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 17:28

Pour ce deuxième rendez-vous de Samedi c'est série du challenge Geek, je vais vous parler de la première saison d'Elementary, une série policière américaine de Robert Doherty (24 épisodes diffusés dès septembre 2012 sur CBS et actuellement diffusés sur M6 le vendredi soir).

 

Les acteurs principaux sont Jonny Lee Miller dans le rôle de Sherlock Holmes et Lucy Liu dans le rôle de Joan Watson. Au début, j'ai eu du mal avec l'acteur (sa tête, ses tatouages, son comportement exécrable) et puis je me suis rendue compte qu'il était parfait pour le rôle.

 

L'originalité de cette série est double :

- elle transpose les aventures de Sherlock Holmes au XXIe siècle (même si la BBC l'avait déjà fait avec la série Sherlock) et aux États-Unis (le consultant de Scotland Yard ayant quitté Londres suite à la mort de sa bien-aimée, Irène Adler, et à cause de son addiction à la drogue) ;

- elle remplace le John Watson d'Arthur Conan Doyle par Joan Watson, une chirurgienne réputée ayant abandonné la médecine suite à la mort d'un patient et devenue marraine d'abstinence.

 

L'évolution des relations entre Sherlock et Joan est le moteur de la série. Embauchée par le père richissime de Sherlock après la cure de désintoxication, comme marraine d'abstinence, Watson est considérée comme une potiche, un boulet à traîner par Sherlock qui regimbe. Mais, afin de surveiller son patient et de prévenir toute rechute, Watson vit chez Holmes, dans sa maison de Brooklyn et ne le lâche pas d'une semelle (sauf le matin quand elle part faire son jogging).

Devant le professionnalisme et l'intelligence de la jeune femme, Sherlock la voit peu à peu comme une assistante, assez douée, et en fera son associée à la fin de la mission d'origine. Serait-il attiré par elle sans le comprendre et sans savoir lui dire ?

Watson doit aussi sociabiliser son patient et elle l'emmène à des séances de groupe, ce qui déplaît énormément à Holmes mais, contre toute attente, ces séances vont lui être bénéfiques et il va y rencontrer Alfredo Llamosa, un ancien voleur de voitures très doué et repenti (qui symbolise un peu les garçons des rues qui rendent service à Holmes dans l'œuvre de Conan Doyle).

De plus, la famille (sino-américaine) et les amis de Watson font parfois irruption dans la vie du binôme que forment Holmes et Watson : ça donne de l'ampleur, un passé et une vie propres à Joan Watson.

 

Quant aux enquêtes durant lesquelles Holmes met à profit ses talents d'observation et de déduction – et Watson des connaissances médicales bien utiles –, elles sont toutes différentes, donc bien diversifiées (meurtre, cambriolage, chambre close, enlèvement, crash d'avion, braquage, explosion...), agréables à suivre, et se font avec le capitaine Tobias Gregson et l'inspecteur Marcus Bell de la police de New York.

 

Bien sûr, certains vont penser que cette adaptation est trop libre, trop moderne. C'est une question de goût car je la trouve vraiment originale, réussie et intelligente. J'ai hâte de voir la saison 2 dans laquelle apparaît Mycroft, le frère aîné de Sherlock.

 

Cette série vous intrigue ? Consultez le site officiel sur http://www.cbs.com/shows/elementary/ et pour l'instant, profitez de la bande annonce en VO sous-titrée et du générique.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans série télévisée
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 23:39

Le challenge Geek, cette année, est vraiment convivial : il y a des rendez-vous réguliers comme Samedi, c'est série (Game of Thrones) et Jeu vidéo (Pearl's peril). Aujourd'hui, c'est le premier rendez-vous pour le Thème du mois et c'est moi qui ai été tirée au sort pour proposer un thème (contente !) : j'ai proposé les séries des années 60 et 70.

 

J'ai hésité jusqu'au dernier moment quant à la (aux) série(s) dont j'allais parler car il y en a tellement de bien ! Finalement j'ai choisi de présenter deux séries des années 60 que j'ai vues dans les années 70.

 

La série anglaise : Le prisonnier / The prisoner

C'est une série mi espionnage mi science-fiction en 17 épisodes (de 52 minutes chacun) créée par George Markstein et Patrick McGoohan (interprète principal) avec un générique de Ron Grainer.

Georges Markstein (1929-1987), Anglais d'origine allemande, était romancier (espionnage) et scénariste (cinéma et télévision).

Patrick McGoohan (1928-2009), Américain, était acteur (films, séries), réalisateur et scénariste.

Ron Grainer (1922-1981), Australien, était compositeur et il est célèbre pour ses génériques de Le prisonnier et de Docteur Who.

Londres. Après avoir donné sa démission, un agent secret britannique se dépêche de rentrer chez lui au volant de sa superbe Lotus Seven et prépare rapidement sa valise mais un gaz lui fait perdre connaissance. Il se réveille sur une île appelée Le Village : ici, tout le monde est habillé de la même façon un peu futuriste (qui est prisonnier ? qui est geôlier ?) et chacun porte un numéro. L'agent porte le numéro 6. Mais ce village n'est pas si idyllique qu'il n'y paraît et un énorme ballon blanc empêche les gens de fuir.

« I am not a number, I am a free man ! ».

« Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ».

La série fut diffusée : en Grande-Bretagne entre octobre 1967 et février 1968 ; en France à partir de février 1968 puis rediffusée. Elle est disponible en coffret de 6 DVD.

 

La série américaine : Les envahisseurs / The invaders

C'est une série de science-fiction en 43 épisodes (de 50 minutes chacun) créée par Larry Cohen avec Roy Thinnes dans le rôle principal, celui de David Vincent. Il y a deux saisons : une de 17 épisodes et une de 26 épisodes.

Larry Cohen (1941-...), Américain, est réalisateur (Le monstre est vivant...), scénariste (quelques épisodes de Columbo, Phone game...) et producteur (Maniac cop...) de cinéma et de télévision.

Roy Thinnes (1938-...), Américain, est particulièrement célèbre pour son rôle dans Les envahisseurs mais il a joué dans de nombreux films, téléfilms et séries.

Une nuit, David Vincent, un architecte californien d'une trentaine d'année, s'assoupit au volant de sa voiture ; il est alors témoin de l'atterrissage d'une soucoupe volante et, bien que considéré comme fou par les humains, il va tenter de prouver au monde la présence des extraterrestres colonisateurs sur Terre.

« The invaders : alien beings from a dying planet. Their destination : the Earth. Their purpose : to make it their world. David Vincent has seen them. For him it began one lost night on a lonely country road, looking for a short-cut that he never found. It began with a closed deserted diner and a man too long without sleep to continue his journey. It began with the landing of a craft from another galaxy. Now, David Vincent knows that the Invaders are here, that they have taken human form. Somehow he must convince a disbelieving world that the nightmare has already begun... »

« Les envahisseurs : ces êtres étranges venus d'une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David Vincent les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une auberge abandonnée et par un homme devenu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l'atterrissage d'un vaisseau venu d'une autre galaxie. Maintenant, David Vincent sait que les envahisseurs sont là, qu'ils ont pris forme humaine et qu'il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé... »

La série fut diffusée : aux États-Unis entre janvier 1967 et mars 1968 ; en France à partir de septembre 1969 puis rediffusée. Elle est disponible en coffret de 12 DVD.

 

Ces deux séries de science-fiction ont en commun le fait que j'étais vraiment accro (j'avais beau être jeune, je ne voulais pas rater d'épisodes !) et qu'elles m'ont totalement subjuguée même si, à l'époque, je ne comprenais pas tout au message politique. Elles étaient inquiétantes, angoissantes et je me souviens avoir fait des cauchemars. Plus tard, je les ai revues avec grand plaisir (les deux acteurs principaux sont beaux, talentueux et charismatiques), en VO bien sûr, et j'ai pu réaliser toutes les subtilités de leurs messages. Bien sûr, il y a d'autres séries des années 60 que j'ai beaucoup aimées (Chapeau melon et bottes de cuir, Le Saint, Les sentinelles de l'air par exemple pour les séries anglaises ; Au cœur du temps, Au-delà du réel, Les mystères de l'Ouest, Star Trek entre autres pour les séries américaines) mais je vous conseille particulièrement Le prisonnier et Les envahisseurs.

 

Ci-dessous, les vidéos des génériques et le petit plus de Monsieur : la pub Hitachi avec David Vincent (fin des années 90).

Partager cet article

Repost 0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 19:21

L'événement Samedi, c'est série entre dans le challenge Geek et c'est aujourd'hui le premier rendez-vous.

 

C'est grâce à Hilde que j'ai eu connaissance du test À quelle famille de Game of Thrones appartenez-vous ? Test de Canal+ qui diffuse en ce moment (mais je n'ai pas cette chaîne) la 3e saison de cette excellente série dont je vous ai déjà un peu parlé ici.

 

J'ai vu les deux premières saisons et je n'ai qu'un seul mot : extraordinaire ! Je vous conseille vivement cette série même si vous n'aimez pas spécialement la Fantasy car elle est vraiment différente des autres. Plus de médiéval, « d'Histoire » (comme si cela se déroulait dans un monde parallèle au nôtre en fait), des personnages tous différents et très intéressants (aucun ne laisse indifférent), pas de magie mais un peu de fantastique (plus particulièrement dans la saison 2), une ambiance et une musique qui collent bien au rythme de la série et aux images grandioses. Rien qu'en voyant le générique (ici), vous pouvez vous rendre compte des rouages qui existent entre les familles, les peuples, les diverses contrées, et donc ce qui en découle : amour, amitié, haine, jalousie, mariages arrangés, échanges commerciaux, complots, quête du trône, conflits, loyauté, traîtrise, guerre... L'âme humaine, quoi. Et puis, il y a les loups : ils sont tout simplement superbes. Et cet immense mur de glace avec derrière, tout au nord... Quoi exactement ?

La série est-elle fidèle aux romans de George R.R. Martin ? Je ne sais pas car je ne les ai pas lus mais j'ai d'ores et déjà acheté le premier tome de l'intégrale des éditions J'ai Lu.

 

Pour en revenir au test, j'ai donc répondu à 8 questions (elles portent sur notre personnalité et notre comportement) et il en résulte que je ferais partie de la Famille Stark (tant mieux !) : « Vous êtes un Stark. C'est l'une des plus vieilles maisons du royaume. Vous avez à cœur les valeurs de la famille et n'abandonnez jamais votre meute. Vos amis n'ont aucun souci à se faire : vous êtes une personne loyale et en qui on peut avoir confiance. Vous êtes brave mais parfois un peu naïf. Attention cependant à ne pas toujours croire ce qu'on vous dit, au risque de perdre la tête… Votre devise : « Winter is coming ». Votre blason : le Loup. »

 

Et vous ? Vous pouvez faire le test sur le site de Canal+ consacré à Game of Thrones.

Samedi, c'est série – 1 avec Game of Thrones

Partager cet article

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 00:30

Enquêtes codées (The Bletchley Circle) est une série anglaise réalisée par Andy De Emmony et scénarisée par Guy Burt en 2012. Il y a trois épisodes de 45 minutes chacun, originellement diffusés sur ITV 1, et sur France 3 hier soir.

 

Les actrices

Anna Maxwell Martin = Susan

Rachael Stirling = Millie

Sophie Rundle = Lucy

Julie Graham = Jean

 

1943. Quatre jeunes femmes très douées, Susan, Millie, Lucy et Jean, travaillent au décryptage des codes allemands à Bletchley Park. Pour leurs proches, elles ne font que du secrétariat et, tenues au secret, elles retrouvent une vie normale après la guerre.

1952, Londres. Scotland Yard enquête sur un tueur qui enlève et tue des jeunes femmes. Susan, maintenant mariée et mère de famille, utilise ses compétences pour déchiffrer ces meurtres de la même façon qu'elle le faisait avec les codes mais le commissaire, qu'elle a pu rencontrer grâce à son époux, ne la croit pas. Elle va alors recontacter ses anciennes amies pour débusquer le tueur que la police n'arrive pas à arrêter. Ensemble, elles vont découvrir qu'il y a eu des cas similaires ces dernières années dans d'autres villes anglaises et qu'à chaque fois un innocent, incapable de se défendre car fragile mentalement, a été condamné.

 

Enquêtes codées est une mini-série à voir absolument ! Les actrices sont parfaites ; les décors et l'ambiance font vraiment british et années 50 (les Anglais, en particulier la BBC, sont réellement doués pour les reconstitutions historiques) ; l'enquête et le déroulement (intrigue, suspense, rebondissements) sont traités de façon extrêmement intelligente. Bref, le tout est excellent !

Tellement excellent d'ailleurs qu'on en veut plus ! Ça tombe bien : il y a une deuxième saison ! De quatre épisodes réalisés en 2013 : par Jamie Payne (pour les deux premiers) et Sarah Harding (pour les deux autres) avec toujours Guy Burt au scénario. Ils vont être diffusés en janvier 2014 en Grande-Bretagne. J'ai hâte de les voir !

 

Catastrophe, vous avez tout raté !!! Vite, vous avez sept jours pour revoir les trois épisodes sur FranceTVpluzz ! Ou alors, il vous reste les DVD. Voici les bandes annonces en VO et en VF.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Coccinelle - dans série télévisée
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:42

La nouvelle est tombée aujourd'hui : mort de Georges Descrières à l'âge de 83 ans... Même si ça fait longtemps que je n'ai pas vu d'épisodes d'Arsène Lupin, j'aime beaucoup cette série des années 70 et ce talentueux acteur (né le 15 avril 1930 à Bordeaux) qui a joué pour la télévision, au cinéma et au théâtre. Je suis bien triste...

Partager cet article

Repost 1
Publié par Coccinelle - dans série télévisée
commenter cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 03:55

Miss Fisher enquête ! est une série télévisée australienne diffusée en ce moment le dimanche soir sur France 3. Il y a 13 épisodes de 55 minutes chacun. Le titre original de la série est Miss Fisher's Murder Mysteries et les épisodes, réalisés en 2011 par Kate Dennis, sont tout droit inspirés des romans de Kerry Greenwood publiés aux éditions 10/18.

 

Phryne Fisher

(l'héroïne)

Dorothy 'Dot' Williams

(l'employée de Phryne)

Dr Elizabeth Macmillan

(la meilleure amie de Phryne)

Tante Prudence

(la tante de Phryne)

Les trois épisodes diffusés le dimanche 2 juin 2013 :

 

1. Cocaïne blues

Phryne Fisher quitte Londres pour retourner à Melbourne, la ville où elle est née, après des années d'absence. Au moment où elle descend du bateau, John Andrews, le mari de sa cousine, meurt empoisonné alors qu'une jeune femme de chambre (Alice) quitte la maison. Phryne va enquêter au grand dam du commissaire Jack Robinson et recueillir Dorothy Williams, la deuxième femme de chambre renvoyée par sa cousine. Elle va aussi à la prison rendre visite au meurtrier de sa jeune sœur : l'homme n'a jamais avoué et se dit innocent.

Une héroïne glamour, originale et un bon rythme. En plus de l'enquête sur le meurtre de John Andrews, il y a Bert et Cec, les chauffeurs de taxi communistes, un beau danseur franco-russe, un trafic de cocaïne, le médecin boucher qui fait des avortements et la maquerelle des bains turcs.

 

2. Le crime du Ballarat Express

Phryne Fisher et Dorothy Williams (surnommée Dot) montent à bord du Ballarat Express. La détective va récupérer la voiture qu'elle vient d'acheter. Mais, en pleine nuit, le train s'est arrêté... Madame Henderson a disparu et sa fille a été chloroformée.

Un gros clin d'œil au crime de l'Orient Express ! Encore une fois, Phryne Fisher va être dans les pattes du commissaire Jack Robinson et de l'inspecteur Hugh Collins. En plus de l'enquête, il y a les jeunes voleuses et l'hypnotiseur malhonnête. La maison de Phryne, qu'est-ce qu'elle est belle ! Et le majordome, Monsieur Butler, est très sympa, très british.

 

3. La musique du diable

Phryne Fisher passe la soirée au Moulin Vert et retrouve Charles Freeman qui souhaite lui vendre son avion. Mais pendant qu'elle danse, Leonard Stevens tombe, mort sur la piste de danse. Or, juste avant, Phryne Fisher avait vu son ami se disputer avec cet homme, et Charles Freeman a disparu.

Ambiance jazz pour cet épisode dans lequel Phryne Fisher retrouve deux amis d'enfance, dont un qui lui avait appris à piloter un avion avant la guerre. L'enquête est complétée par le choix de vie de Charles Freeman et par la vie de la chanteuse de jazz, une Noire américaine mariée avec un Blanc en Australie.

 

Les rôles

Essie Davis est Phryne Fisher.

Nathan Page est le commissaire Jack Robinson.

Hugo Johnstone-Burt est le détective Hugh Collins.

Miriam Margolyes est Tante Prudence, la tante de Phryne.

Tammy McIntosh est le Dr Elizabeth Macmillan, la meilleure amie de Phryne.

Nicholas Bell est Murdoch Foyle, l'homme arrêté pour la mort de Janey, la sœur de Phryne.

Ashleigh Cummings est Dorothy Williams, moitié femme de chambre moitié assistante.

Richard Bligh est Monsieur Butler, le majordome.

Travis McMahon est Bert, le chauffeur de taxi devenu le chauffeur de Phryne.

Anthony Sharpe est Cec, l'assistant de Bert et donc de Phryne.

Ruby Rees Wemyss est l'orpheline recueillie dans Le crime du Ballarat Express.

 

Jack Robinson

(le commissaire)

Hugh Collins

(l'inspecteur amoureux de Dot)

Mr Butler

(le majordome de Phryne)

Je suis sous le charme ! J'ai déjà entendu parler des romans de Kerry Greenwood (plusieurs d'entre eux ont été présentés dans le défi Littérature policière sur les 5 continents pour l'Océanie) mais je n'en ai jamais lu. Du coup, la série est la bienvenue pour faire plus ample connaissance avec Phryne Fisher ! D'autant plus que 10/18 n'a plus l'air d'éditer les romans.

 

Bert

(chauffeur et assistant)

Cec

(chauffeur et assistant)

Jane

(orpheline recueillie)

Murdoch Foyle

(le meurtrier de Janey)

 

Née à Melbourne, dans une famille pauvre, l'enfance de Phryne Fisher a été traumatisée par l'assassinat de sa sœur, Janey. Après la guerre (de 1914-1918) et la mort de membres de sa famille en Angleterre, elle a fait un gros héritage. Elle se retrouve alors avec un titre (elle est affilié à la famille royale anglaise), une immense fortune et une bonne éducation. Ce qui lui permet d'être indépendante mais aussi extravagante et un brin provocatrice. Dès son retour à Melbourne (années 1920), elle est confrontée à un meurtre. Comme elle est curieuse, observatrice, vive d'esprit, énergique et que la veuve est sa cousine, Phryne Fisher se mêle de l'enquête. Elle tient tête au commissaire Jack Robinson, qui n'a pas l'air sensible à son charme, et l'aide, mine de rien, à tout résoudre. Pour cela, elle fréquente aussi bien la bourgeoisie locale que les bas-fonds de la ville. Une belle ambiance à la fois historique (entre-deux-guerres, émancipation de la femme) et à la fois légère (humour, beaux vêtements, chouettes rencontres). Comme cette expérience lui a bien plu, elle décide de devenir détective et elle s'entoure des personnages qu'elle a rencontrés (Dot, Bert, Cec).

À la fin du premier épisode, je me suis dit : « pas mal » ; le deuxième épisode m'a encore plus emballée ; et le troisième tient bien la route, alors vivement la suite !

Plus d'infos sur les sites officiels de la série : http://www.abc.net.au/tv/phrynefisher/ (en anglais) et http://www.france3.fr/emissions/miss-fisher-enquete (en français).

 

L'auteur des romans : Kerry Greenwood

Elle est née le 17 juin 1954 à Footscray dans la banlieue de Melbourne (Australie).

Elle écrit des romans policiers, des romans historiques, de la science fiction, de la littérature jeunesse et a reçu de nombreux prix littéraires.

Plus d'infos sur le site officiel, http://www.phrynefisher.com/.

 

Les romans

1989 : Cocaine Blues, ou Death by Misadventure

1990 : Flying Too High

1991 : Murder on the Ballarat Train

1992 : Death at Victoria Dock

1993 : The Green Mill Murder

1994 : Blood And Circuses

1995 : Ruddy Gore

1996 : Urn Burial

1997 : Raisins and Almonds

1999 : Death Before Wicket

2001 : Away With the Fairies

2002 : Murder in Montparnasse

2003 : The Castlemaine Murders

2004 : Queen of the Flowers

2005 : Death By Water

2006 : Murder in the Dark

2008 : Murder on a Midsummer Night

2010 : Dead Man's Chest

2012 : Unnatural Habits

Partager cet article

Repost 0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 16:29

MoisAnglais5CoeurCinemaPour terminer le mois anglais en beauté (c'est le dernier jour), je voudrais parler de Downton Abbey, une excellente série britannique produite par Carnival Films et diffusée sur ITV (site officiel de la série, en anglais) depuis septembre 2010 puis sur TMC (en doublage français) en décembre 2011.

 

Avril 1912. Downton Abbey, Angleterre.

Robert Crawley, comte de Grantham est marié avec Cora, une riche américaine. Un mariage à la fois arrangé et d'amour. Ils ont trois filles, Mary, Edith et Sybil.

Mais la loi anglaise interdit à une fille d'hériter. Lady Mary, l'aînée, est donc promise à Patrick, un cousin germain qui gardera le titre et le domaine dans la famille.

Le problème est que le cher cousin ainsi que son père sont morts dans la nuit du 14 au 15 avril 1912... Ils étaient à bord du Titanic !

C'est le matin du 15 avril 1912 que la série commence : les clochettes des domestiques raisonnent, tout se met en branle dans la maison (*), immense. J'adore le traitement et les images, je sais que cette série va me plaire dès les toutes premières minutes !

On découvre donc d'abord les domestiques puis la famille Crawley et au fur et à mesure les autres personnages.

En désespoir de cause, Lord Grantham invite l'unique cousin éloigné, Matthew Crawley et sa mère Isobel à Downtown Abbey. Mais le jeune homme n'est pas issu de l'aristocratie... Plutôt de la petite bourgeoisie : son père était médecin, sa mère veuve est infirmière et s'occupe de bonnes œuvres, et lui travaille comme avocat pour gagner sa vie.

Pas du tout du goût ni de la comtesse douairière de Grantham, Violet Crawley, mère de Robert, ni de Lady Mary, hautaine, qui se retrouve avec un nouveau promis en-dessous de sa condition...

Quant à Lady Edith, c'est une vilaine peste qui trahira sa sœur par jalousie, et Lady Sybil, la plus jeune (et la plus jolie) des trois filles, commence à militer pour le droit des femmes.

Parmi la domesticité, les relations sont parfois conflictuelles, surtout avec Thomas et Sarah O'Brien qui complotent. Mes domestiques préférés sont John Bates, ancien compagnon d'armes du comte, boîteux, et Gwen qui veut devenir secrétaire et apprend en cachette à taper à la machine.

J'aime bien aussi Matthew qui ne se comporte pas toujours comme l'aristocratie le voudrait !

 

(*) La série a été tournée au Château de Highclere – il est magnifique ! – dans le Berkshire (site officiel du Highclere Castle avec une page sur Downton Abbey).

DowntonAbbey

 

 La saison 1 (que j'ai vue) compte 7 épisodes :

Épisode 1 : Question de succession

Épisode 2 : Le nouvel héritier

Épisode 3 : Le diplomate turc

Épisode 4 : Entre ambitions et jalousie...

Épisode 5 : La rumeur se propage

Épisode 6 : Secrets dévoilés

Épisode 7 : La famille Grantham s'agrandit

 

J'attends maintenant avec impatience la saison 2 (8 épisodes et un épisode spécial « Christmas ») et j'apprends qu'une saison 3 est officiellement annoncée !

 

Partager cet article

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 05:52

GiroInItalia

 

J'ai vu trois épisodes de Commissaire Montalbano donc j'ai pensé que c'était bien d'en parler d'autant plus que cette série entre dans le challenge Giro in Italia de Nane.

 

Commissaire Montalbano est une série italienne de la RAI (commencée en 1998) que France 3 diffuse cet été le dimanche soir (depuis le 3 juillet).

 

Dans des épisodes de 95 minutes chacun, le commissaire et son équipe enquêtent sur des crimes (meurtres, disparitions, trafic...) commis à Vigàta, en Sicile.

 

MontalbanoLes acteurs principaux (de gauche à droite)

L'agent Agatino Catarella : Angelo Russo.

Le commissaire Salvo Montalbano : Luca Zingaretti.

L'inspecteur Giuseppe Fazio : Peppino Mazzota.

L'inspecteur Domenico – dit Mimì – Augello : Cesare Bocci.

 

Les points forts

Des personnage attachants.

La mer, les paysages et les vieilles pierres de Vigàta.

 

Les points faibles

Peu d'action mais j'accepte le style qui se rapproche peut-être de celui de l'auteur adapté, Andrea Camilleri.

Un doublage en français atroce... J'aurais bien aimé la VO !

 

Une série à voir donc pour le charme des acteurs et de la Sicile, mais à voir absolument en version originale italienne !

J'ai quand même préféré les enquêtes du commissaire Brunetti (images, rythme et meilleur doublage).

Mais pour me faire une meilleure idée de ce personnage de Montalbano, il faudra que je lise les romans d'Andrea Camilleri (dans l'ordre chronologique ? Ou un à me conseiller particulièrement ?).

Partager cet article

Repost 0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 22:08

AgenceDamesDetectives1.jpgJe vous ai déjà parlé de Mma Precious Ramotswe, l'héroïne des romans d'Alexander MacCall Smith qui crée la première agence de dames détectives au Botswana avec 1 cobra, 2 souliers et beaucoup d'ennuis et Vague à l'âme au Botswana.

 

L'agence N° 1 des dames détectives (The No. 1 Ladies' Detective Agency) est une série britannique (BBC) et américaine (HBO) de 7 épisodes réalisés au Botswana.

Le site dédié sur la BBC.

 

En août, cette série est diffusée sur Arte le jeudi soir.

Plus d'infos sur Mma Precious Ramotswe et son assistante Mma Grace Makutsi sur Arte.

 

Jeudi de la semaine dernière, j'ai manqué l'épisode pilote (de 109 minutes, réalisé en 2008) et je n'ai pu voir aucune des deux rediffusions...

J'espérais le voir en ligne mais il n'y est pas.

Dommage...

 

Hier ont été diffusés les deux premiers épisodes (de 52 minutes) :

 

Le bon filon (The big bonanza)

Pas facile de trouver des clients... Malgré le peu de trésorerie, Mma Ramotswe a fait imprimer des prospectus que Wellington, un orphelin, va distribuer dans les rues de Gaborone (la capitale du Botswana). C'est difficile aussi pour Mma Makutsi qui n'a pas encore vraiment de salaire alors qu'elle doit s'occuper de son frère malade. Dans cet épisode, les dames détectives devront retrouver Lucky, le chien de Rra Banda qui s'est sauvé ; découvrir comment a disparu Peter, le mari de Petal Siphambe et pourquoi le Dr Komoti, un dentiste Nigérian installé au Botswana a parfois un comportement bizarre. Parmi les personnages principaux, il y a aussi le garagiste, JLB Maketoni, très ami avec Mma Ramotswe, et ses deux apprentis.

 

Poison (Poison)

L'agence de Mma Ramotswe commence à être connue. Dans cet épisode, les dames détectives devront découvrir ce que manigance le père de Tabitha (elle travaille à l'orphelinat), un marchand d'art africain ; qui empoisonne la famille du riche Rra Makgothi et pourquoi il y a un décès chaque vendredi à 14 heures à l'hôpital de Tlokweng car le Dr Sibenke, étranger, est accusé. Mma Ramotswe qui se fait passer pour l'assistante de Rra Makgothi passe quelques jours dans la ferme familiale où elle est empoisonnée ! Mais c'est aussi l'anniversaire de JLB Maketoni et Mma Ramotswe va l'inviter au restaurant.

 

Quelle excellente idée de passer ce mois d'août au Botswana ! C'est – tout comme les romans – frais, dépaysant et drôle. Jill Scott est enveloppée à souhait, je veux dire qu'elle correspond bien à l'héroïne d'Alexander MacCall Smith, enjouée, intuitive et généreuse. Les autres acteurs sont bons aussi, et Wellington est très mignon. On ne peut pas dire que ce soit vraiment policier, c'est plutôt le quotidien, ses problèmes, les relations entre les gens et quelques mystères à résoudre. Cette série m'avait déjà séduite avec les romans, elle fait de même avec ces épisodes.

Jeudi prochain : Un garçon au cœur africain et Question de morale.

Allez, une bonne tasse de rooibos ?

AgenceDamesDetectives2.jpg

Partager cet article

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 19:27

J'ai appris la mort de Peter Falk samedi matin et ça m'a touchée parce que j'aimais bien cet acteur attachant.

 

ColomboSaison1.jpgPeter Falk est né le 16 septembre 1927 à New York et il est mort le 23 juin 2011 à Los Angeles. Il allait avoir 84 ans à la fin de l'été. Il est célèbre pour son œil de verre et pour la série Columbo (1968-2003) mais il a commencé sa carrière à l'écran à l'âge de 30 ans (en 1957) et il a joué dans de nombreux films. Deux filles au tapis réalisé par Robert Aldrich en 1981 est parmi mes préférés pourtant le catch ne m'intéresse pas plus que ça. Princesse Bride réalisé par Rob Reiner en 1987 m'avait bien plu aussi.

 

Pour lui rendre hommage, j'ai revu le premier épisode de Columbo : pas le téléfilm Inculpé de meurtre (1968) ni l'épisode pilote Rançon pour un homme mort (1971) mais le premier épisode de la première saison.

 

Le livre témoin (Murder by the book) écrit par Steven Bochko et réalisé par Steven Spielberg en 1971.

 

Ken Franklin et Jim Ferris sont deux auteurs qui se sont associés dix ans auparavant pour écrire les enquêtes de Madame Melville. Ils ont énormément de succès et gagnent beaucoup d'argent mais en fait, Ken n'écrit rien, il ne s'occupe que de la communication... Jim Ferris a donc décidé de se séparer et d'écrire seul.

Ken, sous prétexte d'une réconciliation, invite dans son nouveau chalet et tue Jim. Il a tout prévu... sauf que la patronne de l'épicerie, Miss La Sanka, verrait Jim dans sa voiture.

Et sauf que ce serait le lieutenant Columbo qui mènerait l'enquête : Ken est trop froid, trop distant, trop sûr de lui, il a réponse à tout, et cela met la puce à l'oreille de Columbo !

 

Comme le spectateur connaît depuis le début le coupable, il suit l'enquête différemment : il apprend le mobile, découvre les détails et comprend ce qui cloche en même temps que le lieutenant. C'est ça qui est intéressant (et ne plaît pas à tous les spectateurs).

Il y a déjà tout dans cet épisode : le costume-cravate, l'imperméable beige, le cigare, la vieille voiture, les allusions à son épouse que l'on ne voit jamais (il a vraiment une vie de famille ?).

Le lieutenant Columbo est toujours là au moment où on ne s'y attend pas, il observe, pose des questions, part, revient et pose de nouvelles questions qui le « chiffonnent » et résout l'enquête en confondant le coupable.

 

Ça m'a fait bien plaisir de revoir un épisode de Columbo, même si ça a un peu vieilli (le look des personnages) et je m'en regarderais bien d'autres !

(Intégrale en coffret : ci-dessus le coffret de la saison 1 avec 6 DVD).

 

Partager cet article

Repost 0

Coccinelle Présente...

  • : La culture se partage
  • La culture se partage
  • : « On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues » Sei Shônagon in « Notes de Chevet ». Lues, mais aussi aimées, vues, entendues, etc.
  • Contact

Mes challenges

 

 

 

height="188"

 

height="200"

 

Recherche

Blog+

     

 

     

 

     

 

  bonial – catalogues, promos en ligne sans papier

 

 

TBACorange.gif

 

 

SpiralGraphics.jpg

Archives

Présente sur

Edwyn, Faiel & Cie

EdwynAV1 FaielAV1bis

 

Les défis et challenges

La page du challenge Des contes à rendre

Les partenaires
Mon profil sur Babelio.com
LivraddictLogo2.png
Matagot.jpeg
ClubLibfly.jpg
EntreeLivreLogo.png
VendrediLecture.

Où êtes-vous ?

Locations of visitors to this page

 


Tops blogs ebuzzing

Ebuzzing - Top des blogs
Ebuzzing - Top des blogs - Culture
Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
PageRank Actuel
.
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -